RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Quartiers Extérieurs :: Rue Piétonne :: Studio Photo Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Say cheeese! [Ft. Stefan]



Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Lun 31 Juil - 1:39
Say cheeese!
Le centre commercial était bondé. Rien d'étonnant, le mois de juin était à moitié entamé et les vacances approchaient. Que ce soit avec des sacs remplis de vêtements, des valises toute neuves ou même une cage pour chien, une bonne partie des hommes avaient les mains remplies. Les allées ressemblaient à celle d'une gigantesque fourmilière, et moi j'étais en train de me faufiler entre chaque fourmi pressée avec mon seul petit sac à la main contenant des shorts en jean. Il ferait chaud, alors pourquoi s'encombrer avec un tas de choses qui finirait par prendre la poussière dans les placards ?

Je continuai ma route, non sans me faire bousculer à quelques reprises, et quittai finalement la zone la plus agitée du centre. Une affiche collée sur la vitrine d'un magasin de chaussures attira mon attention. Un artiste photographe de Niflheim, Gregory Meyers, recherchait des volontaires pour participer à une séance photo complètement amateur, donnant lieu ensuite à une exposition. Ce dernier voulait montrer qu'il n'y avait pas besoin d'être un mannequin pour oser se montrer et poser sur des magazines. Je trouvai ça intéressant, dans les magazines on ne voyait que le même type d'hommes, à croire que tout le monde se ressemblait. La note de fin m'arracha un sourire :

« Je veux saisir votre spontanéité, messieurs. Si n'avez pas peur de montrer vos caleçons, allez-y ! Faites-vous plaisir ! Si vous ne voulez pas, ça me va aussi ! L'essentiel est que vous vous amusiez. Je veux montrer à quel point les gens de ma ville sont fantastiques. »

C'était ainsi que trois jours plus tard je me rendais au studio photo où aurait lieu les photos, ça allait être amusant. Il y avait plus d'hommes que je ne pensais dans la salle d'attente et tellement différents les uns les autres, une vraie mixité, le photographe ne serait pas déçu à mon avis. Je me rapprochai d'un pas nonchalant d'une des seules places vides restante sur un des canapés, aux côtés d'un jeune homme blond aux yeux ambrés. Contrairement à certain il m'avait l'air plutôt sûr de lui. Il dégageait une certaine assurance, malgré son visage lui donnant un petit air angélique, même si en y regardant bien on se doutait que ce n'en était pas un, pas avec ce regard, simple intuition. Je souris à cette pensée et finit par m'asseoir sur le canapé moelleux. Quelques minutes plus tard, un homme aux cheveux d'ébène en bataille entra dans la pièce avec une énergie débordante.

« Bonjour à tous, wow, je suis content de voir autant de monde ici ! Je suis Gregory Meyers celui qui va vous photographiez, j'espère vraiment que vous prendrez autant de plaisir que moi à faire ces photos ! Bon j'ai hâte alors on va commencer ! »

Sans perdre de temps, le photographe nous expliqua le déroulement de la séance. Dans un premier temps nous ferions des clichés dans des vêtements de tous les jours, nous pouvions même garder les nôtres si nous voulions, il voulait du, NA-TU-REL, pour le citer. Il ne pouvait pas s'empêcher de sautiller un peu partout, ses yeux bruns nous balayant tour à tour comme s'il analysait déjà quel style de photo il ferait. Toujours dans ses explications, il nous informa que nous pouvions donc même en faire en sous-vêtement pour les plus à l'aise avec l'objectif, voire en duo. Un petit challenge, je me demandai combien nous serions à vouloir le relever. Moi en tout cas je le ferai, et peut-être le blond à côté de moi aussi.

Maintenant que nous savions tout ce qui allait se faire, Gregory nous invita à le suivre dans le studio d'un blanc immaculé. En vérité certaines photos se feraient quasiment en extérieur dans une petite parcelle de rue barrée pour l'occasion. L'artiste montra les différents vêtements sur les cintres pour ceux voulant se faire plaisir et changer un peu.

« Alors ! Qui est assez courageux pour commencer ? Vous pouvez être deux c'est plus sympa aussi, lâchez-vous ! On fait simple pour la première dehors, vous êtes près d'une rambarde, l'un assis dessus, l'autre appuyé, et vous vous fixez !»

Il y eu un petit moment de silence le temps que chacun se demande s'il voulait commencer, mais moi j'étais la pour ça de toute manière. Je m'avançai près de l'artiste, sûr de moi et souriant.

« Je veux bien la faire celle-là ! »

Il restait à savoir si j'allais la faire seul ou avec quelqu'un d'autre.  


Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Mar 1 Aoû - 16:25


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Donne-moi ce sourire que je l'ajoute à ma collec'
Un de plus dans ma smilothèque
Avec celui qui dessine tes fossettes
♪♫♪♫

15 juin. Malgré quelques nuages tenaces et cotonneux, le soleil de la fin de matinée persiste à répandre sur Niflheim une agréable chaleur. La douceur de l’air est plus printanière qu’estivale, mais elle est tout de même bienvenue. Du moins, pour ceux qui y font attention. Stefan ne sait pas exactement la date d’aujourd’hui, ni ce qui le tire du sommeil, ni combien de temps il lui faut pour se rendre compte qu’il est réveillé. En fait, il ne se souvient même pas avoir dormi. Rien de tout cela ne lui semble important. Depuis deux jours, plus rien ne peut avoir d’importance à ses yeux. Non… Avec le recul, il se souvient que le quartier était vraiment minable. Que l’appartement ne payait pas de mine. Qu’il n’aurait jamais supporté d’habiter dans un studio aussi étroit, sombre et décrépit. Mais il se souvient aussi qu’il s’en moquait complètement. L’endroit où il se trouvait, ce qu’il l’environnait… Rien de tout ça n’avait de réelle substance. Tout était éclipsé par la présence chaleureuse, lumineuse, incandescente de Lindsey contre lui. Pesamment, Stefan se redresse sur son lit défait. Une lourde odeur de renfermé et de corps immobile flotte dans sa chambre, qu’il ne se rappelle pas avoir aérée en deux jours. Un peu comme sa mémoire…

Je ne peux pas…
Il se souvient de tout. Ses mains contre lui, ses doigts dans ses cheveux, la saveur de sa langue, de ses lèvres, de sa peau.
Je ne peux pas…
Il se souvient de sa façon de gémir, de murmurer son prénom comme s’il s’agissait d’un mot sensuel.
Je ne peux pas…
Il se souvient de la chaleur qui l’a ébloui quand il l’a laissé le prendre, s’est transformé en cobra ondulant au-dessus de lui pour l’enserrer dans ses anneaux, l’hypnotiser de ses mouvements de hanches.
Je ne…
Il se souvient de la façon dont il s’est laissé capturer et avaler, dont il s’est fondu dans le torrent chatoyant qui les emportait tous les deux.
Peux pas…
Il se souvient de la façon dont il a tout brisé.
T’oublier.

D’un mouvement brusque, Stefan pousse les draps et se lève de son lit pour ouvrir la fenêtre avec violence. Le soleil, la brise et l’air pur le frappent comme une gifle et il reste un long moment à cligner des yeux devant les toits qu’il distingue sous la lumière. Mais qu’est-ce que je fais… Il finit par se retourner vers sa chambre, un peu hagard, comme s’il ne reconnaissait pas l’endroit. Et de fait, c’est le cas. Ce n’est pas moi, tout ça... Il n’est pas allé à la fac pendant deux jours, en prétextant une gastro auprès de Florian qui a accepté de prendre les cours pour lui. Il a servi le même mensonge à Inno qui s’est débrouillé pour la nourriture. Il n’a rien avalé, n’est quasiment pas sorti de cette pièce depuis qu’il a quitté Lindsey. Et il ne se reconnait pas dans cette attitude alors qu’il s’en rend brutalement compte, comme s’il se réveillait d’un rêve étrange et glauque qui lui semblait réaliste sur le moment, mais n’a plus aucun sens à présent. Je ne suis pas comme ça. Les souvenirs sont toujours là. La douleur est toujours là. Les émotions déchirantes qui l’ont cloué sans force sur son matelas sont toujours là. Elles lui font horreur. Il n’était pas censé réagir aussi violemment à ce qui était la meilleure solution possible pour lui. S’ébrouant intérieurement, Stefan prend des affaires propres dans son placard et saisit le portable qui traîne sur sa table de chevet avant de filer dans la salle de bain, pour une bonne douche froide. Je dois redevenir moi.

Deux heures plus tard, il attend avec patience et curiosité avec d’une petite dizaine d’hommes de tous âges que le fameux Gregory Meyers veule bien se montrer. Une séance photo avec modèles amateurs… C’est Peter, le coloc’ de Flo, qui a posté l’évènement sur son mur Facebook. Stefan l’a vu en sortant de la douche et n’a hésité qu’une seconde avant d’y aller sur un coup de tête, comme une sorte de défi. Tout le long du chemin, il a senti sa confiance en lui revenir peu à peu, l’a renfilé avec la surprise et l’agrément que l’on ressent quand on remet un vêtement familier que l’on n’a pas porté depuis longtemps. En poussant la porte du studio, ses gestes et sa démarche étaient aussi assurés que trois jours plus tôt. Et rien qu’en voyant les projecteurs, les écrans blancs et les trépieds, il devine qu’il sera dans son élément. C’est pile ce qu’il me fallait. Oui. Rien de tel que de revenir sur le devant de la scène, de jouer de son corps pour redevenir lui-même, se retrouver après que Lindsey ait failli le perdre.

Stefan a eu le temps d’amorcer la conversation avec successivement trois des personnes présentes quand le photographe arrive, aussi jovial et enjoué que le laissait présager son annonce. L’italien sourit. Toi, tu me plais déjà. Rapidement, il leur ré-expose le principe de la séance, son déroulement, l’éventuel matériel à disposition et son maître mot : s’amuser. Parfait. Stefan a déjà hâte de commencer. Quand le photographe les invite à le suivre dans la portion de rue qui leur est réservée pour une heure ou deux, il se sent tout prêt à se porter volontaire. Et il levait tout juste la main lorsqu’il est pris de vitesse. Oh ? Il le regarde s’avancer avec surprise pendant une seconde, cet homme un peu plus âgé que lui dont il finit par se souvenir qu’ils étaient assis l’un à côté de l’autre dans le studio en attendant Gregory. Grand, athlétique mais délié, un visage fin et élégant sous une courte chevelure châtaine et bien peignée, des yeux perçants à la courbe gracieuse. Beau, assurément, et confiant aussi. Ça se voit dans sa façon de sourire. Stefan sent aussitôt un bref claquement quelque part le long de sa colonne. Comme si son orgueil s’ébrouait après une petite sieste et le poussait gentiment en avant, en réaction à la prestance de cet inconnu qui lui a volé la vedette. Il lui obéit immédiatement et s’avance à son tour.

« Moi aussi. »

Au passage, il jette un bref coup d’œil à celui qui sera son partenaire pour l’ouverture de la séance et lui adresse un de ses beaux sourires d’ange insolent, en penchant légèrement le visage. Pour l’occasion, il a mis une chemise blanche qui fait ressortir l’or de sa peau, de ses cheveux, de son regard. Il s’est légèrement coupé en se rasant au niveau de la mâchoire, mais ça lui donne un petit air canaille qui ne le dépare pas du tout. Certes, il lui manque encore quelques années pour avoir l’élégance racée de cet homme, mais il compte sur sa jeunesse et son charme solaire pour briller sous l’objectif. Gregory, lui, semble aux anges.

« Magnifique ! Bravo pour votre courage, Messieurs. Vous allez être parfaits, j’en ai la certitude. Allez ! En place ! »

D’un bond, Stefan s’installe sur la rambarde et se penche nonchalamment en avant, les coudes posés sur ses genoux, avant de se tourner vers son partenaire qui a pris place à son tour. Son sourire revient jouer sur ses lèvres alors qu’il plonge ses yeux ambrés dans les siens, d’un bleu cru de ciel d’été.

« Salut. »

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Dim 6 Aoû - 19:57
Say cheeese !
Mes yeux balayaient la dizaine d'hommes présents dans le studio. Ce serait quand même dommage de faire cette photo seul, même si cela ne me dérangeait pas réellement. Certains hésitaient, se regardaient, haussaient les épaules, le premier pas était toujours le plus compliqué. Parfois il suffisait juste de sauter à pieds joints dedans, c'était une chose que j'avais finit par comprendre. Et puis, nous étions tous des amateurs, aucune gêne à avoir !

Mon sourire s'élargit lorsque la voix du blond auprès duquel j'étais assis plus tôt retentit, je notais un léger accent. Maintenant qu'il était debout je pouvais facilement admirer sa belle silhouette fine mais bien bâtie que sa chemise blanche mettait en valeur à merveille. J'avais toujours eu un faible pour les hommes à la peau bronzée, cela leur donnait un petit côté exotique qui m'attirait beaucoup.  Je lui rendis son sourire effronté d'un rictus narquois, ma première intuition avait été bonne, son apparence angélique cachait une insolence calculée. À ses traits fins et arrondis je me doutais qu'il devait être un peu plus jeune que moi, il dégageait une certaine fierté, et cette petite coupure brisant l'harmonie de sa mâchoire, la maladresse d'un impétueux ?

Gregory semblait adorer son tout premier duo, il ne se cacha pas pour le faire savoir. Toujours avec sa même fougue, le ténébreux annonça le début de la séance après nous avoir demandé nos noms. Il avait le mérite de savoir mettre les gens à l'aise, l'ambiance était légère, sans prise de tête, sans aucune pression, parfaite pour passer un bon moment. Qui sait, peut-être que certains se découvriraient un nouveau talent ? Toujours d'un pas nonchalant, j'allais m'appuyer lascivement sur la rambarde, tandis que mon blond de partenaire dénommé Stefan s'installait d'un bond sur cette dernière. Le contact froid du métal sur mon flanc droit me fit frisonner. Je plaçai mon bras droit par dessus la rambarde, laissant ma main pendre dans le vide, juste devant moi. Mon pied droit croisa le gauche et ma main gauche alla se cacher dans la poche de mon jean couleur crème, seul mon pouce y échappait. J'avais mis une chemise bleue marine pour rehausser un peu mon teint clair, j'espérai qu'elle sortirait bien sur les photos.

Je levai la tête pour observer Stefan, d'aussi près ses prunelles me faisaient penser à deux opales de feu, cette pierre précieuse orangée mexicaine extrêmement rare, aux multiples éclats, très prisée en joaillerie. Comble de l'ironie, par sa couleur chaude on disait qu'elle représentait la pierre du désir sous toutes ses formes. Je n'avais aucun mal à imaginer ce jeune homme jouer de son charme, il était parfaitement conscient d'en voir, sa posture en témoignait. J'aimai cette petite dualité qui s'installait déjà lentement, alors que rien n'avait encore commencé.

« Salut blondin. »

Un petit sourire espiègle ourla mes lèvres, puis le photographe s'exclama de derrière son appareil posé sur son trépied.

« Bien, bien je crois que je n'ai pas grand chose à ajouter pour les postures ! Bon faites-moi sentir une belle alchimie entre vous deux, oubliez que vous êtes deux inconnus l'un pour l'autre, il faut que ce soit crédible ! »

De l'alchimie, à mon avis elle n'aurait aucun mal à se faire sa place. J'effaçai mon expression légèrement rieuse pour une plus neutre et plus douce je dirais. Je plongeai dans cet étang de lave incandescente que représentait ses deux ambres. Il me surplombait légèrement, assis sur la rambarde, dans sa pose nonchalante et assurée, mais je ne comptais pas me laisser dominer pour autant, tout était dans la posture et dans le regard. Le mien se faisait perçant mais sans pour autant être, agressif, c'était comme griffer une peau sans la marquer, comme l'océan qui creuse la pierre de ses passages réguliers. Je me tenais droit, complètement à l'aise, confiant, assuré, une petite brise s'amusa à faire virevolter un peu nos mèches. Puis un premier flash ébloui la rue, suivit d'un second, et d'un troisième.

« Super les play boys ! Venez voir vos frimousses ! »

Gregory s'esclaffa, suivit par le petit groupe en retrait. Je me dirigeai vers le photographe, avec la hâte de voir le résultat. Elles étaient vraiment magnifiques, et cela n'était pas dû à nous, mais aussi à l'angle choisi par le ténébreux. Légèrement en contre-plongée pour accentuer la hauteur de Stefan, l'assurance qu'il montrait mais tout en montrant ma présence à l'objectif. Le contraste était juste parfait. Il avait même saisi le moment où la brise passait sur l'une des trois.

« Pour une première elles sont supers ! »

J'échangeai un regard avec le blond pour voir s'il partageait mon avis.

« Vous faites un bon duo, ça se retranscrit très bien à l'objectif, bon c'est décidé je vous menotte ensemble pour la journée ! »

Mes yeux clignèrent plusieurs fois avant que je ne retiennes un rire. Gregory se tourna ensuite vers le reste du groupe, il était temps pour les autres de se lancer eux aussi. En attendant, puisque j'avais été assigné d'office à Stefan sans discussion, autant engager la conversation.

« Je rêve ou on n'a même pas eu notre mot à dire ? Enfin, c'est loin de me déranger. »

J'arborai un sourire charmeur alors que je m'appuyai sur un muret.

« Alors, qu'est-ce qui t'as donné envie de faire ces photos ? »

Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Dim 13 Aoû - 13:12


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Say cheese ! Car le petit oiseau va sortir
Trois, deux, un et immortaliser ce sourire
Just give me that smile
♪♫♪♫

Stefan rit sur le premier cliché. Blondin ? Le surnom l’a surpris. Il a l’habitude qu’on le charrie sur sa couleur de cheveux, si peu courante chez les méditerranéens. Il a même eu droit à des sobriquets bien plus alambiqués que celui-là. Mais il a aimé la façon dont Gareth l’a prononcé, avec une voix chaude, un brin joueuse, un brin distante, qui s’accordait parfaitement avec le port altier de ses épaules et l’aisance de ses gestes quand il s’est appuyé contre la rambarde. En plongeant son regard dans le sien, un agréable frisson embrasse la nuque de l’italien. Ça lui arrive parfois, quand il rencontre quelqu’un. Il ne sait pas quoi, mais quelque chose chez cet homme lui plaît. Beaucoup. À priori, ce n’est pas le genre de type avec qui le courant passe tout de suite, comme c’est le cas avec beaucoup de ses potes. Son attitude posée, son assurance emprunte de fierté le classeraient plutôt dans la catégorie des gens moins faciles d’accès, moins immédiatement sensibles à son charme chaleureux. En d’autres termes, les hommes plus gratifiants à séduire. C’est pour ça que je préfère les mecs plus âgés que moi… Dès lors, Gregory n’a plus aucun souci à se faire pour sa première série de photos.

Stefan rit sur le premier cliché, et sourit franchement sur les autres. Puisque Gareth conserve son calme nonchalant, le jeune homme a pris le parti inverse et laisse parler son entrain naturel pour faire contrepoint. D’instinct, il sait aussitôt que l’effet est réussi. Depuis toujours, il est le Soleil. Celui qui éclaire, réchauffe, éblouit, brûle parfois mais dont on ne peut rester indifférent à l’éclat dès lors qu’il apparait quelque part. De fait, le bel homme qui lui fait face apprécie son charme. Mais il y a quelque chose de plus dans ses yeux qui l’observent, le sondent, détaillent ses traits comme pour les refaçonner. Une force tranquille et incisive qui lui fait contempler le soleil en face sans crainte, presque avec amusement. Stefan a l’impression de la sentir courir sur sa peau, cette mise au défi, cette promesse joueuse qui se reflète dans les prunelles azurines. Ces yeux, n’empêche… Ils lui font penser à la surface chatoyante d’un lac de montagne, dont la teinte céruléenne cache la véritable profondeur. Le genre d’eau froide dans laquelle on ne peut se retenir de plonger même si elle nous mord la peau au début, parce qu’y nager est incroyablement vivifiant. À nouveau, ce regard vient griffer sensuellement son orgueil. C’est pile le genre de défi dont il avait besoin pour se retrouver. J’ai vraiment bien fait de venir.

Lorsque Gregory les rappelle pour leur montrer le résultat, celui-ci est en effet des plus convainquant. Le photographe connait bien son métier : le cadrage et la composition de ses clichés met parfaitement en valeur la lumière, les détails de la scène et l’harmonie entre leurs deux silhouettes. Le subtil équilibre entre concurrence et attirance, détachement et séduction. Il hoche la tête avec un regard éloquent quand Gareth les complimente. Même moi je ne pensais pas que ça rendrait aussi bien. En tout cas, pas au point que Gregory les désigne d’office comme duo pour la journée. Wait what ? Si si, il a bien entendu. Et il n’a déjà plus l’occasion de protester puisque le photographe est parti s’occuper des autres modèles qui attendent leur tour. Stefan se retrouve en tête-à-tête avec son partenaire imposé, visiblement aussi surpris que lui, avant d’éclater de rire à son tour. Ce n’était pas prévu, mais après tout pourquoi pas ?

« On dirait bien ! Mais ça va, ça ne me dérange pas non plus. »

Au contraire. Il est ravi d’avoir une bonne occasion de se rapprocher de cet homme charmant, qui éveille ses instincts de si agréable façon en lui proposant un défi à sa hauteur. Stefan se tâtait encore, mais il en acquiert la conviction en voyant le mouvement souple avec lequel il s’appuie contre le muret, le sourire enjôleur qui vient ourler ses lèvres sous le lac de ses yeux bleus. L’italien se rapproche, mains dans les poches de son jean, et hausse les épaules avec une désinvolture étudiée :

« Un ami a partagé l’évènement sur Facebook. J’habitais pas trop loin, ça avait l’air marrant et pas prise de tête et je me suis dit que je n’en aurais pas l’occasion tous les jours. Et puis on fait souvent des rencontres intéressantes dans ce genre de trucs qui sortent de l’ordinaire… »

Son sourire angélique ne laisse aucun doute quant à ce que Gareth doit penser de ce sous-entendu. Stefan soutient son regard juste le temps de le voir apprécier le compliment, puis il vient s’appuyer sur le muret à côté de lui pour lui retourner la question :

« Et toi ? Qu’est-ce qui t’as poussé à venir ici ? »

Ils ont le temps de discuter encore un peu entre chaque prise, dont ils vont admirer les résultats avec les autres. Tout le monde a l’air de bien s’amuser. Du plus timide au plus assuré, les autres participants ont tous joué le jeu, seuls ou a deux, et les photos respirent la fraîcheur même quand les modèles ne sont pas encore très à l’aise. Évidemment, ça ne peut qu’encourager et même ceux qui appréhendaient la première pose sont plus décontractés à présent. Certains ont d’ailleurs hâte de recommencer, Stefan en tête. Je veux le revoir me tenir tête avec son regard sexy. Sur un signe de Gregory, ils retournent à l’intérieur du studio et le photographe s’adresse à eux tous :

« Votre attention, messieurs ! Pour la prochaine série de photos, j’aimerais que vous choisissiez tous un accessoire parmi ceux qui sont à votre disposition, pour vous mettre un peu en scène. Rien de bien méchant, ne vous inquiétez pas. Juste de quoi prendre confiance en vous, maintenant que vous avez tous pu sauter le pas. Si vous cherchez un objet en particulier, dites-le-moi ! Je vous aiderai de mon mieux, même si je ne sais moi-même pas tout ce que j’ai embarqué… »

L’italien sourit à nouveau avec enthousiasme en regardant les portants qui supportent des vêtements et des pièces de costumes, et les bacs en plastique contenant visiblement toute sorte d’objet. Curieux, il va y fouiller, se demandant ce qu’il pourrait bien trouver pour se mettre en scène avec son binôme… quand son regard tombe soudain amoureux de l’un des bidules présents. Oh. Il le saisit aussitôt d’un air triomphant, ravi d’être tombé dessus alors qu’il pensait se rabattre sur un vêtement. Il n’a plus l’air tout jeune ni très bien accordé, mais c’est indéniablement un magnifique ukulélé. Stefan se tourne vers Gareth, espiègle, l’instrument en main. Ça ne vaut pas sa guitare et il va certainement se planter dans les accords. Mais tant pis. Il lui adresse un clin d’œil en grattant quelques accords – faux – pour rire.

« Je te joue la sérénade ou je fais un powerslide à tes pieds en chantant Born To Be Wild ? »

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Ven 18 Aoû - 0:24
Say cheeese!
Son rire était aussi chaleureux que ses deux ambres qui me fixaient, et me chatouillaient les oreilles. Instinctivement mon sourire s’élargit et mes yeux se plissèrent légèrement. Stefan avait la bonne humeur communicative, ce serait mentir d’affirmer le contraire. Il m’était inutile de voir les clichés pour savoir qu’ils respireraient la fraîcheur du moment, la légèreté également, c’était impossible autrement avec deux hommes venus spécialement pour se détendre. Je mentirais également en disant qu’il n’avait pas un charme qui me plaisait, mais une allure trop juvénile pour que je ne m’amuse pas un peu, histoire de voir jusqu’où notre petite concurrence irait.

Mes yeux laissaient cependant voir que je n’étais pas insensible pour autant, je me plaisais à admirer les traits fins de son visage étirer dans un franc sourire, qui j’étais certain, allait éblouir les photos. Je rendais souvent les hommes mal à l’aise en les observant de la sorte, mais pas lui, ça aussi c’était intriguant, il aimait jouer aussi, tant mieux. J’aimais sentir ses opales chaudes sur moi mais m’obstinai à le tenir à l’écart de mes deux améthystes bleues. On pouvait sentir une réciprocité encore douce dans cet échange d’œillade, mais pour combien de clichés encore ?

Gregory nous rappela et là s’affirma notre petit talent caché, elles étaient juste superbes, j’en étais surpris moi-même. Mon binôme blond approuva également avec enthousiasme, puis l’esprit du producteur photo s’éleva et nous assigna ensemble sans aucune possibilité de discussion. Heureusement, nous prenions la chose tous les deux plutôt bien. Un rire que j’allais vite apprécier d’entendre rejoins le miens. Je profitai donc de la pause que nous offrait le fait d’être passés en premier pour faire connaissance avec Stefan. Je m’appuyai nonchalamment sur un petit muret, sans délaisser mon sourire se voulant charmeur, ça avait l’air d’attirer le blondinet. Je commençais tout simplement par lui demander ce qui l’avait donné envie de venir à cette séance. Stefan avait exactement les mêmes raisons que moi, s’amuser et passer un bon moment, que fallait-il de plus ? Je pris un petit air arrogant à sa dernière remarque, que j’aurais pu lui retourner sans aucun doute, mais ce serait trop simple. J’étais certain que, ce genre de compliments glissaient de ses fines lèvres comme de l’eau.

« J’intéresse beaucoup de monde, va savoir pourquoi... »

Je soutins son regard et ne ratais pas son expression digne d’un magazine, il était parfaitement conscient de ce qu’il cherchait dans ses paroles ou ses gestes. Sa posture décontractée et sa façon de se poser près de moi, le photographe avait bien choisi le surnom qu’il nous avait donné. Le jeune homme à la chevelure d’or me retourna ma question.

« Tuer la routine ? Le discours était plutôt attirant, alors pourquoi pas. »

Notre conversation continua tout le long de la séance en extérieur, de temps en temps nous revenions devant l’objectif, toujours aussi complices sur les clichés. Ceux des autres étaient également vraiment pas mal, on pouvait voir que chacun prenait ses marques à son rythme, Gregory savait parfaitement ce qu’il voulait. Tout le monde était enjoué, moi y compris, j’avais hâte de voir ce que la suite nous réservait, j’avais un partenaire qui je savais, ne reculerait pas devant des challenges. D’un signe de la main, Gregory nous invita à retourner dans le studio, puis reprit la parole.

Ainsi nous devions choisir un accessoire pour les prochaines séries, je sentais que ça allait être marrant. Comme les autres je m’approchais des bacs en plastique pour voir ce qui pourrait bien me plaire. Le choix était large, il me fallait farfouiller un peu parmi tous ces objets, il y avait des vêtements également. Malheureusement je ne parvenais pas à me décider, trop de choses me paraissaient intéressantes à mettre en scène. Puis Stefan vint vers moi avec une guitare, non un ukulélé dans les mains, l’air victorieux et fier de sa trouvaille. Son air espiègle et son clin d’œil me font rire légèrement. Je n’étais pas musicien, mais j’étais sûr que le son était faux, rendant la chose un peu plus comique. Je ris franchement à sa proposition, secouant la tête de gauche à droite, puis me rapprochai de lui en faisant glisser mon doigt sur les cordes non accordées de l’instrument.

« Tu te mets déjà à mes pieds ? Je suis flatté ! Va pour le powerslide, cette chanson m’a tout l’air écrite pour toi. »

Je lui rendis son clin d’œil puis je sus ce que j’allais prendre comme accessoire. Cela irait de concert avec ce que le blond avait trouvé. Je mettais sur ma tête une couronne de feuilles vertes rappelant celle portée par les hommes à Hawaï. Mais je n’allais pas m’arrêter là, ça manquait de couleur. Me retournant face au blond, je déboutonnais complètement ma chemise marine, le laissant entrevoir mon torse dans un sourire provocateur. Je la gardais cependant sur mes épaules et enfilai un collier de fleurs, un parfait look de vacances.

« Tu as le mérite de m’inspirer. »

Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Jeu 24 Aoû - 12:20


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Laisse-moi te tirer le portrait
J'suis un maniaque d'images
Un sourire à chaque mot, sourire à chaque note
Sourire à chaque visage
♪♫♪♫

Ah… Une nuance d’étonnement vient ourler son sourire, jusqu’ici amusé. Il ne s’y attendait pas, à celle-là. D’ordinaire, la plupart des gens le remercient ou lui retournent les compliments qu’il fait, flattés et plutôt contents de plaire. Gareth, non. Gareth est plus subtil que ça. Stefan l’observe de son regard aiguisé, flottant encore à la surface de ses yeux. Ça pourrait passer pour de la prétention  – et c’en est sans doute un peu aussi, faut pas se leurrer – mais cette réponse confirme ce qu’il pensait jusqu’ici. L’homme face à lui apprécie son charme et sa présence. Mais il est plus difficile d’accès que ses conquêtes habituelles. Il ne se laissera pas amadouer aussi simplement, par quelques mots gentils et sous-entendus plaisants. C’est cela que signifie cette phrase un brin vaniteuse, que Stefan perçoit avant tout comme un encouragement, un « peut mieux faire ». Okay. Alors corsons un peu la difficulté. Sans cesser de sourire, il hausse légèrement les sourcils avant de répondre l’air de rien :

« Ah ? Moi je pensais au photographe. Il est cool, comme mec… »

Aucune moquerie, aucune méchanceté. Presque de l’innocence dans sa voix. C’est ce que quiconque pourrait penser s’il n’y avait pas le regard qu’il lui lance en appui, penchant légèrement la tête sur le côté d’une façon qui fait paraître ses cils noirs plus épais autour de ses pupilles dorées. Ce regard qui assure à son vis-à-vis qu’il n’est pas sans ressource, lui non plus. Je peux venir à ta hauteur, t’inquiète pas… De fait, la conversation qui suit lui laisse sur la langue une impression piquante et savoureuse. Séduire, c’est improviser à deux une chorégraphie sur un fil invisible. Il faut constamment rechercher l’équilibre entre prudence et audace, franchise et suggestion, proximité et distance. Un exercice difficile mais ô combien gratifiant, en particulier quand son partenaire s’y entend. Lorsque c’est le cas, l’italien prend autant de plaisir, si ce n’est plus, au jeu qu’à sa finalité. En l’occurrence, c’est pleinement le cas. Stefan et Gareth ressemblent à deux félins nonchalants qui se tourneraient autour sans en avoir l’air. Ce qui n’est pas pour déplaire à Gregory qui, semble-t-il, les observent à la dérobée avec intérêt, à intervalles réguliers. Mais je me fais peut-être des idées… se dit Stefan, plus préoccupé les doigts du bijoutier qui sont venus effleurer les cordes l’air de rien, l’enveloppant de son parfum. Une senteur masculine et élégante, à base d’ambre et de cyprès, quelque chose comme ça. Il rit en le voyant choisir une couronne de feuilles et un collier de fleurs, qui jettent de jolies couleurs sur la peau blanche de son torse visible dans l’échancrure de sa chemise ouverte. Si ça c’est pas une invitation…

« Je te promets que c’est pas le seul mérite que j’ai… »

La suite de la séance est comme on pourrait s’y attendre. Stefan a pris le temps d’accorder son ukulélé et s’amuse comme un petit fou. Même les autres participants rient en le voyant glisser aux pieds de Gareth comme une rockstar pour lui adresser un clin d’œil et un sourire ravageur. Et pendant cette seconde prise, le rapprochement physique entre son partenaire et lui commence à devenir perceptible. L’italien se fait plus audacieux, venant même jouer du bout du doigt avec le collier de fleurs sur le dernier cliché. Ça n’a pas duré bien longtemps, il l’a lâché dès la photo prise. Mais il espère avoir réussi son coup pendant cette brève ébauche de contact. Attirer son attention, faire comprendre ses intentions sans se montrer trop insistant, suggérer ce qui pourrait suivre… Tant de choses à faire passer dans un mouvement de doigts, un regard appuyé et un sourire joueur. Mais il n’a pas vraiment le temps de s’assurer des effets de sa stratégie. Bientôt, Gregory les réunit tous pour une photo de groupe avec leurs objets, puis après une pause café bien méritée, il s’adresse à nouveau à eux :

« Très bien messieurs ! Vous avez étés absolument fantastiques, je ne m’étais pas amusé comme ça depuis longtemps. J’espère que c’est votre cas aussi ! Mais nous allons à présent passer le second palier de courage de la séance : est-ce que certains d’entre vous se sentent capables de poser en sous-vêtements à partir de maintenant ? Je n’oblige rien ni personne, vous n’êtes même pas obligés de rester si vous n’en avez pas envie. Mais je veux vraiment prouver qu’il n’y a pas besoin d’être mannequin professionnel pour oser montrer son corps et en jouer. Ne vous sentez pas obligés d’imiter les modèles que vous voyez dans les magazines, vous pouvez même les parodier si ça vous amuse. Soyez comme vous l’avez été jusqu’à maintenant : parfaits ! »

Cette fois, Stefan met un point d’honneur à réagir le premier, en adressant brièvement un regard joueur à Gareth.

« Moi je veux bien. »
« Hahaha ! Je m’en doutais, va savoir pourquoi… »


Au final, la moitié des participants initiaux relève le défi. Les autres préfèrent s’abstenir et certains quittent le studio après avoir salué tout le monde et laissé une adresse mail à Gregory pour qu’il puisse leur envoyer le résultat final. Et inutile de préciser que l’italien est plus que satisfait que son binôme ait accepté lui aussi de tomber la chemise…

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Dim 27 Aoû - 23:07
Say cheeese !
Je mordais légèrement ma lèvre d’un air satisfait en voyant une pointe de surprise dans son sourire. Surprise qui confirmait mes dires, le blond avait l’habitude de fixer son hameçon par les compliments, malheureusement ce n’était pas ce qui me faisait accrocher, il avait autre chose d’intéressant. Ce brasier dans ses yeux qui ne demandait qu’à se déverser m’attirait, mais pas question de laisser le blondinet me brûler, non ça perdrait en charme. Je voulais plutôt voir s’il avait de la répartie, s’il n’était qu’un beau parleur ou un malin séducteur. Loin de moi l’idée de penser que j’étais un expert, mais j’aimais jouer au chat et à la souris. Et ici il était question de savoir qui resterait le félin, pour le moment il m’était impossible de le dire. Malgré ma petite réplique sensée lui faire perdre sa lancée, Stefan gardait son assurance. Il n’avait définitivement rien d’innocent et je ris légèrement. C’était pas mal, et je lui aurait bien donné le point si je n’étais pas certain que c’était bien de moi qu’il parlait précédemment.

« Le chaton essai de retomber sur ses pattes...C’est presque réussi... »

Un sourire en coin et j’appuyai sur mes bras pour finir par m’asseoir sur le muret. Le reste de notre échange était emplis de ce désir de séduire qui s’emparait de nous, dissimulé derrière des phrases aux sens cachés placées au compte-goutte. Lorsque ce n’étaient pas les mots, notre langage corporel parlait de lui-même et n’échappait à personne malgré l’absence totale de contact. Parfois certains des autres participants nous charriaient, nous demandant d’arrêter de roucouler dans notre coin. Pourquoi donc ? C’était tout aussi amusant que cette séance photo quand il y avait un retour de l’autre côté. Le feu et la glace, un portrait classique, cliché, vu et revu mais qui donnait toujours quelque chose d’explosif quel que soit son mélange, les opposés s’attiraient toujours, ce devait être écrit quelque part.

Je ne ratais pas les quelques œillades discrètes que nous lançait notre cher photographe. Son air fier de celui qui se disait avoir eu raison pour notre duo, ou alors un air envieux peut-être ? Un mélange des deux, je voyais les yeux d’un artiste impatient. Mais mon attention se retourna sur mon partenaire italien et son ukulélé. Mon doigt glissait sur les cordes de ce dernier, j’étais assez proche pour sentir son parfum, épicé avec une nuance musquée, virile. Son instrument me donna tout de suite une idée d’accessoire, et son rire dans mon dos me convainquis davantage. Je pourrais presque sentir ses perles descendre le long de mes abdos lorsque je me retournais.

« Très curieux de voir ça... »

Sans aucune gêne je le voyais se donner en spectacle, faisant rire la galerie, moi y compris. Je lui passais mon collier à la volée lorsque sa glissade s’arrêta à mes pieds, souriant de toutes mes dents, quand un flash clandestin illumina la pièce. Gregory en avait profité pour immortaliser l’instant, celui-là alors. Je reprenais ensuite les fleurs pour les repasser à mon cou, et nous pûmes prendre une seconde prise. Plus audacieuse, ce n’était rien de le dire ; le blond vint jouer avec l’anneau de fleur, un message brûlant passant dans ses prunelles, de ma main j’effleurai son flanc, de manière presque imperceptible. Cela ne dura qu’à peine deux secondes mais l’instant avait été emplis d’une intensité grisante. Mais à présent que nous étions habitués, Gregory se montrait impatient de remplir sa pellicule. Les duos se suivaient puis vint enfin une photo de groupe respirant la bonne humeur de la journée. L’artiste nous octroya ensuite une pause-café revigorante et à laquelle personne ne dit non. Celle-ci terminée, les photos reprenaient, mais cette fois, le niveau s’élevait d’un cran. C’était l’heure des clichés en sous-vêtement, le moment de s’affirmer ou non jusqu’au bout. Je ne fus pas étonné d’entendre une réponse positive de Stefan, et lui rendais son regard joueur. La seule chose qui m’aurait fait refuser aurait été de préférer attendre la fin de la séance...

« Il fait un peu chaud alors pourquoi pas... »

Certains rirent, comprenant le double sens de mes propos, tandis qu’un sourire taquin prenait place sur mes lèvres. Une bonne moitié acceptèrent de participer également, les autres nous saluant chaleureusement avant de s’en aller. Passons donc à la suite. Gregory nous indiqua un paravent derrière lequel nous déshabiller et suspendre nos vêtements. Rapidement je me retrouvais en boxer gris et noir au niveau de l’élastique. Un frisson me parcourut en sentant un petit air frais se frayer son chemin dans le studio, puis je sortis de ma cachette. Je lançais un regard intéressé à mon binôme, l’absence de sa chemise dévoilait une silhouette en V finement musclée parfaitement mise en valeur par son teint hâlé. J’avais un petit faible pour ses obliques discrètes mais bien présentes. J’arrêtai ensuite ma petite inspection sans aucune discrétion pour me rapprocher du décor mis en place par Gregory.

C’était la reproduction d’une chambre à coucher, avec un lit rond en son centre recouvert d’un drap bleu nuit, il y avait également un fauteuil deux places juste en face, une commode en chêne... Je fixais le blond avec un regard proche de celui d’un prédateur en m’approchant lentement de lui, le poussant à reculer jusqu’au meuble en chêne à quelques pas derrière lui. Une fois qu’il fut contre lui, je plaçais mes bras sur son rebord de part et d’autres de son corps et plongeai mes yeux dans les siens, à quelques centimètres de son visage, un sourire victorieux aux lèvres je lui murmurais :

« Tu sais ce que font les chatons aussi... ? »

Ils ronronnaient ou miaulaient. Des sifflements appréciateurs résonnèrent dans le studio, de quoi élargir mon sourire et faire le plaisir d’un certain photographe.

Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Lun 4 Sep - 19:22


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


I can be your fantasy, while you're dancing alone tonight
Or you can be my majesty, got me running for you
Said we ain't got to take it slow
♪♫♪♫

Stefan rit aussi en entendant l’allusion de Gareth lorsqu’il accepte de poser en sous-vêtements. Presque tout le monde a remarqué qu’ils se tournent autour. La pensée que ça puisse être un peu gênant vu de l’extérieur lui traverse d’ailleurs l’esprit, avant de réaliser qu’au fond il n’en a rien à faire. Pourquoi se priver pour les autres sachant que c’est moi qu’il veut ? Ça, pas moyen d’en douter. L’italien se souvient encore de sa caresse alors qu’il jouait avec son collier de fleurs. Brève et discrète, à peine ébauchée, mais impossible à manquer. Il était tellement suspendu au souffle froid de son regard sur sa peau, entêtant comme un frisson en plein été, que le contact fugace de sa main sur son flanc semblait en être le prolongement. Faut qu’on fasse attention à rester sage jusqu’à la fin de la séance, quand même. Bien entendu. Mais Stefan a une idée de plus en plus précise de la façon dont il espère que les choses se termineront…

Il est l’un des premiers à passer derrière le paravent pour retirer ses vêtements, ne gardant que son boxer noir. Une chair de poule discrète vient voiler sa peau dans le studio climatisé, mais Stefan s’y habitue rapidement. Et puis c’est amusant de voir tout le monde se regarder en douce, certains timides, d’autres amusés… et d’autres encore franchement satisfaits, comme Gareth par exemple. Son regard appréciateur lui arrache un sourire. La vue est belle, pas vrai ? Au risque de tomber du côté prétentieux de la force, l’italien a toujours été parfaitement à l’aise dans son corps, et parfaitement conscient des désirs qu’il peut susciter. Et il est toujours particulièrement content de lui quand il attire l’attention d’hommes plus âgés, ou qu’il considère comme tout aussi séduisant que lui. En l’occurrence, même s’il veille soigneusement à ne pas trop exposer son intérêt, il ne peut nier que le bijoutier est bien plus à son goût qu’il ne le pensait de prime abord. Ses vêtements élégants étaient suffisamment bien coupés pour mettre en valeur sa silhouette athlétique, mais il ne s’attendait pas à une musculature aussi vigoureuse. Rien de clinquant, rien de massif dans son anatomie, mais une puissance et une grâce qui confirment les airs de félin qu’il lui trouvait plus tôt. Une panthère des neiges… Voilà à quoi il lui fait penser.

Une fois tous en petite tenue, les participants se rassemblent près du décor mis en place par l’artiste et Stefan ne peut cacher son amusement. C’est quoi encore, cette invitation ? Plus sérieusement, il aimerait bien avoir un tel lit pour lui. Il est certain que c’est du plus bel effet dans une pièce (quoiqu’un peu poseur) et des plus agréables à partager avec quelqu’un. Quoiqu’à ce sujet, Gareth ne semble pas tout à fait du même avis. Au moment où Gregory est fin prêt à photographier ses premiers duos, son partenaire pose sur lui la teinte glaciale et victorieuse de son regard comme on pose le pied en territoire conquis et s’avance vers lui avec assurance. L’italien le laisse faire, levant petit à petit les yeux vers son visage avant de se laisser repousser jusqu’à ce que ses reins heurtent en douceur une commode derrière lui, cillant avec surprise quand ses bras lui coupent toute retraite. Hey… Se voir gentiment pris au piège de la sorte fait quelque peu tiquer son orgueil – d’habitude c’est moi qui fais ça – mais force lui est de constater que la situation n’est pas entièrement déplaisante lorsqu’il sent le souffle du bijoutier sur son visage. Une petite grappe d’étincelles vient crépiter le long de sa colonne. Gareth est doué, il doit bien le reconnaître. Il serait presque tenté de lui laisser la victoire, d’accéder à sa requête silencieuse. Presque…

Stefan attend sagement que Gregory ait fini de prendre ses clichés. Puis, sans prévenir, il repousse le bijoutier d’une main impérieuse sur le torse jusqu’à le faire basculer sur le lit rond. Posant un genou sur le rebord du matelas, juste entre ses cuisses, l’italien le surplombe un instant du regard, son sourire angélique aux lèvres. Puis il se penche en avant, prenant appui sur le drap d’une main tandis que l’autre vient saisir doucement le menton de son partenaire. Sa voix est basse et langoureuse à l’égal de la sienne tout à l’heure lorsqu’il répond à sa question :

« Ils griffent… »

C’est qui le chaton maintenant ? Les rires fusent à nouveau dans le public, celui de Gregory en tête alors qu’il ajoute quelques clichés sur la pellicule. Stefan n’y fait pas vraiment attention. Il est surtout occupé à se retenir de venir mordiller la lèvre inférieure de Gareth, dont l’ourlet sensuel attire irrésistiblement son regard. Mais il n’a pas cédé à la tentation alors qu’il se redresse et qu’ils cèdent la place aux suivants. Le photographe les félicite avant de s’adresser à ses autres modèles avec bonhomie :

« Rassurez-vous messieurs : je ne vous demande pas d’aller aussi loin que ces deux-là. Je suis ravi qu’ils aient décidé de ne pas repartir seuls ce soir grâce à cette séance, mais mon objectif premier reste que vous vous amusiez. Vous pouvez le faire de façon moins langoureuse si ça vous convient… »

L’italien rit en silence. C’est vrai qu’on a mis la barre un peu haute… Mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter en si bon chemin. Comme l’a si justement souligné Gregory, en ce qui le concerne il a effectivement l’intention de ne pas rentrer seul ce soir, peu importe où…

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Sam 16 Sep - 21:34
Say cheeese !
Un regard ambré avait glissé sur moi, discret mais perceptible. L’italien n’osait-il pas se rincer l’œil ou alors voulait jouer les inaccessibles, les fiers ? Oui le blond transpirait la fierté c’était une certitude, et cela me donnait encore plus envie de m’amuser, ce qui avait sauté aux yeux de tous ceux présents ici. Mes yeux se posèrent sur le propriétaire de ce corps d’albâtre, je savais parfaitement ce que je voulais faire et comment. Je m’avançais vers lui, un éclair de surprise passa dans ses prunelles et je me délectais de cette expression. Il n’y avait pas que les italiens qui avaient le sang chaud. Tout proche de lui, j’étais de nouveau envahi par son parfum épicé qui n’était plus entravé par ses vêtements. Je pourrais presque sentir la chaleur naturelle que dégageait son corps, me laissait envelopper par elle ne m’aurait absolument pas dérangé mais ce n’était pas vraiment l’endroit propice. Un air moqueur un tantinet arrogant se peint sur mes traits à ma petite allusion. Je voyais que Stefan avait déjà sa réplique sur le bout de la langue mais Gregory avait déjà décidé de nous mitrailler, immortalisant la scène.

Les flashs s’interrompaient, puis je sentis soudainement cette chaleur dont je parlais prendre place sur mon torse, une sensation agréable, je ne pouvais le nier. C’était comme si les braises dans ses yeux s’étaient faites un chemin jusqu’à sa grande main pour rouler sur ma peau. Le blond me repoussa, sans agressivité mais avec une force calculée, de telle sorte à prendre le dessus sur celui qui l’avait assailli. Je me laissais choir sur le lit circulaire sans pouvoir y faire grand-chose. Mes perles azures exprimaient ma surprise tandis que mes lèvres se déformaient dans un rictus amusé et charmeur. Son sourire angélique refaisait surface, alors que son genou formait un creux entre mes cuisses. Puis Stefan se pencha vers moi, posant une main sur le matelas. Je soutins son regard en sentant ses doigts relever mon menton, audacieux le chaton ! Il me plaisait de plus en plus. C’était à mon tour de sentir son souffle sur mon visage, ce qui m’arracha un doux frisson dans l’échine. Je ris légèrement lorsqu’il me répondit, avant d’en faire autant dans un murmure.

« Après qu’on ne les ait trop titillés... »

Notre petit dialogue fit rire l’assemblée, j’avais pendant un instant oublié que nous nous donnions en spectacle sans aucune gêne. Mais ce n’était pas pour déplaire à un certain photographe qui fit encore une fois chauffer sa pellicule, non sans s’esclaffer lui aussi. Mon partenaire ne cessait de fixer mes lèvres et je fixais de temps à autre les siennes avant de replonger mon regard dans le siens, l’air de lui dire « Pourquoi tu luttes ? T’en meurs d’envie ». Je devais avouer que j’hésitais également à franchir une nouvelle étape photographique, mais puisque c’était un nouveau défi lancé, hors de question que je cède.

La fin de notre séance arriva enfin. Je me relevais et allait rejoindre le petit groupe. Gregory nous félicita, ravi de ses clichés. Visiblement nous avions fait fort tous les deux pour des amateurs, pourtant ça m’avait semblé très naturel. Peut-être que je devrais me mettre au mannequinat, tiens. En tout cas j’avais réellement apprécié la compagnie de Stefan. Et comme l’avait dit le photographe, je n’étais pas prêt de la quitter pour le moment, pas après de telles introductions.

J’allais dans un premier temps me rhabiller derrière l’un des paravents, retrouver ses vêtements dans cette salle climatisée faisait du bien. Je retournais ensuite auprès de Gregory, lui laissant un mail pour recevoir les photos, une petite exposition publique aurait d’ailleurs même lieu. J'allais ensuite à la rencontre de mon partenaire félin, un sourire narquois aux lèvres. Je rapprochais ces dernières de son oreille.

« Alors, qu’est-ce que tu dirais de venir griffer mes rideaux ? »

Pris d’une once d’impulsivité j’enfermai brièvement son lobe dépourvu d’anneau entre mes dents, avant de le relâcher et faire volte-face en me dirigeant vers la sortie. Mon audi blanche m'attendait au coin de la rue, mon siège passager allait-il accueillir de belles collines toutes en courbes ou pas...

Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Dim 17 Sep - 17:33


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Here's what you do to me (yea)
I think it's time to take control
Girl I just want to love you
♪♫♪♫

Élevé dans une famille attachant beaucoup d’importance à la bonne nourriture, Stefan est gourmand depuis tout petit. S’il n’avait pas également été très énergique, il ne pourrait sûrement pas se vanter de sa splendide silhouette. Mais il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui encore, c’est par sa bouche qu’il découvre et se saisit des choses appétissantes. Embrasser, mordre et lécher font partie intégrante de sa séduction, de la façon dont il prend possession de ses partenaires. Et en l’occurrence, il a fort à faire pour ne pas céder à la tentation et goûter aux lèvres de Gareth, alors qu’il le provoque à nouveau de sa voix grave. Tu me donnes envie de manger ton sourire… Leur ourlet velouté, la finesse de son arc de cupidon et la souplesse avec laquelle elles se plient à toutes les nuances d’amusement et de désir qu’il peut lire sur son visage lui feraient presque craindre que sa propre envie ne devienne visible. C’est qu’ils sont toujours en caleçon. De fait, il est soulagé de voir arriver la fin de leur tour. Même si elle suppose la fin de leur affriolante proximité, elle signifie aussi qu’ils vont bientôt pouvoir se retirer tous les deux dans un endroit plus discret. Parce que c’est ce qui est prévu, hein ? L’italien n’en doute pas alors qu’il se rhabille en vitesse derrière un des paravents, pas mécontent non plus de retrouver quelques épaisseurs dans la pièce rafraîchie par la climatisation. D’ailleurs, Gareth vient bientôt lui donner raison après qu’ils aient donné leur adresse mail à Gregory. Un frisson savoureux vient crépiter tout le long de sa nuque et de son épaule lorsqu’il arrive derrière lui, qu’il sent sa chaleur faire vibrer l’espace entre son torse et son dos et l’entend murmurer à son oreille. Ses paupières se ferment toutes seules sous la caresse de ses dents.

« C’est pas tes rideaux que j’ai envie de griffer… »

Stefan aurait aimé faire quelque chose de plus. Tourner la tête et l’embrasser ou effleurer discrètement sa cuisse de sa main – ou autre chose que sa cuisse, pourquoi pas… – mais le bijoutier ne lui en laisse pas le temps et commence déjà à avancer vers la sortie avec assurance, comme s’il ne doutait pas d’être suivi. Un pincement aigu lui réveille les reins et le jeune homme se mordille brièvement la lèvre en regardant son large dos s’éloigner. Ce serait dommage de le décevoir… Il prend le temps de remercier le photographe et de dire au revoir à ceux qui s’attardent un peu en compagnie de l’artiste mais se dépêche malgré tout de quitter le studio pour marcher dans les pas de Gareth jusqu’au véhicule qui semble lui appartenir au bout de la rue. Oh putain ouais… Stefan a conscience que ça confine à la vulgarité, mais il adore les belles voitures. D’ailleurs, il est à la fois amusé et irrité de constater que le bijoutier roule en Audi, tout comme Renzo. Malgré tout, il ne se fait pas prier pour ouvrir la portière et s’installer sur le siège passager au moment où Gareth referme la sienne, un sourire complice et gourmand aux lèvres. C’est bien ça que tu voulais, non ? En tous les cas, il ne le chasse pas et l’italien écoute démarrer le moteur avec une satisfaction évidente.

Du trajet, il ne garde presque pas souvenir. Ce dont ils parlent, par où ils passent, les sous-entendus de plus en plus perceptibles, tout le petit jeu de séduction auquel ils se livrent dans la voiture… ça n’a plus réellement d’importance lorsque l’Audi s’enfonce dans le parking souterrain d’un immeuble neuf du centre-ville. Stefan aussi sait précisément ce qu’il veut. Dès que le véhicule s’immobilise sur sa place et que Gareth coupe le moteur, l’italien tend une main pour saisir sa nuque, tourner vers lui son visage et capture sa bouche avec avidité. Le désir qu’il nourrissait et réfrénait jusque là se libère de ses chaînes et court dans tous ses membres alors qu’il découvre ses lèvres, s’en approprie la saveur en souriant d’excitation. Ce baiser a un parfum de victoire qui ne fait que contribuer à l’affamer. Brièvement, il songe que c’est la première personne qu’il embrasse depuis Lindsey et même s’il repousse vite cette pensée, il est heureux d’être tombé sur un homme expérimenté. Je suis sûr que rien ne viendra nous distraire. Pas même ses souvenirs… Bientôt, sa main explore les reliefs de son torse par-dessus sa chemise, pressée de les retrouver aussi plaisants sous sa paume qu’ils l’étaient sous ses yeux. \A aucun moment il ne semble gêné par l’exigüité de l’habitacle. L’une des raisons pour lesquelles Stefan adore les belles voitures, c’est qu’il adore faire l’amour à l’intérieur. Celle de Renzo peut en témoigner…

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Jeu 21 Sep - 22:32
Say cheeese !
 

Codage par Libella sur Graphiorum


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Ven 22 Sep - 19:59


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Bad as you want to give it
I want to give it to you
I know you won't admit it
And at least I know the truth…
♪♫♪♫



Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Sam 7 Oct - 23:47


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Mer 11 Oct - 18:42


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


The way you move around me is something seductive too
Got a place we can go if you're down
Let's go all the way…
♪♫♪♫



Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Dim 29 Oct - 1:00
Say cheeese !


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

Merci Fanfan <3:
 


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 276
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
avatar
Human
Mar 7 Nov - 15:42


Say Cheeese !
Avec Gareth Nightingal


Cause basically I
I just wanna ride with you
I gotta get ya, cause I just wanna vibe with you…
♪♫♪♫



Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 


Fiche
Messages : 144
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Lun 13 Nov - 22:48
Say cheeese !


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

Merci Fanfan <3:
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers Extérieurs :: Rue Piétonne :: Studio Photo-