RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm bringing back your fucking memory [End]



“ You hate me? Well okay, grab a chair and wait for me to care. „
Messages : 14
Métier : Branleur à temps plein. :hm:
avatar
Human
Mer 9 Aoû - 23:16

Van Kingsbury

“ You hate me? Well okay, grab a chair and wait for me to care. „

• Nom : Kingsbury
• Prénom : Van
• Surnom : Vanille
• Âge : 21 ans
• Plutôt : Seke

• Origine(s) : Avec le nom qu'il se tire, ça se demande ? Américain.
• Métier : Branleur à temps plein.
• Groupe : Humain

• Pouvoir : A effacer si vous êtes humain !
• Malus : Un pouvoir n'est jamais tout rose
• Marque : ICI
• Âge de la mort : ICI
• Cause(s) de la mort : ICI

• Mon pseudo sur le net : Euuuuh ? Vous les voulez tous ? Parce que Van, c'est pas trop mal, non ? x)
• Âge : Le même que Van.
• Présence sur le forum : Je bosse à côté, dur de savoir vraiment mon temps de présence.
• Que pensez-vous du forum : Sympa ! J'espère que ça va durer ! o/
• Comment l'avez-vous connu ? Il paraît que les top-sites sont porteurs de bonnes nouvelles ! o/

• Le personnage sur mon avatar est : Vanitas - Kingdom Hearts
• Le code est :
Caractère du personnage
[Still Trying to learn faster]

L’odieux chant de la mélancolie se dessine sur ses traits. Il est celui à la beauté douce et glaciale. Il se noie dans les souvenirs, tristes reflets de sa pauvre existence trop courte. Il crève à l’idée de pouvoir effleurer sa vie d’antan. Pourtant, il n’est plus que les cendres de lui-même. La tristesse brise son regard, il est libre, si libre, mais il étouffe dans un torrent de nostalgie. Sa poitrine creuse ne laisse plus entendre les pulsations de sa vie, pourtant, il pourrait encore sentir battre la douleur de ce mal-être qui le ronge.
Le masque tiré vers le bas, il n’est plus ce visage souriant. Il n’est plus cette douceur.  Il ne tend plus le bras vers autrui, sa naïveté l’a entraîné vers les bas-fonds de la société, il n’est désormais plus qu’une ombre que l’on oublie. Ils lui passent devant, ils oublient que lui-même a été comme eux. Alors, il s’est enfermé dans son propre mal-être. Meurtri et condamné à n’être qu’un esprit errant sans but.  

Imprégné par son chant mortel, il se prélasse dans son malheur. Il se venge sur ceux qui ont encore la joie de vivre.  Le masque posé sur son visage, il cabriole dans les airs, glanant des hurlements de terreurs lorsque son visage s’étire d’un sourire mauvais. Mauvais ? Il ne l’avait jamais été, pourtant, la rancœur avait fini par percer sa carapace. Car maintenant, il n’est plus qu’une ombre de lui-même. Brisé, le sourire se maintient sur ses lèvres, il n’est plus le même. Il a déteint sur son humeur générale. Van n’est plus ce gentil garçon. Van s’embrase d’un rictus mauvais. Il se joue des autres, il est égoïste, car c’est son malheur qui passe avant les autres. Il plongera les autres dans le même désespoir qu’il subit. Van sera celui, qui, d’un immense sourire malin – peut-être même innocent – broiera l’existence tes autres. La désinvolture lui colle à la peau.  

Il est pourtant empreint par la solitude, il s’isole, mais il blesse, c’est son besoin. Il le ressent fortement. Pour se sentir mieux, il doit se sentir supérieur. La tête embrumée, il se gave des gémissements de désespoir qu’il provoque.  La folie ne le guette pas, totalement conscient de ce qu’il provoque autour de lui. Certains trouvent leur compte dans leur reflet d’un miroir, Van, c’est en brisant les rêves.

« Your dailies need »

En proie de sa dépression, il s’enfonce de lui-même dans la noirceur des océans qui fondent dans son regard.  Il s’enlace dans son propre désespoir, libre de chanter sa propre louange à défaut de ne s’enterrer lui-même. Il se sait mort intérieurement. Il le vit comme une malédiction chaque jour. Errer comme une âme en peine.
Physique du personnage

C'est le regard qui fait tout, l'impression que l'on donne, le comportement des gens à l'égard du porteur, et tout ce qui va avec. Et c'est souvent avec ce même regard que l'on observe le reste du corps.
Le visage gracieux joli masque d’indifférence qui se colle derrière les quelques mèches de jais qui se laissent fondre devant le teint d’albâtre.  Maître absolu de la dissimulation, Van ressemble à un garçon lambda, un peu petit pour son âge, il a pour habitude de ne pas se mettre en avant sur la scène. Aucun style vestimentaire loufoque, ni même une petite particularité  qui le rendrait bien différent d’un autre, quelques extravagances sur les oreilles, la langue. Dira-t-on qu'il est possiblement un peu le style du mauvais garçon. Et pourtant, malgré ses beaux efforts, il ne peut se défaire des deux perles dorées qui comme des néons, attirent l’attention. Non peu fier de porter un tel regard, Van regrette tout de même de n’avoir eu le même regard bleu de son père. Néanmoins, cachés derrière de longues mèches brunes, ses deux orbes d'or ne sont pas la principale occupation des gens.  

Soigneux de son apparence, Van mettra toujours un point d’honneur à se vêtir correctement, son allure de jeune garçon un peu ténébreux, ça s’entretient. Outre la particularité de ses yeux, il reste un garçon sans réel défaut physique, pas une dent de travers ou un bouton qui pourrait éventuellement se démarquer sur son visage. À la place, il conserve une apparence juvénile et pour le moins chétive. Derrière des vêtements trop larges, il dissimule un corps entretenu, assez musclé pour faire mal d’un coup de poings, mais pas assez pour ressembler à un bodybuilder en manque de gonflette. Longiligne, il ferait presque gringalet, les traits fins, il est loin de l’idée que l’on se fait de l’homme viril, sans être efféminé, Van ne démord pas de son physique d’américain.
Malheureusement pour lui, Van est loin d’être grand, on pourrait même dire qu’il est petit, et que sa croissance s’est arrêtée plus tôt que prévue.

.
Histoire du personnage
Comment raconter sa vie sans dire que c'est une putain de pute avec toi alors que t'y peux rien. Être spectateur sans avoir la permission d'en être acteur.
Regarder comme un con et espérer que tu puisses juste effleurer du bout des doigts la liberté de tes gestes et foutre un truc de ta vie.
On dit qu'il étaient maudits dans cette famille.

Gloussements, rires tonitruants et incessants, ricanements stupides, et bien d'autres termes en seraient bien appropriés. Bien que les piaillements soient agaçants, ne valait-il donc mieux ça que des crises de larmes à en faire crier ton cœur, comme à en retourner l'estomac.
Invisible, loin d'être bruyant, un jeune lisait posément un roman, assis sur un banc, éloigné des jacassements de la foule, il était perdu dans sa lecture passionnante. Une paire de lunettes élégamment posée sur le bout de son nez, et dissimulant son regard bleuté. Plongé dans un monde de rêverie, dans un monde magnifique, un monde utopique, il en oubliait qu'il se trouvait dans une fête. Par bien des moyens, il avait réussi à se faire oublier du monde, avant qu'un petit garçon, pas plus grand que trois pommes se jette dans ses bras avec un large sourire joyeux.

"Papa ! Eût-il crié."

Son regard brillait de la même intensité que celui de son père, il lui attrapa les mains pour s'asseoir sans grâce sur ses genoux, balançant au rythme de la musique ses petits pieds.
D'un geste tendre, le jeune homme caressa ses cheveux, le regard empli d'un amour fou.

"Mon ange, tu t'amuses bien ?"

Pour toute réponse, le petit garçon lui offrit une moue boudeuse, ses deux joues gonflées, comme s'il semblait frustré de quelque chose. Ses mouvements de jambes devenaient intempestifs, puis il se leva vivement en regardant son père, les deux mains sur ses hanches.

"Nan ! Y a un garçon qui est méchant avec moi ! Avait-il répondu."

Surpris, le jeune père pencha la tête, mais il n'eut pas le temps de répondre, que le petit croisait les bras.

"Oui, c'est un mal élevé, méchant, égoïste, qui parle pour rien dire et juste faire son intéressant !"

Il resta silencieuse un petit moment avant de partir dans un éclat de rire. Puis, il appuya ensuite son indexe entre les deux sourcils du garçon.

"Arrête de froncer les sourcils, tu vas avoir des rides avant l'âge. Je ne te savais pas si fermé d'esprit mon garçon. Est-ce que tu as essayé de lui parler au moins ?"

De mauvaise foi, le petit bout de chou détourna la tête sans offrir de réponse à son père. Puis il se retourna avant de courir dans le sens opposé, se plantant devant l'autre petit garçon en lui tendant sa main, sous le regard attentif de le jeune qui avait dorénavant retiré ses lunettes.
L'autre petiot cligna des yeux à plusieurs reprises, curieux, avançant sa main vers la sienne. Après avoir attrapé sa main, le garçonnet le tira vers lui puis ajouta d'un ton accusateur.

"Toi, je t'aime pas !"

Mais avant que l'autre garçon ait pu répondre...

"VAN ! Hurla le jeune père."

Trop tard, l'immense lustre se décrocha du plafond, s'apprêtant à écraser le petit garçon, qui resta planté sur place, tétanisé. La raison semblant quitter son corps. Dans un élan de lucidité l'autre petit saisit sa main avant de le tirer avec lui. Dans un bruit assourdissant, le lustre en cristal s'effondra. Mais les deux garçons saufs.
Le jeune homme arriva comme une furie en serrant Van dans ses bras.

"Mon dieu... Van.... Mon ange.... Non.... Tu n'as rien ?"


Il ponctua chaque phrase d'un baiser sur son visage, les larmes pleins les joues. Puis il se tourna ensuite vers l'autre petit.

"Merci... Merci beaucoup...
Ploya-t-il encore sous le choc."

Le petit lui offrit un sourire rayonnant en posant ses mains sur ses hanches, son regard brillant d'un brasier ardent, la joie se lisant sur son visage.

"De rien m'sieur, c'est dommage que son si joli visage soit abîmé ! Déclara-t-il jovialement."

Un hoquet de surprise s'échappa enfin des lèvres d'Van, qui sortait enfin de son état végétatif.

"Van, c'est ça ? Je veux qu'on devienne copain ! Ajouta ensuite le petiot en tendant sa main vers lui."

Hébété, le garçon se saisit de sa main, le visage rouge de honte de ses préjugés.

"Moi, c'est Noah ! Termina le garçon. J'espère qu'on s'entendra bien !"

Ce jour-là, on dit que la malédiction fut peut-être levée grâce à l'intervention de ce drôle d'énergumène.


Malgré ses préjugés, Van  apprit à connaître Noah, et se fit une véritable opinion sur l'adorable garçon qui semblait croquer la vie à pleines dents. Brûlant d'une vitalité inconnue au pauvre petit garçon qui peinait à le suivre.

Un jour, le garçon lui demanda d'où il tirait toute cette énergie, Noah s'était retourné avec un immense sourire en lui annonçant.

"Si je devais mourir demain, alors autant que je profite du moment qu'il me reste."

Un véritable paradoxe, le jour et la nuit. Les deux enfants se complétaient par leurs grandes différences. Le feu et la glace s'alliaient à merveille. L'un fonçait la tête baissée, tandis que l'autre prenait son temps pour découvrir. Ils n'étaient faits que pour se compléter.

Leurs différences apporta bien des mésententes entre les deux garçons, mais ils n'en restaient pas moins inséparables. Comme pour des jumeaux, dès qu'on les éloignait un peu trop l'un de l'autre, ils se mettaient à pleurer désespérément. Ça agissait sur eux comme la pire des punitions. Ils ressemblaient presque à des jumeaux.

À dix ans, ils dormaient encore l'un chez l'autre, serrés comme des chatons, blottis, le museau enfoui dans le cou de chacun. Si bien qu'il était difficile aux parents de les séparer. Ils étaient attendrissants. Et puis le jeune père était heureux qu'Van ait enfin pu trouver un véritable ami. Depuis qu'Noah était apparu, il semblait que la dite malédiction s'éteignait.

Un jour, même il lui avait annoncé jovialement, la main posée sur le cœur, un sourire ravageur sur le visage, alors que le petit, loin d'être ignorant de sa situation avait parlé de la malédiction qui pesait sur la famille.

"Quoiqu'il arrive, je promets de te protéger !"

Ce jour-là, Van l'avait regardé l'air un peu désorienté, avant de le pointer du doigt vexé.

"Arrête de dire n'importe quoi ! Je suis assez fort pour me protéger tout seul ! Mais si c'est toi, je veux bien..."

Les deux garçons s'étaient regardés à ce moment avant de partir dans un éclat de rire joyeux, le lien qu'avait tissés les deux petits semblait dorénavant indestructible. Ce même-jour, Van avait échappé de peu à un accident de voiture, mais pas Noah...


Les deux garçons n'avaient pas vu la voiture qui filait à toute vitesse droit vers eux. Un cri silencieux s'échappa des lèvres de Van, mais réactif, le petiot l'avait violemment poussé loin du véhicule, le sauvant pour la seconde fois. Malheureusement, il malgré le fait qu'il ait pu lui aussi échapper au crash, Noah se retrouva projeté un peu trop violemment contre un mur, écrasé par une portière. Inconscient, il retomba sur le sol.
Paniqué, Van se jeta à ses côtés en le soutenant de ses bras après avoir dégagé les décombres du véhicule. Les larmes inondant ses joues, il enfouit sa tête dans son cou.

"Noah.... Non... Pourquoi.... ? Pourquoi t'as fait ça.... ?"

Jamais à ce moment, le garçon trouva que le temps semblait si long, suspendu alors que les alarmes de sirènes résonnaient entre les buildings. Lorsqu'enfin les secours arrivèrent, Van tenait le corps inerte de son ami, hoquetant entre deux sanglots, refusant de le lâcher. Écoutant sa respiration faible pour s'assurer qu'il vivait toujours.
Et ce fut avec peine que les hommes arrachèrent Noah des mains du garçon. La main suspendue dans le vide, le garçon était incapable de le suivre, son corps n'étant qu'un simple pantin. Il n'était plus capable de penser correctement. Pris de pitié, l'un des agents l'attrapa sous son bras pour le monter avec eux. Mais n'étant plus capable de tenir sur ses pieds, le garçon s'écroula à genoux, à côté de son ami dont le teint était anormalement pâle. Il posa sa main sur la sienne en pleurant.

"Tu es un imbécile Noah ! Je t'interdis de mourir !"

Un gémissement douloureux lui répondit, son ami émergeant avec difficulté en posant sa main sur son crâne avec un immense sourire. avant de redescendre sa main vers la sienne.

"Je t'ai dit que je te protègerai ! Et puis j'suis fort !"


Van serra fortement sa main dans la sienne, puis le regarda froidement. Il se pencha au-dessus de lui, les sourcils froncés.

"T'as pas intérêt à mourir ! Parce que sinon, je viendrai te chercher pour te mettre une raclée !"

Son ami partit dans un petit rire puis appuya entre ses deux sourcils avec un sourire en coin.

"Arrête de froncer les sourcils, tu vas avoir des rides avant l'âge, ajouta-t-il mesquin."

Le 'tiot aux cheveux de jais gonfla ses joues en une moue boudeuse. Puis croisa les bras vexé, lui faisant dos. Tout de même heureux de voir qu'il était suffisamment en forme pour faire des vannes.

"Mais ! Boude pas ! Je t'ai sauvé quand même !"


Le petit haussa subtilement un sourcil devant l'air de chien battu de son ami. Puis il prit une longue inspiration s'approchant furtivement et lui déposer un vif baiser sur la joue, oubliant complètement, les spectateurs de la petite camionnette. Enfin, Van détourna la tête, le rouge aux joues et baragouina difficilement.

"Merci."

En sortant de l'hôpital, le petit semblait en pleine forme, regain de toute force, il souriait comme avant, gambadait comme un véritable lapin et surtout entraîner Van absolument partout pour faire autant de conneries que de profiter pleinement de son ami. Trop content pour ne serait-ce que se douter de quelque chose, le petit brun restait calme à ses côtés mais semblait tout de même s'éclater avec ce petit singe hyperactif.

Ils grandissaient à une vitesse effrayante, sans se quitter, à rester les mêmes. L'un si hautain, presque détestable, tandis que l'autre bien trop joyeux ne s'embêtait pas de toutes les formalités et vivait au jour le jour. Plus grand, Noah s'amusait même à le tourmenter un peu pour lui faire sortir comme si bien dit: "Le balais de son cul." Un jour, c'était une farce et le lendemain, il se pressait pour l'enlacer devant la classe entière.
Pire fut le moment où il se saisit sans honte de son menton, lorsqu'il croisa son regard, il sut qu'il n'allait jamais pouvoir s'en échapper.
Comme hypnotisé, il se laissa caresser, vive et aussi douce qu'une brise son pouce effleura sa joue faiblement. Plus rien ne semblait les entourer comme si une bulle hors du temps les avait propulsés. Chétif de sa taille, Van leva la tête, le souffle court, comme des minutes qui s'écoulaient telles des années, ses lèvres se rapprochaient. Une sentence à venir, le temps sembla reprendre ses droits, et les lèvres s'écrasèrent contre les siennes. Un hoquet lui échappa, sans pouvoir en réchapper le baiser s'intensifia. Brûlant et avide, ils s'embrassèrent, s'accrochèrent l'un à l'autre. Pris de court, Van ne put que suivre les mouvements de son ami, dépassé par tout ça.
Une sensation de bien-être lui retourna l'estomac, à chaque fois que sa langue effleurait la sienne, un frisson lui parcourait le dos. Il reprit conscience de tout, lorsque les bras de son ami lui ceintura la taille. Van réalisa la foule qui s'était amassée autour d'eux, curieux d'un tel comportement. Honteux en réalisant ce qu'il venait de se passer, il recula d'un pas. Le regard tétanisé par quelque chose d'inconnu pour son ami. Celui-ci, l'attrapa par les épaules en laissant échapper un rire.
"Allez ! Tire pas c'te tronche, c'était pour rire ! Tu sais, ce putain de balais que t'as dans le cul !"

Le regard que lui lança Van eût rapidement l'efficacité de le faire taire. Noah n'ajouta aucun mot. Il saisit son poignet en l'attirant plus loin. Loin... Beaucoup plus loin, s'écartant de ces regards avides d'avoir un nouveau sujet de conversation.

Suffisamment écartés de cette société de pourris, Noah déposa doucement son front tout contre le sien avec un faible sourire qui en disait long sur toute la ligne.
"Ne me lance pas ce regard, tu donnes l'impression de me détester, ronronna-t-il en frottant langoureusement son crâne dans son cou."
Glacial, Van s'écarta de cette étreinte tentatrice.
"S'il le faut, c'est déjà le cas."
D'un raclement de gorge, Noah lui brisa sa première barrière de défensive, d'un regard brûlant, il fit fondre ses pupilles glacées.
Doucement, il colla son front contre sa mâchoire, remontant lentement ses lèvres avec une douceur infinie.
"Qu'est-ce qui t'as tant déplu ?"
Sur ces mots, sa main gauche effleura l'autre côté de son visage. Langoureuses, ses paroles lui faisait tout bonnement perdre tous ses sens. Chaque caresse lui tirait un halètement incontrôlé.
"Que je t'embrasse... ?"
Avec la lenteur d'un félin en chasse, il se redressa, ses yeux ne trahissant rien d'autre qu'un désir ardent de possession.
"Que je le fasse en public ?"
Van crispa une main tout contre sa poitrine qui ne cessait de battre à une allure de folie démentielle, tandis que son regard se fixa sur ses lèvres. Le sens des mots se perdait dans son crâne où toute forme d'idées se mêlaient pour créer un baragouinage sans nom.
"Ou bien que je fasse passer ça pour une plaisanterie ?"
Sa bouche à présent toute proche de la sienne, le souffle court, Van saisit ses joues et réduisit l'écart comme assoiffé, frustré d'attendre. Il perçut à peine le sourire qui s'étira sur le visage de son ami et ils repartirent dans une valse torride.

Ce fut un commencement.
Ce fut une fin.

Ils eurent tout deux dix-huit ans. Si proche et si loin de la fin.
Leur relation déjà intense devenait de plus en plus fusionnelle, passionnée, et amoureuse. Chaque jour était tant une torture et un supplice pour l'un qu'un amour fou pour l'autre. Enfermés dans les tourments Noah était aussi distant que surprotecteur. Il l'aimait, loin de là l'idée contraire, il l'aimait d'ailleurs probablement trop. Depuis ce jour où il avait pu confondre son regard dans le sien, une étincelle avait allumé un feu ardent dans sa poitrine.
Il vivait chaque jour plus comblé qu'un autre à ses côtés. Chaque effleurement était un cadeau, chaque baiser était une utopie qu'il vivait.
Mais chaque jour, tandis qu'il dévorait pleinement sa chance, sonnait comme son purgatoire. Son déni l'avait poussé si loin qu'il ne pouvait simplement pas en parler. Il ne pouvait pas lui en parler.
Cette peur profonde qui vrilla ses tripes lorsqu'il comprit qu'il était allé trop loin lors de leur premier baiser échangé. Ce regard de glace qu'il lui avait lancé. Oui, il était égoïste, bien trop. Mais, il n'aurait pas pu le supporter. Qu'il le déteste, c'était trop dur, alors il le garda pour le lui. Ce lourd fardeau, ce poids intense qu'il portait sur ses épaules, seul. Si seul.
Douce ironie du sort, qui en souffrirait le plus à la fin ? Hein... C'est tellement dur d'imaginer laisser traîner tant de vies dans son dos.
Le court des événements ont changé.
Peut-être que la malédiction n'est alors pas si sanguine que ça.
La pendule s'est enfin mise en marche.

Torturé, il ne perdait pourtant pas son sourire. Ses plaisanteries de mauvais goût n'avaient cesse de faire rire son entourage. Trop facile, le masque ne tombe jamais. Sauf lorsque l'on se retrouve seul.

Le jour, il l'embrasse à en perdre haleine, lui montre son amour de toutes les façons.
La nuit, il s'effondre en larme, et se perd dans ses lamentations.

Du déni, il passa à une colère intense, au fond de lui tout lui semblait froid. Seule cette étincelle d'amour continuait à le porter encore sur ses deux jambes.
Noah, malgré la profonde colère d'imaginer qu'il devait subir ça, ne s'en prenait jamais au trésor qui pouvait encore illuminer le faible restant de vie qu'il lui restait.
Il était à fleur de peau sans arrêt, des crises de nerf se déclenchant dès qu'on tentait quelque chose de déplacé envers eux.

Combien de temps encore ce supplice durerait-il ?
Ne pouvait-on pas le laisser en paix ? Le laisser vivre comme un adolescent de son âge. Il souffrait le martyr sans jamais pouvoir le crier à sa moitié. C'était si douloureux...

Il fallait qu'il oublie. Il avait besoin d'euphorie. Qu'il abandonne ce monde pour quelques instants. Il commença doucement, le cannabis, juste quelques bouffées et il se sentait doucement pousser des ailes. Tout semblait moins grave, plus doux dans son corps.

Plus il s'attachait à ce produit, moins celui-ci lui semblait efficace. Frustré de recevoir une sensation éphémère, il voulut tenter un peu plus fort.

Son attention se porta sur de la cocaïne, dure, intense, les effets prolongés. La première fois qu'il a tenté, ses vaisseaux ont explosé sous la pression avant qu'il ne se mette à saigner du nez. C'était juste la première fois. Il n'avait même pas réalisé qu'il avait mal. Douce euphorie, une sensation de liberté déploya ses ailes dans un autre monde. Les sens décuplés, il vivait hors du temps. Enfermé dans une autre bulle.

Le manque fréquent lui faisait avoir des crises, un état second lui était apparu. Noah, garçon si souriant. Croquant la vie à pleines dents, maigrissait à vue d’œil. Presque bipolaire, il virait vers un borderline sévère qui n'échappa pas aux yeux de sa chère étincelle de vie.
Ce jour-là, il le serra dans ses bras avec une force presque surhumaine.
Il l'embrassa sans douceur.
À un tel point qu'il ne s'attendit pas à ce coup qu'il reçut dans la mâchoire. Sa violence l'avait perdu. Où est-ce qu'il allait ainsi avec ces merdes qu'il se traînait ?

Ses crises enclenchaient des tremblements, il ne savait plus où il en était, il avait besoin de la prochaine dose qui le ferait rêver. Où il pourrait le serrer dans ses bras comme la première fois sans se relâcher. Sans imaginer que peut-être ce serait la dernière. La vie quelle chien lorsque l'épée de Damoclès ne tient qu'à un fil, tendu et si fragile de se fendre.
Chaque jour il lui en fallait plus... Beaucoup plus.

Alors arriva le point de non retour.
La première injection fut douloureuse. Il sentait comme un poison qui lui brûlait les veines. Une palpitation, deux, cinq, vingt, cent ! Tout allait si vite, une traînée de lave se répandait dans chaque vaisseau avant d'atteindre le cerveau. Black out total. Lorsqu'il se leva, ce sentiment de légèreté et de bienveillance l'entoura. Il réalisa alors. Tout lui semblait si clair à présent. Il ne voulait pas, mais il savait qu'il devait ainsi accepter sa funeste destinée. Il n'était pas prêt, mais il fallait l'être. Les balancements de l'épée étaient toujours plus intenses, et le fil toujours plus fragile.
Ce jour-là, tout son être semblait briller d'un éclat presque divin, comme s'il venait de comprendre enfin le sens de l'humanité. Alors, il se rendit chez Van, toute trace de violence l'ayant déserté.
Il ne lui laissa placer aucun mot à ce moment, sans même qu'il ne se rende compte, leurs corps s'épousaient en parfaite harmonie, pendant qu'il dévorait ses lèvres d'une passion alors jusque-là jamais atteinte.
Une chaleur montant entre eux si douce et si dévorante en même temps. Les dents s'entrechoquaient, et les corps se cherchaient, et la tension montait à une allure folle.
À s’emballer les deux cœurs s’exprimaient en toute honnêtement. L’étreinte furieuse, la valse enchanteresse les avait tout simplement embarqués dans un autre monde.

Tout semblait aller pour le mieux au fil des années.
Toujours...
Toujours...
Encore...
Une dernière fois.

Van se doutait mais ne se méfiait pas.
Chaque dose était un poison jusqu'à l'entraîner au fond du gouffre. Violente, invasive. Tout allait mieux, jusqu'au manque de la prochaine dose.
Van ne savait pas, mais il s'inquiétait.
Chaque jour, l'état s'aggravait, les joues creusées, le corps marqué.
Van n'en parlait pas, mais la peur le rongeait.
Le dernier jour fut la fin.

Overdose.

Ce jour-là personne ne comprit, personne ne sut, tous tombèrent des nues. Ce jour-là, Van perdit son âme soeur dans un cri poignant. Pourquoi n'avait-il pas vu ? Toutes les fois avaient était un signe. Alors pourquoi, bon sang n'avait-il rien vu venir ?
Les larmes coulaient toujours plus sur ses joues, et cette fois-ci, il ne serait pas là pour les sécher. Tout contre son torse, il sanglota, les perles salées s'écrasant sur le corps inerte, et si froid de son ami.
La seringue encore enfoncée dans son avant-bras, il avait perdu toutes ses belles couleurs. Pourtant, son magnifique sourire demeurait immortel sur ses lèvres. Alors doucement, il déposa ses lèvres contre les siennes comme un dernier adieu, les yeux fermés, il n'arrivait pas à se défaire de ces souvenirs douloureux.
Encore maintenant, sa poitrine se serre à l'évocation de son magnifique amant. Il avait réussi à lui faire voir la vie autrement. À ne plus croire à cette foutue malédiction. À croire en la vie.

Au final, la vie est chienne et retire ce à quoi on peut tenir le plus.
Lorsqu'il le vit, beau dans son costume, dans son cercueil, il ne put retenir les larmes, et au milieu de toutes ces roses blanches, il en déposa une rouge. Signe d'un amour et d'une passion inconditionnels.
Jamais plus il ne pourrait se défaire de cette marque qu'il avait déposé sur lui. Comme du fer forgé, il avait fini par graver son nom dans sa chaire, son amour.

Au milieu de toute cette peine, les gens le regardaient avec pitié, il détestait ça plus que tout. Le cœur brisé, pourquoi ne savait-il que maintenant que Noah était atteint d'une grave maladie qui l'aurait de toute façon conduit à une mort certaine ?
Pourquoi n'était-il pas mort à sa place ?
Pourquoi fallait-il qu'il s'attache à un tel garçon ?

Froissée dans sa poche, il n'avait pas osé lire, mais il le devait, et sans pleurer.

"Van,
Je sais probablement qu'elle réaction tu vas avoir. Au fil du temps, j'ai quand même appris à te connaître. Alors que moi-même j'en oubliais qui j'étais.
Tu le sais mieux que personne, je t'aime, mais tout ça n'a été qu'éphémère, trop court, trop dur. Je devais te mettre au courant, mais jamais la force m'en est venue. Plus je te voyais, plus j'avais peur, je n'arrivais pas à t'éloigner, j'avais besoin de toi comme je n'ai jamais eu autant besoin de quelqu'un. Cette incertitude dans laquelle je me trouvais a rendu les choses encore plus complexes. Alors oui, j'assume, je regrette mais j'assume pleinement, j'ai plongé dans ce cercle vicieux. Je te voulais pour moi, mais je me devais d'oublier cette épée constante au-dessus de ma tête.
Plus les doses étaient conséquentes, moins je m'en trouvais satisfait. Alors oui, probablement, ça veut dire que j'arrive à la fin. Mais n'étais-je pas déjà condamné... ?
Désolé de te faire endurer ça, j'ai été égoïste, mais cette peur constante de te voir t'éloigner m'effrayait.
Considère que je suis stupide, c'est probablement vrai, je ne me rends plus vraiment compte.
Je ne sais pas si je te l'ai déjà dit, mais je n'ai pas envie de relire cette lettre. Je t'aime profondément, tu étais mon étincelle de vie qui embrasait mon cœur.
Ce sera probablement dur, mais il faut que tu tournes la page Van. Pas tout de suite, ça m'embêterait que tu m'oublies si vite, mais il faut que tu refasses ta vie. Tu te souviens quand tu m'as demandé ce que je ferais si je devais mourir demain ? Tu te souviens de ma réponse ?"

"Croque la vie à pleines dents et profites-en jusqu'aux derniers instants."


Les larmes effaçaient peu à peu les dernières lignes.

"Je ne veux pas que tu m'oublies, mais je ne veux pas que tu te pourrisses la vie mon amour.
Celle-ci sera la dernière, je le sais et je le sens. Ne pleure pas trop, sinon je reviendrai te hanter.
Ma main tremble, je suis même pas sûr que tu arrives à lire... J'ai été si bête. Adieu. N.

PS : Ce n'est pas ton histoire de malédiction à la con comme tu t'amusais si bien à me le dire alors ne t'auto-flagelle pas !"


"Adieu enfoiré... T'as intérêt à profiter là-haut, parce que quand ça sera mon tour, prépare-toi à t'en prendre une."


La vie est une chienne, la douleur est amère et passe en travers de la gorge. Comment pourrait-il ne serait-ce qu'imaginer refaire sa vie ? Pourquoi était -il né ? Pour mourir ou pour tuer des gens à sa place... ?

Un cri silencieux lui échappa, il saisit sa poitrine comme pour se consoler à la place de son manque. Il ne fallait pas qu'il recommence. Non. Il devait se faire détester comme petit il avait toujours si bien fait. Avant qu'il ne brise toutes ses barrières. Peut-être que la malédiction pèserait à nouveau sur ses épaules... Et il pourrait le rejoindre plus tôt que prévu.

Suite à l'enterrement, il n'a pas pu se résoudre à rester sur le continent. La blessure bien trop fraîche ne lui permettait pas de tenir debout proche de ses souvenirs. Il lui avait fallu prendre sur lui.
C'est avec toutes ses affaires qu'il délaissa derrière lui toute sa vie, peut-être même sa malédiction. Pas loin de quelques mois plus tard après être arrivé en Europe, il se trouva davantage apaisé en Angleterre. Suivi de près par son père au téléphone, il finit par s'installer dans une petite ville reculée, nommée Niflheim.



Speed ~ Thought ~ Fright
Messages : 54
Métier : Technicien d'Identification Criminelle
Pouvoir : Déplacement accéléré
Humeur : Inquiète

Double(s) compte(s) : Stefan Allesia
avatar
R:Physic
Voir le profil de l'utilisateur




Ginger Briggs
R:Physic
Jeu 10 Aoû - 10:49
Heyo ! Bienvenue parmi nous et bonne validation :D


_________________





Paper, please:
 
Messages : 51
Localisation : Tu cherches une meute de chats, j'suis pas loin '^'
Métier : Je répare et bricole des motos, c'est une passion et un métier!
Pouvoir : Comprendre les chats
Humeur : Nyah?

avatar
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Edward Arcanès
R:Divers
Jeu 10 Aoû - 11:22
J'ai comme une impression de déjà vu sur ce personnage... Mais je peux me tromper Ah bon ?
En tout cas, bienvenue!

_________________


Esis, le chat!:
 

Une vie de chats (merci Hamish!):
 


“ You hate me? Well okay, grab a chair and wait for me to care. „
Messages : 14
Métier : Branleur à temps plein. :hm:
avatar
Human
Jeu 10 Aoû - 11:44
Merciii à ! \o/

(Si j'te dis Loukachoupinounetchaton ça te rappelle un truc ? :D)

_________________




You want to end your life. Now and again we try. To just stay alive
Maybe we'll turn it all around


I'm nothing of a Saint,
I'm a Sinner.
000

Messages : 232
Localisation : La Tentation.
Métier : Hôte.
Pouvoir : Thérianthropie féline.
Humeur : Charmeur.

Double(s) compte(s) : Shiro Miyazaki ; Randy Goldstein ; Khalel Holloway.
avatar
First I drink the coffee, then I do the stuff.
Voir le profil de l'utilisateur




Ivan Miller
First I drink the coffee, then I do the stuff.
Sam 12 Aoû - 11:53


Vanitas c'est genre... Un de mes premiers avatars RP que j'utilise encore... ;;;
Je suis perplexe de le voir sur quelqu'un d'autre, sur mon forum %D

Anyway, porte le fièrement, c'tun BG à l'état pur ce guy.
I mean... You know... Kingdom Hearts. ♥️
....
*fangirl sur Van*

BIENVENUE DONC. Ton parrain va te valider très bientôt, aucunes craintes !
A bientôt sur la CB. ~


_________________


♥♥:
 


“ You hate me? Well okay, grab a chair and wait for me to care. „
Messages : 14
Métier : Branleur à temps plein. :hm:
avatar
Human
Sam 12 Aoû - 12:13
Awh... Vanitas est mon premier avatar ro donc je comprends ça me pique toujours quand je vois quelqu'un l'utiliser. xD
Mais ca veut dire qu'on va bien s'entendre. D8

Merci ! o/

_________________




You want to end your life. Now and again we try. To just stay alive
Maybe we'll turn it all around
avatar





Invité
Invité
Sam 12 Aoû - 16:47


Tu es validé ! Bravo !

« Bienvenue dans la Tarteam mon mignon o/ C'est l'groupe le plus fun, le plus cool et le plus sexy. Bref tu es bien sur validé, je n'ai rien à redire sur ta fiche (je sais que certains points ont été changés avant que je lise, moins de taf pour moi o/). J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous ! »

• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
• Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
• Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains-