RSS
RSS


 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

N'ayez crainte, votre Prince arrive

avatar


Messages : 22
Localisation : A Adelsborg ~
Métier : Proprio du casino
Pouvoir : Gravité du métal
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Lars T. Adelheid
R:Divers
Sam 29 Juil - 23:57

Lars Adelheid

Agenouille-toi face à ton Prince, agenouille-toi face à ton Ange

• Nom : Adelheid
• Prénoms : Lars Trosten
• Surnom : Edel (nom qu'il utilise toujours)
• Âge : 33 ans
• Plutôt : Seke

• Origine(s) : Norvégienne
• Métier : Propriétaire d'un casino.
• Groupe : Reload divers.

• Pouvoir : La gravité des objets métalliques.
Il peut baisser ou augmenter la gravité des objets en métaux purs (donc dès qu'il y a un autre composant, sa capacité ne fonctionne pas) et il ne peut pas le faire sur des objets de plus de 50kg.
• Malus : S'il utilise son pouvoir plus de 24h sur un objet de moins de 10kg, les conséquences sont de l'étourdissement voire vomissements. S'il utilise plus longtemps son pouvoir sur un objet de moins de 10kg, les risques sont de l'hyperventilation, s'il change la gravité d'un objet métallique de plus de 10kg sur une durée de plus de 2h, ce sont des douleurs cardiaques et s'il se force avec son pouvoir, cela peut mener à une crise cardiaque.
• Marque : Une couronne ailée derrière le genou gauche semblable à celle-ci
• Âge de la mort : 23 ans
• Cause(s) de la mort : Accidentellement poignardé lors d'une bagarre à laquelle il ne participait même pas~

• Mon pseudo sur le net : huuuuuuuh je dirais Edel...
• Âge : 21 ans
• Présence sur le forum : je vais essayer d'être là un maximum (genre tous les jours, soyons fous !)
• Que pensez-vous du forum : J'aime beaucoup le contexte, le graphisme est cool aussi (j'ai eu un peu de mal à m'adapter à ce genre de disposition mais c'est vite passé ~) et les catégories sont faciles à retrouver, ce qui est vraiment super !
• Comment l'avez-vous connu ? Top-site

• Le personnage sur mon avatar est : OC de Jikokureiji
• Le code est :
Caractère du personnage
Que vous détestiez Edel pour son caractère ou son physique ne change en rien le fait que vous ne pouvez absolument pas nier le charisme de cet homme.
Lorsque vous le croisez, que ce soit dans la rue ou dans son royaume, votre regard sera attiré par lui, peut-être pour son apparence, mais vous remarquerez que sa démarche est très élégante. Ses pas sont assurés et légers, comme s’il flottait au-dessus du sol, ses bras se meuvent en rythme avec ses jambes, sans le moindre faux mouvement. Tout est calculé, son expression fermée, son menton légèrement relevé, son dos droit et même le mouvement de ses cheveux. Lorsque son regard croise le vôtre, il fait en sorte que vous vous sentez misérable à côté de lui, après tout, vous n’êtes qu’un simple jouet – sauf s’il apprend que vous êtes un client potentiel ou un probable partenaire professionnel ou personnel. Il vous analyse avec une rapidité telle qu’on ne pourrait s’en rendre compte, et pourtant, bien qu’il regarde tout le monde, il donne l’impression que vous êtes unique à ses yeux. Toutefois, ne vous méprenez pas, vous ne l’êtes pas vraiment, vous n’êtes qu’un caillou qu’il n’hésiterait pas à pousser pour dégager sa voie princière. Est-il arrogant pour autant ? Oui, surtout lorsqu’il est dans son casino ou dans des lieux qu’il connaît très bien. Pourtant, quand vous vous adressez à lui – et qu’il daigne répondre – vous vous rendrez compte que cet homme majestueux et posé n’est pas du tout celui que vous croyez. En effet, une fois la distance réduite, la conversation entamée, Edel se montre très tactile voire vulgaire. Son rire est fort et presque forcé, il exagère tout, dramatise tout et fait de grands gestes tel un comédien dans une pièce de théâtre grecque. Il exubère ses sentiments et se montre très honnête – trop parfois – bien que, lorsqu’il s’agit de séduction (pour conclure un contrat ou passer une agréable « nuit »), il saura vous murmurer les mots les plus doux. Toutefois, s’il s’adresse à ses employés, il se montre ferme, strict et très sévère, n’hésitant pas à les rabaisser, mais ce n’est pas pour autant qu’il les humiliera car il sait que cela entacherait son image et celle de son casino.
Il est donc évident que cet homme n’est pas qui il prétend doublement être, vous savez donc qu’il porte un masque, fort dérangeant mais très arrangeant pour lui. Vous pouvez être agacé pour son comportement d’enfant capricieux, car quand il exige quelque chose, il doit l’obtenir quand il le veut, où il le veut. Bien évidemment, il ne fera pas n’importe quoi, ou en tout cas même si cela peut vous sembler l’être, ça ne l’est pas, car tout ce qu’il fait, c’est pour son travail. Par ailleurs, il s’intéresse à peu de choses en dehors de ça, non pas qu’il ne soit pas curieux, simplement, il en a perdu le goût et ne sait plus qui il est vraiment ni ce qu’il apprécie vraiment – en dehors de la gloire, de l’argent et de l’alcool. Il se lasse très rapidement de tout – excepté son travail, vous l’aurez compris – c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle il ne souhaite pas avoir de relations amoureuses stables, il pourrait se mettre en couple mais pour ses intérêts, ou simplement par envie de manipuler quelqu’un pour se divertir. L’amour, il ne sait plus vraiment ce que c’est et il pense sincèrement que c’est inutile de s’éprendre pour quelqu’un. Par contre, sa sexualité est entretenue, il cherche d’ailleurs souvent à tâter des terrains inconnus, c’est pour cela que son désir de s’unir physiquement à une femme l’excite mais qu’il se retient pour mieux savourer le moment quand il en trouvera une, une qui lui plaira suffisamment pour qu’il tente de la séduire. Il est évident qu’il ne s’intéressera pas à une personne qui n’est pas un minimum proche de son charisme et de sa beauté, ou en tout cas une personne qui ne soit pas trop laide. L’Ange étant très narcissique, il cherchera plus ou moins consciemment une personne qui lui ressemble, de plus, il aime jouer de son charme – bien que ça ne fonctionne pas toujours. Il sait qu’il est charismatique, qu’il est beau même, et cela mélangé à sa fierté, fierté de ce qu’il a bâti, de son argent, de son physique et de lui… Cela donne pour résultat un homme perdu, noyé dans l’image qu’il a lui-même construite, un homme quasi malsain.
Malgré tout cela, il reste une part censée en lui. S’il voit du potentiel en vous, il fera tout pour vous aider, comme lui a été aidé. Il est très insistant, donc même si vous refusez son aide, il persistera. D’autre part, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, ce n’est pas un homme très fort, il vit quotidiennement dans la crainte. Peur de voir son entreprise fermée, peur que son apparence soit entachée, peur de mourir bêtement comme la première fois, mais surtout… Peur de son pouvoir. Bien qu’il l’utilise très souvent (à petites doses), il n’a jamais voulu pousser à bout sa capacité et a toujours eu peur de perdre le contrôle dessus, c’est la raison pour laquelle il l’utilise peu. Lui-même ne connaît pas ses limites et s’en contente bien que des fois il se demande ce qu’il arriverait s’il donnait tout ce qu’il avait.
Physique du personnage
Si un jour vous croisez Edel, vous pouvez être sûr de ne pas le rater, à moins d’être aveugle ou d’avoir les pensées vraiment ailleurs. Cet homme fait tout pour attirer le regard, tout – ou presque – dans son apparence est travaillé de sorte à être harmonieux et ainsi aller avec l’image qu’il veut donner de lui.
C’est un homme grand, très grand même. Il mesure 1m93 et ajoute, durant des événements spécifiques, 5cm de talons. A quoi lui sert des talons alors qu’il est déjà très grand ? me diriez-vous, hé bien simplement pour une question de symbolique : il se doit de dominer physiquement les personnes qui l’entourent. Son corps est svelte, fin et musclé, assez pour que ce soit esthétique mais trop peu pour se battre. Par ailleurs, il s’entretient en courant régulièrement en après-midi. Sa peau est d’une pâleur inquiétante, mais n’est pas pour autant signe d’une santé fragile, simplement, ayant pris un rythme différent d’un humain « normal », il sort peu en journée. Si un jour, il venait à prendre ne serait-ce qu’un peu de couleur, il n’hésiterait pas à se poudrer de fond de teint blanc pour remédier à ça. Il a d’ailleurs la particularité d’avoir des grains de beauté discrets, comme s’ils s’étaient organisés de sorte à ne pas briser cette peau quasi immaculée. « Quasi » car, comme vous vous en doutez, elle ne l’est pas totalement, premièrement parce qu’il a des grains de beauté, deuxièmement à cause de sa marque derrière son genou gauche et troisièmement parce que même si vous ne vous en rendez pas forcément compte sur le coup, vous pouvez être étonné de voir qu’il n’a quasiment pas un poil sur son corps – à l’exception de ses cheveux et de ses sourcils, bien sûr. Toutefois ce n’est qu’une impression, excepté pour ses jambes, son torse et ses aisselles qu’il épile très régulièrement, sans oublié l’attention qu’il porte à bien se raser pour éviter de se retrouver avec une moustache ou pire une barbe. En ce qui concerne ceux de ses bras, il a la chance d’avoir une couleur de pilosité claire, comme ses cheveux, ils passent donc plus ou moins inaperçus même sur son corps pâle.
Sa longue chevelure – très longue même car une fois lisse elle lui atteint les genoux ce qui n’est pas évident à entretenir, mais il y parvient quand même – est tout aussi blanche que sa peau, il lui arrive parfois de teindre les pointes en dégrader de rose ou plus rarement de noir. Quelques fois, il ajoute des fausses mèches blanches rayées de noir sur le haut de son crâne, telles des plumes, mais il ne le fait que lors de grandes rencontres professionnelles, et encore ! Il n’a jamais eu une très grande confiance en ce genre de pratiques dans le sens où il a toujours craint que les mèches ne se détachent et l’humilie en public, c’est pour cela qu’il ne compte que sur ses vrais cheveux. Il travaille beaucoup ses derniers, mettant une bonne quantité de laque ou de gel (selon ce qu’il a sous la main, bien qu’il préfère la première) pour leur donner cet aspect « flottant ». Il garde uniquement deux mèches lisses et plus courtes – elles descendent jusqu’à sa taille – devant ses oreilles. Sa frange est longue et très maniable, il peut ainsi la placer de sorte de cacher un de ses yeux, mais plus généralement il la sépare en trois parties : une de chaque côté de sa tête et la troisième servant de séparation entre ses yeux. De temps à autres, ses sourcils sont cachés par sa frange, lorsqu’ils ne le sont pas, vous pouvez apprécier leur finesse et leur capacité à se mouvoir qui permet au Prince d’exprimer ses pseudo-sentiments librement. Il les épile très régulièrement : environ deux fois par mois, et il n’hésite pas à les camoufler avec du maquillage blanc, notamment lorsqu’il se dessine deux points noirs sur le front – simple question d’esthétique, n’allez pas chercher une raison spécifique à cela. Descendez votre regard sur ses yeux en amande, de toute façon vous ne pourrez faire que ça, à moins de vous forcer car leur couleur ressort particulièrement sur sa peau blanche et même s’il avait été plus bronzé, vous n’auriez pas pu faire autrement tant leur couleur est vive. Il s’agit d’un turquoise vif dont Edel est très fier, bien qu’il lui arrive de mettre des lentilles de couleur jaunes ou rouges. En général, il les met quand il sort en journée, pour casser cette image d’Ange et ainsi essayer d’être lui-même, chose qu’il n’arrive pas à faire. Il met très souvent du mascara blanc, moins fréquemment du noir, et s’il ne laisse pas ses paupières nues, il les maquille de crayon khôl et de fard à paupières rouges ou roses, principalement. Son nez retroussé domine ses lèvres fines qu’il maquille quelques fois de rouge à lèvres bleu – selon sa tenue, sa chevelure et son maquillage.
Vous l’aurez certainement compris : presque tout en lui est finesse. Son visage, son cou, ses bras, ses mains, ses doigts, son bassin, ses jambes et ses pieds. Attardons-nous un peu sur ses mains, non pas qu’elles aient des caractéristiques particulières – si ce n’est leur douceur grâce à l’entretien que leur propriétaire en fait – qui nécessitent une longue description barbante, simplement elles se terminent sur de longs doigts qui, eux, se terminent sur des ongles très bien soignés. En effet, le Prince Edel les lime minutieusement, il lui arrive de leur donner une forme pointue mais cela n’étant pas pratique du tout, il ne le fait pas souvent. Mis à part cela, vous les verrez souvent ornés de vernis à ongle dont la couleur varie selon ses envies et peut passer du jaune au bleu clair très vif, à un dégrader de rouge…

Mis à part son physique, ses tenues vestimentaires peuvent beaucoup surprendre, surtout si vous le croisez dans son casino. Il a pour habitude de mettre des vêtements moulants voire même très légers, s’il le pouvait, il ne mettrait rien car pour lui un être humain est un être humain, il ne faut donc pas avoir honte de son corps et il n’y a rien de gênant à se montrer nu. En tout cas, ses vêtements pour le travail sont tous faits sur-mesure, le Norvégien souhaitait être original et unique, il n’avait donc pas tellement le choix.
La tenue qu’Edel préfère est sans aucun doute la plus légère qu’il possède – si on oublie la nudité totale – car il s’y sent à l’aise et libre dans ses mouvements, de plus il attire davantage l’attention, se fait plus rapidement remarquer et reconnaître, et les gens ont l’occasion d’admirer son corps. Peu de tissus couvre son corps, une partie est enroulée autour de son cou et de ses épaules, elle permet le maintien des longues manches amples qui débutent au niveau des triceps et tombes jusqu’à ses genoux. Elles sont ouvertes au niveau de ses coudes, ce qui facilite ses mouvements. L’autre partie est une sorte de slip brun taupe et blanc qui est relié à des bas de la même couleur mais avec une domination blanche. Ses chaussures ont les mêmes couleurs avec, comme différent, une fausse pierre turquoise sur chaque pied. Cependant, même si tout cet attirail intrigue et pousse en général à l’observation, une chose – pas très grosse – attire plus le regard que ça. Cette chose se situe au-dessus de sa tête, il s’agit d’une auréole, ou plutôt un anneau métallique. A vrai dire, le Prince norvégien en possède trois chez lui : un noir, un bicolore noir et blanc et un tricolore noir, rouge et bleu. Il les met régulièrement mais peu souvent car il les fait léviter au-dessus de sa tête en modifiant leur graviter (chose qu’il peut faire car la base de ces anneaux est en maillechort, les couleurs rouge, bleu et noir sont dues au placage en or dans la couleur souhaitée – cela lui avait coûté particulièrement cher –). L’inconvénient lorsqu’il met un de ces anneaux est qu’il ne peut pas pencher la tête, sinon l’anneau tombe. Si vous lui demandez comment il réussit à faire flotter un anneau sur sa tête, il vous répondra au creux de votre oreille que c’est un des signes de la grande avancée technologique et que son anneau est presque comparable aux drones.  
Vous l’aurez sans doute compris, les couleurs qu’il aime beaucoup porter et qui reviennent le plus sont le blanc, le noir, le gris, le rouge et le turquoise/bleu. Il apprécie aussi le côté quasi futuriste (ou en tout cas c’est ce qu’il pense) de certaines de ses tenues tout comme l’aspect traditionnel retravaillé (il a, par exemple, un ensemble basé sur le style japonais). Cependant, il s’habille tout autrement lorsqu’il doit sortir de son territoire et aussi quand il est chez lui. Dans le premier cas, il a tendance à porter des costards cravates sobres et quelques fois attacher ses cheveux en queue de cheval, laissant libre une mèche de chaque côté de sa tête, comme à son habitude. Une fois chez lui, il aura plus tendance à complètement les attacher, soit en queue de cheval, soit en chignon et à se vêtir de vêtements très simples, aux couleurs unies et neutres (gris, blanc, noir, par exemple). Dans son placard personnel, vous trouverez pratiquement que des t-shirts larges et des jeans voire ainsi que des tenues de sport comme des joggings et des shorts, ses chaussures sont tout aussi simples, il n’en a que quatre paires dont deux sont des baskets. Peut-être aurez-vous l’occasion de voir ces deux styles radicalement différents et ainsi découvrir Lars qui se cache derrière Edel ~
Histoire du personnage
Qu’avons-nous là ? Un Lars Torsten Adelheid… Si naïf, si stupide… Ahaha… Tu n’es rien et tu n’as jamais rien été.
Ta mère est partie quand tu avais quatre ans, tu fus donc élevé par ton père mais cela n’empêchait pas que vous vous rencontriez pour la forme. Il le fallait bien, après tout, n’était-ce pas précieux d’avoir une mère dans un environnement comme celui de l’époque ? Le seul souvenir que tu as d’elle c’est celui de son corps amaigri et vieilli par la maladie, de sa respiration sifflante et de sa voix faible. Tu te rappelles de la puanteur de son corps. Tu n’as pas versé une larme lorsqu’elle est morte car tu savais que ça arriverait et puis tu n’en avais rien à faire d’elle. C’était à tes 9 ans. Depuis ce jour, les gens sont devenus différents avec toi. Certains te plaignaient d’avoir perdu « l’être le plus cher de ta vie », pleuraient pour toi et te défendaient. D’autres, au contraire, étaient plus stricts et sévères car il ne fallait pas que tu te laisses abattre pour une chose aussi commune « de nos jours ». Et puis il y avait tes paires qui riaient de bon cœur avec toi en déclarant que ce serait la seule que tu verrais de toute ta vie. Ce ne fût pas le cas, mais presque. Dans la société, tu étais beaucoup apprécié pour ta mignonnerie, ta politesse et ta timidité qui te rendait « adorable ». Les gens parlaient déjà de toi, de ton petit corps, de ton sourire innocent, de tes yeux perçants que tu avais hérité de ton père, fier d’entendre des compliments sur son ravissant fils. Toutefois, tout n’était pas rose et tu le savais, tu avais été témoin d’une pseudo-dispute entre des bonnes femmes et ton père, celles-ci s’inquiétaient pour toi et insistaient pour que ton père te sorte plus pour coloré ce corps si blanc, son père ne cessait de répéter que c’était ta couleur de peau naturelle, rappelant par ailleurs que ta mère était aussi très pâle de base. Ce genre de conversation avait souvent lieu, mais avec le temps, tu pris quelques couleurs et cela calma la rumeur à propos de ta maladie. Laquelle ? Personne ne savait, selon les versions elle était plus ou moins grave, parfois même elle était incurable.
A l’école, tes camarades n’en avaient rien à foutre que tu sois blanc. Ils t’appréciaient ou te détestaient, enfin, certains te détestaient parce qu’ils te jalousaient, mais tu étais un faible. Tu avais toujours recours aux professeurs ou à ton meilleur ami et à cause de ça, on te détestait encore plus. Concernant tes notes, tu n’avais jamais été très bon, mais tu n’étais pas mauvais, certains disaient que tu étais moyen, d’autres que tu ne poussais pas tes capacités au maximum et que tu avais du potentiel. Ce que je pense honnêtement de cela ? Que tu ne travaillais pas assez et que tu étais beaucoup trop stupide à penser que tout te tomberait dans les mains.
Tu avais 13 ans le jour de l’accident de ton père. Oh, ce n’était pas grand-chose du tout. Trois fois rien. Oui… « Tout ira bien » disait-il en souriant. Non, tout n’allait pas bien et tu le savais. Ce n’était pas de la clairvoyance, mais l’instinct. Tout alla bien pourtant, mais les complications arrivèrent quelques mois plus tard. Il enchaînait les infections, les nuits blanches à crier de douleur car les médicaments ne lui faisaient plus rien à force d’en prendre. Il osait faire comme si tout allait pour le mieux, mais tu savais que ce n’était pas le cas, tu l’entendais la nuit, tu le constatais le jour, il était épuisé et incapable de faire quoique ce soit. Il te rappelait ta mère et tu avais commencé à te forcer à te détacher de lui. Ou plutôt de tes sentiments pour lui. Tu as commencé à porter un masque en sa présence, un sourire constant et rassurant accompagné d’un regard bienveillant et innocent. Le genre de visage qui disait « tout va bien se passer ». Tu savais que si tu étais vrai, si tu ne cachais pas tes émotions, tu serais détruit. Actuellement, je ne peux pas dire si tu avais tort ou raison, en un sens, cela t’a en effet protégé, mais dans un autre tu regrettes amèrement de ne pas avoir été capable de pleurer la perte d’un être cher. Car oui, les infections se succédant et les complications arrivant, ton père avait passé un long séjour à l’hôpital avant de mourir. Tu as toujours pensé qu’il était mort d’épuisement, même si on te répétait que c’était des suites de sa blessure. D’ailleurs, qu’elle était cette blessure ? Tu ne t’en souviens pas très bien, tu te rappelles seulement que c’était au niveau des côtes.
La vie après cela était… Hm… Compliquée, je dirais. Tu avais tellement pris l’habitude de faire semblant d’être joyeux quand tu étais avec ton père que tu fis de même au quotidien, partout où tu allais. A cause de ça, tu t’es perdu, tu ne savais plus qui était le vrai toi alors tu t’es accroché à cette mascarade ce qui, finalement, n’était pas une mauvaise chose puisqu’elle t’a fait gagner en assurance. L’adolescent que tu étais se laissait moins marcher dessus et ton tuteur – un ami de tes parents – insistant pour que tu finisses avec un emploi des plus corrects pour faire honneur à tes parents, tu étudiais plus sérieusement, te renseignais également sur des sujets « pour adultes », par exemple la politique, l’économie… Et le sexe. Ta « découverte » du sexe n’était pas des plus normales. Tu n’étais pas du genre à lire des magazines pornographiques, ni à faire des paris débiles avec tes amis et encore moins à aller voir des prostitués. Je me rectifie : tu allais voir les prostitués mais pas pour te les taper. Au début, ça t’embarrassait de marcher dans les quartiers chauds de la ville – Arendal en Norvège – mais avec le temps, tu t’en fichais tellement que tu ne voyais même plus les prostitués. Je me demande encore maintenant comment tu as fini dans ces quartiers, quoique… Si mes souvenirs sont bons, c’était parce qu’un jour tu avais décidé de fuguer – juste pour le côté dramatique, je pense – et que tu t’étais retrouvé là par hasard alors que tu te rendais au port, merveilleux endroit pour se changer les idées.
Un soir, alors que tu errais non loin de ces rues, tu fus témoin d’un coït entre un prostitué et son client, tu étais gêné qu’ils le fassent comme ça, en plein air sans craindre le regard d’autrui. Tu avais regardé jusqu’au bout et quand ils eurent terminé, tu avais repris ton chemin comme si de rien était. En marchant, tu réfléchis à cela et te demandais si écarter tes jambes était une bonne solution pour gagner de l’argent. Cette histoire t’avait beaucoup travaillé au point que tu allais en parler avec des prostitués que tu croisais, ils te connaissaient vaguement à force de te voir passer sans rien dire, ni voir, et étaient à la fois surpris et amusés par ce soudain intérêt pour leur travail. Beaucoup te conseillaient de ne pas te lancer dans une telle affaire, qu’il fallait que tu profites de ta jeunesse et que tu trouves un emploi décent, bien que, il fallait l’admettre, selon le rang que tu gagnais et les clients tu pouvais gagner une bonne petite somme d’argent. Tu ne cédas pas à cette étrange tentation et poursuivis ta vie comme avant bien que l’idée ne t’avais jamais vraiment quitté. Jusqu’à tes 19 ans. Pour ton anniversaire, tu avais passé une semaine à la capitale, Oslo, avec quelques de tes amis. Vous aviez visité quelques endroits, mais surtout, vous avez fait la tournée des bars. Tu en avais fait quelques-uns à Arendal, ainsi tu avais pu comparer les bars de la capitale et ceux de ta petite ville portuaire. Tu t’étais rendu compte d’une légère différence entre les deux villes, bien que toutes deux comptaient des établissements très chics, mais il manquait aux bars d’Oslo : l’authenticité et le terroir. Tu avais enfin trouvé ce que tu voulais : ouvrir un bar traditionnel dans la capitale. Pour cela tu changeas de filière d’études – tu avais commencé dans le droit – pour te lancer dans des études de business à Oslo. Tu étais studieux et optimiste, tu voulais pouvoir lancer ton entreprise. Tes proches te soutinrent, heureux pour toi. Tes grands-pères avaient même mis de l’argent de côté pour te payer ton futur bar.
C’est ainsi qu’en 2007, peu de temps après avoir décroché ton diplôme, tu ouvris les portes de ton bar dans la capitale norvégienne. L’événement était très important pour toi, tu avais réussi à finir les préparatifs à temps, grâce à tes amis et tes employés (ils n’étaient que quatre, mais c’était déjà un bon début). Tu savais que les premiers temps ne seraient pas faciles, mais tu ne t’attendais pas à ce que ton bar soit aussi désertique. Ton petit-ami de l’époque t’aidait à gérer les économies, à vrai dire, il s’en occupait beaucoup mieux que toi et tu le savais, mais tu étais tellement nerveux et inquiet que tu ne pouvais t’empêcher de le critiquer dans tout ce qu’il faisait, l’accusant même de la faillite de l’établissement. Tu te retrouvas seul, car il en avait marre de ne pas être reconnu pour ce qu’il faisait vraiment. Ça se comprend, j’aurais fait la même chose. Tu ne méritais vraiment pas cette aide précieuse que tu as tant que regrettée par la suite… En tout cas, cet événement fût important car il changea complètement le cours de ta vie.


Ce jour-là, le 23 août 2007, tu étais dévasté par la fermeture officielle de ton bar. TON bar. Tu n’avais pas su gérer économiquement, tu avais du mal à payer tes employés et tu ne faisais pas de bénéfices, peu de personnes semblaient attirer par le concept « traditionnel » et surtout plusieurs autres bars te faisaient de l’ombre. Tu avais vraiment été naïf de croire que tu pourrais inverser les rôles et les faire couler avec ton petit bar minable. Mais soit, je ne peux pas te blâmer, les faits sont les faits, et puis, regarde où j’en suis actuellement…
Tu étais dans un état lamentable, inconsolable et désespéré. Tu as tenté de mettre fin à tes jours tant tu étais déprimé, en vain. Tu étais tellement stupide que tu n’y arrivais pas. Te couper les veines ? Trop douloureux. Te noyer dans le fjord ? Quelqu’un t’en a empêché. Te pendre ? La corde n’était pas assez solide. Faire une surdose de médicaments ? Quelqu’un t’a trouvé peu de temps avant et a réussi à te faire vomir. A la fin de l’année, tu n’étais plus qu’une coquille vide qui errait sans but. Tu étais méconnaissable, même tes proches ne te reconnaissaient pas dans cet état, eux qui t’avaient toujours connu joyeux, souriant et optimiste. Depuis l’ouverture de ton établissement, ils avaient découvert ta vulnérabilité et ton manque de confiance en toi. Tu étais en fait tellement fragile ! Après la fermeture du bar et tes tentatives de suicide, tu passais beaucoup de temps seul à pleurer pour un rien. Peut-être pleurais-tu enfin la disparition de tes parents…
Un soir d’automne, alors que tu errais comme à ton habitude sous la pluie froide de la capitale, tu entendis des cris s’élever non loin. Bizarrement – et je pense réellement que c’est un effet commun de nos jours ce qui est plutôt risible – tu allas voir ce qu’il se passait. Il y avait une rixe en plein milieu de la rue, non loin de l’entrée d’une boîte de nuit. Plusieurs personnes étaient autour pour assister à la scène, tu te tenais plutôt loin, n’étant pas d’humeur à te mêler à la foule et grâce à ta taille, tu pouvais plus ou moins voir ce qu’il se passait. Des types se tapaient dessus et se criaient des menaces, tu n’as pas trop bien compris comment ils en étaient arrivés là et n’avaient aucune envie de demander à qui que ce soit. Après tout, tu verrais bien les détails de ce qu’il s’est passé dans les informations le lendemain. Ou en tout cas, c’est ce que tu croyais jusqu’à qu’un des types soit blessé avec un couteau et que l’agresseur – celui qui essayait de se défendre contre les autres – ne tente de fuir dans ta direction. Les gens s’étaient écartés, mais tu n’as pas eu le réflexe de le faire et il te poussa. Tu n’as pas eu le temps de réaliser ce qu’il s’était passé. Que le couteau fût planté dans ta poitrine, que le sang coulait à flot et que tu tombais sur le goudron. Tu n’entendis pas les cris horrifiés des témoins. La seule chose que tu constatais malgré que ta vision devînt floue, était que le type avait continué son chemin et que des personnes t’entouraient.
Etais-tu mort ? Ce n’était pas possible ! Etait-ce ça la vie après la mort ? Tu étais perdu quand un être étrange et inquiétant te parla, il te demanda si tu voulais vivre ou mourir. Tu repensas pendant un bref instant à tes pensées suicidaires Certes, tu avais voulu mourir depuis la fermeture de ton bar, mais pas comme ça. Pas maintenant. Tu voulais te reprendre en main, tu voulais connaître cette gloire personnelle d’avoir réussi quelque chose dans ta vie ! Tu eus juste le temps de dire « Vivre. » de façon ferme en regardant ces trous oculaires d’où sortait un éclat rouge.
Je m’étais réveillé en sursaut allongé sur le goudron, j’inspirais de grandes bouffées d’air, les yeux écarquillés et regardais autour de moi. Les gens étaient attroupés autour de moi, certains debout face à moi, portable à la main - chose très nécessaire, vous noterez -, d'autres semblaient ne pas oser regarder, d'autres encore étaient accroupis près de moi, l'un d'entre eux avait ses mains posées sur ma poitrine. Il me fallut quelques secondes avant de me rendre compte de la douleur. Elle me rappela que j'étais vivant... Mais l'étais-je vraiment ? Pour combien de temps ? Des types essayaient de me réconforter en me disant "tout va bien, on a appelé les secours"... Ahh ! Qu'est-ce que je déteste ce genre de phrases... Pendant tout le trajet jusqu'à l'hôpital, je me questionnais sur ce qu'il s'était passé, sur cette curieuse rencontre que je ne comprenais pas et sur la bagarre. Ce qui était sûr était que j'avais été poignardé et que j'étais tombé par terre. La sensation étrange du couteau dans mon corps n'avait pas été aussi douloureuse que celle à mon réveil parce qu'à peine je l'avais ressentie que je m'étais retrouvé face à cet étrange être. Est-ce que j'étais vraiment mort pendant quelques instants ? Ça ne semblait pas être le cas... Personne n'a mentionné ça, pas de réflexions sur le fait que j'étais miraculé... Étrange... Je n'ai pas passé autant de temps que ça à l'hôpital, la plaie était peu profonde et mes organes n'avaient pas été touchés, il fallait juste que je me repose et endure la cicatrisation. J’ai passé tout ce temps à cogiter à propos de cet événement et je ne pus que me résigner à me résigner sur le fait que j’avais vraiment rencontré la Mort et qu’elle m’avait vraiment laissé une seconde chance. Je n'osais pas en parler à qui que ce soit, on me prendrait pour un fou et puis... Cette chose, La Mort peut-être, ne m'avait-elle pas dit de ne pas en parler ? Après ma sortie de l'hôpital, j’avais aussi remarqué quelque chose de nouveau : une marque derrière mon genou gauche, elle n’était pas là avant l’accident, tout comme cet étrange pouvoir… Était-ce les preuves de ma macabre rencontre ?
Ma vie n’avait pas changé. Elle était au même point qu’à ma mort – ou en tout cas celle de Lars.  Ça ne pouvait pas rester comme ça. Il fallait que tout change, que je saisisse cette deuxième chance qui m’avait été offerte. Je me lançais alors dans des recherches concernant ces personnalités qui avaient réussi dans la vie d’une manière ou d’une autre, j’ai ainsi trouvé ce que je devais faire : marquer les esprits. La question était : comment ? Plusieurs « célébrités » marquaient avec leur physique, par leurs tenues vestimentaires, leurs cheveux extravagants ou leur silhouette parfaite. Je n’étais qu’un simple homme grand complexé par une petite cicatrice, alors que devais-je faire ? Cela me prit plusieurs mois avant que je ne trouve la solution, entre-temps, je songeais au concept qu’il me fallait et entrepris de rencontrer un maximum de personnes pour créer mon réseau. J’écoutais et retenais tout ce qu’on me racontait, sur les demandes, les offres, les lieux intéressants… C’est comme ça que j’ai entendu parler de Niflheim. Je m’y suis rendu plusieurs fois pour tâter le terrain, la barrière de la langue n’en était pas une, après tout car ayant été studieux et venant d’un pays qui favorisait l’apprentissage des langues étrangères, je maîtrisais très bien l’anglais. Je finis par y travailler de temps en temps en tant que serveur dans des bars, en général, en tout cas, je ne quittai pas l’univers de la nuit ce qui me fit prendre un rythme « de vampire » qui me faisait rarement voir la lumière du jour. Grâce à ces divers séjours dans la ville anglaise, j’y créais un réseau complémentaire à celui que j’avais en Norvège, je fis par ailleurs la rencontre d’un homme qui se faisait appeler Cepheus – comme le nom d’une constellation, il me semble. Cet homme dirigeait plusieurs boîtes de nuit et bars strip-tease, je l’aimais bien et je lui dois beaucoup. Un soir, alors que nous discutions et buvions – comme à notre habitude – il s’approcha de moi pour enfin me confier le secret de sa réussite :

« Donne aux gens du pain et des jeux, c’est comme ça que tu réussiras. Regarde, ton bar n’a pas fonctionné, pourquoi ? Parce que tu n’avais pas regardé la concurrence, mais surtout parce qu’il était nul à chier, sérieusement, de ce que tu m’as dit, il n’y avait rien d’attrayant. Au lieu du pain, tu leur donnes à boire et au lieu des jeux, tu leur montres un show ! Plus, si tu veux qu’il y ait du monde dès le premier jour : fais parler de toi. Après ça, tu pourras dominer le monde »

Il m’adressa un clin d’œil et leva son verre pour trinquer une nouvelle fois. Avec un aussi bon conseil, comment pouvais-je me rater ? Lors d’une autre rencontre avec cet homme, il me conseilla de ne pas donner mon véritable nom au cas où il y avait des ennuis avec la clientèle ou pire avec la justice, chose que ni lui, ni moi ne voulions, mais il fallait préparer à tout. Je réfléchissais beaucoup à ce concept : du pain et des jeux. Dominer le monde. Je lui parlais alors d’ouvrir un casino, l’univers parfait pour gérer son propre territoire et vendre du rêve aux clients, cette idée lui plaisait bien mais il me suggéra de la pousser davantage et pour cela, il accepta de me soutenir à condition que nos affaires soient liées, mes clients devraient être siens et ses clients seraient miens. Je décidais donc d’aménager en ville, enfin me direz-vous, mais il fallait que je sois vraiment sûr de ce que je faisais. Après le déménagement, je me fis opérer afin de ne plus voir cette cicatrice, ainsi je pouvais m'afficher sans inquiétudes aux côtés des membres de mon réseau, mais plus particulièrement aux côtés de Cepheus. Il fallait que je me montre, que les gens se questionnent à mon sujet. Mon mécène m’aida par ailleurs à trouver un nom qui me servirait à présent, c’est ainsi que, guidé sur le thème de royaume, je le trouvais enfin : Edel. Un mot norvégien qui signifie « noble » ou parfois « précieux », mot assez exotique pour que peu de personnes le comprennent. Avant de finalement ouvrir le casino – dont le nom, Adelsborg, avait été un vrai calvaire à trouver –, Cepheus m’apprit comment me tenir, avoir de l’assurance (ou prétendre en avoir) et comment je devais m’exprimer. Pour aller plus loin dans toutes ces démarches, j’allais jusqu’à tenter diverses colorations jusqu’à trouver le blanc : symbole de la pureté, et je saupoudrais mon corps de fond de teint de la même couleur.
C’est le 2 juin 2011 que les portes d’Adelsborg s’ouvrirent enfin. Contrairement à l’ouverture de mon bar, nous avions accueilli un grand nombre de personnes désireuses de découvrir le fameux « château » que je leur offrais. Jamais je n’avais espéré que mon entreprise fonctionnerait aussi bien !
Avec le temps, je travaillais davantage mon image, m’habillais de façon extravagante pour surprendre, laissais pousser mes cheveux – qui de basent étaient déjà longs – et entretenais cette image quasi-angélique que je voulais donner. Mon mentor me laissa finalement tout gérer, sans pour autant rompre notre partenariat, il me disait qu’il fallait que je devienne indépendant et que ma sévérité m’aidait beaucoup pour gérer mes employés. Encore une chose qu’il m’avait appris… Qu’est-ce que je sais qu’il ne m’a pas enseigné ? Rien, à part peut-être ce masque souriant qui ne m’avait jamais quitté. Seulement quelques années après l’ouverture, quatre pour être précis, je pus agrandir mon casino qui, actuellement, se porte très bien. Mes clients réguliers ont même pris l’habitude de m’appeler « Prince Edel » ou « Ange Edel », selon les goûts, mais probablement surtout parce qu’ils entendent tous mes employés m’appeler de la sorte, comme il est exigé.

Je vis mon travail, je dors mon travail, je respire mon travail, je mange et bois mon travail. Moi, l’Edel de tous, ne sors que peu de ma principauté, Adelsborg mais n’ayez crainte, votre Prince est là pour veillez sur vous, où que vous soyez…

Revenir en haut Aller en bas
avatar


I'm nothing of a Saint,
I'm a Sinner.
000

Messages : 191
Localisation : La Tentation.
Métier : Hôte.
Pouvoir : Thérianthropie féline.
Humeur : Charmeur.

Double(s) compte(s) : Shiro Miyazaki ; Randy Goldstein ; Khalel Holloway.
First I drink the coffee, then I do the stuff.
Voir le profil de l'utilisateur




Ivan Miller
First I drink the coffee, then I do the stuff.
Dim 30 Juil - 0:58
Ohohoh, bonjour et bienvenue par ici. ♥️

Je suis Ivan la fondatrice, maman de tout ces casse-pieds de membres. Yawn

Tu as un joli avatar eheh.
Je te souhaite bien du courage pour la suite de ta fiche !

Je te ferais juste remarquer que, comme tu peux le voir sur le bottin des pouvoirs, la gravité est un pouvoir déjà utilisé par Bessam Stohnson dans le sous où il peut faire léviter son corps (et uniquement son corps). Étant donné que nous n'acceptons plus les doublons depuis une récente mise à jour, fais bien attention en détaillant le tiens pour qu'ils restent assez différents l'un de l'autre.

Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas un seul instant.

_________________







Meow ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 76
Métier : Étudiant en littérature classique & Infirmier à mi-temps
Humeur : Et toi là, tu vas chez LIDL ?

Human
Voir le profil de l'utilisateur




Reo Euston
Human
Dim 30 Juil - 1:17
Bienvenue !

Quelle beauté cet avatar, fais-moi mal quand tu veux **

_________________


Né le 23 septembre 1996 ▲ Étudiant en littérature classique ▲ Infirmier à mi-temps ▲ Incarne le Yaksha



Cadeaux + Carte de membre :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



RPs en cours :
L'enfer c'est les vacances. ft. Icilio
Monsieur, il faut vous reposer. ft. Sherlock
Rira bien qui rira le dernier. ft. Reo
La violence est la manifestation d'un égo malade. ft. Ashley

23 Y.O ♥️ Uke ♥️ Tsundere
Grand frère de huit petites terreurs
Messages : 44
Localisation : A la maison, ou chez un patient
Métier : Infirmier libéral
Pouvoir : Physic : Métamorphose en Hamster
Humeur : (∥ ̄■ ̄∥)

R:Physic
Voir le profil de l'utilisateur




Sasha Brown
R:Physic
Dim 30 Juil - 1:19
Je te l'ai déjà dis, mais je reviens quand même
so..
BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE On s'enflamme
Et ton vava est juste magnifique!


Je reviendrai souvent zieuter ta présentation pour suivre son avancée, j'ai hâte de lire tout ça
Bonne continuation pour ta fiche et j'espère que tu te plairas parmi nous~  ♥️

Câlin de la mort qui

_________________

Sasha Brown pète un câble en #6699cc
« — T'as quoi, toi ? Me regarde pas comme ça. Sale con.
— ...
— Arrête !
— ...
— MAIS ARRÊTE !
— ...
— OK ! D'ACCORD ! JE T'AIME, T'ES CONTENT?? »

Merci à toi Icilio pour le vava
Je te nem très fort toi, tu le sais ?
Câlin de la mort qui
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 136
Métier : Pierceur
Pouvoir : Don d'ubiquiété
Double(s) compte(s) : Nathaniel Eliseum
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Akemi William's
R:Divers
Dim 30 Juil - 1:48
Bon je t'ai loupé hier (vive le décalage horaire) so BIENEVNUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE WAZAA

Au plaisir de te croiser sur la cb et bon courage pour ta fiche. Au passage j'aime beaucoup ton vava

_________________

Spoiler:
 

Akemi vous parle: Thème
Tyler vous parle: «  » Thème
Hayden vous parle: ff3333 Thème

Pensées en italique
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 32
Métier : Étudiant en Histoire et serveur.
Pouvoir : En gros, il peut animer des objets.
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Kyle Underwood
R:Psychic
Dim 30 Juil - 2:18
Bienvenue Love you ♥

_________________

Merci pipine  Tourne ~


Merci >///< :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Yop&Cats
Qui suis-je~
Cat ARMY - Mes liens
Cat ARMY - Mes chats
Cat ARMY - Mes rps
(╯ಠ_ರೃ)╯︵ ┻━┻
Messages : 112
Localisation : Dans les rues
Métier : Street-Art / photographe
Pouvoir : Capacité de peindre sur les mur au toucher
Humeur : GRAOUH

Double(s) compte(s) : ~
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Inno Snowen
R:Divers
Jeu 3 Aoû - 21:07
Bienvenue parmi nous ! SAVE ME INTENSIFIES

_________________



You gotta be there for me too

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 22
Localisation : A Adelsborg ~
Métier : Proprio du casino
Pouvoir : Gravité du métal
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Lars T. Adelheid
R:Divers
Ven 18 Aoû - 16:23
Merci à tous pour ce chaleureux accueil o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar


You've got it it all, you lost your mind in the sound, there so much more, you can reclaim your crown *:・゚✧
Liens ♦️ Fiche
Administratrice

Messages : 245
Localisation : Au cabinet
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : ( ̄¬ ̄ヾ)

Double(s) compte(s) : Seishiro Fujiwara ; Yasuo Rae
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Oliver Winchester
R:Psychic
Ven 18 Aoû - 22:36
Hello hello ! Je suis là pour valider ta fiche, ou presque... Yawn
Si tu ne vois pas notre joli code pour t'annoncer la validation, c'est qu'il y a certains points qui clochent dans ta fiche. Rien de grave, ne t'en fait pas, on va vite régler tout ça tous les deux !

Tout d'abord, ta marque doit être obligatoirement être de couleur noire, comme de l'encre pour un tatouage quoi et non en gris clair. C'est écrit dans le règlement des reloads alors il faut respecter ce petit point OHOHOH

Ensuite, tu écris dans ton histoire que la blessure disparaît, tout comme l'histoire avec le couteau. Tu as bien compris que la bagarre devait quand même avoir lieu et que tu reviens 10 minutes après ta mort, ça c'est cool parce que certains oublient ou mettent 10 minutes avant haha. Du coup, tu as quand même reçu ce coup de couteau, mais tu n'en es pas mort. Il te reste une blessure, non-mortelle. On peut dire que le coup de couteau n'a pas touché ton cœur et que tu ne t'es pas vidé de tout ton sang, tu survis. Seule ta mort a été effacée des mémoires de tous les témoins autour de toi !

C'est tout, ce n'est pas grand chose mais c'est nécessaire pour ta validation ! Fais moi signe lorsque les modifications sont faites et n'hésite pas à me MP si tu as des questions. Yaaas

_________________





Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 22
Localisation : A Adelsborg ~
Métier : Proprio du casino
Pouvoir : Gravité du métal
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Lars T. Adelheid
R:Divers
Sam 19 Aoû - 10:15
Hei ~

Merci pour ces remarques ! J'ai fait les modifications, j'espère que ça ira :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar


You've got it it all, you lost your mind in the sound, there so much more, you can reclaim your crown *:・゚✧
Liens ♦️ Fiche
Administratrice

Messages : 245
Localisation : Au cabinet
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : ( ̄¬ ̄ヾ)

Double(s) compte(s) : Seishiro Fujiwara ; Yasuo Rae
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Oliver Winchester
R:Psychic
Sam 19 Aoû - 14:01


Tu es validé ! Bravo !

« La voici et la voilà, la validation est là ! Les modifications que je t'ai demandé ont été faites et c'est parfait ! La lecture était agréable, même si j'ai un peu tiré la tronche face à +1600 mots pour le physique vu que je n'ai pas l'habitude de lire autant pour cette partie... Au final, ça s'est lu très facilement et tous ces mots prouvent bien l'extravagance de ton personnage ! Il a un caractère particulier et bien à lui mais je l'aime bien, ça change un peu de ce qu'on peut voir d'habitude ! J'ai bien aimé ton histoire aussi, bien complète. Tout est bon pour moi alors je peux enfin te valider et te donner un peu de couleur, on en a marre de tout ce gris ! D'ailleurs, tu fais maintenant partie de la #VanTeam, celle de notre très chère fondatrice. Ce sera elle qui se chargera de lire tous tes rps et de te prévenir au moindre souci comme une incohérence avec le contexte ou le minimum de mots non respecté. Seulement, tu vas devoir te recenser avant de filer vers le joli monde du rp ! OHOHOH »

• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
• Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
• Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥️


_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads-
Sauter vers: