RSS
RSS



 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il était une fois ∠ Aloïs W. Jones.

avatar
R:Physic
Messages : 4
Localisation : Sous une épaisse couverture.
Humeur : ԅ(º﹃ºԅ)

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Sep - 19:19






Aloïs Jones


« Il y a toujours un abîme au fond de l'abîme. »
▬ Roberto Saviano


Nom : Jones.
Prénoms : Aloïs, William.
Âge : 26 hivers se sont écoulés depuis sa naissance.
Tendance : Devine.

Origines : De nationalité anglaise, avec des origines chinoises.
Profession : L'un des collecteurs de l'agence Black.
Groupe : R:Physic.

Don et description : Il possède une agilité accrue. Avec ces pouvoirs, le roux grimpe aux arbres, escalade les murs, erre au-dessus des habitations. Comme les ninjas jadis ou les yamakasis de nos jours.
En vrai, il n'a jamais essayé cela (personne ne grimpe des arbres ou des murs en pleine ville, c'est la honte). Mais il reste persuadé qu'il arrive à le faire les yeux fermés.
Son agilité s'avère pratique si un problème s'invite et que la fuite s'impose. Ou même si une bagarre éclate. Ses mouvements sont plus fluides, ses actions, plus félines.
La créature humaine se montre dès lors insaisissable.
Malus : Son don fatigue le garçon plus vite que la moyenne, celui-ci n'étant pas toujours contrôlé dans la vie de tous les jours. Il l'utilise parfois sans s'en rendre compte, au travers d'actions ô combien anodines, banales. Avec sa personne, un mal de tête ne se révèle pas rare. Un saignement de nez non plus. De plus, cela lui cause diverses courbatures (plus ou moins fortes, plus ou moins longues).
Si l'indolence qui le caractérise si bien demeure en grande partie une envie plus qu'une contrainte, elle semble donc quand même utile à son bien-être. Elle apaise les maux de son corps (eh oui, ne rien faire évite les problèmes).
Marque et description : Elle se situe entre son œil gauche ainsi que sa joue. Pas plus grosse qu'un dé, elle représente la paire de moustaches d'un quelconque félidé (www).
Elle explique le pourquoi du cache-œil, qui dissimule celle-ci au regard du monde (l'autre raison étant que cela lui donne une apparence plus crédible et plus cool dans son activité, mais le pauvre ne l'avouera pas même si vous le démasquez).
Il n'a donc aucun souci derrière son cache-œil.
Âge du décès : 20 ans.
Cause du décès : Dans son bain alors qu'il s'était endormi avec un sèche-cheveux dans une main. Son péché de paresse aura presque causé sa perte.

►►


Pseudonyme : Pandy.
Âge : 27 ans.

Présence : 5 / 7 jours.
Que pensez-vous du forum : Je l'aime bien. (๑>ᴗ<๑)
Personnage : Lavi - D.Gray-Man.
Code :
Physique (750)
Dans une chambre se dresse une créature humaine. Elle demeure posée là, immobile, dénudée. Une grande glace en face d'elle reflète ses formes imparfaites. L'accessoire ne possède que des contours simples en bois vieilli. Rien n'indique d'outrance ici-bas.
Celle-ci s'examine, silencieuse.
Elle approche presque le mètre soixante-dix-neuf. Une chevelure rousse coule près de ses épaules. Elle dégringole, dégringole, puis s'échoue dans le creux du cou. Elle semble pareille à un champ de capucines baigné sous le soleil de l'après-midi, d'un orangé ô combien prononcé, radieux et coloré. La crinière danse au moindre remous, comme les branches d'un arbre prises dans une brise légère. Parfois, une mèche rebelle s'entrelace à une autre plus docile : elle cause alors un désordre dans le doux amas épars. Un groupe de cheveux prend aussi place contre son visage froid, qu'il cogne çà et là au gré de ses envies.
Plus bas, un coloris émeraude illumine son regard. Un regard profond, identique à celui de quelqu'un qui a vécu une copieuse existence, remplie de nombreuses expériences. Mais aussi solitaire, comme si ces mêmes expériences avaient créé un gouffre entre la personne et le monde. Enfin, une étincelle caresse la surface des deux pierres. Un signe d'intelligence.
Un visage blanc épouse le reste de la peinture. La peau n'a pas de marque ou de barbe. Les lèvres, elles, sont blêmes. Au milieu, un nez concave prend place.

L'individu descend son regard.
Une chaîne de cou se dévoile. Un anneau, accroché à elle, embrasse l'espace entre ses clavicules. En dessous, un corps crémeux se découvre, pareil au visage. Une série de muscles fins donne des formes à celui-ci. L'épiderme, lui, ne souffre d'aucune cicatrice profonde.
À son avant-bras gauche, un bijou s'enroule avec élégance. D'une maigre circonférence, il ne dérange pas les mouvements des membres. Dans le dos, une image à l'encre noire colorie la feuille vierge. Elle commence en bas de la nuque, puis coule jusqu'aux deux croissants. Elle révèle une série d'arabesques aux formes effilées. Sans signification particulière, celle-ci sonne agréable au regard.
Enfin, la silhouette est fine. L'allure, féline. La personne donne parfois l'impression d'une bête sauvage.

La créature nommée Aloïs observe les alentours.
Celle-ci s'étire comme un chaton, les bras levés vers le ciel, les poings serrés. Après quelques secondes, elle marche dans le coin opposé de la chambre. Ses pas sont inaudibles, sa démarche, fluide. Elle se cambre, récupère des vêtements dispersés ici et là.
Puis elle s'habille.
Aloïs n'a pas de patience avec les corvées du quotidien. Il porte donc des vêtements simples, parfois de manière désordonnée. Bien que dans certaines occasions, il essaie de faire des efforts, il n'en reste pas moins un garçon débraillé.

Il enfile d'abord un jean qui couvre ses jambes jusqu'aux chevilles. Un peu trop ample, il ne s'en soucie pas. Un peu trop sommaire, il s'en moque aussi. Puis, il chausse des chaussures, noires comme le bas.
Il cache la partie supérieure de son corps avec une chemise. Comme le reste des vêtements, le coloris tend vers l'ébène. Le col est déboutonné, la manche gauche, quelque peu retroussée.

Une fois habillé, il se rapproche d'une chaise. Sa main prend le bandeau posé dessus. Il l'enfile avec nonchalance, celui-ci passant au-dessus des sourcils, dans ses cheveux. Dès lors, le groupe de mèches rebelles s'éloigne de son visage et l'aère. D'un tissu coloré, le bandeau sied à la chevelure vive. Il contraste avec le reste de la tenue sombre.
L'homme récupère enfin un cache-œil, qu'il glisse sans attendre dans la poche de son jean. Bien que sympathique, la chose n'est pas pratique. Il l'évite donc quand cela n'est pas nécessaire, comme ici. Il l'utilise plus en-dehors de chez lui.

Une inspiration après, sa paire de paumes claque ses propres joues. En résulte un son qui brise le silence de la pièce. Une voix s'échappe alors d'entre ses lippes. Faible, mais audible. Un murmure glacé. Toutefois, en aucune manière ne s'affiche une quelconque forme de dureté dans celle-ci.

« Allons-y. »

La peau rougie, il abandonne sa chambre.
Il se dirige dans le salon, puis il glisse dans le canapé. Sans joie, il semble attendre quelque chose.

Caractère (900)
∠ paresseux

Le téléphone sonne. Avachi dans le canapé, l'homme paresse. Le téléphone sonne. Il ne semble pas que l'appel l'intéresse. Si Dieu (ou son envoyé scary moviesque) lui accorde encore une vie, il demandera d'être une souris. Dans son trou, loin des soucis. Avec sa seconde existence, il n'a pas gagné grand-chose. Hormis ce mal de crâne quotidien que lui cause son don moyen.
Hélas, rien ne change. Le pauvre demeure un humain. Il aime ne rien faire, mais ne rien faire ne paie rien. Il exerce donc une activité, d'ordinaire assurée. Comme aujourd'hui.

∠ doux de prime abord - égoïste - poli - faux

Le téléphone sonne. Il daigne enfin répondre. Besogne, besogne, besogne. Il abhorre la besogne. Il se prépare. Il enfile son cache-œil, puis il glisse dehors. Bien que de son apparence, on devine son milieu, le roux se fond quand même dans la foule nombreuse. Il ne dégage aucune malveillance. Il n'inspire donc qu'une moindre méfiance.
Parce qu'il aime les sucreries, il achète des muffins. Avec ses désirs, pas une seconde il ne lambine. Celui-ci prend ce qu'il souhaite, en use et en abuse. Puis quand il s'en agace, alors il s'en détache. Il ne s'embarrasse pas de ce qui ne l'envoûte plus.
Dans la boulangerie, Aloïs charme le marchand. Il se montre civil, courtois. Il n'est pas vulgaire comme beaucoup de ses congénères. Sa diction est bonne. Son langage, courant ou soutenu. Si derrière sa façade il n'y a guère de sourire, de cela il ne dévoile rien. Triste hypocrisie d'une créature humaine.

Le temps défile, encore et encore.

∠ calme - insensible - cruel - décidé

Dans une pièce mal éclairée, le garçon s'appuie à une chaise abîmée. En plein repos, il grignote ses gâteaux. Il dégage une douce atmosphère. Le signe d'une nature calme, sereine. Comme détachée du monde et de ses laideurs.
Alors qu'il vagabonde au gré de ses pensées, un énième cri brise sa paix. Il soupire et approche un muffin de l'être molesté. Ses mouvements sont placides.

« Désires-tu une sucrerie ? Elle est délicieuse. »

Il la dépose contre la table en bois, à côté d'une main avec deux doigts cassés. Il ne semble pas gêné de cela. Ces évènements sont quotidiens, il n'éprouve donc aujourd'hui plus rien. Il observe la personne blessée, mais aucun mal-être ne tourmente son âme. Il n'humanise pas ses cibles. De plus, ce qui se passe ici demeure ici.
L'index se brise. Un autre râle s'entend. Le roux redresse son visage, le regard dirigé vers son robuste allié. Celui qui frappe, celui qui cogne.
Il affiche une petite moue.

« Laisse-lui au moins le pouce, nous ne sommes pas des monstres. »

Après encore quelques minutes, le message semble imprimé. Il arrête donc l'entrevue. Son corps se cambre, sa bouche contre l'oreille gauche du malheureux. Il murmure en son creux :

« Tu as trois jours de plus. Si tu ne paies pas, je reviendrai et je te casserai l'autre main moi-même. »

Malgré ses dires, il ne pense pas aux retrouvailles. Après ces moments ô combien animés, les gens s'acquittent en général de leurs prêts. Une bonne discussion aide beaucoup à la réflexion.
Un sourire radieux se dessine, une autre journée se termine.

Le temps défile, encore et encore.

∠ certaine méfiance - incurieux

Le soleil décline dans le ciel. La lumière laisse peu à peu place à la pénombre insidieuse. Des sacs à la main, Aloïs rentre des courses. À la suite de son activité, il y a hélas d'autres corvées. Il marche. Au coin d'une rue, une foule réunie. Des citoyens avec des policiers.
Il ne s'approche pas.
Le garçon évite les possibles problèmes. Bien entendu, il n'aime pas la police. Ils sont casse-pieds, en plus d'être ennuyeux. De plus, il n'est pas un individu curieux. Jamais il ne fouine. Jamais il n'espionne. Il ne souhaite pas perdre son temps qu'il considère précieux. Même si la société s'écroule, que la population qui l'habite se noie dans la décrépitude, il s'en moque. Tant que cela ne le concerne pas.

∠ solitaire - possessif

Il retourne chez lui. Personne ne l'attend, hormis un chaton né depuis peu. Il affectionne la solitude, il s'accommode donc de la situation.
Dans le passé, l'homme a eu des êtres aimés. Mais une romance ne dure jamais. Hélas, avec une liaison trop longue, sa véritable nature se dévoile. Une chose peu profitable. De plus, il semble de nature possessive. Baigné dans la violence depuis plusieurs années, il n'est aujourd'hui pas toujours mesuré. La ligne entre la chose à faire et ne pas faire demeure floue.
Quand l'ennuie le gagne quand même, que les envies deviennent charnelles, il daigne enfin quelques efforts. Il se rend dans les bars, les boîtes, afin d'y faire ses affaires. Des rencontres éphémères, sans lendemain aucun.

Tandis que la lune s'élève, reine du monde silencieux, il arrive enfin à son domicile.
Il passe le seuil de sa porte. Il range d'abord la nourriture, puis les autres fournitures. Sa légendaire mollesse reprend alors sa place. Il ne désire plus rien faire.
Il avale une bière glacée, avant qu'il ne recherche un repos bien mérité.
Histoire (1350)
Il prend place dans un fauteuil de style scandinave. Black, le félin au pelage sombre, s'allonge à ses pieds. Sa main attrape un album posé près d'un meuble. Celui-ci comprend les vestiges de son passé, d'innombrables photographies depuis longtemps oubliées.

Une image, un résumé de sa vie.
Des souvenirs, douce nostalgie.

La première page le présente en bébé. Bien entendu, il ne se souvient pas de ces jours.
Né à Londres un mois de mai, ses pères n'étaient pas riches. Ils n'étaient pas pauvres non plus. De simples fonctionnaires, avec juste le nécessaire. Ils avaient désiré une progéniture. Ils avaient donc eu Aloïs.
La demeure de la famille, située près de Chiswick, offrait un cadre de vie paisible. Tranquille. Une atmosphère favorable. D'ailleurs, les lieux avaient été choisis en raison de cela, ceux-ci propices à l'éducation des enfants.

Plusieurs pages après, une bouille de dix ans. Quelques souvenirs fugaces.
Son enfance fut heureuse. Il eut des joies, des peines, des colères. Celles d'un gamin avec ses expériences. Une décennie d'insouciance.
Il avait grandi entouré de ses parents. Plutôt protecteurs, mais pas dominateurs. Il avait aussi eu des copains, rencontrés lors de ses premières années d'école. Comme n'importe quel individu, il s'était structuré. Une découverte incessante de maintes et maintes nouveautés.
Bien qu'il eut déjà été paresseux, cela demeurait encore anodin. Rien de bien grave dans ce monde enfantin.

Un ciel serein et sans nuages.

Plusieurs pages après, un enfant de quinze ans. La mémoire ici se précise.
Il changea un peu durant ces années-là. Une période rebelle plus prononcée que d'autres. Ses fréquentations furent moins acceptables, moins respectables. De plus, il n'était pas adapté aux études. Lui-même d'ailleurs n'aimait pas celles-ci. Parfois, durant une heure entière, le roux observait les paysages à travers la fenêtre. Triste spectacle d'un passé sans smartphones. Il divaguait au gré de ses pensées, sans entendre le cours alors énoncé. Il manquait d'attention, ennuyé, ô combien ennuyé. Toutefois, il n'était pas une créature stupide. Il affectionnait entre autres la lecture. Une habitude qui aujourd'hui perdure.
Il fit plusieurs bêtises, ce qui lui causa des ennuis. Hélas, il provoqua des frictions avec ses proches. Mais jamais il ne les poussa dans le vide. Derrière sa façade apathique, il aimait ceux-ci de manière authentique. Son indiscipline ne les concernait en rien : ils n'en étaient pas la cause.
Un chemin change parfois sans raison particulière. L'existence est ainsi, incertaine.
On essaya un temps un psychologue, puis des aides à domicile. Une multitude de choses quelque peu risibles. Mais il se devait de les faire, encore et encore. Le succès n'était pas au rendez-vous, mais au moins le laissait-on en paix. Une courte accalmie achetée.

Les dernières photographies, un jeune homme de dix-huit ans. Des souvenirs plus récents.
Il avait arrêté ses études avec le diplôme minimal. Il n'avait pas poursuivi ce chemin anormal. Contraire à ses pensées, contraire à ses idées. Il avait indiqué à ses pères qu'il désirait une activité manuelle. De prime abord, quelque chose d'honnête. Un humain parmi tant d'autres. Mais en vérité, Aloïs ne s'était pas arrangé. Au contraire, derrière son faux sourire, l'attitude réelle empira davantage. Il ne souhaitait pas une profession respectable. Beaucoup d'efforts en échange d'une paye misérable. Il ambitionnait d'en faire le moins possible, il visait donc autre chose. Des occupations illégales, violentes, mais au final peu fatigantes.
Bien entendu, il ne raconta cela à personne. Il laissa son peuple dans leurs éternelles illusions. Des mensonges rassurants.
Afin de ne pas être embêté, il s'éloigna de sa famille. Une séparation à ce moment-là difficile. Celui-ci profita d'une liaison avec son copain d'alors. En sa compagnie, il quitta la frénésie de Londres et s'installa à Niflheim. Une petite ville à droite de l'île. Un lieu en apparence paisible. Près de l'océan, une nouvelle vie.
Avec son envol, il gagna sa liberté. Une indépendance désirée. Puis, quatre mois après son arrivée, il se sépara de son compagnon. Avec des livres sterling mis de côté, il loua un studio la première année.

L'homme referme l'album. Si sa vie ne s'arrête pas ici, c'est hélas le cas des photographies. Il habite seul et n'est pas un adepte des selfies.
Il se cambre, récupère le félin qu'il amène près de son visage. Son nez frôle son museau : il chatouille sa peau.

« Tu veux connaître la suite de mon histoire ? »

La patte de l'animal cogne sa joue. Il miaule d'un coup.
Suspicieux, l'humain fronce les sourcils. Il semble le comprendre. Le chaton se moque de ses dires, il réclame son repas.

« J'ai bien choisi ton nom. À me faire faire autant d'efforts, tu es comme le véritable Black. »

Il pose la petite chose contre ses cuisses, peu décidé à satisfaire ses envies, puis retombe dans ses pensées. Celles de son passé.
Après ses dix-huit ans, désormais installé, une nouvelle vie commença. Loin de la capitale et de ses tracas. Il laissa poindre sa véritable nature, déchéance de violence parfois immature. Sans que cela ne soit quotidien, il n'était pas rare qu'il se bagarre, qu'il s'égare le long de chemins sinueux.
Il vivait de petits trafics. Ils n'étaient pas importants, mais offraient des revenus intéressants. De quoi vivre un peu mieux que le commun des mortels. De plus, parce qu'il n'était pas une pointure, il passa sous les divers radars. Ceux des policiers ainsi que des charognards.

Les semaines s'écoulèrent, pareilles les unes aux autres. Une routine agréable.

Dans la vingtaine, son existence fut bousculée, chamboulée. D'abord à cause d'un décès. Pas celui d'un proche, d'une quelconque connaissance. Mais le sien. Alors qu'il fainéantait comme à son habitude, une mésaventure vint rompre sa quiétude. Un sèche-cheveux, branché à une prise, glissa dans le bain où il était posé. Le roux fut électrocuté. En conséquence, il rencontra la faucheuse. Sa première expérience avec le surnaturel.
Suite à cela, il hérita d'un don. Il ne s'en amusa pas et n'en abusa guère non plus. À l'ordinaire, celui-ci était considéré comme une plaie. Loin de la promesse d'une révolution dorée. De plus, jamais il ne le maîtrisa à cent pourcents. Il ne fit pas les efforts nécessaires.
Avec une marque à l'encre noire près de sa joue marquée, il n'y avait pas de quoi être gai. Au moins aurait-elle pu apparaître ailleurs.
La même année, Aloïs dénicha un « emploi ». Au cours de son existence, une première fois. Grâce à ses relations, il entra en communication avec l'agence Black. Un lieu spécial, mélange d'ombre et de lumière, de violence et de paix. Parce que l'entreprise correspondait à ses attentes, il n'hésita pas longtemps. Un salaire plus stable, mais une activité toujours aussi sale. Quoi de mieux dans la perfide Albion ?

De cette date jusqu'à aujourd'hui, six nouvelles années passèrent encore.
Il gagna en maturité, bien que le péché de paresse ne s'arrêta jamais. Au contraire, la brutalité gratuite s'atténua pas mal, devenant une profession plus qu'un mode d'expression.
Le passage à l'âge adulte.
La routine, si chère à ses yeux, s'était à nouveau installée. D'autres cercles sociaux s'étaient formés. Si celui-ci était solitaire, deux ou trois personnes s'invitèrent dans sa vie. Un peu, mais pas beaucoup. Juste le nécessaire.
Il posséda un autre compagnon. Encore une fois cela ne dura guère longtemps. Enfin, à l'âge de vingt-cinq ans, il eut sa première maison. Éloignée du centre-ville, elle n'en était que plus spacieuse. Une chose merveilleuse.

Il dégage le félin et ferme les yeux. Dehors, la lune est maintenant à son apogée.
La journée se termine. Morphée appelle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Human
Messages : 12
Métier : Technicien informatique/Hacker
Double(s) compte(s) : Luka S. Kopeïkine & Caleb Ashford & Misha Vychedkevitch
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Oct - 1:52
Bienvenuuuuue! Elmo

Joli choix d'avatar et j'adore ton style d'écriture, ça fait tellement poétique! J'ai bien aimé ce que j'ai lu, hâte d'avoir la suite!

Bon courage pour le reste de la rédaction et au plaisir! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers


Merci Hamish pour ton vava cadeau ! Merci Oli, Alphée et Kyle pour vos vavas aussi *^* Vous êtes tous super talentueux ! :D
Messages : 57
Métier : Usurier.
Pouvoir : Arrête le temps en claquant les doigts.
Humeur : Au choix, soit j'me marre, soit je casse des gueules.

R:Divers
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Oct - 20:07
Bienvenue à toi~
J'aurais voulu te le souhaiter plus tôt, honte à moi de ne pas avoir vu plus tôt.

Alors voilà. Pour commencer, je ne peux qu'approuver ton faceclaim. ♥️ Ensuite, ton mp m'a fait très plaisir. Bienvenue dans l'agence, je suis officiellement ton boss~ (D'ailleurs j'ai trouvé rigolo que le chaton s'appelle Black x'D). Et puis pour terminer, j'adore ta plume ! Tu écris super bien je trouve, ça se lit super bien.

Bref. Comme tu le sais on se réserve déjà un petit lien fufufu.
Tout ça pour dire que j'ai hâte de lire l'histoire et de te voir validé !
Bonne continuation et bisou sur la fesse gauche~

_________________

Je te parle mal en Goldenrod
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Physic



Fiche de présentation
Fiche de liens
Récapitulatif des rps
Messages : 94
Localisation : Un peu partout
Métier : Livreur de pizzas
Pouvoir : Passe-Muraille
Humeur : Hargneuse

Double(s) compte(s) : Daisuke S. Hishitora
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Oct - 20:53
Bienvenue officiellement à toi !
J'approuve tout ce que notre boss à dit plus haut !
Et moi aussi, je te réserve un lien ! Papouillons-nous comme des petits chats tout en cassant des gueules ♥️

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Physic


Présentation
Journal des RP
Messages : 306
Localisation : Niflheim (à défaut de faire original ! ^^)
Métier : Co-gérant de la Taverne Onirique, comédien.
Pouvoir : Hybridation entre un homme et un ouistiti
Humeur : La bonne humeur est aussi contagieuse que la rougeole, selon Baden-Powell. Je suis d'accord !

Double(s) compte(s) : /
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Oct - 10:59
Salutations à toé, jeune homme ! Chapeau !
Bienvenue sur le forum !

Oh, un autre pirate ! **
PIRATE ! PIRATE ! PIIIIIIIIRATE !
Toi aussi, j'vais faire des théories sur toi, juste parce que tu ressembles à un pirate !
En revanche...
Toi et moi, on ne va pas être trop copains s'il se trouve qu'Alois est plus agile que lui. xDD
Joshua a un pouvoir d'hybridation entre l'humain et le ouistiti.
Et il n'aime pas du tout qu'on monte partout comme lui.
C'est lui le plus mignon de toute façon ! /ZBAAAAAAAAF/
Non, pour de vrai, il ne va pas apprécier que quelqu'un soit un agile ouistiti comme lui sans être un ouistiti ! xDD
Et étant aussi très possessif, il va encore moins aimé si Aloïs traine sur son territoire !
Ah ah ah, j'suis sûr qu'il y a moyen de faire des rencontres cools entre Aloïs et Joshua ! Genre... concours de parcours d'agilité pour savoir c'est qui le plus fort ! Et genre, ils gagnent chacun leur tour, du coup, ils ne savent jamais qui est le plus fort ! **

_________________


Cadeaux des membres:
 

Récompenses Death Rubriq':
 

Relowards 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Physic
Messages : 4
Localisation : Sous une épaisse couverture.
Humeur : ԅ(º﹃ºԅ)

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 19:17
Tous ces compliments, vous êtes adorables. ♡(ノ´∀`)
Merci beaucoup. J'ai hâte de rp avec vous !

Ashley ▬ j'essaie de faire poétique, donc c'est bien si cela se remarque. ♡
Adam ▬ patron, vous êtes si magnanime.
Darren ▬ les papouilles, c'est avant ou après la bagarre, pas durant celle-ci !
Joshua ▬ je gagne sans le moindre souci. ( ´ー`)

_________________

« découvre-moi »
Aloïs s'exprime en #B78178.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Physic
Messages : 89
Métier : Secretaire medical
Pouvoir : Force accrue
Humeur : Joyeuse

Double(s) compte(s) : Nathaniel/Akemi/Ezechiel/Reita/Aiji
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Oct - 8:53
Oh je t'ai pas dis bienvenue honte à moi Chisaki crying (c'est Nath, Aki je sais plus avec quel compte tu me connais) J'adore ta fiche *-* je viendrai sûrement pour un rp J'tassure !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?


*:・゚✧
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
fb & twitter
aesthetic
playlist
galerie

Messages : 797
Localisation : Ailleurs
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : (◡‿◡✿)

Double(s) compte(s) : Yasuo Rae ; Liam Rosebury ; Timothy McCormick ; Tino Silveira
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Oct - 15:18


 
Tu es validé ! Bravo !

 
« Bienvenue officiellement sur le forum ! J'espère que tu te plairas parmi nous.

À partir de maintenant, je serai ton parrain, c'est à dire le membre du staff qui se tiendra au courant de tes petites aventures et que tu pourras aller voir quand tu le souhaites si tu as une question ou un souci ! Yaaas

J'aime beaucoup ton personnage mais surtout ta façon d'écrire. Que ce soit dans le physique, le caractère ou l'histoire, tu racontes une histoire, les mots sont bien choisis je pense et ça accroche pour la lecture. J'tassure ! Comme je l'ai déjà dit une fois aussi, c'est un très bon choix de pouvoir et tu te l'es très bien approprié, je n'ai rien à redire sur les malus. J'apprécie beaucoup aussi la justification du cache-œil avec la marque, c'est intéressant ! Aussi, j'aime beaucoup l'avatar évidemment. Yawn Plus sérieusement, Aloïs a l'air d'avoir énormément de potentiel et des petits secrets qui vont très certainement être dévoilés inrp, je suppose ! Ca le rend donc intriguant et mystérieux, j'ai hâte d'en apprendre plus sur lui du coup !
Je file maintenant te valider, te rendre aussi beau qu'un petit soleil ! Love you ♥ »

 
• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
  • Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
  • Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

  Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
  Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥️
 

_________________



♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads-
Sauter vers: