RSS
RSS



 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

sorry for not answering the phone, i'm too busy trying to fly away ▬ Oliver Winchester

avatar
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?


*:・゚✧
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
fb & twitter
aesthetic
playlist
galerie

Messages : 793
Localisation : Ailleurs
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : (◡‿◡✿)

Double(s) compte(s) : Yasuo Rae ; Liam Rosebury ; Timothy McCormick ; Tino Silveira
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Déc - 21:50

 

   
Oliver Winchester

   
I see how your attention builds, it's like looking in a mirror. Your touch like a happy pill but still all we do is fear. What could possibly happen next? Can we focus on the love?

 

 
Nom : Winchester
Prénom : Oliver
Surnom : Oli
Âge : 25 ans
Plutôt : Uke

Origine(s) : Anglais
Métier : Kinésithérapeute
Groupe : R:Psychic

Pouvoir et description : Empathie accrue. Tu es capable de ressentir et de comprendre les émotions et les sentiments des autres rien qu'au toucher. Il suffit que vos peaux rentrent en contact pour que tu ressentes la peur, la joie, la colère ou la tristesse d'autrui. Il arrive parfois que tu puisses transmettre tes propres émotions avec autrui, il suffit que le contact physique dure un peu plus longtemps, environ cinq secondes suffisent.
Malus : Ton pouvoir s'active aléatoirement. Tu ne peux le contrôler et de fait, il suffit que quelqu'un frôle ta peau pour qu'il s'active. Tu es alors incapable de l'activer volontairement, l'empathie accrue semble s'effectuer en suivant ton inconscient. Les sentiments d'autrui que tu captes finissent par disparaître au bout d'une trentaine de minutes, mais cela peut s'allonger selon ton humeur. Tes sentiments se mélangent à ceux des autres et il arrive parfois que tu n'arrives plus à différencier les deux. Lorsque ton pouvoir s'active, tu subis des picotements dans les doigts, des bourdonnements incessants dans les oreilles et des vertiges pouvant aller jusqu'à l'évanouissement. Tu peux contrer l'empathie accrue en protégeant ta peau avec des gants et tes vêtements.
Position de la marque et description : La marque se situe sur l'intérieur de l'avant-bras droit d'Oliver, réprésentant le signe de l'empathie.
Âge de la mort : 19 ans
Cause(s) de la mort : Cancer des os

►►


Mon pseudo sur le net : Hajiruu
Âge : 17 ans

Présence sur le forum : 7 / 7 jours
Que pensez-vous du forum : ♥️♥️♥️

Le personnage sur mon avatar est : Oikawa Tōru - Haikyū!!
Le code est :


Caractère
Autrefois, tu étais un adolescent comme tous les autres, un gars au caractère assez direct et extraverti. Tu n'hésitais pas une seule fois à dire ce que tu pouvais bien penser, te fichant complètement de ce que les autres pouvaient en dire. Tu étais aussi quelqu'un d'assez enfantin, avec une petite pointe de narcissisme, provoquant l'agacement chez ses amis. Malgré tout, en creusant un peu, tu étais une personne extrêmement gentille et sympathique, possédant tes petits défauts qui faisaient partie de ton charme. Tu aimais le sport, tes amis et l'amour. Tu t'es toujours très bien débrouillé se débrouillait dans tes études et dès ton plus jeune âge, tu t'imaginais grand médecin réputé d'Angleterre.
Tu vivais convenablement, paisiblement et tranquillement jusqu'à ce que la maladie, de son petit nom cancer des os, vienne poser ses valises lorsque tu n'avais que 17 ans. Tu avais ignoré les symptômes dans les premiers temps, n'en parlant à personne. Tu t'étais convaincu que ce n'était que passager, que tu finiras par aller mieux un jour ou l'autre.
Tu allais quelques fois à l’hôpital mais tu as été emmené de force deux ou trois ans plus tard, mais c'était bien trop tard, la mort approchait. On ne pouvait plus faire grand chose pour toi. C'était terminé et tu t'es résigné à mourir, pour de bon.

Ta résurrection t'a changé du tout au tout.

Plus les jours défilaient, plus tu passais d'extraverti à introverti. Tu es devenu le genre de gars qu'on ne voit que rarement dans les rues, que lorsque c'est nécessaire. La plupart du temps, tu restes cloîtré dans ton petit appartement ou au cabinet, pour ta vie professionnelle. Après ta mort, tu avais complètement coupé les ponts avec ton entourage. C'était voulu, mais tu t'es très vite retrouvé seul après les études, ayant pour seuls amis quelques patients assez sympathiques. Ton ancien caractère s'est transformé en timidité et pudeur. Tu es maintenant très renfermé sur toi-même. Tu ne donnes ta confiance à absolument personne, mais tu as aussi un cruel manque de confiance en toi. Tu es capable d'imposer une distance de sécurité à ton interlocuteur, de peur de le toucher et de provoquer ton empathie accrue. Tu es constamment sur tes gardes.
Bien que tu essayes de le cacher au maximum, ta sensibilité et ton émotivité se sont accentuées, sûrement à cause de ton nouveau don. Néanmoins, il t'arrive parfois de te montrer agressif et acerbe lorsque tu te sens en danger, telle une pauvre proie sous l'emprise d'un grand et terrible prédateur.

Tu ne sais plus vraiment qui tu es, de toute façon. Depuis que tu ressens et t'appropries les émotions et les sentiments des autres, tu oublies ce que tu as été, si tu es un homme bon ou mauvais, gentil ou colérique. Tu es devenu instable, beaucoup trop sûrement. Personne ne te reconnaît, mais est-ce que ça a vraiment une importance ? Tu préfères qu'on t'oublie une bonne fois pour toute, reprendre ta vie à zéro chaque jour.

Physique
Tu es un homme assez grand, plus grand que la moyenne certainement, un joli 1m84 pour être exact. On peut dire que tu as fière allure. Cependant, avant ta mort et même avant l'apparition de ton cancer, tu pouvais affirmer avoir de bonnes conditions physiques grâce au sport que tu pratiquais quotidiennement.
Malheureusement, la maladie vous détruit autant physiquement que moralement. Tu es alors devenu bien trop maigre pour ton âge ainsi que ta taille, même si tu n'en es jamais plaint et tu ne t'en plaindra sans doute jamais. Avec le temps, tu as repris du poids petit à petit, t'éloignant de l'anorexie qui te narguait à l'époque et retrouvant une fine musculature.

Ton visage a une forme plutôt ovale avec des traits fins, bien que le temps les a rendu plus durs. Tu possèdes des cheveux châtains que tu coiffes chaque jour de la même façon. Tu les laisses parfois un peu trop pousser jusqu'à ce que tu te décides à couper les mèches trop longues toi-même avec de simples ciseaux. Tu ne voudrais pas déclencher ton pouvoir à cause d'un coiffeur qui te fais un massage crânien, alors tu as appris à te débrouiller seul. Tes yeux, en raccord avec tes cheveux, sont d'un profond marron chocolat. Ta peau est assez claire, rougissant facilement au soleil. Tu fais quand même assez attention à ton apparence, en prenant soin de ta peau et de tes cheveux chaque matin.
Il t'arrive parfois de porter des lunettes de vue à monture noire à défaut d'avoir une petite myopie depuis plusieurs années maintenant. Tu te préfère sans, alors tu mets des lentilles de contact.

Ta marque se trouve à l'intérieur de ton avant-bras droit, assez visible quand tu retrousses tes manches. Toutefois, lorsqu'on te demande, tu prétends t'être fait un tatouage il y a longtemps et tu restes silencieux par rapport à sa signification, que tu ignores.

Tu es souvent habillé de ta fameuse blouse blanche lorsqu'il est au travail. Tu la laisses toujours ouverte et tu retrousses les manches de celle-ci, pour pouvoir avoir les avants-bras libres pour manipuler confortablement les muscles des patients. Une carte d'identité médicale, où sont inscrits ton nom ainsi qu'une bête photo de toi, est accrochée à la poche avant de ta blouse. Sous ton habit de travail, tu portes un slim noir accompagné d'un haut à manches longues ou d'une chemise, même si tu préfères les pulls.
À l'appartement, tu portes toujours des vêtements où tu es à l'aise. Tu abandonnes très souvent tes jeans pour des joggings assez large et confortables. Tu as toute une collection de pulls différents et de t-shirts assez grands, aux inscriptions rigolotes.
Histoire
La Mort avait décidé de s'emparer de son corps avec douceur et lenteur. Elle s'était jouée de lui, laissant son ami le cancer crécher au plus profond de son âme.

Tu avais 17 ans.

Au départ, ça avait été anodin aux yeux des autres, ça avait été ton petit secret. Tu avais senti que ça n'allait plus, que quelque chose clochait chez toi. Tu l'as ignoré.

Crainte. Tu le savais bien mieux que quiconque, d'une façon inconsciente, tu te doutais que quelque chose te rongeait progressivement au plus profond de toi, avec discrétion et finesse. Pourtant, tu t'es toujours se convaincu et tu espérais que ce ne serait pas très long, que tout irait bien par la suite. Malgré tout, tu te sentais encore capable d'aller au bout de tes forces, laissant la vive douleur que tu commençait à ressentir peu à peu chaque jour de côté. Sottises.

Dégoût. Tu sombrais, tu souffrais. Ton corps s'abîmait petit à petit au fil des mois. Le cancer fut réellement localisé au dernier moment. Il était trop tard, bien trop tard. Tu aurais sûrement t'inquiéter plus tôt, aller à l'hôpital plus tôt. Tu souhaitais encore promettre à ta douce mère que tout allait bien. Que tout irait bien.

Effroi. Tes jours étaient maintenant comptés. Tu étais en phase terminale. Tu te laissait pourrir à l'hôpital, attendant que ton dernier souffle vienne. La mort patientait. Le bon moment arrivera bien tôt ou tard et elle viendra sonner à ta porte, lui apportant son ultime cadeau. Elle se faufilera doucement sous les draps blancs de l'hôpital et se blottira contre toi. Cruellement, le temps semblait s'écouler au ralenti, s'amusant de ta terrible torture.

6h49. Le cancer détruisait tout sur son passage sans aucun discernement. Puis il termina par sordidement laisser un corps anéanti et corrompu, le tien, encore endormi dans ton piteux lit d'hôpital.

Tu n'avais que 19 ans, mais ton histoire aurait dû s'arrêter là. Sauf que la mort n'avait pas fini de jouer.

En toute douceur et légèreté, la Mort t'avait bercé jusqu'à elle puis s'était présentée à toi. Tu semblais rêver, mais cette étrange bête affirma que tu es bel et bien mort. Seulement, la Mort en avait décidé autrement. Elle ne t'avait laissé aucun choix à faire. Tu allais revivre et personne ne se souviendra de ta mort. Absurdités, avais-tu pu penser.

Et pourtant...

Tu ouvris brutalement les yeux, comme sorti d'un mauvais rêve. Les rayons du soleil éclairaient la pièce immaculée, les rideaux avaient été tirés. Un infirmier entra dans la pièce après avoir apparemment frappé à la porte pour apporter le petit-déjeuner habituel dans un petit sourire professionnel. Tout était bien trop normal que cela en devenait presque irréel. Tu n'étais plus censé faire partie de ce monde. La vérité était difficile à accepter. Ton cancer avait gagné. Dans tout ce blanc, tu faisais tache. Tu n'étais plus à ta place.

Tu es resté encore à l’hôpital pendant un ou deux mois. Les symptômes disparaissaient au même rythme que le cancer, comme si la chimiothérapie avait enfin décidé de faire effet. tu avais été miraculé. Quiconque n'avait su pourquoi, ni comment. Qui aurait cru que la Mort avait décidé de te laisser une deuxième chance et de vivre à tes risques et périls ? Personne, évidemment. C'était absurde. Tu n'en avais parlé à personne, pensant que ce n'était qu'un cauchemar, au final. Tu avais vu cette étrange marque apparaître du jour au lendemain sur ton bras droit. Tu ne la trouvais ni jolie, ni moche. Elle était juste là et étrangement, tu ne t'es pas plus posé de questions.

Après que tout soit en ordre, tu avais enfin pu fuir l'hôpital après de nombreux mois à te laisser mourir ici. Cependant, tu n'as pas réussi à retrouver tout de suite le sourire, inquiétant ta mère. Toute cette maladie t'avait totalement détruit et tu avais du mal à remonter la pente, restant tout au fond avec toutes tes peines et tes plus grands dangers. Tu es devenu instable, te laissant complètement aller. Tout ce qui te faisait tenir, c'était les études que tu avais réussi à reprendre.

Seulement, en l'espace d'une quinzaine de minutes, tu étais capable de passer d'euphorique à colérique. Tu ressentais même parfois des émotions que tu n'avais jamais ressenties avant. Ces affreuses émotions se transformaient en de terribles maux de tête incessants. Tu ne mis pas longtemps à comprendre que tout ça était à cause du toucher. Au fond de lui, il ressentait une immense douleur, mêlant angoisse, désarroi et affection.

Ta mère ne te reconnaissait plus. Tu avais complètement changé depuis ta sortie de l’hôpital. Du jour au lendemain, il changea du tout à tout contre son gré. Il arrêta le sport, les sorties entre amis, les déjeuners ou les dîners pour finir avec les sessions câlines. Leur complicité si sincère n'existait plus. Elle ne savait plus quoi faire pour son pauvre fils tourmenté. Puis elle finit par s'abandonner contre son gré après tant de surmenage, la mort ne lui avait pas laissée de deuxième chance. Tu avais perdu ta mère, ta seule famille. Tu n'avais jamais connu ton père, qui avait fui toute responsabilité en apprenant le bébé qui arriverait bientôt. Tu étais devenu orphelin.

Tu n'as pas eu la force d'assister à l'enterrement. Tu avais dit au revoir à ta mère dans la chambre funéraire et tu es parti, restant enfermé dans la voiture de ton oncle. Il n'y avait pas eu beaucoup de monde aux funérailles, quelques cousins seulement. Les Winchester n'étaient pas des gens très appréciés de toute façon, surtout après le départ de ton père. On se fichait bien de la mort qui pouvait les terrasser.

À l'âge de 20 ans, tu décidas de déménager à Niflheim, n'ayant plus un moindre semblant de vie à Londres, ta ville natale. Comme l'avait toujours espéré ta mère, tu continuas tes études dans la médecine, logeant dans une chambre universitaire le temps d'obtenir un diplôme. Tu te dirigeas vers la kinésithérapie ensuite. Tu travaillas quelques temps à l’hôpital en temps qu'interne pendant quelque temps, mais c'était loin d'être un endroit où tu aimais travailler. Alors, pour tes 23 ans, tu ouvres ton propres cabinet et depuis, tu y travailles avec acharnement.

Et la vie recommence à zéro.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 23 Déc - 23:02


Tu es validé ! Bravo !

« Waoh, il a une histoire bien triste ce petit DC. Je dois dire que ça m'a émue ! Et j'ai beaucoup aimé la manière dont ça a été écrit. Donc je te valide, court t'amuser ! »

• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
• Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
• Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads-
Sauter vers: