RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Extérieurs de la Ville :: La Montagne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[CONCOURS] À contre-courant



tell me pretty lies
look me in the face
tell me that you love me
even if it's a fake

LiensFiche

Messages : 285
Localisation : Sur le canapé
Métier : Etudiant en langues
Humeur : (~ ̄▽ ̄)~

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
avatar
SEIrial Killeuse à votre service !
Voir le profil de l'utilisateur




Seishiro Fujiwara
SEIrial Killeuse à votre service !
Lun 26 Juin - 23:54
À contre-courant[CONCOURS]Tu es quelqu'un de curieux, trop curieux. Tu avais ce mauvais pressentiment, ce goût amer qui te nouait la gorge, te donnant presque des nausées. Pourtant, tu as foncé tête baissée. Tu t'es jeté dans la gueule du loup sans même penser aux conséquences. Ce feu qui te consume peu à peu, qui te détruit et qui te transperce de part en part. Cette terreur qui te semblait pourtant bien lointaine, comme une illusion, tu la ressens aujourd'hui. Tu as tout laissé derrière toi et tu pars à sa recherche, à la conquête de la paix. Tu fuis, mais la mort n'est plus très loin. Elle te guette et s'amuse de te voir encore en vie, car tes jours sont comptés.

Comme depuis le début de cette semaine, tu te lèves avant toujours avant tes amis. Tu t'habilles distraitement tandis que ton colocataire de chambre dort encore dans son lit douillet. Tu ne le déranges pas et tu sors de la pièce une fois que tu as enfilé ton blouson de ski. Les couloirs sont vides, froids. Tu te diriges vers les escaliers, faits de bois. Ils grincent sous tes pieds. Tu n'apprécies guère cette sensation, tu as hâte de pouvoir sentir la neige se casser, se tasser sous tes pieds. Une fois dans le hall, un homme à l'accueil t'offre gentiment un petit sachet, "cadeau de la maison !" dit-il. Tu souris en le remerciant et tu t'empares de la pochette surprise. Tu regardes à l'intérieur et tu découvres un petit biscuit. Tu le saisis entre tes doigts gantés et tu le croques à pleines dents. Tu remercies une nouvelle fois l'homme, complimentant le goût du petit gâteau et tu sors à l'extérieur. Tu remarques que le soleil vient à peine de se lever. Tu marches doucement dans la neige, continuant de grignoter ton faible petit-déjeuner. Depuis le début des vacances ici à la montagne, tu profites d'une petite balade matinale en faisant le tour de la station de ski. Tes amis sont de gros dormeurs, alors tu t'occupes comme tu peux avant d'aller skier avec eux. Seulement, aujourd'hui, ta curiosité est piquée. Au loin, tu aperçois une ombre. Tu n'arrives pas à la distinguer. Elle s'échappe déjà. Vite, il faut la rattraper ! Tu ranges le sachet maintenant vide dans la poche arrière de ton pantalon et tu poursuis la silhouette. Tu la perds vite de vue, elle a dû se cacher un peu plus loin. Tu ne sais pas ce que c'est, peut-être une personne, peut-être une bête. Un peu plus loin se trouve une petite forêt. Tu décides donc de t'y rendre pour retrouver cette ombre sinueuse. Tes pieds s'enfoncent dans la neige et tu essayes d'apercevoir des pas devant toi. Il n'y a rien. Tu es pourtant sûr de l'avoir vu. Tu ne pouvais pas avoir rêvé, tu étais bien trop réveillé pour avoir des hallucinations.

Te voilà maintenant être en train de jouer les Sherlock Holmes. Tu es toujours aussi seul, personne aux alentours. Seule une multitude de sapins t'entoure et te tient compagnie. Tu marches doucement, tranquillement, à l’affût du moindre indice. Tu tiens vraiment à découvrir l'identité de ce spectre, tant pis pour le temps que tu allais mettre, tant pis si tes amis s’inquiéteront de ton absence. Tu avais laissé ton téléphone dans la chambre et il ne devait pas avoir de réseau dans ces bois. Tu espérais par contre retrouver la route jusqu'au chalet. Tu t'étais déjà perdu une fois dans les bois, ce serait bien bête de le faire une deuxième fois. Perdus dans tes pensées, tu manques de te prendre les épines d'un sapin à ta gauche. Tu t'arrêtes juste à temps et tu aperçois une touffe de poils beiges accrochés dans ces épines. Tu prends entre tes doigts ces poils et tu les regardes attentivement. Ils sont doux, mais il t'est impossible de deviner à quel être vivant cela peut appartenir. Tu espères cependant qu'ils appartiennent à l'ombre que tu as vue tout à l'heure et tu continues ta route.

Tu as longtemps marché, tes jambes te tirent et tu as presque perdu la notion du temps. Tu ne sais plus combien de mètres tu as parcouru, ni pendant combien de temps. Cependant, il était probable que tu te trouvais en plein centre de la forêt. Tu avais si froid que tu en tremblais. Tes gants ne te suffisaient plus alors tu avais enfoui tes mains dans les poches de ton blouson, remonté jusqu'au menton. Tu devais sûrement avoir le nez et les joues rouges. L'hiver était presque glacé. Tu n'en pouvais plus, mais il était trop tôt pour rebrousser tout ce que tu as parcouru jusqu'à maintenant. Tu te trouvais parfois un certain courage qui animait ton corps et qui te poussait à avancer encore un peu plus loin. Tu craignais cependant le trajet du retour, mais tu continuais d'avancer, un pas après l'autre, ignorant la douleur qui te tiraillait les muscles.

Au final, tu as traversé ce petit labyrinthe de conifères. Tu reconnaissais la piste de ski que tu empruntais pour t'échauffer avant de t'aventurer sur les pistes rouges. Sans le savoir, tu t'étais rapproché de la station de ski et des chalets où tu logeais pour la semaine. Tu jures contre tous tes efforts stériles et inutiles. Au moins, tu étais soulagé de voir que tu n'avais plus à craindre de te perdre dans les bois une deuxième fois. Les pistes étaient toujours désertes. Cependant, au loin, tu voyais de l'influence, les skieurs n'allaient pas tarder à arriver. Tu aperçois également quelque chose étincelant au soleil à quelques pas de toi. Tu t'avances au milieu de la piste et tu te baisses pour attraper le bijou. Tu te redresses et tu vois une sorte de griffe, de couleur bleue. Tu n'avais jamais vu une telle petite chose. Tu considères cette petite griffe comme le cadeau de ton long parcours. Tu n'as pas réussi à retrouver le fantôme que tu avais aperçu avant de t'engouffrer dans les bois, mais au moins, le fait de trouver cette merveille te contentait. De toute façon, le spectre devait déjà être bien loin. C'est ce que tu pensais. Tu pensais avoir fini cette courte aventure. En réalité, la chimère ne faisait que de te murmurer derrière l'oreille, te poussant un peu plus vers ta mort.
© 2981 12289 0

_________________

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieurs de la Ville :: La Montagne-