RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Extérieurs de la Ville :: La Plage :: [Juillet - Août] Le Festival d'été Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

What makes me smile ~ CAMERON CREE

blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Lun 24 Juil - 17:45

Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Un air d'ukulélé sur le bord de mer, les pieds dans le sable brûlant, les idées perdues dans les vagues. Les rires et les cris. J'étais loin, loin dans un autre monde, à profiter de ce moment de calme dans ma vie d'hyperactif.

Il grattait les cordes de son instrument, mes idées vaguaient au rythme de sa musique. Perdu dans l'incertitude de mon avenir, je coulais dans ses pensées brouillées qui vivaient au fond de ma conscience.

Aujourd'hui était une nouvelle histoire.

Le premier jour du festival était mon seul jour de congé. J'avais d'abord pensé m'y rendre en solitaire. J'avais perdu l'habitude d'être sociable, d'inviter mes amis à sortir. J'attendais simplement que quelqu'un vienne me faire un signe. Il en n'eu aucun, de personne. Le reste de mes journées étaient ennuyantes. Rythmé par la boutique et la monotonie. C'est après une de ses nombreuses soirées à traîner sur les réseaux sociaux que j'avais retrouvé son profil.

J'avais de nouveau songé à elle.

Il était tard, trop tard, cette nuit-là pour lui envoyer un message. J'étais seul avec moi-même, accompagné de mes souvenirs et du peu que nous avions partagé. De nombreuses journées s'étaient écoulées depuis notre dernière rencontre. J'en étais pourtant encore euphorique. Cela faisait des années que je n'avais pas profité du plus simple des sourires. J'en avais oublié à quel point une rencontre, un échange, pouvait être plaisant.

Le festival d'été était une bonne occasion pour la revoir.

C'est sous une impulsion et sans y réfléchir à deux fois que je m'étais décidé à lui parler du festival. Il devait être plus de trois heures du matin quand le premier message fut envoyé. Qu'est-ce que je m'en étais voulu le lendemain, qu'est-ce que je m'étais senti stupide d'avoir envoyé un message si tard. J'allais passer pour quoi ? Pourtant, après plusieurs échanges, la réponse fut positive. J'allais la revoir, dans quelques jours.

La bonne humeur m'avait habité jusque là.

Les notes de musique s'étaient évaporées, le musicien avait quitté sa place au bord de l'eau. Mon esprit revenait enfin sur terre. Les minutes s'écoulaient, le temps me rattrapait, mon estomac se retournait. Elle allait bientôt arriver et je risquais encore de me retrouver sans savoir quoi lui dire. J'avais beau y réfléchir encore et encore, je savais que les mots allaient disparaître de mon esprit.

Nous nous étions donné rendez-vous près du stand d'arrangement floral. Bonne ou mauvaise idée, je m'y étais réfugié en attendant son arrivée. Je regardais inlassablement les créations que j'avais préparées pour le festival. Parmi celles-ci, j'avais rangé soigneusement une couronne de fleurs. Je l'avais composé dans la matinée, pensant lui en faire cadeau. Je continuais à y réfléchir, c'était peut-être trop ? Peut-être juste horrible. J'étais à deux doigts de jeter la couronne au sol et de l'écraser.

Je me stoppai avant de faire n'importe quoi. Je laissai la couronne au stand, précisant qu'elle n'était pas à vendre. Laissant mon stress derrière moi, je regagnais notre point de rendez-vous fixant mon portable en attendant un message de sa part. C'était bientôt le moment.

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Jeu 27 Juil - 18:26
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 559 mots


Notre discussion à la fac ne m’avait pas laissé indifférent, j’avais même été déçu lorsque les cours nous avaient rappelé à l’ordre. Évidement, que, le soir même, je l’avais cherché sur les réseaux sociaux, sans oser lui envoyer de message. Et heureusement pour moi, je n’avais même pas eu besoin de le faire, car c’est lui qui fit le premier pas. Nous avions discuté tard dans la nuit et pendant un long moment jusqu’à ce qu’une nouvelle rencontre soit organisée, au festival d’été. Devais-je considérer ça comme un rendez-vous ? En tout cas, j’espérais que lui le voyait ainsi.
Et voilà comment je me retrouvais à relire nos messages en vérifiant pour la dixième fois au moins où se trouvait le stand d’arrangement floral. J’avais attendu ce jour avec impatience et maintenant j’étais horriblement stressé. Un dernier passage devant le miroir me fit hésiter. Je portais un simple T-shirt blanc avec un short en jean. Je n’avais ni maquillage, ni bijoux à part mes piercings aux oreilles et aux joues et avais simplement attaché mes cheveux en un chignon assez désordonné. Je savais bien qu’en me voyant arriver comme ça, il allait se poser des questions. Était-ce trop tôt pour qu’il découvre cette partie de moi ? Je n’avais aucune idée de comment il allait réagir et j’étais effrayé à l’idée qu’il me rejette. Je du rester un bon quart d’heure face à la glace, hésitant entre rester ainsi ou partir enfiler une de mes robes. Oh et puis merde, j’attrapai mon sac, mes lunettes de soleil et mes clefs avant de claquer la porte de mon appartement.

Je réussis à prendre un taxi de justesse et demandai au chauffeur de prendre la direction de la plage.

- Vous aussi vous allez au festival, me demanda t-il en me regardant grâce à son rétroviseur intérieur.
- Oui, autant en profiter, il fait beau dehors.
- Vous avez tout à fait raison !


La discussion s’arrêta simplement sur cette phrase et le reste de la route se passa avec pour seul fond sonore, la musique qui émanait de la radio.
Je ne mis pas longtemps à arriver et commençai à me diriger vers la plage après avoir payé et remercié le chauffeur. Il y avait déjà pas mal de monde et l’ambiance était joyeuse, une belle journée en perspective. Après cinq bonnes minutes à chercher le stand, je le trouvai enfin et comme promis, Natt s’y trouvait. Il était facile à reconnaître, déjà de part sa grande taille et puis son visage que je n’avais certainement pas oublié. Il était sur son téléphone et ne semblait pas m’avoir remarqué, c’était le bon moment pour faire demi-tour, non ? Pourtant, je pris une grande inspiration, attrapai mon portable et me mis à taper un SMS, les mains tremblotantes.

Lève la tête.

Une fois le message envoyé, c’est le sourire aux lèvres que j’attendis une quelconque réaction de sa part. Mes mains, cachées derrière mon dos, tremblotaient toujours.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Sam 5 Aoû - 21:44
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Mon regard absorbé par l'écran de mon portable, je me réconfortais en cachant mon manque de confiance en moi. Il y avait beaucoup de choses qui avait changé depuis la dernière fois où j'avais demandé à quelqu'un de m'accompagner en rendez-vous. C'était certainement ma nouvelle façon de voir les choses, différente d'avant, moins impulsive, plus calme, presque perdue. Je n'avais jamais été vraiment sincère dans une relation, j'avais toujours une idée derrière la tête, rien de sérieux. Je voulais juste m'amuser.

Je voulais être différent.

Quand la notification apparue sur mon écran, je redressai immédiatement la tête. Je ne voulais pas faire demi-tour, je ne l'avais jamais voulu. Je voulais voir ce qu'il allait se passer aujourd'hui. Est-ce que j'avais vraiment changé ? Mon regard croisa le sien, elle était de nouveau là. C'était comme tomber dans de le passé, profiter à nouveau des quelques minutes que nous avions passé ensemble à l'université. Face à moi, elle était là, comme un mirage.

Cameron était à la fois identique et complètement différente.

J'avais tout de suite remarqué qu'elle n'était pas aussi féminine qu'avant. Elle ne portait ni maquillage ni bijou. Ses cheveux désordonnés et ses vêtements simples me la faisaient voir comme je ne pensais jamais la croiser. Elle était masculine, différente de celle qui avait attiré mon œil à la boutique. Aujourd'hui, Cameron ressemblait à un homme, androgyne, sans être femme. Elle n'avait plus rien de féminin. Je ne pouvais dire si j'étais surpris, déçu ou heureux de la croiser comme ça. Il y avait tant de choses que je ne savais pas à son sujet.  

C'était peut-être rien ou peut-être beaucoup.

Je ne m'étais jamais posé de question sur ma sexualité, ou sur les genres. En Norvège, je n'avais connu que très peu de femmes, mais elles m'avaient toujours attiré d'une manière différente. Je n'avais jamais eu une seule relation sérieuse avec elles. Depuis mon arrivée en Angleterre, Cameron était la première et unique femme que j'avais eu la chance de croiser. C'était la première raison qui m'avait poussé à aller jusqu'à elle à l'université. Si je l'avais rencontré aujourd'hui, sans me douter, un seul instant que c'était une femme, aurais-je fait le premier pas ?

Son sourire, qui me portait ailleurs, me faisait croire que oui.

Je ne pouvais plus regarder son visage illuminé sans sourire à mon tour. Plus discrètement, presque caché. Mes questions s'envolèrent quand je m'approchai d'elle, peu importe si Cameron s'habillait comme un garçon ou si elle jouait avec son côté androgyne. Je ne voulais pas perdre cette journée à m'en faire pour si peu.

- Tu es venue ! Je suis content de te voir.

Cette journée s'annonçait sous un nouveau jour. Je voulais lui parler plus facilement, apprendre à la connaître et profiter du festival avec elle. Ses piercings aux joues qui m'attiraient l'œil, la couronne que j'avais caché au stand, toute sa personne que j'allais apprendre à découvrir sous un nouveau jour. Tout était sujet à la conversation.

- Tu as de nouveaux piercings aux joues. Lui indiquai-je en montrant les miennes du doigt. J'aime beaucoup, ça te va vraiment bien.

J'étais encore un peu perdu dans mes mots, tout se mélangeait et se fragilisait. Pourtant, je sentais que quelque chose se débloquait en moi. J'arrivais à la regarder droit dans les yeux, à l'admirer le regard discret et à penser à elle sans m'en vouloir. L'après-midi allait suivre, le reste allait venir.


_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Dim 27 Aoû - 23:01
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 482 mots


Comme je m’en doutais, il leva la tête et immédiatement son regard se posa sur moi. Pendant un court instant, je lu sur son visage ce qui ressemblait plus ou moins à de l’incompréhension. Pourtant, ses lèvres finirent pas s’étirer en un large sourire avant qu’il ne vienne vers moi et s’exclame de ma présence.

- Oui, je suis venu, je n’allais pas manquer une si belle journée à la plage. Qui plus est, en ta compagnie, gloussé-je.

Il enchaîna sur un compliment sur mes piercings, ce qui me fit vraiment plaisir. Beaucoup de personne se contentait de me fixer bizarrement, n’osant souvent pas m’approcher. Pourtant, ce n’est pas comme si j’étais effrayant.
Je lui offris donc un grand sourire, accompagné de petites fossettes formées par les bijoux, avant de répondre :

- Oui, ça ne fait pas très longtemps que je les ai. C’est toujours en pleine cicatrisation, dis-je en pointant du doigt le piercing gauche, Je suis content que tu aimes, ajouté-je rapidement.

Cette peur qui m’avait tordu le ventre jusqu’à mon arrivée avait disparu. Il n’avait fait aucune remarque sur mon apparence, à part sur mes piercings. Il ne s’était pas non plus enfuie et au contraire, semblait aussi heureux que moi d’être ici. Je rangeai mes mains dans mes poches tout en haussant légèrement les épaules avant de lui dire :

- Et si tu me montrais un peu ton stand ?

Mon regard se posa alors sur le stand juste derrière lui. Plusieurs compositions florales le décoraient, il y avait même quelques couronnes de fleurs. Une en particulier me tapa dans l’oeil, une jolie couronne composée de fleurs roses et blanches avec quelques feuilles vertes par-ci par-là. Malheureusement, je vis qu’elle n’était pas à vendre et une petite moue se dessina sur mon visage avant que je n’approche du stand.

- Dommage, qu’elle ne soit pas à vendre, dis-je en pointant la couronne, je trouve que c’est la plus jolie.

Ma phrase sonnait légèrement maladroite, je ne voulais pas qu’il pense que je trouvais les autres couronnes mal faites ou tout simplement, moches, car ce n’était absolument pas le cas. Son stand était magnifique, toutes ces couleurs et ces odeurs qui émanaient des fleurs créaient une ambiance agréable et donnaient envie de s’en approcher pour mieux tout observer.
Histoire qu’il n’interprète pas mal mes paroles, je tentai de me rattraper du mieux possible :

- Non pas que les autres soient moche ! Elles sont toutes jolies, vraiment mais celle là est ma préférée !

Mon visage prit une teinte rouge pivoine et je baissai la tête, gêné.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Mar 29 Aoû - 23:59
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Une relation bancale, éphémère. Nous ne nous connaissions pas, je ne lui devais rien, mais j'agissais comme un idiot avec elle. Je ne pouvais même pas me réjouir d'être son ami. Il y avait eu beaucoup de choses qui m'avaient traversé l'esprit, mais une fois face à Cameron, tout s'embrouillait. Je ne voulais peut-être rien ou peut-être trop. Je n'avais jamais réussi à rester ami avec quelqu'un bien longtemps, un peu trop con pour ne pas aimer la routine et trop impulsif pour ne pas rester à ma place.

Je devais ne pas y penser, oublier ça pour profiter de cette journée.

- Et si tu me montrais un peu ton stand ?

Pas spécialement surpris par sa demande, je me retournais pour suivre son regard. Je ne tenais pas le stand aujourd'hui et encore bien chanceux, mon père n'était pas encore là. J'échappais de peu aux regards idiots et aux remarques toutes aussi crétines. L'esprit un peu curieux, j'admirais notre stand d'un autre œil. Les compositions de Tybalt, mes couronnes de fleurs, tout semblait être parfait pour le jour-j.

La couronne que j'avais failli détruire attira à nouveau mon regard.

- Dommage, qu’elle ne soit pas à vendre, dit-elle en pointant la couronne, je trouve que c’est la plus jolie.

- La plus jolie ? Surpris, je pris la couronne entre mes mains.

Ce n'était pas la plus compliquée à réaliser, elle n'était pas non plus très originale et en plus, je n'étais pas encore particulièrement doué dans la confection de couronnes de fleurs. C'était tout récent. Mais, j'avais voulu me laisser guider par mon envie, par l'idée que je me faisais de Cameron. Elle était... Douce et vive à la fois, du peu que nous avions partagé, de mes souvenirs ressortaient ces couleurs, ces fleurs.

Cette couronne lui était destinée.

- Non pas que les autres soient moches ! Elles sont toutes jolies, vraiment, mais celle-là est ma préférée !

- Si tu la veux, prends là.

Elle baissa la tête, les joues rougies par son commentaire ou la chaleur, je n'étais pas spécialement sûr. Je déposais ma création sur ses cheveux blonds pendant qu'elle était encore ailleurs. Je n'avais jamais eu de contact si proche avec Cameron, je reculais d'un pas. Je soufflais légèrement, l'admirant discrètement, je n'avais pas fait d'erreur, elle était parfaite, la couronne était parfaite.

- Elle te va bien... Je l'ai faite spécialement pour aujourd'hui, ça me fait plaisir si tu la gardes.

C'était trop difficile de lui dire que, oui, cette couronne était pour elle. Que je voulais lui en faire cadeau. Mais je ne pouvais pas me dire que Cameron pouvait refuser mon cadeau en sachant qu'elle m'avait inspiré. J'avais besoin de changer de sujet et m'éloigner le plus possible de ce stand. Mon père pouvait arriver d'une seconde à l'autre et c'était la dernière chose dont j'avais besoin.

- Tu as soif ? On boit quelque chose avant de faire le tour des stands ?

Le ton un peu ailleurs, je lui indiquais le bar installé pour le festival. J'avais besoin d'avaler une tonne de sucre pour oublier ma connerie et je n'avais pas l'intention de toucher à l'alcool aujourd'hui. Le regard un peu trop blasé, une mauvaise habitude malgré ma bonne humeur, nous commandions de quoi nous rafraîchir pour entamer l'après-midi.

- Tu veux commencer par quoi ? J'aimerais bien essayer les stands de jeux.

Non pas que j'aimais dépenser mon argent dans tous les sens, mais les lots stupides à gagner m'avait attiré l'œil. De quoi me changer les idées et me faire oublier ma connerie.
 

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Jeu 31 Aoû - 0:45
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 478 mots


- Si tu la veux, prends là.

Je n’eus pas le temps de le remercier ou même de tendre les doigts vers la couronne, qu’il l’attrapa avant de me la poser sur la tête. Il ajouta à ça un compliment qui, je pense, me fit devenir encore plus rouge que je ne l’étais déjà.
J’avais déjà eu quelques rendez-vous auparavant, un ou deux copains même mais ça avait été tellement court et me semblait si loin que j’avais presque oublié ce sentiment qu’on ressentait quand quelqu’un s’occupait de vous. Je n’avais aucune idée de ce que tout ça signifiait pour Natt en fait, mais pour moi c’était quelque chose de familier et nouveau à la fois, de presque effrayant et pourtant j’aimais ça. Je ne voulais pas que cette journée est de fin mais j’étais curieux de la manière dont ça allait finir.

- Tu as soif ? On boit quelque chose avant de faire le tour des stands ?

Oui, j’avais besoin de boire. Ma gorge était toute sèche et n’étant pas sûr de pouvoir en faire sortir un son, je me contentai de hocher la tête et de le suivre vers le bar. Je pris un granité à la framboise. C’était le genre de boisson que j’associais toujours aux festivals ou aux fêtes foraines et ça aurait été un tort de ma part de ne pas en acheter une.

- Tu veux commencer par quoi ? J'aimerais bien essayer les stands de jeux.

Mon regard se posa alors sur les dits stands. Il y en avait pour tout les goûts, de la pêche au canards, au grappin, en passant même par des jeux que l’on pourrait trouver dans un casino.

- On pourrait commencer par la pêche aux canards ? C’est sûrement le jeu auquel je suis le moins nul, dis-je en rigolant.  

Ce qui était vrai, je n’étais pas vraiment doué pour ce genre de jeux (à part la pêche aux canards) mais j’étais bien décidé à repartir d’ici avec un lot. Une énorme peluche que je pourrais mettre dans ma chambre.

En allant vers le jeu, mon regard se perdit un instant sur ce que ce festival avait à proposer. Il avait pleins de choses que j’avais envie d’essayer à vrai dire, comme les activités artistiques, que ce soit la peinture ou la musique ou tout simplement manger un plat que je ne connaissais pas. J’avais bien envie de finir la journée en mangeant des marshmallows grillés mais ce n’était pas encore le moment de penser à ça, l’après-midi venait à peine de commencer.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Ven 8 Sep - 1:36
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Le début du festival semblait m'ouvrir un peu plus l'esprit. J'avais l'impression de retrouver ce monde, ce plaisir que j'avais effacé depuis des jours. Mon regard si souvent perdu dans le vide, l'admirait discrètement cette fois-ci. Il y avait quelque chose, comme la dernière fois, cette sensation indescriptible qui me rendait si heureux et dont j'avais eu particulièrement du mal à comprendre le premier jour. Mais c'était elle, c'était son sourire, sa façon d'être simplement.... Qui me rendaient, aussi... Stupide.

Mes pensées, idiotes presque naïves, me firent sourire.

Mes lèvres cherchèrent bêtement la paille de ma boisson hyper sucrée. "Stitch" un cocktail bleuté, aux saveurs tropicales, bien loin des thés anglais traditionnels, que j'ai l'habitude de voir ici. C'était comme faire un voyage chimique jusqu'à Hawaï, ou, du moins jusqu'au bar hawaiien le plus proche -l'alcool en moins-.

- On pourrait commencer par la pêche aux canards ? C’est sûrement le jeu auquel je suis le moins nul, dit-elle en rigolant.

Ma paille entre les lèvres, je la fixais un instant. Incompréhensible, c'était comme si mon cerveau venait de comprendre quelque chose, mais que mon esprit l'avait interrompu. Les sourcils légèrement froncés, je relâchais ma boisson, ayant déjà oublié.

- La pêche aux canards ? Ce n'est pas pour les enfants ? Dis-je, amusé. Tu peux gagner une petite moto en plastique ou une poupée à coiffer dans ce jeu-là non ?

Incroyablement détendu et pourtant tellement stressé, j'avais suivi son pas, mon verre en plastique à la main. Les échoppes longeaient la plage, l'odeur des fleurs disparaissaient derrière celle, beaucoup plus alléchante, des brochettes du stand de nourriture. Je me perdais à la rêverie, j'allais pouvoir manger quelque chose de consistant aujourd'hui et profiter du festival avec Cameron. Peut-être, qu'avec un peu de chance, elle allait rester assez longtemps ce soir pour profiter du programme de ce samedi avec moi.

Le premier stand de jeu était la pêche aux canards et non pas à ma grande surprise, la plupart des joueurs ne dépassaient même pas le mètre vingt. L'oeil curieux je fixais les lots à gagner sur les étagères du stand. Pour cinq canards, on pouvait gagner des petites figurines d'animaux, une minuscule moto en plastique et pour trente canards, le plus grand des prix, c'était une petite peluche d'un chien tout blanc. Je n'étais pas spécialement intéressé par ce genre de lot, mais Cameron en avait eu l'idée. Je déposai ma boisson sur l'une des tables près du stand.

Lançons le défi.

- Le premier à trente canards gagne?

Je fis signe à l'homme qui s'occupait du stand de nous donner deux cannes et deux sceaux. Il n'y avait rien à gagner dans ce défi stupide, en tout cas, je ne savais pas si je pouvais aller jusqu'à lancer un gage au perdant.

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Lun 11 Sep - 0:35
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 550 mots


- La pêche aux canards ? Ce n'est pas pour les enfants ? Tu peux gagner une petite moto en plastique ou une poupée à coiffer dans ce jeu-là non ?
- Mais non, je suis sûre qu’il doit y avoir des peluches à gagner,
dis-je, sans réellement en être certain.

Une fois arrivés au stand, je regardai les différents lots à gagner. Comme Natt me l’avait dit, il y avait bien des petites motos ou des figurines d’animaux mais il y avait aussi, des petites peluches à gagner.

- Le premier à trente canards gagne? Me demanda t-il.
- Ok, dis-je, une pointe de défi dans la voix.

Natt fit signe à l’homme qui tenait le stand qui s’approcha, deux cannes à pêche à la main.

- Et voici pour vous monsieur, dit-il en m’en tendant une.
- Merci.

Je fis mine de m’échauffer, tendant mes bras vers l’avant puis en étirant mon bassin. Enfin, j’agrippai le bâton de bois à deux mains, faisant glisser le crochet à la surface de l’eau.

- Je suis prêt ! M'écrié-je.

J’allais commencer, le crochet se rapprochant dangereusement d’un anneaux en fer d’un des canards jaunes, quand je me stoppai pour annoncer :

- Il nous faut un gage ! Le perdant... Doit chanter pour avoir le droit de parler. Ce n’est pas obligé d’être quelque chose de long... Et on va dire, que le gage s'arrête au coucher de soleil.

Et avant même qu’il ne commence à protester, j’ajoutais :

- Je n’accepte aucun refus.

Une fois mon gage proposé, le jeu pouvait enfin commencer. Presque aussitôt, je fis se balancer le crochet vers un des anneaux. Raté. Je poussai un léger soupir avant de refaire se balancer le crochet de nouveau. Ce fut globalement mon occupation durant les dix minutes qui suivirent. Je jetai quelques coups d’oeils à Natt qui semblait plutôt bien se débrouiller. Un léger sourire se dessina alors sur mes lèvres alors que je m’approchai lentement de lui.

- Oups, gloussé-je alors que je venais de le bousculer, déstabilisant ainsi son crochet.

J’avais le comportement d’un enfant mais je m’amusais et puis, je voulais gagner une peluche. Cette partie fut donc entrecoupée par des rires de ma part alors que j’essayais de faire en sorte que Natt se déconcentre et de moments de concentration quand j’essayais à mon tour d’attraper des canards en plastique. Ce n’est que quelques minutes plus tard, que je levais les bras avant de crier un magnifique “ 30 ! “. S’en suivie une danse de la victoire avant que le monsieur qui tenait le stand me tendit une jolie peluche d’un chien tout blanc. Je le remerciai avant de dire à Natt, d’un ton légèrement moqueur :

- Échauffe toi bien les cordes vocales.

Nous nous éloignâmes de quelques pas, ma peluche dans les bras, un grand sourire sur le visage.

- C’était amusant ! Qu’est-ce que l’on fait maintenant ?


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Jeu 14 Sep - 1:45
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Dans certaines romances, l'homme gentleman, gagnerait pour la femme qu'il convoite, la plus belle peluche présenté au stand. Dans les romances, il se donnerait au maximum pour faire plaisir à cette délicate demoiselle. Il ferait attention à elle et devinerait avant même qu'elle n'y pense, ce dont elle a besoin. Mais elle et moi... C'était quoi ?

C'était pas une romance.

- Et voici pour vous monsieur.
- Merci.

Là, j'avais compris. C'était comme si tout venait de s'éclairer, certaines choses, certaines questions... Mon sourire avait disparu, quelque chose s'était perdu en une seconde à peine. J'avais peur de cette réaction, de ma réaction, depuis le premier jour. J'étais en quelque sorte, déçu. Très déçu.

Mon visage était redevenu comme avant, comme toujours, inexpressif. Qu'elle soit... Qu'il soit... différent changeait réellement quelque chose ? Au fond de moi, je me disais que non, Cameron était Cameron. Peut-être jouait-elle simplement aux hommes ? Je ne savais pas à quel point être une femme dans cette ville pouvait être difficile. A Oslo j'avais bien connu une ou deux femmes qui se faisaient passer pour des hommes pour se faciliter la vie. C'était le cas pour elle aussi ? Pourquoi, maintenant ?

Elle jouait... Ou jouait-il aux femmes ? 

J'avais besoin d'en savoir plus sur elle. Elle aurait dût lui répondre, le contredire ou simplement... me dire quelque

- Je n’accepte aucun refus.

Je la regardais à nouveau, surpris. Je l'avais à peine écouté et comme souvent trop souvent, je n'avais rien dit. Je venais juste d'accepter un gage complètement stupide ? Les sourcils froncés, je ratais le début du jeu, elle s'était déjà lancé dans la partie. Je tenais mon bâton sans même réfléchir à ce que je faisais, j'attrapais machinalement les canards en plastique. Mes pensées étaient focalisés sur elle, sans aucune concentration, même le plus simple des jeux d'enfants me semblaient plus compliqué.

Malgré ma déception naissante, je reprenais un peu d'avance dans le jeu, je n'avais aucune envie de pousser la chansonnette.

- Oups.

Petite tricheuse, mauvaise joueuse. Cameron me bouscula, un air un peu trop taquin au visage pour vraiment s'en vouloir. Je relâchais ma canne pour ne pas faire tomber mon sceau au sol dans la légère bousculade.

- Ah ne fait pas semblant !

Quand elle s'approchait de trop près, certainement pour me déconcentrer, je la repoussais d'un petit coup de coude. J'étais mauvais perdant, très mauvais perdant, mais je ne m'amusais pas à tricher pour remporter la victoire. Elle, par contre, semblait s'amuser, elle en riait, c'était un simple jeu. Alors mon sourire réapparu. Sa bonne humeur était contagieuse et même si le résultat final me déplaisait énormément, je n'arrivais pas vraiment à lui en vouloir.

- Tu as triché plusieurs fois ! Tu as gagné la peluche, mais pas le gage ! Je chanterais pas. Marmonnai-je.

Je bu la dernière gorgée de ma boisson, alors qu'elle récupérait sa peluche. De là, où nous en étions, je n'avais pas à me plaindre. Je commençais petit à petit à cerner son caractère, un rayon de soleil, qui s'amusait d'un rien. Un peu bruyante, enfantine. Sans toutes ces questions, j'étais heureux avec elle, mais aussi vite j'avais l'impression d'en attendre beaucoup trop. Il y avait encore quelque chose qui me tourmentait, je ne voulais pas y penser et pourtant.

- C’était amusant ! Qu’est-ce que l’on fait maintenant ?

Je la fixais d'un pas en arrière, peut-être qu'au fond, je n'avais pas besoin de tout savoir maintenant. J'avais peur d'être complètement déçu et de, sans vraiment le vouloir, pourrir le reste de l'après-midi. Alors, oui, je préférais passer ma seule journée de congé dans le dénis ou le mensonge, si c'était pour en profiter. Je lui demanderais ce soir et après ça, je serais fixé sur... la vérité.

J'indiquais du doigt un autre stand de jeu pour répondre à sa question. C'était un stand, un peu plus pour les "adultes", du tir à la carabine. Il y avait plusieurs ballons par case à exploser. Ce genre de jeu était beaucoup plus difficile et les lots en étaient forcément plus intéressants. Souvent de l'électronique (certainement défectueux), quelques jouets et évidemment les inimitables énormes peluches à gagner.

L'une d'entre elles ressemblaient étrangement à un husky, j'avais trouvé mon objectif.

- On joue le gage ici. Le premier à exploser tous les ballons d'une case gagne. Si tu perds, tu chantes, si je perds... Je... Hm... Chanterai. La première personne qui triche, devra.... Je cherchais du regard quelque chose pour me venger de sa façon de jouer. S'asseoir là-bas.

Cet autre jeu, était un peu plus différent. Il était éloigné des autres, l'écriteau "SPLASH" surplombait un bassin rempli d'eau. C'était simple, une petite plateforme au dessus de l'eau, une cible et trois balles. La cible touché, la plateforme se retirait et la victime se retrouvait au fond du bassin.

- Je n’accepte aucun refus. Dis-je en me moquant un peu d'elle.

Sans même attendre son avis, j'interpellais l'homme qui s'occupait du stand pour lui faire signe que nous voulions commencer à jouer. J'avais plus l'intention de perdre maintenant, ou de me laisser faire. Cameron savait ce qu'elle risquait si elle voulait à nouveau m'embêter pour gagner.


_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Ven 22 Sep - 23:05
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 456 mots


Son refus de chanter ne m’enleva pas ma bonne humeur. Malgré la petite moue qui se dessina sur mon visage, j’acceptais le prochain jeu, ainsi que le gage du perdant et surtout du tricheur. Mon regard se posa sur la punition qui m’attendait si j’osais le bousculer. Quelqu’un était sur la plateforme avec qu’un de ses amis ne balance une des balles pile sur la cible (et du premier coup qui plus est) et qu’il ne disparaisse sous l’eau. Je n’étais pas certain de vouloir expérimenter ce jeu et en même temps, j’étais destiné à perdre, j’étais beaucoup trop nul pour viser, sauf si je trichais... Pourtant, il était hors de question que je chante, je n’étais pas certain de vouloir rendre la moitié des personnes m’entourant, sourdes.

- Je n’accepte aucun refus, l’entendis-je dire.

Je lui tirai la langue avant de me diriger vers le stand. Natt fit signe au propriétaire du stand qui nous expliqua rapidement les règles avant de nous tendre deux carabines. Il y avait neuf ballons par case et si j’arrivais à en exploser un seul, ça serait un miracle.

- Je ne sais pas si c’est une bonne idée de me laisser avec une arme dans les mains, dis-je à l’attention de Natt.

Mes mains tremblotaient rien qu’en tenant la carabine, ça allait être pratique pour viser dit donc.

- Si il y a un accident, j’espère que tu seras prêt à prendre la responsabilité, plaisanté-je.

Je pris l’arme à deux mains, plia mes bras pour la mettre à hauteur des ballons et ferma un œil, sûrement pour paraître plus professionnel. Mon doigt se posa sur la gâchette et je pris une profonde inspiration avec d’appuyer dessus. Un «  clac » se fit entendre et instinctivement je fermai les yeux. Le coup était parti mais avais-je touché un ballon ? Si oui, je ne l’avais pas entendu exploser. Mes paupières s’ouvrirent doucement et comme je l’avais pensé, les neufs ballons étaient intacts. Sur les cinq coups suivants, je réussis à n’en toucher qu’un alors que Natt en avait déjà éclaté plusieurs. « Etait-il sérieux pour la punition du tricheur ? » me demandé-je alors que je le poussais doucement, lui faisant rater sa cible...

… Oui, il était totalement sérieux. Assis sur la plateforme, je commençais à regretter de l’avoir embêté, en plus, j’avais perdu. J’avais réussi à toucher que trois ballons sur les neufs et évidemment Natt les avait tous explosé. Mon regard se posa sur ce qui se trouvait sous moi. L’eau paraissait affreusement froide et je n’avais pas de vêtements de rechange. Heureusement pour moi, j’avais tout de même pensé à prendre une serviette.

- This song says, no matter who you are. No matter where you go in your life. At some point... commencé-je à chantonner avant qu’il ne lance sa première balle.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Dim 24 Sep - 23:43
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing

une journée d'été

Amusé, je ne pouvais pas me retenir de la regarder se « battre » avec la carabine. Ses mains tremblantes, sa façon de tenir l'arme. Elle n'était pas du tout dans son élément, j'en riais presque. Elle semblait un peu... Non plutôt, complètement idiote à se tenir comme ça, mais je ne pouvais pas m'empêcher d'une certaine façon de la trouver... Mignonne.

- Si il y a un accident, j’espère que tu seras prêt à prendre la responsabilité, plaisanta-t-elle.

- J'espère que tu ne vas pas me tirer dessus maintenant, ça serait dommage de devoir partir maintenant.

Étrangement détendu, je lui souriais l'air taquin.

- Je n'ai pas envie de partir sans t'avoir entendu chanter.

Je n'étais pas un spécialiste de la carabine, encore moins des armes, de la chasse ou de tout ce qui pouvait avoir un rapport de près ou de loin avec ce genre de gadget. J'avais peut-être beaucoup de chance, mais les premiers coups éclatèrent trois ballons. Ils étaient si nombreux qu'ils étaient quasiment impossibles d'en rater dans la petite case. Le jeu se compliquait quand il n'en restait plus qu'un ou deux. Mais à ma grande surprise (ou non justement) Cameron était toujours à un score nul. Quelques tirs victorieux plus tard, pris dans l'idée de me voir enfin gagner, je ne fis même plus attention à l'avancée de la blonde tricheuse à côté de moi. Mais elle, en avait décidé autrement, mademoiselle, alors que je me lançais à nouveau sur un tir, me poussa et le projectile que je tirais au même moment se planta dans le mur près du ballon.

C'était terminé !

Le jeu ne se faisait plus sur le premier à chanter désormais, c'était le premier à l'eau.

- J'espère que tu aimes l'eau froide, Cameron !

Une balle en main, je m'échauffais près à me venger des actes de cette tricheuse sans conscience. J'avais échappé à la chanson et j'avais même gagné le droit de lui faire faire un tour gratuit au fond de l'eau. Je ne pensais même pas à comment allait se terminer cette après-midi, si Cameron se retrouvait complètement trempée, elle n'avait peut-être aucun vêtement de rechange ? Cette pensée ne me traversa pas l'esprit rapidement. Sans attendre, je lançais la première balle vers la cible, mais comme poussé par un mauvais vent, elle rata son objectif.

Encore deux essaies.

Alors que le premier lancé s'était fait sans grande conviction, le deuxième fut plus franc, plus vif et surtout plus victorieux. La balle s'écrasa contre la cible qui s'enfonça dans le mur et sans attendre une seconde de plus, la plateforme sur laquelle était assise Cameron disparue.

C'était là que je venais de comprendre, que j'avais peut-être bien écourté notre journée. Je redonnais la dernière balle à celui qui s'occupait du stand, avant de rejoindre Cameron, qui sortait de l'eau avec bien du mal. Il me fallu que d'un quart de seconde pour être dégoûté de cette vengeance qui me faisait encore bien rire au début.

- Ah... Je ne pensais pas réussir à toucher la cible. Je fis une légère moue avant de récupérer l'une des serviettes du stand et de la lui donner. J'espère que tu as des vêtements de rechange.

Maintenant que la tricheuse était complètement trempée, mon idée me paraissait complètement stupide. Du début jusqu'à la fin, c'était une vengeance complètement idiote. Que faire si la pauvre, ne pouvait pas se changer ? Passer la journée ainsi et certainement tomber malade ? Ou pire allait-elle rentrer ?

Il y avait bien des cabines pour se changer sur la plage, la plupart s'en servaient pour enfiler un maillot et fuir dans l'eau. Sans même attendre une seconde, je cherchais un stand qui pouvait bien vendre des vêtements de plage ou quelque chose pour remplacer ses habits trempés.

- J'aurais peut-être dû faire semblant et rater ma cible ? Je lui fis signe en lui indiquant la boutique de la plage. Viens, il doit y avoir de quoi te changer là-bas.

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Dim 1 Oct - 18:02
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 538 mots


Alors qu’il lançait sa première balle, instinctivement, je fermai les yeux et retins mon souffle mais rien ne se passa. Mes paupières s’ouvrirent pour découvrir que, en plus d’être toujours sur cette maudite plateforme, Natt avait désormais dans ses mains, non plus trois balles mais deux. J’avais encore une chance de rester au sec après tout… Il prit donc sa deuxième balle et de nouveau, mes yeux se fermèrent. Cette fois-ci, je n’eus même pas le temps de me préparer psychologiquement à une chute probable que je me retrouvai sous l’eau. Rapidement, je remontais à la surface et inspirai une grande bouffée d’air.

- J’ai été surpris !
Dis-je en reprenant mon souffle.

Quelques minutes plus tard, j’étais hors de l’eau, une petite serviette sur les épaules. J’étais entièrement trempé et n’avait rien pour me changer mais j’étais heureux. Pourtant, Natt semblait faire la tête. Ses paroles me firent clairement comprendre qu'il s'en voulait un peu. Je ne serais jamais monté sur cette plateforme si je n’en avais pas eu envie. Depuis le début, je savais ce qui m’attendais de toute façon, alors autant accepter la punition le sourire aux lèvres. Et puis, le bon côté de tout ça, c'est qu'au moins, Natt semblait avoir oublié que je devais chanter...

- Ne t’inquiète pas pour moi ! Le rassurai-je, je vais très bien. J’ai une serviette un peu plus grande dans mon sac.

Je lui fis signe de s’arrêter, le temps de sortir la-dite serviette et de l’enrouler autour de mes épaules. Nous arrivâmes au niveau d’un stand qui vendait de nombreux T-shirt, tous abordant des inscriptions ou des illustrations assez drôles. Celui que je portais était trempé et ça commençait vraiment à devenir désagréable de sentir le tissu coller à ma peau et pourtant, je ne comptais pas l’enlever. Si Natt pensait toujours que j’étais une fille, il allait avoir une crise cardiaque s’il me voyait enlever mon haut.  J’irai juste me changer dans une cabine à la minute où j’aurais fini mon achat.
Le propriétaire du stand me montra plusieurs T-shirt, me disant que tous m’allaient à merveille et qu’il serait dommage d’en acheter qu’un. Ce qui fait qu’au lieu de passer cinq minutes à acheter un T-shirt, j’en passai dix à regarder les différents modèles que le vendeur me tendait. Finalement, je ne repartis qu’avec un seul haut, décoré d’un adorable chaton et l’inscription « I can't adult today » juste en dessous.

- Et voilà ! Dis-je en montrant le sachet, trouvons une cabine maintenant. Il doit bien y en avoir au bord de la plage.

Et voilà comment nous nous retrouvâmes à marcher côte à côté sur le sable. J’avais mes chaussures dans une main et mon sachet dans l’autre, concentré à chercher une cabine. La recherche ne dura pas bien longtemps, car rapidement nous en trouvâmes une. Elle ressemblait plus à un placard à balais pour être honnête mais ça fera l’affaire.

- Tiens moi ça deux secondes, demandai-je à Natt en lui donnant ma paire de baskets.

J’entrai donc dans la cabine et en ressortis au bout de quelques minutes, abordant fièrement mon nouveau T-shirt. Je fis un tour sur moi-même, un «  Tadam ! » sortit de ma bouche.

- Alors, qu’est-ce que tu en penses ? Lui demandai-je.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Jeu 5 Oct - 14:53
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

Le temps que je comprenne ce qu'il se passait, Cameron était déjà loin.

Son plongeon dans l'eau, l'incident -qui n'en était pas vraiment un- que j'avais forcé ne l'avait pas contrarié. Au contraire, elle semblait toujours aussi joviale. J'en étais surpris, je m'attendais à des reproches ou à une crise de nerfs, mais elle ne fit rien de cela. Elle s'était enroulé dans sa serviette, cachant ses épaules et son corps trempé, pour partir à la recherche d'un vêtement de rechange.

Je la suivais silencieusement, entre le stand de t-shirt et les cabines. Nous étions tous les deux, encore une fois. Autour de nous, il y avait des hommes, des couples, beaucoup plus que je ne l'aurais cru. La plupart se parlaient, le sourire aux lèvres, certains se tenaient la main, d'autres plus discret s'échangeaient tendresse et regard amoureux. La saison était propice à l'amour et le festival était certainement l'endroit où il était bon de sortir avec son petit-ami.

Alors ici, avec elle, je me demandais ce qu'il pouvait bien se passer. Nous n'étions que de simples connaissances, peut-être des amis aujourd'hui. Je n'attendais pas grand chose de cette journée, peut-être un rapprochement, des réponses. Les minutes filèrent, les questions s'envolèrent, pourtant, il en restait toujours une, bloquée dans mon esprit. Qu'allait devenir cette relation qui se construisait entre deux inconnus, entre nous ?

Je ne voulais rien, rien de plus ?

- Tiens moi ça deux secondes, me demanda-t-elle, en me donnant sa paire de baskets.

Elle disparue un instant, me laissant seul avec moi-même. Je pouvais bien profiter de ce moment, pour fuir. Partir et retrouver le semblant de vie que j'avais toujours eu, ici. Depuis que je l'avais rencontré, sans vraiment savoir pourquoi, j'étais différent. Plus vrai qu'avant, peut-être, mais à trop vouloir lui montrer qui j'étais... J'en devenais complètement stupide. C'était moi et je m'en cachais la plupart du temps. Il y avait-il une seule raison qui expliquait pourquoi j'étais comme ça avec Cameron, qu'avec elle ?

- Alors, qu’est-ce que tu en penses ? Me demanda-t-elle.

À nouveau, sa voix me fit revenir sur terre. Elle s'était changée et son nouveau vêtement me fit sourire. Ce t-shirt collait bien à sa personnalité. Mais c'était à la regarder de plus près, qu'à nouveau, mes soupçons remontèrent à a la surface. Les sourcils froncés, le sourire envolé, je lui rendais ses baskets.

- Tu es… Ce t-shirt te va bien.

Je ne voulais pas passer la journée à me questionner sur Cameron. Je voulais juste profiter de ce moment partagé, mais je n'y arrivais pas. Pour quelqu'un qui avait passé son adolescence à sonder l'esprit des gens, à chercher la vérité à tout prix, je détestais rester dans l'ignorance et surtout dans le mensonge. Mais était-ce vraiment me mentir ? La Cameron que j'avais rencontrée à l'université et celui que j'avais devant moi... Étaient-ils deux personnes différentes ? Je ne pouvais qu'être sûr d'une chose. Je m'étais complètement trompé sur elle... sur lui, sur Cameron.

Cette mauvaise impression que tout se répétait en boucle.

- On fait un tour aux autres stands ? J'ai envie de manger quelque chose.

La première chose que je voulais faire, c'était fuir son regard. J'étais mal à l'aise et je ne savais plus quoi faire. Comment devais-je agir, maintenant que j'en étais quasiment sûr ? Sur, que depuis le début, je m'étais trompé, que je cherchais à me mentir, alors que l'évidence était face à moi. Elle, enfin... Il n'avait aucun attribut féminin. Son t-shirt, à peine assez large, tombait droit sur son torse. La déception m'engouffrait. Au début de l'après-midi, j'avais voulu oublier ce détail, mais maintenant...

Maintenant qu'elle n'était plus que lui et que je ne pouvais que me questionner sur ses mensonges, que devais-je faire ?

- Tu veux manger quelque chose en particulier ? J'ai envie de goûter aux brochettes.

Nous étions maintenant, face au stand de nourriture asiatique. Je m'étais arrêté sur les brochettes japonaises, de quoi faire taire ma faim naissante et surtout me permettre de me changer les idées. En dépend de l'alcool, la nourriture jouait souvent un bon rôle quand je pensais trop. Après avoir passé commande, je m'écartais de l'échoppe.

- On va vers la mer ? Autant profiter de la plage tant qu'on y est. Promis je ne te fais pas tomber dans l'eau cette fois-ci.

Malgré mes nouvelles réticences, je continuais à lui parler normalement. Je ne savais toujours pas si je devais aborder le sujet maintenant ou attendre une prochaine fois, un autre jour. Si, peut-être, il allait en avoir un. Pour Cameron, qu'est-ce que ça pouvait bien changer que je sache la vérité sur son genre ? Rien, certainement. Pour moi, aussi stupide que cela puisse paraître, ça changeait beaucoup de chose.

Car aujourd'hui, si nous nous étions vus pour la première fois, je ne l'aurais certainement jamais remarqué.

Le silence avait repris le dessus, malgré la musique, le bruit des vagues et le brouhaha des hommes. Je n'entendais plus rien, je ne disais plus rien. Même si je sentais que l'atmosphère autour de nous commençait à se transformer, je voulais paraître le plus serein possible, alors que les mots, eux, se bloquèrent dans ma gorge. Si je devais lui parler maintenant, devrais-je aborder le sujet ?

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Dim 8 Oct - 23:21
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 410 mots

- Tu es… Ce t-shirt te va bien.

Je le remerciai, un large sourire sur le visage. Je sentis mes joues chauffer et devinai qu’elles avaient du prendre une légère teinte rosée. Je me contentai de baisser le regard et d’accepter sa proposition pour aller manger des brochettes. Moi aussi je commençai à avoir faim et toutes ses odeurs qui émanaient des différents stands, firent gargouiller mon ventre...

...Nous étions désormais dans la file, à attendre pour commander nos brochettes, sans s’adresser la parole. Depuis que j’avais enfilé ce T-shirt, j’avais senti qu'une légère tension s'était crée entre nous. Était-ce à cause du vêtement ? Ou est-ce que Natt s’était rendu compte que ce n’était pas si cool de traîner avec moi ? Je n’osais rien dire, ne voulant pas aggraver les choses. Pourtant, il allait falloir qu’on aborde le sujet avant la fin de soirée. Si j’avais fait quelque chose de mal, je voulais qu’il me dise quoi, je voulais trouver un moyen de me racheter.  
Une fois nos brochettes en main, il me proposa d’aller se balader de nouveau vers la plage. Ses paroles me firent légèrement rire mais j’acceptais de le suivre.

Nous marchions côte à côte sur le sable chaud, toujours en silence, un silence presque gênant. En observant les gens autour de moi, je ne pouvais voir et ressentir que leur bonne humeur. La musique était entraînante et assez forte pour qu’on l’entende jusque sur la plage et le bruit des vagues était apaisant. Non loin de nous, il y avait un match de beach volley et on pouvait entendre les cris et rires des joueurs. Nombreux étaient également ceux qui préférés se dorer la pilule en attendant que le soleil se couche pour admirer le feu d’artifice. Et pourtant, nous étions les seuls à ne plus partager cette joie, l’atmosphère qui nous entourait été désormais froide et j’avais juste l’impression que cette journée allait se finir bien plus tôt que prévu.
Je n’en pouvais plus, je devais lui en parler, savoir ce qui avait bien pu causer ce malaise et surtout, si j’en étais responsable. Je toussai afin de m’éclaircir la voix et lui demandai, nerveux :

- Est-ce que tout va bien ? Depuis tout à l’heure, tu sembles un peu distant. Est-ce que j’ai fais quelque chose de mal ?

J’avais peur de sa réponse, peur qu’il s’énerve, peur de le voir partir et de rester seul… peur de tout gâcher.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Mar 10 Oct - 19:41
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une journée d'été

- Est-ce que tout va bien ? Depuis tout à l’heure, tu sembles un peu distant. Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ?

Il suffisait d'une seconde de silence en plus pour lui répondre, une seconde pour lui dire ce que je pensais. Je cherchais un échappatoire, que la nourriture, déjà disparue, ne m'avait pas apporté. J'étais perdu, tiré entre deux vérités, entre deux mensonges. Pouvait-il me mentir encore plus longtemps, voulait-il vraiment me mentir ? Une partie de moi-même cherchait à fuir la déception et une autre me torturait en me demandant si nous allions un jour nous reparler. Était-ce la dernière fois que j'allais partager avec quelqu'un des moments si simples et si bons ?

- Tout va bien. Je ne suis juste pas très bavard, tu sais.

Envolé dans un soupir, je ne pouvais pas m'empêcher de le regarder. Il se sentait fautif, certainement perdu par ma réaction, à sa place je le serais aussi. Je ne pouvais plus rien faire pour revenir en arrière ? Si je ne l'avais pas fait tomber à l'eau, si je ne l'avais jamais su... Peut-être y aurait-il eu une chance que tout puisse continuer comme si de rien était ?

Hier encore, nous n'étions que de simples connaissances. Je tournais mes idées à l'envers, repensant à ce début d'après-midi, qui m'avait semblé durer une seconde en sa présence. Le temps s'écoulait à une vitesse phénoménale et c'était à ses côtés que je me sentais perdre pied dans l'allégresse. À quel point un inconnu peut-il vous rendre heureux ?

- La seule chose de mal que tu fais, c'est cette drôle de tête.

Amicalement, je lui frappai légèrement l'épaule, un léger sourire aux lèvres.

Cameron était aussi nerveux que moi, certainement pour les mêmes raisons. Pouvions-nous vraiment terminer ce rendez-vous maintenant et retourner à nos vies chacun de notre côté ? Au plus profond de moi, même au cœur de ma déception, le voir partir serait la dernière de mes envies. Je me connaissais indécis, mais certaine personne ont le don pour vous faire perdre la tête.

Il n'y avait pas de questionnement à avoir, ni de pardon à accorder.

- Tu attends que je te repousse à l'eau, c'est ça ?

C'était juste du bonheur. Je voulais fuir les idées noires et à nouveau partager le reste de cette journée avec Cameron. Autour de nous, l'atmosphère nous rattrapa. Les bâtons s'enfouirent sous le sable et dans mon élan d'enfant irréfléchi, les minutes s'envolèrent à nouveau. La mer était à nos pieds et il ne m'en fallait pas plus pour me convaincre de l'y pousser. Je m'amusais à l'embêter, à le tenir près des vagues sans grande force pour oublier ce moment d’égarement. L'envie de le faire tomber était grande, mais je ne voulais plus me venger, simplement profiter de ce temps passé à deux.

Aux yeux des autres nous n'étions que des inconnus, mais à mes yeux désormais, il était plus que ça.

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Sam 28 Oct - 18:13
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 490 mots

Je m’attendais à des reproches de sa part, qu’il me donne une raison pour laquelle l’atmosphère était devenue si… tendue, si froide. Mais il se contenta de justifier tout ça par un simple « je ne suis pas bavard ». Je sentais qu’il y avait autre chose et malgré ma curiosité, je n’insistai pas, je ne voulais pas tout gâcher, si ce n’était pas déjà fait…

J’avais détaché mes cheveux, mouillés par mon plongeon de tout à l’heure et ils formaient comme une barrière devant mon visage. N’osant pas lever la tête, je ne pouvais même pas le regarder du coin de l’œil désormais et étais incapable de voir l’expression sur son visage. Etait-il nerveux ? Ou peut-être qu’il souriait, qu’il passait un bon moment et que je me faisais simplement des idées.

- La seule chose de mal que tu fais, c'est cette drôle de tête,
finit-il par dire, en me tapant doucement l’épaule.

Il avait fallu d’une phrase pour que je lève la tête et d’un sourire pour faire disparaître ma nervosité. On mettait le problème de côté, histoire de passer une bonne soirée. Après tout, on avait tout le temps d’en reparler plus tard.

- Une drôle de tête, je ne vois pas de quoi tu parles !
Lui dis-je, en repoussant les quelques mèches devant mes yeux avant de me mettre à loucher en tirant la langue.

Un gloussement sortit de ma bouche.

- Tu attends que je te repousse à l'eau, c'est ça ?
- Nooon !
m’écriai-je, en le repoussant.

Comme deux enfants, nous passâmes le reste de la soirée sur la plage, à s’éclabousser ou à se pousser vers les vagues. Je ne pouvais pas retirer de mon visage, cet immense sourire qui s’accrochait à mes lèvres, j’étais heureux, tout simplement. J’en oubliai même l’incident de tout à l’heure, préférant penser au feux d’artifice qui promettait d’être magnifique...

… La nuit était tombée mais la température était encore agréable. L’heure à ma montre indiquait 21h50, le feu d’artifice n’allait plus tarder désormais. Nous étions assis sur le sable, face à la mer et observant le ciel, en attente de la première explosion lumineuse. J’avais de nouveau attaché mes cheveux, histoire de pouvoir pleinement admirer le spectacle.

- Il me tarde que ça commence !
Dis-je, ça va être magnifique !

Pour le moment, seul le bruit des vagues brisaient le silence. Un bruit qui créait une atmosphère assez relaxante. C’était agréable à écouter.

- Au fait, merci pour cette soirée… et pour la couronne de fleur ! Et pardon d’avoir triché aussi…J’espère que de savoir que je suis un tricheur dans certaines situations ne t’empêchera pas de vouloir me revoir, gloussai-je.

Mon rire fut coupé par un bruit aiguë, suivit d’une explosion avant que des paillettes lumineuses et colorées ne viennent éclairer la nuit. Je m’arrêtai de parler, préférant m’émerveiller devant ce spectacle. C’était officiellement, une des meilleures soirées de toute ma vie.

- C'est magnifique ! m'exclamai-je.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Dim 29 Oct - 21:55
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une soirée d'été

La nuit tombée, le ciel se dégageait pour laisser place à notre soirée. Je ne pouvais peut-être pas lui avouer que j'avais choisi cette journée spécialement pour lui, rien que d'y penser je me sentais à moitié naïf et à moitié con. Mais je ne pouvais me mentir en sentant toute ma personne se torturer en maudissant la fin de la soirée. Le festival allait se terminer sous un feu d'artifice, j'étais si impatient de profiter de ce spectacle avec Cameron, mais en même temps, je redoutais cette dernière heure. C'était bientôt terminé.

Les vagues et les discutions tout autour de nous recréaient toute l'ambiance de la journée, j'étais concentré dans mes réflexions, à moitié pensif, à moitié perdu. Comment allais-je le revoir ? Avec mon travail au festival qui allait m'épuiser jusqu'au dernier jour, et ensuite, mon départ pour la Norvège... Plus j'y pensais, moins je trouvais de moment à consacrer à sa personne et plus j'en étais malade. J'avais toujours profité de mon emploi du temps d'hyperactif pour ne plus avoir à penser aux autres, n'y même penser à moi-même. Mais maintenant que j'avais envie de penser à lui... d'être avec lui, je me retrouvais coincé. 

Ses paroles, à nouveau, me firent revenir sur terre. Les yeux posés sur sa personne, je l'écoutais un sourire aux lèvres. J'avais commencé à cerner sa personne aujourd'hui, je le percevais d'une toute autre façon du premier jour. Cameron était... Totalement différent de ce que j'avais pu imaginer, depuis notre rencontre à l'université jusqu'à ce soir. Cet idiot m'avait fait oublier en quelques minutes tout le stress que j'avais cumulé depuis des jours et malgré la déception qui m'avait rongé cet après-midi, je ne pouvais lui en vouloir. Il était si opposé à moi et pourtant, je me sentais attiré par sa personne comme par un aimant.

Sans lui répondre, mon attention se portait sur l'explosion qui fit taire la foule. Émerveillé comme un enfant, je me laissais tirer par la magie. Il n'y avait personne d'autre au monde avec qui j'aurais voulu partager cette soirée, l'atmosphère aurait été si différente et je n'aurais jamais été aussi... Moi-même avec quelqu'un d'autre.

Alors que le monde s'émerveillait devant le spectacle, je fus absorbé par autre chose. Mes yeux étaient accrochés aux illuminations, mais ma conscience s'arrachait à agir ou non. Rêveur, je finis par lâcher prise. Ma main discrète s'approcha de la sienne, hésitant comme un adolescent à côté de son premier béguin, je frôlais légèrement ses doigts. Je ne savais pas ce que je faisais et je ne savais encore moins comment pouvait réagir Cameron. Je ne bougeais plus après mon action, ma main près de la sienne, attendant une suite ou une fin.

C'était tout et rien à la fois.  

_________________


♫:
 



Merci à Callum pour le magnifique vava ❤️
Messages : 44
Métier : Etudiant pour être vétérinaire
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Cameron Cree
Human
Ven 3 Nov - 21:37
What makes me smile
  • ft. Natt Salmeron
  • 330 mots

Trop absorbé par toutes ces lumières, ces explosions de couleurs et les cris et rires des gens autour de nous, je ne sentis pas tout de suite le mouvement de sa main, se dirigeant doucement vers la mienne. Ce n’est que lorsque je sentis le frôlement de ses doigts sur les miens que mon esprit se mit à se concentrer sur rien d’autre que ça. Je n’osais pas tourner la tête, je ne voulais pas affronter son regard mais surtout, je ne savais pas comment réagir. Je ne retirai pas ma main pour autant, elle resta juste là, immobile. Allait-il enlever la sienne ou la rapprocher ? Ou bien, il attendait sûrement que je réagisse…

Pourquoi ce simple geste me préoccupait autant ? Sûrement parce que c’était Natt et que cette journée m’avait appris à mieux le connaître et à commencer à réellement l’apprécier. De ce qu’il m’avait montré aujourd’hui, il était quelqu’un d’assez joueur et gentil mais il restait assez mystérieux et je savais que j’avais encore une tonne de choses à découvrir à son sujet. Comme lui sur moi… C’était la première fois qu’un garçon m’intéressait autant et aussi vite. Moi qui avait eu peur de tout gâcher, ce geste me prouvait le contraire, non ?

Je retins mon souffle lorsque mes doigts se rapprochèrent des siens. Lentement mais sûrement… juste assez pour que le bout de nos doigts s’entremêlent. Mes joues étaient brûlante et je savais que je devais rougir comme jamais je n’avais rougis auparavant. C’est lorsque mes poumons commencèrent à me faire mal que je me souvins que je devais respirer. C’était un simple geste, quelque chose d’innocent et pourtant, j’avais l’impression qu’il signifiait beaucoup, autant pour lui que pour moi.

La bulle dans laquelle, nos doigts entremêlés, nous avait fermé, éclata au moment où un feu d’artifice, un peu trop bruyant, éclata dans le ciel et me fit sursauter. Pourtant, mes doigts restèrent à leur place et ce, jusqu’à la fin du spectacle.


_________________

blblbl:
 
:
 
blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 119
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Mar 14 Nov - 23:42
Cameron Cree & Natt Salmeron

Une longue journée d'été.
beautiful thing


une soirée d'été

Alors le temps s'était arrêté et tout se terminait.

Un moment, des sensations qui comme un adolescent venaient me frôler et me retourner l'esprit pour la première fois. Il n'y avait rien qui me tenait à sa personne, rien d’ambigu, rien qui ne se voyait, tout était à l'intérieur. Pour la première fois, ce soir, je partageais un simple échange, sans mauvaise pensée, sans peur, avec simplement, tout ce qui crée le bonheur. Je ne pouvais aller plus loin, je ne voulais pas faire un mouvement de plus et à en torturer ma respiration, je restais immobile. Les pensées s'accumulaient, oubliant les lumières, ma soudaine naïveté et ma simplicité me trahissaient. Il y avait bien des moments que je n'avais su partager avec les autres, des richesses essentielles, je commençais à comprendre.

Comme pour un premier échange, il fut simple et discret. La soirée aussi belle soit-elle, fut si courte, que mon cœur n'avait pas voulu y croire. Mais la raison me fit revenir sur terre quand le monde autour de nous se réveilla, je n'avais jamais su écouter l'un, alors l'autre l’emportait comme à l'habitude. Il était à la mauvaise heure, le moment de partir et ma main, dans un dernier rapprochement, quitta la sienne.

Les notes de musique qui avait débuté ma journée avaient désormais disparu, mais quelque part, elles étaient encore gravées dans mon esprit. Le ciel s'était éteint, les nuages de fumée s'évaporaient en emmenant avec eux, les dernières traces du spectacle. La plupart des stands qui avaient accueilli nos sourires étaient dorénavant clos, plus rien ne nous retenais sur la plage, même si l'envie me faisait encore ralentir le pas. Je n'allais plus le revoir, pas avant de longues journées, j'en étais conscient depuis le début de la journée, mais ce n'était que maintenant que je comprenais à quel point je n'allais pas supporter cette séparation. Je voulais le revoir si vite, retourner et continuer cette histoire si rapidement.

C'était tout un monde qui venait d'ouvrir ses portes pour moi, mais c'était comme si... J'y étais seul, dans l'ignorance de ses pensées, pourtant si proche de moi. Je ne fis rien pour y plonger. Mon esprit était encore trop torturé ce soir, pour que je risque de m'aventurer dans celui qui m'infligeait ce calvaire. Alors, d'un pas encore un peu hésitant, nous quittions la plage, scène de la fin d'une histoire et du début de quelque chose de peut-être plus agréable.  

_________________


♫:
 






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieurs de la Ville :: La Plage :: [Juillet - Août] Le Festival d'été-