RSS
RSS



 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wrong Side Of Heaven ~ Zarko (en cours)

avatar
Human

Messages : 28
Métier : Agent de sécurité
Humeur : Furieux

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 9:54




 
 
Nom : Zarkotabek.
Prénom : Aidos.
Surnom : Zarko.
Âge : 30 ans.
Plutôt : Seke à tendance Seme.

Origine(s) : Originaire du Monténégro, avec quelques origines Kazakhstanaises, Anglaises et Italiennes.
Métier : Ancien loubard, Agent de sécurité, garde du corps.
Groupe : Humain.


Mon pseudo sur le net : Kaotika.
Âge : 22 ans dans deux mois !

Présence sur le forum : 5/ 7 jours
Que pensez-vous du forum : À votre avis pourquoi je reste ?

Le personnage sur mon avatar est : Sean - HxHsuan
Le code est :
Caractère


Libre. Comme le premier saut d'un petit oisillon aux abords du nid. Qui s'envole, bat de ses petites ailes légères. De premiers battements, faibles, désordonnés, saccadé. Puis enfin, l'air dans lequel il s'engouffre, qu'il creuse. Éventre les tourbillons du premier appel. Puis il part, vogue sur cette barque de fortune, entre eaux calmes, puis troubles, d'immenses vagues, viennent, le font chavirer, alors qu'il dérive, flotte, les poumons gonflés d'eau. Qu'il recrache sur une plage, alors que le sable chatouille ses mains, ses grains s'accrochent à sa peau mouillée, parsemés d'éraflures. Il a envie de se gratter, d'enlever cette horrible sensation qui démange son épiderme.

Mais il n'en est rien. Alors il se relève, fonce tête baissée dans cette jungle urbaine. S'approprie ce qui ne lui appartient pas. Il détruit, se détruit. S'use, s'éteint. Expire, aspire. Se bat, un crochet, puis un autre, un coup de pied. La douleur qui l'éveille, l'adrénaline qui coule dans ses veines en une nuée démentielle. L'exalte à des sens inconnus. La drogue, qui fait s'engourdir ses membres, le fait songer au beau milieu de rêves opiacés. Une autre réalité, dans laquelle il se noie, pour échapper à la première. Tendre la main, dans l'espoir d'attraper une lueur quelconque, alors qu'elle se renferme sur le vide, le néant.

Puis la conscience, qui reprend le pas. La raison, en une bouffée d'air frais, qu'il hume après toutes ces années. Les regrets, les visages qui défilent, les voix qui le chagrinent. Et toutes ses formes spectrales qui entament une danse, autour de lui. Le hante continuellement, le font culpabiliser de toutes ces années de haines, de démences, de décadence. Muté dans ses silences habituels, intimidant. Qui garde, sans jamais rien dire. Qui encaisse, en serrant les dents. Et à l'abri des regards, lorsqu'il se retrouve seul, confronté à lui-même, il se déchaîne, dans un océan de flammes passionnelles. Qui le guide, le font tenir pieds à terre, en vie, encore un peu. Rien qu'un peu. Juste assez pour pouvoir pardonner, se pardonner. Trouver la rédemption.


Physique


Pour l'ancien gamin chétif, qui avait eu les traits émaciés, aux joues creuses, dont le regard complètement vide en avait choqué plus d'un. C'est une fierté, que de s'être bâti un tel corps aujourd'hui. Grand et élancé, tous en os noueux, anguleux. Une fine musculature saillante qui surgit sous un derme hâlé, lui qui vint de ses terres lointaines où le soleil règne en maître incontesté de l'empyrée. Avec ce Phoenix grimpant sur son épaule, embrasant sa peau de ses ailes enflammées. Prêt à bondir, surgir, de sa renaissance incandescente. L'oiseau qui traversa la chute aux enfers d'un passé excessif, pour renaître de ces cendres, prêt à croquer cette vie devenue sa pire nemesis.

Sous cette avalanche de mèches éparses, imbibés d'encres, comme un long fleuve sinueux recouvert d'ombres rocheuses. Des signes ésotériques de croyances qui lui sont propres. À lui, ce gamin défavorisé, débarqué de nulle part, pour devenir un adulte aguerri. Une foi qu'il s'est bâti par le passage du temps, marquant ses traits devenus plus prononcés. Comme ce nez aquilin, un peu cabossé à force de s'être pris des coups, d'avoir mordu la poussière à plusieurs reprises, pour mieux pouvoir se relever et rendre toute cette rage qu'on avait fait naître en lui. Cette mâchoire anguleuse, qui parfois arbore une barbe de quelques jours, qu'il aime à entretenir. Drue et piquante au toucher, mais qu'il garde en se fichant bien ce que d'autres peuvent en penser.

Avec cette allure de voyou qui lui colle à la peau, il a vite appris à ne compter que sur lui-même, faire régner sa propre déchéance carnassière au beau milieu d'autres, qui voulait s'élever hors de la fange dans laquelle la société traite les déchets comme lui. L'allure agressive, avec toujours ces sourcils broussailleux, ombrageux, froncés en permanence. Et ces immuables cigarettes, coincé entre ses lippes charnues, toujours prêtes à défier l'autorité crépusculaire de la nuit, par ces éclats de braises rougeoyantes.

Histoire


Requiem Of A Fallen Angel


Quand tu sais que t'a mis le pied dans la merde, difficile de te débarrasser de l'odeur qui stagne sur tes pompes. Quand tu sais, que t'étais prisonnier dans ton propre corps, difficile de reprendre le contrôle sur ce qui ne t'appartiens plus. C'est douloureux, de remonter la pente, en regardant tout le chemin qu'il te reste à parcourir. Celui-là même, qui semble te provoquer, t'intimider, t'impressionner, à tout faire pour que tu t'arrêtes. Car tu le sais, tu le sens, sous ta peau, ce cœur qui bat sans cesser. Cette respiration qui te rompt la gorge, chacun de tes membres qui tremblent comme s'il y avait, niché au fond de toi, un tremblement de toutes ses terres spirituelles qui s'entrechoquent, te font prendre conscience de ta réalité merdique. Qu'un rien pourrait te faire basculer. Et pourtant, tu continues, tu puisses au fond de toi, dans toute cette immondice, suppurante d'impureté.

Et j'étais comme les autres. Comme bon nombre de ces personnes que la société s'efforce de retenir dans la fange et la poussière. À l'ombre de ces sourires scintillants, de ces langues venimeuses prête à faire claquer leurs paroles empoisonnées. J'étais un putain de déchet, qu'on avait mis sur le bas-côté, un pion qu'on a utilisé, comme si je n'avais ni âme, ni conscience. Juste une marionnette, coincée dans une enveloppe charnelle détruite. Ceci n'est pas l'histoire d'un surhomme, d'un fils de nantis dont la fortune est égale aux vertus hypocrites qu'on nous balance jour et nuit. Ce n'est que l'histoire d'un homme, comme parmi tant d'autres. Qui chuta si bas, si profondément, que les jours se sont confondus aux nuits.


~~

Il y avait quelque chose. Une chose qu'il ne parvenait pas à entendre, comme le bruit de ces vêtements s'entrechoquant, coulissant, le son d'un zip caractéristique, du cuir de ces chaussures faisant craquer le tapis de feuilles sèches sous ces pieds. L'haleine fétide, de cet homme venue se coller à son visage, de son corps reposé sur lui, comme le poids d'un cheval mort, de ses gestes entravant les siens. De cette respiration hachée, tout contre son oreille, tandis qu'au-dessus de lui, l'autre s'agitait, suffoquait, alors que son front, coulait ses gouttes de sueur dont l'odeur atroce lui donnait envie de rejeter le peu de nourriture qu'il avait ingurgitée.

Immobile, statique, sonné. Dans un coma, sans vraiment l'être. Aux abords même de sa conscience bafouée. Spectateur, aux fenêtres de cette âme damnée, condamné à voir ce qui se déroulait sous ses yeux. À ses yeux, collait cette humidité moite, presque palpable, qu'il pouvait sentir rouler le long de son derme. De sa tête penchée sur le côté, vers le long de son bras tendu contre la terre, dont les doigts parvenaient à peine à bouger. Coincé, prisonnier, pris au piège de sa psyché. Un voile infranchissable dansait sous ses pupilles claires et son corps, se faisait catalyseur d'une souffrance abandonnée. Délaissée, dans les bras d'une Morphée, échouée jusque sur les plages de son enfance.

Ce n'était pas la douleur, ni la présence lourde, reposée sur lui comme un amas de plomb qui le faisait se sentir vivant. Mais le doux bruit de la pluie, glissant le long de ses joues en une myriade de larmes orageuses. La mélodie du ressac des vagues écumeuses, parvenant jusqu'à ses pieds, si petits, si émaciés, qu'il parvenait à peine à tenir sur ses deux jambes. Mais il tenait, avait encore assez de force pour voir le spectacle déroutant de cet horizon crépusculaire, là où le soleil embrasait l'infinité de la mer, de ses mille feux incandescents. C'était ça, que de vivre.

De mourir.

Un sursaut fiévreux, à l'ombre de cette chambre éclairée par quelques lueurs tamisées. De ces draps gorgés, trempés de sa sueur et cet homme à ses côtés, dont les pupilles étaient fermés sur le vide noir d'un néant somnolent. Endormi, dans un profond sommeil, le blond paraissait bien plus apaisé qu'à l'accoutumée. Qu'il avait tant l'habitude de voir ses sourcils se froncer, ou d'entendre une remarque cinglante franchir ses lèvres. Adrian était beau, tellement beau qu'il paraissait si insignifiant à ses côtés. Il brillait tant, qu'il avait l'impression d'être Icare, dont les ailes de cire allaient fondre en s'approchant bien trop près de lui. Que petit à petit, ce n'était pas la lumière solaire qui le touchait de plein fouet, mais les ténèbres se terrant au fond de sa psyché.

Cette bête monstrueuse, tapie, là, quelque part. Derrière ce grincement de porte, cette faible lueur s'échappant de la salle de bain. Là-bas, il y avait cette chose, hantant les méandres de son âme de ses crocs de fauves. La hantise de toute une vie menée derrière les barreaux d'une cage. À observer, se taire, sans rien dire, devant le spectacle désolant de son âme écartelée en morceaux. Ce monstre noué au creux de ses entrailles, dormant et surgissant dans un rugissement pour dévorer la nuit. Mais Zarko avançait, repoussant les draps de ses mains tremblantes, prises de spasmes incontrôlés, comme si les fluides psychotropes coulants dans ses veines menaçaient de le faire chuter à tout instant. C'était grisant, enivrant, de se laisser flotter parmi les épaves de sa conscience, se laisser aller à ces instants de sérénités volés, pour une poignée de damnations éternelles.

Et là, derrière cette porte. Dans cette pièce si noire, il n'y avait qu'une touche de couleur pour parer à ce tableau de couleur unie. Un liquide poisseux, dont les effluves métalliques ne firent pas se froncer ses narines, tant il en avait l'habitude. Là, dans les entrailles marmoréennes de cette baignoire. Du sang. Si beau, si exaltant. Coulant en des cascades vermeilles. Reflet même de sa déchéance, il s'y laissa porter, s'allongeant dans les abysses infernaux de son existence, pour en récolter le doux nectar ensanglanté, glissant, coulissant, le long de son derme comme une deuxième peau. C'était une renaissance soudaine.

Une mort glaciale.

Sous ses mains, roulaient les multiples grains fins, dont la caresse âpre le força à ouvrir de nouveau les yeux. Il n'y aurait du qu'avoir la douce mélodie des ressacs pour l'accueillir en ses terres natales. Là ici-même, où il avait passé tant de temps à regarder les embruns marins, l'écume surgir des abysses pour venir se fondre entre les grains sableux. Et l'horizon. Cette ligne de feu, tracée jusqu'en son âme, résonnant, calquée au même rythme que les battements de son cœur sur le point de bondir hors de sa cage thoracique. Un paysage fait à son image, dont les vagues étaient les pensées envahissantes, le soleil, comme ce feu destructeur coulant jusqu'à ses veines et la brise, ce souffle rompant sa gorge alors que la fumée âcre d'une cigarette franchissait ses lippes.

Il aurait dû être là. Seul. À regarder cette infinité exaltante. Mais il était là. Avec ce fusil entre ses mains, ces prunelles grises aiguisées, dont la morsure bestiale croisa cet homme accroupi à ses genoux. Celui-là même, l'hantant jusque dans les affres de son inconscience, le canon froid chargé, prêt à tirer contre le sommet de cette chevelure éventrée par l'arme fatidique. De cet homme à ses côtés, dont la voix s'enroulait, comme la squame d'un serpent venimeux venant enserrer son cou suintant de sueur. Dont les veines palpitantes, gorgées d'adrénaline semblaient être sur le point de se rompre.

Tue-le.

Le coup retenti, dont la déflagration ne parvint pas jusqu'à sa cible. Non, jusqu'à lui. Jusqu'à sa poitrine béante, suppurante d'hémoglobine pourpre. Et sous ses yeux, dansait cette silhouette dont les mèches de feus semblaient se fondre aux horizons enflammés de ses terres lointaines. Nulle colère dans ses pupilles, nulle fureur, mais seulement un large sourire serein, comme un remerciement, de l'avoir épargné de ses pires châtiments. Alors, il tomba, se conforta de nouveau contre la caresse mordante de ce tapis de grain, roulant contre sa peau. Cette sensation d'harmonie de nouveau comblée. Alors qu'une dernière fois, parvenaient les silhouettes de ces deux enfants chahutant dans le sable, jusqu'à son regard, qui s'éteignit, doucement, dans l'euphorie de l'appel funèbre.

Réveille-toi.

Le retour à la réalité fut vif, comme la piqûre cauchemardesque qu'avait laissée cette nuit sur lui. Une nouvelle, ni une première, ni une dernière. En se frottant les yeux, sa main parvint à tâtons, se fondre, jusqu'à l'oreiller de ce lit bien vide. Mais nulle silhouette, nulle nuque déliée pour venir assouvir à cette faim grondante aux creux de ses entrailles. Un vide, un creux. Comme ce gouffre se creusant sous ses pieds, de jour en jour.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 161
Métier : Conseiller financier
Pouvoir : Bulles de vide
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 11:44

Spoiler:
 

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Human

Messages : 28
Métier : Agent de sécurité
Humeur : Furieux

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 12:03




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice

fiche de présentation
liens
rps + chronologie
fb & twitter
blog
aesthetic
playlist
galerie

Messages : 157
Localisation : Sur la plage
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae ; Timothy McCormick
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 13:05
Re-bienvenue sur le forum ! Sneaky

C'est le grand retour et cette fois-ci, on espère que c'est la bonne. J'tassure ! Je reste toujours ton parrain (et la mama) alors si tu as des questions, on ne sait jamais, n'hésite pas à me poke.

Bon courage pour l'écriture de ta fiche ! Love you ♥

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Psychic


Messages : 151
Localisation : Dans un pain au chocolat
Métier : Employé à la RSPCA
Pouvoir : Contrôle du temps
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 22:17
Très très bonne surprise de te retrouver sous ce personnage, Zarko ♥️

STAY HERE PLZ, 4EVER


_________________


Close my eyes just to look at you
Taken by the seamless vision
I close my eyes,
Ignore the smoke,
Ignore the smoke


 





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sexy pamplemousse



Messages : 85
Métier : Notaire et streamer/cam boy
Pouvoir : Récepteur
Humeur : IDGAF

Double(s) compte(s) : Elliot Hayaki
Sexy pamplemousse
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Mai - 20:31
Bon retour, sans accrocs cette fois j'espère parce que tu m'as déjà coûté trop cher en mouchoirs

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Psychic
Beautiful Nightmare

Beautiful N I G H T M A R E

ProfilLiensFacebook

Messages : 122
Pouvoir : Incube
Humeur : Caliente

Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Mai - 22:10
    Zarko, dans la place, again ! ♥️ Much Doge

_________________

I am my own man. I make my own luck.
Please just listen cause I don't ask for much.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Physic


Présentation
Journal des RP
Messages : 226
Localisation : Niflheim (à défaut de faire original ! ^^)
Métier : Co-gérant de la taverne familiale, comédien.
Pouvoir : Hybridation entre un homme et un ouistiti
Humeur : La bonne humeur est aussi contagieuse que la rougeole, selon Baden-Powell. Je suis d'accord !

Double(s) compte(s) : /
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Mai - 8:39
Salutations à vous, messire ! Chapeau !

Bon courage pour la fin de votre fiche !
Puissent les dieux te venir en aide face aux fous qui peuplent ce forum ! aaaaah
Oups, pardon !
On me dit dans l'oreillette qu'il ne fallait pas le dire !
Bon, bon, bon...
La boulette !
Pardon ?
Vous pensez qu'on est plusieurs dans ma tête ?
Mais...
Je ne crois pas !
Nous démentons cette affirmation !
Ce qui est sûr, c'est que nous sommes plus que un !
Comment ça je change de conversation pour ne pas que tu t'aperçoives de ma boulette ?
Mais...
Arrêtez de dire n'importe quoi !

Rebienvenue sur le forum ! ^^

_________________


Cadeaux des membres:
 


Signatures:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?


*:・゚✧
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
fb & twitter
aesthetic
playlist

Messages : 689
Localisation : Ailleurs
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : (◡‿◡✿)

Double(s) compte(s) : Yasuo Rae ; Liam Rosebury ; Timothy McCormick
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mai - 19:13


 
Tu es validé ! Bravo !

 
« Comme dit plus haut, rebienvenue sur le forum ! Sneaky Comme toujours, j'aime beaucoup comment tu écris et j'ai beaucoup aimé la lecture de la fiche même si je me suis laissée distraire plus d'une fois à cause de KS notamment. Alors Mama te fait de gros gros bisous et espère que tu vas beaucoup rp pour son plus grand plaisir. Maintenant, je mets ta couleur et je file baver sur Sangwoo. Yaaas »

 
• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
 • Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
 • Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

 Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
 Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥️
 

_________________



♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Humains-
Sauter vers: