RSS
RSS


 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peter ♣ Faut qu'on s'offre une nouvelle vie, faut qu'on s'ouvre l'esprit.

avatar


Messages : 57
Localisation : Dans un bar.
Métier : Hôte de caisse dans un supermarché | Etudiant dans le tourisme.
Humeur : Rayonnante.

Human
Lun 5 Juin - 12:43

Peter N. Lazzeri

Oh yeah ! You gotta get Schwifty ! Take off your pants and your panties ! Shit on the floor !
Time to get Schwifty in here ~

• Nom : Lazzeri
• Prénom : Peter (Nikolas)
• Surnom : Les gens qui ne connaissent pas son prénom aiment bien le nommer "Le voyageur".
• Âge : 21 ans depuis peu, la majorité universelle, il l'attendait avec tellement d'impatience.
• Plutôt :Seke

• Origine(s) : Il semblerait qu'en plus de ses origines italienne et anglaise, le jeune homme aurait également des ancêtres grecs.
• Métier : Etudiant en tourisme, il a reprit les cours cette année, après avoir bien profité de ses nombreux voyages.
• Groupe : Humain

• Mon pseudo sur le net : Vicky
• Âge : 20 ans
• Présence sur le forum : Jusqu'au 16 juin, seulement le week-end, ensuite je serais disponible plus souvent  Fly !
• Que pensez-vous du forum : Je cherchais un forum de ce genre depuis très longtemps, donc je l'aime déjà  WAZAA
• Comment l'avez-vous connu ? Par partenariat !

• Le personnage sur mon avatar est : Sasaki Souta de Colorful5
• Le code est :
(HS : Je crois que j'ai fais beuguer le code, mais j'y comprends rien, help me ;_;)
Caractère du personnage
Tu respires la confiance en toi. Tu marches d'un pas assuré, les gens te respectent, t'es un peu rebelle sur les bords, tu fumes, tu bois, tu t'drogues, mais t'es toujours agréable avec les autres. T'as cette façon de sourire, cette manière de parler, ta voix, ta dégaine, tout en toi pousse le monde à vouloir te connaître, mais toi, t'es un gars secret. Tu veux pas qu'on connaisse ton passé, t'en as trop honte, et t'en rappeler est aussi douloureux que si on te plantait mille poignards dans le dos.

Pourtant, tu ressens le besoin permanent d'être entouré, t'as besoin d'être en contact avec les autres, t'es drôle, extraverti, t'aime faire la fête. T'es vraiment pas timide. Aller vers les gens ne te pose aucun problème, t'aime te donner en spectacle, et l'autodérision est un bon moyen pour toi de t'accepter tel que tu es.

T'aimes vraiment raconter des histoires, des anecdotes de tes voyages, et tu adores écouter celles des autres, t'es une vraie commère, tu cherches sans arrêt à être au courant des derniers potins.

Tu stresses rarement, t'arrives à rebondir facilement face aux problèmes que tu rencontre. L'anxiété ne fait pas partie de ton vocabulaire, et même si tu agis souvent sans réfléchir, tu arrives toujours à te sortir des mauvaises situations. Tu n'aimes pas te prendre la tête, et si tu as bien un grand défaut, c'est de toujours fuir les disputes. Ouai, t'es un peu un lâche. T'assumes pas vraiment tes erreurs, t'aimes pas le conflit, tu veux l'éviter, parce que face à ça, tu ne sais pas vraiment comment te défendre. Alors, tu laisses parler, et tu t'en vas.

T'es un vrai connard. Tu ne t'attaches jamais à personne, et tu as pour habitude d'abandonner les gens sans leur donner de nouvelles. On dit souvent que les enfants reproduisent ce que les parents leurs ont fait, ce n'est pas tout à fait faux. Tu veux juste passer un bon moment, même s'il est court, car lorsqu'il est long, ce n'est jamais bon présage, ça peut se casser, ça peut filer. Toi, t'as pas envie de le rattraper, tu préfères en trouver un autre, c'est bien plus simple.

Tu cherches la liberté partout où elle est. Plus jamais tu ne veux être prisonnier de quelqu'un ou de quelque chose. Plus jamais tu ne veux dépendre de quelqu'un. Tu es comme un oiseau, à qui on a ouvert sa cage, et qui vole, qui vole, sans jamais s'arrêter, toujours plus loin, toujours plus haut. Mais prends garde à toi, à voler trop près du soleil, tu risquerais de te brûler les ailes.

T'aimes la vie. T'es passé trop de fois à côté de la mort pour ne plus l'apprécier. Tu en profites autant que tu peux. Tu veux tout vivre, tout connaître, mais tu sais qu'elle est bien trop courte, et la chose qui t'effraie le plus, c'est de mourir trop jeune. Tu ne veux rien rater du moment présent, tu ne veux pas partir trop tôt, et lorsque tu rencontres une brebis égarée, àqui la vie n'apporte plus de plaisir, tu mets tout en oeuvre pour lui redonner goût à tout cela, la vie est un précieux cadeau. Il t'a fallut du temps avant de le comprendre, mais maintenant, tu le sais.

T'es un vrai joueur, t'es taquin, tu prends un malin plaisir à t'amuser avec les autres, tu aimes draguer, tu aimes plaire, tu aimes les nuits passionnées, presque autant que les couchers de soleil. Tu cours sans arrêt derrière le plaisir, mais tu fuis à tout prix l'amour, mais il se pourra bien qu'un jour, épuisé de trop courir, tu te laisses enfin à nouveau tenté par cette chose que tu avais promis de ne plus côtoyer. Pourtant, c'est trop banal, d'être sentimental.

T'es spécial en fait, comme mec, on ne sait pas trop quoi penser de toi. Tu n'es ni bon, ni mauvais, t'es négligeant avec les gens, t'es un handicapé des sentiments, t'es négligeant envers toi-même, tu te laisses vivre, tout simplement, et parfois, tu t'arrêtes quelques instants pour regarder le monde qui t'entoure. T'es tellement curieux de tout, t'as l'esprit vif, tu veux toujours en découvrir plus, tu veux savoir comment les choses fonctionnent, comment certains agissent, inconsciemment, t'es du genre à tout analyser afin d'assouvir ta soif de connaissance.
Physique du personnage
Tu t'lèves de ton lit, il est cinq heures, vite, tu vas l'rater si tu ne te presses pas un peu ! Tu cours à la salle de bain, tu t'regardes quelques instants dans le miroir. Même si t'as les cheveux en bataille, et des cernes noires très marquées, t'es quand même plutôt pas mal. Tu n'prends jamais de petit déjeuner le matin, de toutes façons, il faut que tu te dépêches, tu vas l'rater sinon.

Tu portes ta brosse à dents vers tes délicates lèvres rosées et fines, très féminines pour le coup, et, énergiquement, tu entreprends un grand nettoyage dans ta bouche. Tu te rinces le visage, tu souris, tes dents sont parfaitement alignées, dommage qu'elles soient un peu jaunes, ça fait trois ans que tu te dis que tu dois arrêter de fumer, mais bon, tu sais qu’on ne se débarrasse pas de ses addictions comme ça. T’as un beau sourire tout de même, t’as les traits du visage super fins, t’as l’air plus jeune que ton âge, t’as des grands yeux bleus clairs, vraiment très clairs, presque transparents, mais parfois, tu mets des lentilles de couleur, roses, vertes, violettes, c’est tellement dommage, ils son magnifiques comme ça, tes yeux, bleus comme les cieux. T’as les cils longs aussi, on dirait que tu te maquilles, t’as l’visage androgyne, tu ressembles à une fille, t’as pas l’air très sympathique, avec ton air moqueur et ton sourire mesquin, pourtant, t’es plutôt un chic type, t’as juste une tête de méchant, t’y peux rien, c’est comme ça. Tu prends un coton tige pour te nettoyer les oreilles, oreilles qui, d’ailleurs, son parsemées de multiples piercings. T’aime bien ça, c’est esthétique, et la sensation de l’aiguille qui rentre dans ta peau semble relativement plaisante à tes yeux.

Tu regardes l’horloge juste à côté de ton miroir, cinq heures quinze,  bouge-toi, tu vas l’rater.
Tu diriges rapidement ton corps maigre sous la douche.  T’es pas super  grand, mais t’es pas non plus une crevette. Ta maigreur pourtant te fait paraître plus élancé que tu ne l’es. Tu devrais songer à manger un peu, au lieu de fumer et de boire, tu risques de perdre un os sinon. Tu te laves d’abord le torse, t’as les côtes qui ressortent lorsque tu lèves un peu les bras. Il faut croire que t’aimes vraiment les piercings, t’en as sur les tétons et sur la bas du ventre. T’es du genre imberbe, t’as des poils nulle part, même pas sur les bras, même pas sur les cuisses, mais ça ne t’as jamais dérangé, d’ailleurs, t’aurais pu ne jamais être complexé par ton corps si seulement tu n’avais pas toutes ces cicatrices sur ton dos, tes cuisses, ta poitrine.

Tu te laves toujours tes cheveux en dernier, une banale habitude.  Ils ne sont pas très longs, mais plutôt très épais. T’as trop d’épis, parfois, tu ne prends même pas la peine de les coiffer et t’abordes un style ébouriffé, mais il t’arrive de les lisser, ou bien, si tu n’arrives pas à les dompter, de les cacher avec des casquettes ou des chapeaux customisés par tes soins. T’es blond comme un poussin, parfois, tu teintes quelques mèches de cheveux en mauve, en turquoise, en marron, mais tu aimes bien les garder tels qu’ils sont également.

Tu prends ta serviette, tu te sèches frénétiquement la tête et tu retournes dans ta chambre pour t’habiller, après avoir jeté un dernier coup d’œil à l’heure. Vite, tu vas le rater. T’as vraiment un style particulier, tu mets toujours des vêtements très colorés et un peu amples. Certains diront que tu te déguise alors que d’autres t’admireront pour ton courage, car ils n’oseraient jamais en faire de même.  T’aimes la couleur, oui, mais parfois, lorsque tu as les idées grises, tu troques tes habits arc-en-ciel pour du noir et du blanc. T’adores les accessoires, t’as une multitude de colliers et de bracelets, t’en achètes tous les jours et jamais on ne te verra sans, c’est ton pêché mignon, c’est comme ça, tu n’changeras pas.

Tu noues ta veste bleue claire autour de taille et tu traverse ton appartement, vide, pour arriver jusqu’à ta terrasse. Tu ne l’as pas raté. Tu fermes tes yeux de poupée, tu souris légèrement, tu prends appui sur le mur du balcon, tu respires un bon coup, et tu ouvres à nouveau les yeux, énergiquement. Devant toi, tu contemples ce magnifique spectacle. T’es au dessus de tout l’monde, t’es au dessus du soleil, il arrive, il monte, rapidement, tu le suis des yeux, tu ne le domines plus à présent, il est largement au dessus de ta tête. T’aime toujours autant les levers de soleil, les couleurs du ciel aux aurores, la vie qui se réveille d’une longue nuit. Voilà. Tu ne l’as pas raté aujourd’hui, tu ne l’as pas raté hier, tu ne le rateras pas demain.

Tu restes encore quelques minutes sur ta terrasse, laissant les rayons du soleil réchauffer doucement ton corps. Enfin, tu retournes dans ton salon, tu prends tes affaires. Une longue journée t’attend, elle commence maintenant.
Histoire du personnage

ENFANCE

T'as pas eu une enfance facile. T'es né à Londres dans une famille que l'on appelait autrefois "classique", t'avais un papa et une maman. Tu'étais pas vraiment désiré. Ta mère n'aimait pas ton père, t'étais même pas sûr que c'était lui ton véritable géniteur. Ta mère ne voulait pas d'enfant, d'ailleurs, elle voulait partir de la maison, elle ne voulait plus voir ton père, elle rêvait d'une autre vie, mais ton père était violent, il ne voulait pas partager, il la menaçait pour qu'elle reste à ses côtés. Lui, il voulait un gosse, pour lui, c'était son ultime chance de la garder auprès de lui. Alors, tu es né, mais juste après, ta mère s'est barrée. Tu ne l'as jamais vraiment connu, ta mère, tu l'as aperçu, quelques fois, par contre, durant les premières années de ta vie, tu as eu un père très aimant. Il te chouchoutait, il s'occupait bien de toi, jusqu'à ce que son ex-femme se pointe chez lui pour te récupérer, lui annonçant au passage que t'étais peut-être pas son vrai fils. À ce moment, une grosse dispute avait éclaté. Tu te rappelles, tu te cachais derrière les escaliers, et tu écoutais tout, tu voyais tout, et même si tu ne pouvais pas tout comprendre, tu savais que l'heure était grave, t'as entendu un énorme bruit, un bruit de claquement. Ta mère était par terre, et ton père la ruait de coups, tu voulais bouger, tu crevais d'envie de dévaler ces escaliers et de l'arrêter, mais la peur t'avait paralysé, tu voyais la scène, avec tes yeux d'enfant, tu entendais les cris, tu entendais les claquements, et tu ne pouvais rien faire. Rien du tout.
Finalement, des gens du voisinage avaient réussi à les séparer, mais ta mère a dû partir à l'hôpital. Tu ne pouvais toujours pas bouger, et lorsque ton père s'était retourné vers toi, il se précipita dans ta direction pour te gifler. Pendant quelques minutes, qui te paraissaient être des heures, il enchaînait les coups, et toi, tu ne comprenais pas. Tu souffrais, mais aucun son ne sortait de ta bouche, tu ne pouvais pas te défendre, tu n'étais qu'un enfant.
Cela dura quelques jours, des jours très difficiles, où t'enchaînais les bleus, les entorses, l'incompréhension, encore et toujours, jusqu'à ce que ta mère vienne te récupérer, cette fois-ci accompagnée de la police. Tu étais vraiment bien mal-en-point, d'ailleurs, t'avais bien failli crever ce jour-là, les coups avaient été bien plus violents, et t'avais que six ans, tu  n'avais pas la force pour supporter tout cela. Oui, ce jour-là, t'avais bien failli mourir, on t'avait sauvé, mais t'étais pas au bout de tes surprises.
Ta mère t'avait récupéré pour te laisser chez ses parents. Elle ne voulait pas laisser son enfant à un homme qu'elle n'aimait pas, à un homme avec qui elle n'avait pas eu d'enfant, pourtant, elle ne voulait pas de toi, elle voulait profiter de sa liberté, elle n'avait pas le temps pour s'occuper d'un sale gosse. Tes grands-parents n'étaient pas vraiment méchants avec toi, mais ils ne te transmettaient pas tout l'amour dont tu avais besoin. Ils te nourrissaient, ils t'amenaient à l'école, puis, ils te couchaient, et c'était déjà amplement suffisant. Tu n'avais pas le droit de sortir en dehors de tes heures de cours, tu ne pouvais pas parler à table, sauf pour demander du sel ou de l'eau. Pourtant, jamais tu n'as osé te plaindre. Tu te disais que sinon, tu pouvais retourner chez ton père, et ça, tu ne le voulais pas. Chaque soir, tu vivais avec la crainte de retourner là-bas.

Tes volets étaient toujours fermés, ils étaient condamnés, ils ne s'ouvraient plus depuis des années. C'était tellement dommage, car de là où tu étais, il devait y avoir une vue formidable pour admirer le soleil. Tu voulais tellement le voir, on t'en privait depuis si longtemps, tout comme on te privait de ta liberté. Tu étais comme un oiseau dans sa cage, incapable de se mouvoir, incapable d'être heureux. Une vie comme celle-là, tu n'en voulais pas. Toi, tu voulais de l'amour, toi, tu voulais de la liberté... Tu rêvais de choses futiles comme de te rouler dans l'herbe ou faire un bonhomme de neige, mais tu étais terriblement seul, et on ne s'amuse pas comme ça lorsqu'on est seul.

T'as fait une tentative de suicide quand t'as eu onze ans. Encore une fois, t'as frôlé la mort. T'avais goût à rien, tu n'avais le droit de rien faire, t'avais ni père, ni mère, t'en avais assez. T'as voulu te pendre, mais ta grand-mère t'a arrêté à temps. Tu mentirais si tu disais qu'elle n'avait pas été triste. Pendant quelques mois, elle ne parvenait plus à te regarder, ton grand-père, lui, ne savait pas trop comment réagir face à un cas comme celui-là. Ils se rendaient compte tous les deux à quel point ils avaient été ignobles avec toi. Alors, lorsque vous vous étiez remis de ce choc, ils t'emmenèrent voyager à Paris.

Tu as adoré ça. Au fond, t'étais un peu comme ta mère, t'avais soif de liberté, tu voulais découvrir le monde. T'adorais la langue française aussi, et t'avais vraiment envie de retourner dans ce pays, tu te faisais une promesse à toi-même, t'y retournerais.

FRANCE


T'as décidé d'apprendre le français, tu t'impliquais beaucoup dans les cours qu'on te donnait à l'école,tu n'avais qu'une envie, découvrir à nouveau ce pays. Lorsque t'as été plus grand pour te débrouiller tout seul, environ quinze ans, t'es parti en séjour linguistique là-bas, dans le sud de la France, tu logeais dans une famille d'accueil qui habitait un petit village proche de Marseille, juste à côté de la mer. T'étais vraiment bien logé, c'était une ville de bourge de toutes façons. Tout y était bien trop chère, mais c'était quand même très joli. Tous les matins, aux aurores, tu allais sur le balcon pour voir le soleil se lever. La vue était magnifique. Il y avait le village, le port, s'ajoutait ensuite la mer, et ce rocher, cet énorme rocher, cette falaise, verte et rouge, presque aussi majestueuse que le soleil. Peu importe où tu étais dans ce village, elle était toujours là, elle dominait tout, elle était splendide. On t'avait dit qu'il s'agissait de la plus haute falaise d'Europe. Tu n'étais pas sûr que cette information était vraie, mais tu voulais toujours te rapprocher de cet endroit si haut, si grand, si proche du soleil, de la liberté.

Alors tu l'as fait.

T'as demandé à des habitants de t'expliquer comment y aller, et, en grand aventurier que tu étais, tu es parti avec ton sac à dos et tes jambes, à la conquête de ce grand rocher.Y'a un gars qui t'a pris en stop, c'était un jeune lui aussi, il venait d'avoir le permis. Théo, qu'il s'appelait. Il était franchement sympa avec toi ce gars, il était très étonné que tu veuilles aller là, alors, curieux, il t'avait suivi. T'es monté tout en haut de cette falaise, accessible en voiture, et là, tu as senti ton coeur battre à mille à l'heure. Tu ne savais pas si c'était l'excitation, l'adrénaline, le vertige, mais quelque chose avait changé en toi. Tu voulais revenir là, tu voulais sentir à nouveau cette sensation. Alors, t'as regardé ce gars avec qui t'avais bien sympathisé. Sans aucune gêne, tu lui avais dit :

"Demain, à quatre heures du matin, à la fontaine, tu pourras m'amener ici à nouveau ?"
"Pourquoi si tôt ?"
"Tu verras, tu ne le regretteras pas, j'te le promet."

T'as passé l'après-midi avec lui, t'es même resté toute la soirée à ses côtés, c'est lui qui t'as fait fumé ta première clope, ton premier pétard, c'est lui qui t'as fait découvrir ce monde de jeunes, t'as bien bu, ce soir-là où t'es resté avec lui. T'étais pas tout à fait toi-même, tu te rappelles même que c'était parti en couilles, dans tous les sens du terme. Et qu'est-ce que t'as aimé ça. Tu ne t'es pas vraiment attaché à lui, t'as juste passé un bon moment, tu ne cherchais pas plus, lui non plus. Vous vous êtes cherchés, vous vous êtes amusés, vous avez bien profité. Et comme promis, à quatre heures du matin, il t'a déposé en haut de la falaise. Il faisait encore nuit, alors, tu t'es posé presque au bout, tu pouvais tomber à tout moment, mais tu n'avais vraiment pas peur. Lui, il restait en retrait, il avait bien trop peur du vide.

Puis, il est arrivé.

Tout doucement, le ciel s'éclaircissait, il prenait de nouvelles couleurs. Du mauve, du rose, du jaune, du bleu, c'était magnifique. Tu t'es levé et tu contemplais la scène. T'étais au-dessus du soleil, tu te sentais libre, grand, majestueux, comme cette falaise. Ton coeur allait exploser à force de battre aussi vite. Et dire que des gens venaient trouver la mort ici... Dans un sens, tu pouvais les comprendre, une vue comme ça comme derniers instants, c'était incroyable. Tu n'adressais pas un mot à Théo, tu savais qu'il commençait à comprendre. Une fois le soleil haut dans le ciel, tu commençais à rebrousser chemin.
"Alors ?"
"Merci Peter."

T'es rentré chez toi le lendemain. Tu parlais couramment le français, et en plus de ça, quelque chose avait changé. Tu voulais profiter de ta vie, la croquer à pleines dents.

SWEET DREAM | BEAUTIFUL NIGHTMARE

T'as décidé de t'émanciper. Tes grands-parents se sont inquiétés dans un premier temps, puis, ils ont pensé que c'était la meilleure chose à faire. Tu t'es trouvé un petit boulot, et t'as décidé d'arrêter les cours. Tu voulais profiter de ton adolescence, tu voulais profiter de toutes ces années où tu n'avais rien pu faire, où tu étais enfermé dans ta cage.
Le jour, tu travaillais, tu faisais le ménage dans un hôtel, le soir, tu sortais. T'allais en boîte, t'allais en teuf, tu draguais, filles comme garçons, tu passais du bon temps. Tu pensais que t'étais libre comme ça, tu pensais que profiter, c'était ça. De toutes manières, tu ne t'attachais à personne. Tu laissais toujours les autres en plan, sans leur donner de nouvelles, et les blesser ne te faisait rien, toi, tout ce que tu voulais, c'était t'amuser. Pourtant, t'as rencontré quelqu'un.

Elle s'appelait Elizabeth, mais toi, tu l'appelais Lily. C'était une jeune fille de ton âge, issue d'une riche famille. Toi t'étais qu'un pauvre crétin qui avait tout juste de quoi payer ton studio, et pourtant, t'as eu l'audace d'aller la voir, ce jour-là où tu ne travaillais pas. Elle était trop mignonne, avec ses cheveux ondulés et ses yeux noisettes, sa petite robe beige vintage et ses escarpins noirs vernis. Au départ, tu voulais juste t'amuser un peu avec elle, mais tu t'es rendu compte qu'elle n'était pas comme les autres, Lily. Elle ressemblait à un petit oiseau, un petit oiseau en cage. Tu savais qu'elle était un peu naïve, elle était douce, elle se sentait si seule.
Chez elle, il y avait son père et ses cinq frères. Elle ne se sentait pas à sa place dans cette famille principalement composée d'hommes, d'autant que son père avait quitté sa mère pour un homme. Tu te rendais compte que ce n'était pas si simple d'être une fille dans un monde où la majorité des gens sont de sexe masculin. Tu ne l'avais pas vraiment remarqué, car tu habitais une grande ville et que les femmes étaient plus nombreuses que dans certains villages où elles n'existaient même pas, mais ça devait être pesant. Son père avait fondé tous sers espoirs sur ses fils, et même s'il adorait son unique fille, il était persuadée qu'elle n'avait aucun avenir. T'as parlé avec elle toute la journée, c'est la seule avec laquelle tu as eu le courage de parler un peu de ton passé. Elle n'était pas comme les autres, Lily.
Tu t'es inquiété lorsque tu as ressenti de l'amour pour cette fille, tu n'avais jamais connu ça auparavant, tu avais peur. Elle aussi, pourtant, les premiers jours s'étaient bien passés. C'était carrément bizarre, mais tu te sentais bien. T'avais arrêté de sortir tous les soirs, tu n'avais d'yeux que pour elle, pour Lily, pour ta Lily. Tu ne voulais qu'elle, tu te sentais si bien, tu voulais te poser, mais votre histoire ne dura que deux mois. Elle avait apprit que tu étais ce genre de dragueur à toujours aller voir ailleurs, et elle ne voulait pas souffrir, elle ne voulait pas que tu l'abandonne.

"Mais ma p'tite Lily, je t'aime moi, jamais je ne te laisserais."
"C'est pas contre toi Peter, mais on est pas du même monde."

Tu l'aimais, tu ne voulais pas la forcer, tu l'as laissé partir, tu t'es laissé aller. T'étais au plus mal, t'avais fait l'erreur de t'attacher à quelqu'un. Tu n'aurais jamais du. Tu t'es promis de ne plus jamais recommencer. De toutes manières, personne ne voulait vraiment de toi. Ta mère t'a abandonné, ton père aussi, tes grands-parents n'étaient pas entièrement là, et ta Lily était partie. Alors c'était fini, tu ne voulais plus de ça. T'avais dix-sept ans,  tu voulais changer de vie.

Et la chance t'a souri.

T'as toujours été joueur. Une fois par semaine, tu t'achetais un ticket à gratter à deux livres. Parfois, tu ne gagnais rien, mais parfois, tu pouvais rembourser ton ticket. T'avais jamais gagné des sommes astronomiques jusqu'à ce jour. T'avais choppé le ticket gagnant, le ticket d'or. Cent mille livres. Tu n'en croyais pas tes yeux. Tu n'as pas réfléchis longtemps à l'usage que t'allais en faire, tu voulais découvrir le monde, aller en Asie, aux Etats-Unis, en Afrique, traverser les continents, voir des choses nouvelles. T'as quitté ton taf et tu t'es barré.

EUROPE

T'es d'abord parti en Italie, le pays de tes racines, à ce qu'il parait. T'es allé aux cinq terres, car tu avais vu à quel point c'était magnifique là-bas. Rome, Venise ou encore Milan, ça ne t'intéressait pas, tu voulais voir quelque chose de nouveau, quelque chose d'unique.

C'était tellement beau, chaque maison avait une couleur différente, et tu étais à côté de la mer. Pour aller là où tu logeais, il fallait beaucoup marcher, mais ça en valait la peine. Tu avais choisi l'endroit le plus en hauteur, inutile de préciser pourquoi. De là ou tu étais, tu pouvais voir le clocher de l'église, le petit village qui s'activait, ça parlait fort, ça parlait avec les mains. Tu te sentais chez toi, c'était mouvementé, et en même temps, tellement paisible. Le soleil était magnifique ici. Tu n'avais rencontré personne, mais ce n'était pas grave, tu voulais simplement profité de la beauté de cet endroit merveilleux.

T'es directement allé en Corse par la suite, puis en Espagne, à Barcelone. Qu'est-ce que tu avais ris là-bas, et combien de numéros t'avais réussi à chopper... T'avais passé un bon moment, t'avais beaucoup bu aussi. T'avais besoin d'une pause, t'es retourné dans ton pays natal, l'Angleterre, mais tu ne voulais plus habiter à Londres, cette ville te rappelait bien trop de mauvais souvenirs. Alors, tu as vadrouillé pendant quelques jours, jusqu'à trouver chaussure à ton pied. Niflheim. Tu aimais cette ville, car elle était proche de la mer, et tu adorais la mer. Tu n'aurais jamais pensé habiter là, une ville sans femmes, alors que toi, tu les aimais autant que les hommes, mais il faisait plutôt bon vivre à tes yeux. T'as fais d'agréables rencontres, mais à peine avoir rencontré quelqu'un, tu repartais en voyage, ce qui t'a valu le surnom du "voyageur", tu ne savais pas tenir en place, même si tu te plaisais ici. Tu n'avais pas fini de découvrir de nouvelles choses.

INDE

L'Inde. Tu avais toujours rêvé d'y aller. T'as pas regretté. C'était totalement dépaysant, tu adorais les levers de soleil là-bas, mais tu préférais les couchers. Le soleil qui disparaissait sous le Gange était un spectacle magnifique.
T'as rencontré un garçon là-bas, il venait d'Angleterre aussi, alors vous avez pu faire connaissance assez facilement. Tu ne te souviens plus très bien de son nom, Nick peut être ? Ça n'avait pas d'importance. Il avait ton âge, mais il paraissait bien plus jeune que toi, il avait un regard d'enfant, il agissait comme un enfant par moment. Il était gentil, il était simple, il aimait se lever tôt pour voir le soleil, comme toi.
Tu penses bien qu'il était tombé amoureux de toi, mais tu ne le voyais pas comme un petit ami potentiel. De toutes manières, tu t'étais juré. Plus jamais. Plus jamais. Pourtant, t'avais accepté de lui parler un peu de toi, il était si curieux.

"Comment ça s'fait que t'aimes aussi les filles Peter ? J'me posais cette question, parce que c'est plus très commun ça, non ?"
"Haha. Les filles, elles sont marrantes, elles voient des problèmes où il n'y en a pas, elles sont bien plus jalouses que les mecs, elles sont chiantes parfois."
"Alors pourquoi tu les aime ?"
"Elles ont quelque chose que les mecs n'ont pas."
"C'est quoi ?"
"Des seins hahaha ! "

Il te proposait souvent de venir dormir chez lui. Tu avais toujours refusé, tu savais ce qu'il voulait, pourtant, un soir, il avait vraiment insisté, et t'avais un peu bu, tu ne te sentais pas de rentrer chez toi.
Il n'allait rien tenter, ce n'était pas de lui de profiter comme cela, il te regardait, sur le canapé, pendant que tu tentais de décuver un peu.

"Tu sais... T'es vraiment un gars adorable, sincèrement. Mais tu vois, moi, j'suis un vrai connard. J'sais pas m'attacher, j'veux pas aimer, j'm'en fiche de faire du mal aux autres au fond, tout ce que je veux, c'est m'amuser."
"Mais... Je suis prêt à t'accepter comme tu es, ça ne me dérange pas..."
"Mais toi, t'es bien l'seul à qui j'veux pas faire du mal. T'es comme un petit ange tombé du ciel, tu comprends ? J'mérite pas un gars comme toi, et puis, je ne ressens rien d'autre pour toi que de l'amitié t'façons. J'veux pas que tu te fasses de faux espoirs."
"Mais... Peter..."
"J'crois... Qu'il vaut mieux qu'on ne se voit plus à partir de demain. J'suis désolé. Tu vas certainement souffrir un moment, mais tu t'en remettras plus facilement que tu ne le crois."

Il avait beaucoup pleuré ce soir-là. T'avais pas cherché à le réconforter. Tu es parti très tôt le lendemain matin. Tu t'en voulais de lui avoir fait autant de peine. Tu n'assumerais pas de le croiser à nouveau, alors, t'as écourter tes vacances en Inde pour partir au Japon.

Japon

Le Japon était fantastique, tu avais adoré ce voyage, il t'a beaucoup marqué. C'est en faisant du shopping dans les rues d'Harajuku que t'as décidé d'adopter un style bien plus original que celui que tu avais déjà. T'adorais les couleurs flashy des vêtements, tu ne pouvais pas résister à l'envie d'en acheter. T'es parti en avril, les cerisiers étaient en fleurs, tu ne pensais pas que ce serait si beau en vrai. Un jour alors que tu courrais pour attraper ton train, un vieux, peut être un peu trop curieux, t'avait interpellé.

"Où courrez-vous comme ça jeune homme ?"

Il était assis sur un banc, sous les cerisiers, c'était une image tellement clichée, et pourtant, elle te plaisait. Il portait un kimono, il était chauve, et tu ne parvenais pas à voir ses yeux tant ils étaient plissés. Tu te stoppais un instant.

"Je... Désolé, je suis pressé, vous voyez, je dois... Attraper mon train."
"Alalah ces jeunes ! Toujours entrain de courir, vous ne vous arrêtez  jamais ! Allez, venez vous asseoir, vous prendrez bien un autre train ! "

C'était gênant. Tu étais vraiment mal à l'aise, mais tu t'es quand même assis.

"Ça fait combien de temps que vous êtes arrivé ici ?"
"Euh... Une semaine je crois."
"Est-ce que vous avez pris le temps, en une semaine, de vous asseoir sur un banc, en mangeant un bon dorayaki, sou les fleurs de cerisiers ?"

Tu haussais un sourcil. Il était vraiment bizarre ce vieux, et sa question aussi, tu faisais signe de la tête que non, alors, il sortait quelque chose de son petit sac et te le donnait, de ses petites mains tremblotantes.

"Il est fait maison, c'est ma femme qui a fait la pâte d'haricots rouges. Goûtez-le, vous m'en direz des nouvelles."

Tu comprenais que c'était un dorayaki, t'en avais jamais mangé, tu ne savais pas si t'aimais les haricots rouges, mais tu n'allais pas te dégonfler. De toutes façons, tu avais déjà raté ton train, alors, tu avais tout le temps pour déguster ça. Tu le portais à ta bouche. C'était délicieux. T'avais jamais rien mangé d'aussi bon. Le vieux poussait un petit rire. Tu le regardais, une mine attendrie sur le visage.

"C'est bon n'est-ce pas ? Vous ne trouvez pas ce moment très agréable ?"
"Si monsieur. Je ne regrette pas."
"Vous savez, la vie est bien trop courte, et à force de courir dans tous les sens, pour tout voir, on ne prend pas le temps de vraiment observer les choses. Alors parfois, c'est bien de se poser de temps à autre, de lever les yeux, et de regarder les fleurs de cerisier tomber."
"Vous savez, moi je me lève tous les matins en même temps que le soleil, juste pour pouvoir le voir, c'est tellement beau."
"Profitez de ces moments privilégiés, ça vous forgera, croyez-moi."
"Merci monsieur. Dites... Je peux en avoir un autre ?"

Ce vieux t'avait encore plus ouvert l'esprit qu'il ne l'était auparavant. Depuis ce jour, tu prends toujours un moment dans la journée pour observer le monde qui t'entoure.

RETOUR A LA RÉALITÉ

T'as continué tes voyages pendant trois mois, puis, t'en as vu assez, t'as voulu rentrer à Niflheim . Là, t'as fait le bilan. T'avais vingt ans, et t'avais voyagé dans une vingtaine de pays différents, tout ça en seulement trois ans. Et maintenant ? Tu savais que t'avais encore pleins de choses à voir, à découvrir, mais pour ton avenir ? Tu avais dépensé l'argent que tu avais gagné assez rapidement, alors, il fallait que tu te poses un instant. Que tu reprennes tes études. Qu'est-ce qui pourrait bien te passionner ? Le commerce ? Non. L'art ? Non, ce n'était pas vraiment pour toi. La médecine ? Tu tenais un minimum à ta vie sociale. T'as réfléchis quelques jours, t'as longtemps cherché toutes les possibilités sur Internet, tu t'es enfin décidé. Le tourisme, c'était ça qu'il te fallait, c'était ça qui te correspondait le plus. T'as cherché un nouveau petit boulot, hôte de caisse dans un supermarché, et tu t'es repris en main, décidé à faire quelque chose de ta vie, quelque chose de beau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Yop&Cats
Qui suis-je~
Cat ARMY - Mes liens
Cat ARMY - Mes chats
Cat ARMY - Mes rps
(╯ಠ_ರೃ)╯︵ ┻━┻
Messages : 112
Localisation : Dans les rues
Métier : Street-Art / photographe
Pouvoir : Capacité de peindre sur les mur au toucher
Humeur : GRAOUH

Double(s) compte(s) : ~
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Inno Snowen
R:Divers
Lun 5 Juin - 12:49
Encore un rital ! SAVE ME INTENSIFIES

Bienvenue parmi nous ! Courage pour ta fiche et amuse-toi bien ici ! :)

_________________



You gotta be there for me too

Revenir en haut Aller en bas
avatar


[Présentation]
[Relations]
[Playlist d'Elliot]
Messages : 152
Métier : Livreur à domicile
Pouvoir : Phytokinésie
Double(s) compte(s) : Nope.
Je s'appelle Groot.
Voir le profil de l'utilisateur




Elliot Hayaki
Je s'appelle Groot.
Lun 5 Juin - 13:02
Bienvenue Peter ! Un autre italien, c'est trop bien. huehuehue

Et bah ça promet d'être déjanté vu l'avatar que t'as choisi. Bon, déjà je me permets de fangirliser sur ton avatar. Je suis amoureuse c'est bon. J'adore la couleur sur ce gris et sa sobriété et je meurs aaaah

yes yes yes

Bon courage pour ta fiche ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à venir secouer le staff. On est là pour ça o/

_________________



Parce que je suis fière d'être une stalkeuse maggle
Mes crew tmtc:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 207
Métier : Etudiant en droit
Humeur : Sombre et débridée

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs
Human
Lun 5 Juin - 13:18
HAHAHAHAHA !!! On va vraiment pouvoir faire une mafia à ce rythme Elmo

Bienvenue parmi nous ! Tu as l'air sympathique en effet ^^ Hâte de voir ce que tu nous réserves :D

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre:
 

Mon jardin secret. Merci Tyty WAZAA:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 57
Localisation : Dans un bar.
Métier : Hôte de caisse dans un supermarché | Etudiant dans le tourisme.
Humeur : Rayonnante.

Human
Lun 5 Juin - 13:19
Merci à vous, vous êtes trop mimi Mabel Pines
On va monter un clan de Mafia de la Spaghetti 8)

Elliot : Much Doge

Merci, je n'hésite pas si j'ai un problème quelconque ! ♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
#TEAMSEIRPZ

LIENSFICHE
Twitter · Facebook · Blog

J'suis overbooké niveau RP, déso'!

Messages : 79
Métier : Fleuriste ; Télétravailleur au Téléphone Rose ; Vlogger
Pouvoir : Création des plantes
Double(s) compte(s) : Castiel J. Kent
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur




Tybalt O. Dreher
R:Element
Lun 5 Juin - 13:25
Nooooon, encore un italien! On est envahi huehuehue

Bienvenue o/
J'aime beaucoup l'avatar que tu as choisi. Et le surnom de ton personnage. J'suis curieux de voir ce que tu vas écrire dans ta fiche avec une image aussi colorée. 8D

_________________

"Je vous aime en #009999 ; je fantasme en italique et je vous écoute « entre guillemets »."

Les cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Je serais la lumière qui illumine tes soirées

Messages : 111
Localisation : Cabaret Sunshine
Métier : Danseur et propriétaire du Sunshine
Pouvoir : Création de lumière
Humeur : Créatif

R:Element
Voir le profil de l'utilisateur




Lucien Desmoulins
R:Element
Lun 5 Juin - 15:11
Bienvenue sur le forum Peter (Nikolas) Chapeau !

Mimi ton avatar Love you ♥ Bonne continuation pour ta fiche gotta go fast et n'oublie pas de faire de la pub pour mon cabaret, quand tu commencera à travailler dans le tourisme LA barre S'il te plaît ! :3

_________________

The world twinkle

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 136
Métier : Pierceur
Pouvoir : Don d'ubiquiété
Double(s) compte(s) : Nathaniel Eliseum
R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur




Akemi William's
R:Divers
Jeu 8 Juin - 10:37
Bienvenue o/ viens dans mon shop au cas ou tu veux un autre piercing , je mords pas ;)

_________________

Spoiler:
 

Akemi vous parle: Thème
Tyler vous parle: «  » Thème
Hayden vous parle: ff3333 Thème

Pensées en italique
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 57
Localisation : Dans un bar.
Métier : Hôte de caisse dans un supermarché | Etudiant dans le tourisme.
Humeur : Rayonnante.

Human
Ven 9 Juin - 22:52
Merci à vous trois ! ♥️

Lucien : Seulement si je peux avoir des consos gratuites WAZAA

Akemi : Je vais devenir un client régulier

_________________

Je possède le swag.:
 


Merci pour ces cadeaux ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar





△ Invité
Invité
Dim 11 Juin - 1:22


Pré-validation de modérateur

« Re Bienvenue Peter Pan, me voici me voilà pour t'annoncer que tu es pré-validé! J'ai beaucoup aimé tes petites références, notamment celle d'Hercule (Disney on connait ♥️), le caractère du personnage me plait surtout son amour du lever du Soleil, l'histoire nous fait voyager, même pas besoin de prendre l'avion. Sur ce amuse toi bien Yawn »

Cohérence contexte ► Cohérent J'tassure !

Orthographe ► J'ai vue quelques fautes mais rien de bien grave.

Autre ? ► Bibbidi Bobbidi Boo , rejoins le côté lisse de la force ~

Le staff est à ta disposition pour toutes questions ou informations complémentaires. Modérateurs ou administrateurs, n'hésites surtout pas. ♥️

Revenir en haut Aller en bas
avatar


You've got it it all, you lost your mind in the sound, there so much more, you can reclaim your crown *:・゚✧
Liens ♦️ Fiche
Administratrice

Messages : 245
Localisation : Au cabinet
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : ( ̄¬ ̄ヾ)

Double(s) compte(s) : Seishiro Fujiwara ; Yasuo Rae
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Oliver Winchester
R:Psychic
Dim 11 Juin - 12:14


Tu es validé ! Bravo !

« (re)Bienvenuuue sur le forum, j'espère que tu te plairas parmi nous  Yaaas J'aime beaucoup ton personnage et comment tu as construit ta fiche ! Tu disais ne pas vouloir poster de rp hier mais j'aime ta façon d'écrire alors lance toi ! Tout comme Celis, tout est bon pour moi alors je te valide ! »

• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
• Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
• Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥️


_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains-
Sauter vers: