RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Extérieurs de la Ville :: La Forêt Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[CONCOURS] Les visions nocturnes et l'esprit de la nuit

blablabla

Is this the real life?
Is this just fantasy?
Caught in a landslide,
No escape from reality.

Messages : 123
Localisation : Salmeron's Flowers
Métier : Etudiant en psychologie / Fleuriste
Pouvoir : Hypnotiseur - T'hypnotise d'un seul regard
Humeur : Lunatique

Double(s) compte(s) : Thomas Lavender
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Natt Salmeron
R:Psychic
Jeu 15 Juin - 15:20
Qu'il s'agisse d'un simple rêve ou que la folie ait gagné son esprit, il y avait bien quelque chose qui n'allait pas cette nuit-là.

Le soleil commençait doucement à se coucher, Natt voulant profiter de ce beau week-end, était parti faire du camping sauvage dans la forêt. Loin de la ville, en harmonie avec la nature. Il aimait profiter de ses rares moments de paix, loin de la monotonie stérile de sa vie. Décibel, son chien, était son seul compagnon pendant ses disparitions mensuelles, le seul être qui pouvait profiter d'un tout autre Natt.

En forêt, il s'amusait à perdre la tête, s'inventant des histoires, laissant son imagination prendre le dessus. La journée, il s'amusait de cette solitude pour croire au fantastique, il pouvait bien avoir un ours dans la forêt, c'était beaucoup moins intéressant que de croiser un gobelin pensa-t-il. Peut-être allait-il trouver un enfant perdu ou une fée ? Après tout, il avait bien survécu à la mort, peut-être que le monde lui cachait encore des secrets.

Il déposa son campement au centre d'un petit terrain plat autour d'arbres et de buissons. Il n'avait pas beaucoup de matériel. Une tente et un sac de couchage pour lui permettre de passer la nuit à l’abri. Son sac à dos était plein d'objets hétéroclites pour ses randonnées et sa survie en forêt. C'était suffisant.

Une fois le campement posé, il donna quelques biscuits à son chien, le temps pour lui de prendre des forces. Le norvégien inspecta la carte pour commencer, la forêt était connue pour être bien mystérieuse. De nombreuses zones n'étaient pas cartographiées, comme si cette forêt était en changement constant, changeant de forme toutes les nuits. Quelle plaisante et mystérieuse idée, pensa Natt, lui qui voulait s’effrayer, il n'avait qu'à attendre la nuit.

Le vent dans une mélodie silencieuse, faisait danser la nature. Dans le froid nocturne, Natt terminait de préparer son équipement pour quitter son campement. Il alluma sa lampe frontale et fit signe à Décibel d'approcher.

- Allons-y. Chuchota-t-il, par crainte de se faire entendre.

Il ne pouvait pas être sûr d'être seul ici, avec son fidèle ami. Le jour, il imaginait fées et créatures fantastiques. La nuit tombée, Natt commençait à croire aux fantômes et aux démons. Il n'était pas spécialement de nature paranoïaque, mais l'obscurité pouvait jouer sur l'imagination de n'importe qui. Surtout quand ce n'importe qui a déjà rencontré la mort en personne. Le brun se faufila entre les buissons et laissa ses pas se perdre au plus profond de la forêt.

Le temps se ralentissait, le silence se brisait derrière les pas de l'homme et de son chien. Un premier craquement au fond des bois se fit entendre. Natt se stoppa, il l'avait clairement entendu, ce bruit qui provenait de derrière lui. Il y avait quelqu'un ou quelque chose, il en était sûr.

Décibel aboya, les oreilles dressées. Derrière les arbres, une petite silhouette blanche traversa le halo de lumière de sa lampe et comme un fantôme, elle se perdu à nouveau dans l'obscurité. Le chien aboya à nouveau et sans attendre les ordres de son maître, il se mit à courir après l'entité.

- Décibel ! Hurla Natt, se mettant à sa poursuite. Reviens ici !

Le jeune homme entra dans une folle poursuite, entre les ronces, les branches et les racines. Il ne voulait pas perdre son chien de vue, peu importe ce qu'avait vu la bête, peu importe ce qui l'attendait au bout de cette course. Il était impensable pour lui, d'abandonner son meilleur ami au cœur de la forêt.

La bête aboya et arrêta sa course. Natt trébucha par inadvertance contre un obstacle sur sa route et se retrouva le nez au sol à côté de son chien. Décibel respirant bruyamment alla lécher le visage de son maître qui se relevait difficilement.

- Tu veux me tuer ou quoi ? Étouffa-t-il en reprenant lui aussi sa respiration.

Il se redressa et inspecta l'endroit où il venait d'arriver. C'était un campement, semblable au siens. Une tente pleine de bric-à-brac et face à elle, des cendres encore chaudes qui laissaient croire que quelqu'un avait allumé un feu récemment.

- Je n'avais pas vu de fumée pourtant... Natt regarda tout autour de lui, la forêt était redevenue à nouveau calme. Il y a quelqu'un ?

L'aventurier du dimanche n'avait pas osé parler trop fort, par crainte de réveiller le sommeil d'une terrible bête ou même pire encore. Sa curiosité maladive l'entraîna à l'intérieur de la tante. Des objets renversés, un sac vide, une vieille radio, une pochette pleine de papiers et de photos. Natt se demanda plusieurs fois qui pouvait vivre dans cet endroit. Un ermite vivait ici ? Un espion ? Un assassin ? Mais c'est en fouillant dans la pochette, qu'il se rendit compte à quoi il avait à faire.

Il y avait des photos étranges, de plusieurs hommes. Ils étaient tous différents, mais les photos étaient tous prises dans la forêt, certaines des photos laissaient croire qu'elles avaient été prises en hiver. Mais la stupeur fut encore plus grande quand il se reconnut sur plusieurs des photographies. Son cœur battait à mille à l'heure, il avait le souffle coupé. Il reconnut aussi des photographies d'un ou deux clients de sa boutique.

- Mais c'est quoi ce merdier...

Natt était terrorisé, il ne savait pas dans quel genre d'histoire il venait d'entrer. Il attrapa la pochette et la rangea précieusement dans son sac, il devait aller prévenir la police et surtout fuir de cette forêt au plus vite. Quand il alla pour faire demi-tour, le chien se remit à aboyer.

- Décibel, viens ! On doit y aller. Dit-il le plus discrètement possible, mais son chien ne bougea pas.

Les sourcils froncés, il alla le rejoindre. Décibel se tenait devant un terrier près d'un arbre, un terrier énorme entouré de feuilles mortes. Natt s'en approcha, ce trou béant semblait sans fin dans l'obscurité totale, même en l'éclairant, il n'y trouva pas la fin. Inspectant ensuite les feuilles mortes autour, il remarqua une espèce d'écaille coincée entre la terre et les feuilles. Il tira dessus pour la décoincer.

- Je n'ai jamais rien vu de tel avant... Marmonna-t-il en montrant l'écaille à son ami.

L'écaille était sombre, d'une couleur s'approchant à celle d'une taupe. Mais les taupes n'avaient pas d'écaille n'est-ce pas ? Les lapins non plus ? Se demanda-t-il. Alors quel genre de monstre pouvait vivre caché au plus profond de la terre ?

Un nouveau craquement se fit entendre, Décibel dressa ses oreilles et Natt se releva d'un bond. Ses mains commencèrent à trembler et ses jambes ne voulurent plus bouger. Il avait l'impression d'avoir découvert l'un des secrets de la forêt. Les secrets qu'il voulait tellement découvrir, mais maintenant que c'était fait, il le regrettait. Sa vie était peut-être en danger.

Le chien grogna, Natt fronça les sourcils.

Il n'était pas un super-héros, il ne savait pas par où aller, il était perdu et était trop terrorisé pour bouger. Il ferma les yeux, écrasa ses paupières et serra les poings. Maintenant ! Il tapa sur sa jambe, faisant signe à son ami de le suivre et fuit à travers la forêt. Il n'était pas pris d'un soudain élan de courage, ni même de bon sens. Il voulait juste partir au plu vite d'ici. Si un homme espionnait les autres dans une forêt, il devait être fou. Un fou furieux peut-être armé, qui allait descendre cet étudiant qui en avait trop appris sur lui.

Pourtant, il ne se passa rien, à bout de souffle Natt tomba à genoux près du cours d'eau qui traversait la forêt. Le temps était incontrôlable, il ne savait pas combien de minutes il avait couru à travers cette forêt, mais il était essoufflé. Ses jambes tremblaient, sa respiration était saccadée, il voulait se cacher. Se cacher, mais de quoi ? Il ne le savait pas lui-même.

Il cherchait à se calmer, à se rassurer, si quelqu'un avait été à sa poursuite, il l'aurait à nouveau entendu, il l'aurait forcément vu, et même Décibel aurait réagit. Mais le chien lui ne semblait plus inquiet, la bête respirait, elle aussi avec difficulté, certainement fatiguée par cette course effrénée. Pris d'une certaine pitié, Natt se rapprocha du cours d'eau et s'y installa pour prendre son chien dans les bras.

- Je crois que je suis devenu fou Décibel... Soupira-t-il en serrant doucement son ami contre lui.

Natt était mort de fatigue, son esprit était tellement embrouillé qu'il ne pouvait plus se relever. La pleine lune trouble qui se reflétait dans la rivière s'assombrit, tout devenait obscur, la nature devenue silencieuse et le reste du monde disparu.

La chaleur du soleil et les oiseaux chantant pour accueillir le matin réveillèrent l'aventurier endormi dans l'herbe. La nuit fut courte, très courte. Son chien était resté aux creux de ses bras et doucement, il commença à s'éveiller. Il retira la lampe qui lui écrasait la tête et encore à moitié endormi, il s'arrosa le visage dans la rivière pour s'éclaircir les idées. Le cauchemar qui l'avait traumatisé la nuit dernière commença à lui revenir à l'esprit.

- Quelle histoire... Plus jamais je retourne ici tout seul... Soupira-t-il en fouillant dans ses poches pour prendre un mouchoir. J'en fais des cauche...

Il ne termina pas sa phrase, quand il sortit de sa poche, l'écaille étrange qu'il se souvenait en rêve. L'air perdu, il secoua la tête. C'était impossible, tout ça n'était que le fruit de son imagination. Il retourna à son sac et fouilla dedans pour en être sûr.

La pochette était là. Il n’eut le temps de hurler que son chien aboya à nouveau, près du rivage. Natt se retourna alors que Décibel arriva vers lui la gueule pleine. Il recracha sa découverte aux pieds de son maître. C'était une corne, une corne beige, plus petite que l'écaille qu'il avait trouvé la nuit dernière. Natt la ramassa et l'inspecta. Il ne savait pas vraiment à quel genre de bête pouvait appartenir cette corne, elle était cassée à l'extrémité, comme si on l'avait arraché d'un crâne ou qu'elle s'était brisée par un choc violent. Il rangea la corne et l'écaille dans une poche de son sac à dos et regarda son ami.

- Il est temps de rentrer... Je dois montrer cette pochette à la police... Rester ici, ça me fout la trouille.

L'aventurier enfila son sac, ce souvenir amer ne le quittait plus. Il suivit son chien qui flaira la route jusqu'au campement qu'ils avaient abandonné la nuit dernière. Il était l'heure pour eux de retourner en ville, encore déboussolé, Natt fixa le ciel ensoleillé. Quel genre de monstre pouvait rôder ici une fois la nuit tombée ?  

Peut-être que les mystères découverts durant cette sortie nocturne allaient rester sans réponse... Ou qu'ils allaient subitement réapparaître dans la vie de Natt une prochaine fois...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Extérieurs de la Ville :: La Forêt-