RSS
RSS



 

 :: Centre Ville :: Habitations :: Villas :: Villa de Méphisto Lightwood Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je serai toujours là pour toi

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
R:Divers


Who am I /// Links
Here my voice
Akimitsu's voice
Messages : 187
Métier : Profileur
Pouvoir : Matérialisation des peurs/cauchemards
Humeur : Sensible

Double(s) compte(s) : Izanami Minamoto
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Avr - 12:50


Je ne me sens décidément pas très bien. C'est un peu ma faute si on en est rendu là après tout non ? Mais, malgré la douleur physique, j'apprécie. J'apprécie parce que j'ai aimé m'unir à lui, j'ai aimé le sentir en moi sans dégoût, sans peur. Le physique se cicatrice tout seul, le mental c'est toujours plus compliqué alors, c'était une chance.
Je reste dans ses bras parce qu'il me tient chaud et me supporte et aussi parce que je veux le garder encore un peu. Je voudrais saisir sa tête dans mes mains mais je ne me sens pas de lutter aussi, quand Reita me relève et m'écarte avec douceur, je ne lui résiste pas. Son regard m'évite. Non, n'ai pas peur. J'aurais du écouter les docteurs un peu plus.
Il me laisse sur le lit et je lui indique la salle de bain pour qu'il fouille dans la boite à pharmacie. Je relève ma jambe saine contre moi et observe le sang marquer un peu plus le pansement de mon autre cuisse. Je suis allongé pour ne pas étirer davantage mes muscles. Oh pardonne-moi mon beau brun, je ne voulais pas que ça se passe comme ça et j'ai cru qu'en une semaine de temps tout allait déjà aller mieux. Le corps se répare vite mais pas assez.
Je veux crier son nom, mais je me retiens. Je lui ferais probablement peur et c'est tout sauf ce que je souhaite. Alors j'attends paisiblement qu'il revienne et défasse le pansement rouge maintenant sur ma cuisse. Reita sort du désinfectant et je me prépare a déguster. Ma respiration bloquée j'ai grand peine à ne pas laisser un cri sortir de ma gorge tout comme je peine à rester éveillé. La douleur est puissante, lancinante. Je serre mes mains sur les draps si fort que mes phalanges en blanchissent, si fort que lorsque je me détend, j'éprouve de la difficulté à relâcher les draps.

Je hoche négativement la tête. Il m'a fait mal pour la bonne cause et je ne veux pas aller encore une fois à l'hôpital. Pourtant, alors que mon compagnon me ramène mes vêtements, sous son regard inquiet, je m'oblige à m'habiller, non sans éprouver quelques difficultés. Je t'en supplie, ne m'y amène pas.
Je passe mes bras autour de son cou et nous revenons dans le salon où il me pose sur le canapé alors qu'il prend le téléphone. Je choisis ce moment pour souffler un peu et attendre qu'il se rapproche.

- Rien... je ne veux rien... merci

Répondis-je avant de détourner les yeux de lui. Je tente de trouver les mots, je veux le rassurer, je ne veux pas qu'il s'en veuille...

- Reita, tu n'as rien à te reprocher, tu en es conscient n'est-ce pas ? Tu as été doux, patient, tu as fais en sorte que je ne me sente pas prisonnier... Ne tenait qu'à moi de faire attention à mon corps et écouter ses signaux d'alarmes. Ecoute...

Je fronce les sourcils et veux me lever mais ma tête tourne toujours alors je me ravise.

- Que ce soit clair entre toi et moi...

J'attends qu'il me regarde fixement et ma voix se fait plus ferme.

- C'est moi qui l'ai voulu comme ça, c'est moi qui ai fait le con avec mon corps alors que je savais où ça en été. C'est moi qui ai voulu ne faire qu'un avec toi, qui t'ai dis ne rien avoir eu de ce côté là alors que...

Mon buste se soulève sous une respiration difficile.

- Alors que j'ai été souillé et humilié... J'avais... envie et besoin de me sentir heureux et vivants et je voulais sentir ça avec toi. Alors... merci.

Un sourire timide se fige aux coins de mes lèvres.

- Merci de toujours me désirer, merci de m'aimer comme tu le fais. Et sache que... même si je n'ai pas les bons mots pour te le dire...

Je sens mes joues se colorer.

- Mon cœur t'appartiens.

Dehors les lumières de l'ambulance et la sonnette du portail qui retentit.
Partage ma vie

_________________

¤ Theme ¤ Mind ¤ Defeat ¤ Love ¤
¤ Akimitsu's theme ¤
Je charme en : #993300
Akimitsu Lightwood exaspère en Anglais, en Japonais et dans d'autres langues en : #009900
William Ligthwood effraie en : #6600ff

bande de curieux !:
 

♥ merci Hamish pour le poisson ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 141
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Avr - 14:37
Je serai toujours là pour toiGod is dead
When someone fills your heart instead
Your soul's on fire
All your needs
How can they call it blasphemy

- Rien... je ne veux rien... merci

Je me relève et m'assois près de lui, fuyant toujours son regard. Je m'en veux tellement... S'il a mal c'est de ma faute, j'aurai dû lui dire non, lui dire que ce n'était pas raisonnable mais j'ai fait mon égoïste et je m'en mords les doigts maintenant que j'ai refais son pansement et que l'ambulance est sur le chemin. De plus je sais très bien qu'il ne veut pas y aller, mais il a vraiment besoin de soins, sa blessure est trop profonde pour que des strap tiennent le coup.

Il essaye de me rassurer, me disant que ce n'est pas de ma faute mais je secoue la tête en baissant les yeux. Mon dieu je suis si désolé Méphisto... Il me l'assure pourtant, qu'il sentait qu'il ne tiendrait pas ou du moins c'est ce que je comprends. C'est son corps, c'est ce qu'il voulait certes mais nous n'avons pas fait attention à ce détails énorme et maintenant ? On se retrouve à attendre l'ambulance.

- Que ce soit clair entre toi et moi...

Que va t-il me dire ? Je relève mes yeux de feu pour les planter dans les siens alors que sa voix se fait plus ferme.

- C'est moi qui l'ai voulu comme ça, c'est moi qui ai fait le con avec mon corps alors que je savais où ça en été. C'est moi qui ai voulu ne faire qu'un avec toi, qui t'ai dis ne rien avoir eu de ce côté là alors que...

Alors quoi ? J'avais raison hein? Tu n'as pas besoin de me le dire, je le sais mais j'ai su retenir mes larmes et les ai ravalé mais là... Maintenant que tu vas me l'avouer... Les larmes me montent aux yeux, tu continues pourtant.

- Alors que j'ai été souillé et humilié... J'avais... envie et besoin de me sentir heureux et vivants et je voulais sentir ça avec toi. Alors... merci. 

Les larmes coulent le long de mes joues et je le sers dans mes bras alors qu'il reprend la parole sans que je ne dise rien.

- Merci de toujours me désirer, merci de m'aimer comme tu le fais. Et sache que... même si je n'ai pas les bons mots pour te le dire...  Mon cœur t'appartiens.

J'avais replongé mes yeux dans les siens même si ça voulait dire qu'il me voyait. Ses joues s'empourprent alors qu'il me dit ces trois petit mots « mon cœur t'appartient » je pleure encore plus et l'embrasse avec tout l'amour que je lui prête pourtant je m'arrête bien vite lorsque j'entends la sonnette du portail.

Je me redresse en essuyant mes larmes et le fais se lever doucement en passant son bras sur mes épaules pour le soutenir et commence à l'aider pour marcher jusqu'au portail. Nous montons dans l'ambulance et partons en direction de l'hôpital. Je sais très bien que ça va lui rappeler de mauvais souvenirs mais je ne peux pas le laisser ainsi.

Je le regarde et l'embrasse. Nous arrivons enfin à l'hôpital et je le soutiens toujours, nous allons dans la salle des urgences et j'explique que ses points on sauté et qu'il a une plaie profonde. Nous allons nous asseoir et un médecin passe par là. Il s'arrête devant nous et regarde d'un mauvais œil Méphisto, je ne comprends pas pourquoi jusqu'à ce qu'ils prenne la parole.

«  Vous avez encore trop forcé sur vos points je suppose... Suivez moi... Monsieur attendez nous ici ça ne prendra que quelques minutes. »

Je hoche la tête et me rassois en attendant je m’appuie contre le dossier du fauteuil et somnole.


© 2981 12289 0

_________________



Je parle: français

Je parle : japonais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers


Who am I /// Links
Here my voice
Akimitsu's voice
Messages : 187
Métier : Profileur
Pouvoir : Matérialisation des peurs/cauchemards
Humeur : Sensible

Double(s) compte(s) : Izanami Minamoto
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 10:04


Lâche ta colère, lâche ta tristesse mais, pitié, ne me rejette pas. Plus mes mots font leur chemin à ses oreilles, plus ses larmes maculent ses joues. Ses bras m'entourent et je me sens rassuré. Je relève les miens à mon tour pour lui caresser le dos légèrement.
Bon, il va falloir que je devienne raisonnable à partir de maintenant. C'est hors de question que je me retrouve à le faire souffrir ainsi à cause de moi.

J'aimerais rester dans ses bras encore un moment mais il redresse son visage et me fait face, les yeux rougis par les larmes. Ses lèvres se pressent contre les miennes et je les accueille avec toute la tendresse que je peux lui donner, tous les sentiments qui bataillent en moi pour déterminer lequel est le plus juste.
La sonnette du portail nous tire de notre petit moment. Reita se lève et viens gentiment me soutenir. J'avance difficilement vers le bout du jardin en sa compagnie et nous sommes pris en charge par l'ambulance. Ils me demandent si ma douleur est supportable, je leur mens d'un petit oui pour ne pas inquiéter davantage mon brun.

A l'hôpital je serre les dents. La dernière fois que j'ai passé cette porte c'était en revenant de chez Joshua, juste avant c'était.... Un frisson me parcourt l'échine mais il faut y aller.
Une fois à l'intérieur je me pose et souffle. J'ai tellement mal que je me damnerais pour un peu de morphine mais qu'importe. Ca m'apprendra juste à ne pas faire attention et à tendre les muscles de ma cuisse et faire céder les sutures.
Dans le couloir, je vois la silhouette du docteur qui m'avait soigné. Une chance que se soit son jour de travail. Lui au moins ne me posait pas de question sur le pourquoi c'est arrivé, puisqu'il le savait. De ce côté là, je devais tenir de mon père.
Je me relève et boite à ses côtés jusqu'à une salle où il prépare une petite table. Il ne me demande pas comment va la douleur et fait lui-même l'injection de tranquillisant. Un soupir quitte mes lèvres de soulagement et il arque un sourcil. Pendant qu'il s'affaire, il lance quelques mots à mon égard.

- Vous êtes inconscient Monsieur Lightwood. Que dirait vos parents ?
- Que je ne suis qu'un sombre idiot sans doute. Mais... les chats ne font pas des chiens pas vrai docteur ?
- Vous voulez parler de Monsieur Akimitsu Lightwood ? Je suppose. Quoi que vous êtes plus enclin à obéir surtout si vous savez que ça chagrine votre entourage.

Ca s'arrête là et il me met une claque sur la cuisse. Je pose les yeux sur ma blessure. Si vite. Je comprends pourquoi père ne demande que ce toubib ici aux urgences. Je lui offre un sourire et il me tend une béquille qu'il ajuste. Ne pas forcer hein ? Soit.

- Je vous le rappel, mais maintenant que vous avez eu la bonne idée de rouvrir votre plaie sur toute sa longueur, vous en avez pour vingt-et-un jour avec les sutures, après quoi nous les enlèveront et il vous faudra plusieurs mois pour que la cicatrice soit terminée et refasse une belle peau.


J'incline mon visage. Rester prudent, ne pas forcer. Passant mon bras côté jambe blessée sur la béquille, j'avance hésitant puis finit par trouver le bon rythme pour ne pas me casser la figure et il me reconduit auprès de mon compagnon après avoir jeté un œil à mon ventre et mes bras malgré tout. Un « portez-vous bien » m'encourage à aller de l'avant.
C'est d'un pas lent car pas encore bien maîtrisé que j'arrive devant le siège où mon compagnon m'attend. Il a l'air épuisé de tout ça. Rentrons.

- Reita... l'attente n'a pas été trop longue ?

Ma voix était légère, douce pour ne pas le brusquer. Lorsque j'ai son attention, je lui offre un sourire et appelle un taxi pour nous reconduire chez moi. En attendant, nous allons vers l'extérieur et je respire l'air à plein poumons. Je lui explique alors.

- Le docteur m'a dit que je l'avais rouverte complètement et que je me retrouvais au point de départ. Donc une vingtaine de jours avec les sutures, à changer le pansement une fois tous les trois jours en évitant de le tremper. Et ensuite ils viendront les enlever mais j'en ai pour plusieurs mois avant que ça ne soit guérit.

Je ne le regarde pas en disant ces mots, mais ainsi, à deux, on pourra être raisonnable. Et, je ne voulais rien lui cacher, plus rien, plus jamais. Petit à petit, le chemin se faisait dans ma tête qu'il était l'homme de ma vie. Qu'il était celui auprès de qui je voulais vivre mes vieux jours.
Partage ma vie

_________________

¤ Theme ¤ Mind ¤ Defeat ¤ Love ¤
¤ Akimitsu's theme ¤
Je charme en : #993300
Akimitsu Lightwood exaspère en Anglais, en Japonais et dans d'autres langues en : #009900
William Ligthwood effraie en : #6600ff

bande de curieux !:
 

♥ merci Hamish pour le poisson ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 141
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 11:05
Je serai toujours là pour toiSay it's true, there's nothing like me and you I'm not alone, tell me you feel it too

- Reita... l'attente n'a pas été trop longue ?

Je rouvre les yeux et sors de ma torpeur, lui souriant.

♠️ Ne t'en fais pas ça n'a pas été long. On rentre ?

Mon compagnon appelle un taxi et nous sortons. Je m'allume une cigarette et prends une grande bouffée de fumée toxique que je recrache quelques secondes plus tard. Il reprend la parole pour me faire un topo de la situation.

- Le docteur m'a dit que je l'avais rouverte complètement et que je me retrouvais au point de départ. Donc une vingtaine de jours avec les sutures, à changer le pansement une fois tous les trois jours en évitant de le tremper. Et ensuite ils viendront les enlever mais j'en ai pour plusieurs mois avant que ça ne soit guérit. 

Je le regarde.

♠️ Passons à la pharmacie de l'hôpital, j'achète des plastiques adhésifs pour quand tu devras prendre ta douche et je te changerai tes pansements tous les trois jours alors. Il faut vraiment que tu fasses attention ! La béquille ne te gêne pas trop ?

Je continue de fumer et nous allons à la pharmacie ensuite, en attendant le taxi pour prendre le matériel adéquat. J'éteins ma cigarette une fois celle-ci consumée et l'écrase dans le cendrier près de la porte coulissante.

♠️ Suis moi le taxi n'arrivera pas avant une quinzaine de minutes, la pharmacie est à quelques mètres.

Je commence à marcher à son rythme et entre dans la pharmacie pour acheter le nécessaire de soins. Je ressors quelques minutes plus tard et nous revenons devant l'hôpital alors que le taxi arrive. Pile à l'heure.

J'aide mon petit ami à rentrer dans la voiture et passe de l'autre côté pour m'asseoir, je donne l'adresse et nous partons. Une dizaine de minutes plus tard nous arrivons chez lui, enfin, chez nous à présent et Yoko vient nous accueillir.

♠️ Doucement mon beau, ton second papa à mal à la jambe.

Il pleurniche et je lui offre une petite caresse ainsi je m’accroupis et lui fais un bison sur le front. Il va ensuite réclamer des caresses auprès de Méphisto avec douceur.

Je prends ensuite mon petit ami dans mes bras et l'embrasse avec douceur pendant un long moment.

♠️ Fais attention s'il te plaît, écoute le docteur, je ne pense pas qu'une troisième visite le rendrait heureux... Et pour être honnête je n'aime pas les hôpitaux...
© 2981 12289 0

_________________



Je parle: français

Je parle : japonais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers


Who am I /// Links
Here my voice
Akimitsu's voice
Messages : 187
Métier : Profileur
Pouvoir : Matérialisation des peurs/cauchemards
Humeur : Sensible

Double(s) compte(s) : Izanami Minamoto
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mai - 6:26


Alors qu'il m'assure que ça n'a pas été trop long, son « on rentre » m'a fait plus plaisir que je ne voudrais bien l'avouer. Je n'avais pas en horreur les hôpitaux, c'est juste que je préférais éviter de m'y trouver pour l'instant au vue de la raison qui m'avait pousser à m'y rendre. A l'extérieur j'appelle un taxi et profite du grand air alors que je le vois s'allumer une cigarette. J'aimerais qu'il arrête mais ça lui donne un air tellement... mauvais garçon de la manière dont il s'y prend que je ne sais que fondre devant lui sans savoir faire valoir sa santé.
Je le détails une nouvelle fois des yeux, comme si je ne l'avais jamais fait jusqu'à lors. Lorsque je finis de lui expliquer la situation, il prend les choses en mains avec fermeté et je ne peux que sourire sous sa volonté de bien faire les choses. Aller Méphisto, c'est le moment de lui montrer que tu tiens à lui et faire attention à toi pour ne pas qu'il souffre et s'inquiète de te voir si minable.
J'incline alors sincèrement la tête et m'enquis de le suivre.

- Ca ira pour la béquille, ça ne devrait durer qu'une semaine le temps que ça se remette un peu mieux. Ils m'ont prescrit un arrêt de travail mais... je suis désolé Reita je ne pourrais pas... pas tant que ce salop sera en liberté et disposé à sévir. Surtout s'il projette de...

Oui, s'il projette de leur faire du mal, comment je gère ça moi ?
Je me gratte la nuque avec ma main libre et le laisse acheter le nécessaire à la pharmacie avant de retourner à l'extérieur pour récupérer le taxi qui est pile à l'heure.
Nous ne nous faisons pas attendre et montons sitôt dans le véhicule. Je remerciais d'un sourire chaleureux mon compagnon puis fermais les yeux sur le trajet. Ce n'était pas long, la circulation était claire à cette heure et nous n'habitions pas loin de l'hôpital de toute manière.
A la maison, quand la porte s'ouvre, Yoko nous fait la fête. Je lui lâche un :

- Hey, comment va mon beau ?

D'une voix douce et légère alors que je m'accroupis en prenant garde à ma jambe en la laissant bien tendue. J'avoue que ma position est étrange et que mon équilibre laisse à désirer mais je tiens et je peux flatter notre petite boule de poile.
Lorsque je veux me redresser je demande de l'aide à mon beau brun qui ne trouve rien de mieux que de me capturer dans ses bras une fois debout. Je suis agréablement surpris et me laisse faire volontiers, d'autant que j'ai même droit à un baiser digne de ce nom qui ne manque pas de faire accélérer quelque peu mon palpitant.

Un moment à nous, un moment où peut importe si le monde s'écroule, rien n'est plus important que cet échange là. Je me maintiens juste sur ma jambe valide et viens l'enlacer autour du cou.
C'est un sourire timide qui lui offre un début de réponse à sa demande.

- Je te promet d'être sage et d'écouter les conseils du docteur et ceux que tu me donneras aussi...


Je rabat un bras vers moi pour lui caresser la joue avec tendresse.

- Je n'aime pas particulièrement séjourner à l'hôpital non plus.

Je ramène mon deuxième bras contre moi et reprend appuie avec ma béquille pour soulager ma jambe.

- Tu me ferais un café ? J'en meurs d'envie en vrai... Pas autant que de ton corps je te rassure mais... pour l'heure ce n'est pas loin.

Chacun ses drogues. Lui c'était la clope, moi le café.

- Ho et... surtout n'hésite pas à fouiller sauf le bureau...

Ha voilà, des interdits. Allait-il me faire confiance, allait-il rester sage et ne jamais fouiller le bureau jusqu'à ce que je lui en donne l'autorisation ? Il ne trouverait pas grand chose d'intéressant pour lui probablement, mais, c'était le travail d'une vie de prise de note.

- J'ai besoin de garder une petite part de mystère tu comprends ?

Je le lançais sur le ton de l'humour, mais j'espérais sincèrement qu'il ne se laisse pas tenter et ne pas le trouver en train de lire mes différents carnets, surtout le premier. Je n'ai pas écris que j'étais mort, mais j'ai écris cette désagréable sensation de se faire littéralement arracher le cœur. J'en frémis d'avance et me dirige lentement vers le canapé où j'invite le chiot à s'installer sur mes jambes pour le papouiller un peu.
Une vie tranquille, heureuse, une vie à deux... cette idée laisse une trace rosée légère pointer sur mes joues. Ca me plaisait bien cette idée. Alors, mes yeux le cherchent.

- Reita... merci encore d'être là avec moi... tu n'imagine pas à quel point ta présence me fait du bien...

Je ne sais pas lui dire. J'espérais bien qu'un jour ces mots lui arrivent aux oreilles et pas dans la pire des situations.
Partage ma vie

_________________

¤ Theme ¤ Mind ¤ Defeat ¤ Love ¤
¤ Akimitsu's theme ¤
Je charme en : #993300
Akimitsu Lightwood exaspère en Anglais, en Japonais et dans d'autres langues en : #009900
William Ligthwood effraie en : #6600ff

bande de curieux !:
 

♥ merci Hamish pour le poisson ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 141
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mai - 10:58

Je serai toujours là pour toiWith every breath And all the choices that we make We are only passing through on her way I find my strength Believing that your soul lives on Until the end of time I'll carry it with me

- Tu me ferais un café ? J'en meurs d'envie en vrai... Pas autant que de ton corps je te rassure mais... pour l'heure ce n'est pas loin.

Je rigole à sa remarque puis lui dis d'aller s'asseoir.

- Ho et... surtout n'hésite pas à fouiller sauf le bureau...

Ne pas fouiller dans le bureau ? Je lui dis qu'il n'y a pas de problème après tout chacun a besoin de sa part d'intimité non ?

Je vois ma tasse d'eau et le thé sorti donc je la remets à chauffer pendant que le café se fasse. Je regarde ensuite le mur et vois la marque de sang. Je pose mes yeux sur mon bandage alors que j'entends le micro ondes sonner. Je sors la tasse et mets le sachet et un sucre dedans. J'apporte le tout sur un plateau et le pose sur la table basse en face du canapé, où est assis mon amour et où, Yoko viens me laisser la place pour ensuite se replacer, cette fois, près de moi.

- Reita... merci encore d'être là avec moi... tu n'imagine pas à quel point ta présence me fait du bien...

Je m'assois à côté de lui et le regarde dans les yeux en lui caressant à mon tour la joue comme il l'a fait tout à l'heure. Je lui souris avant de prendre la parole.

♠️ Je serai toujours là pour toi... Je te le promets, surtout dans les moments les plus durs ! Être en ta présence me comble... Je ne pensais pas pouvoir ressentir ça aussi vite. Et...

Je détourne les yeux vers ma tasse et retire le sachet qui a assez infusé pour le mettre sur le plateau. Je touille, ne le regardant toujours pas, concentré sur mon thé comme si c'était la prunelle de mes yeux, non, ce n'était pas le thé mais bel et bien l'homme qui se tenait à mes côtés.

♠️ Je suis désolé si je t'ai pressé à cause de mes sentiments...

Je détourne enfin mes yeux vers lui, les plonger dans les siens.

♠️ J'ai réellement besoin de toi dans ma vie...

Suite à ses mots j'approchais ma main bandée de sa nuque et approchais son visage du mien pour déposer un doux baiser sur ses lèvres, tendrement, aussi tendrement que je le pouvais.
© 2981 12289 0

_________________



Je parle: français

Je parle : japonais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers


Who am I /// Links
Here my voice
Akimitsu's voice
Messages : 187
Métier : Profileur
Pouvoir : Matérialisation des peurs/cauchemards
Humeur : Sensible

Double(s) compte(s) : Izanami Minamoto
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mai - 11:24


Je me demande ce qui va bien pouvoir nous arriver maintenant...
Alors que je continuais de chouchouter un peu notre boule de poile, ce dernier se décale pour faire place à son maître, mon amant. Je ne manque pas de profiter de la vue qu'il m'offre sur lui tout en savourant sa main contre ma joue. Je penche imperceptiblement mon visage contre cette main qui se veut douce.
A mesure que ses mots s'envolent et se posent sur mon cœur, je me sens léger. Pourtant, il fuit mes yeux un instant, comme pour chercher ses mots. Reita, sais-tu que je ne sais pas lire en toi comme je sais lire en n'importe qui d'autre ? Sais-tu que je n'arrive pas à te cerner comme j'aimerais ? Sais-tu que tu me surprends toujours et que ça me fait peur ?
Je le regarde s'occuper de son thé mais je ne touche pas encore au café. Il se laisse envahir et s'excuse d'avoir eu des sentiments si vifs et si rapides à mon encontre. Oh non, je t'en prie, n'en soit pas désolé. Ce n'est pas comme si je ne les voulais pas. Ce n'est pas comme si je ne les désirais pas ardemment, ces mots que tu me prononce avec tant de douceur et de dévotion. Je suis juste un étranger devant ce genre de chose, incapable de comprendre. Laisse-moi du temps, laisse-moi le temps d'apprivoiser ce délice avec toi.
Mon brun remonte ses yeux sur moi enfin et m'avoue ce qui me fait trembler, de peur et de bien être, qu'il a besoin de moi dans sa vie. Je frissonne sous ces mots et plus encore sous son baiser si doux que je me sentais défaillir entre ses mains. Sa main dans ma nuque me tire d'autres frisons encore et je viens entourer son visage des miennes, tendrement.

Je n'ai pas envie que ça cesse bon sang, faites que ce moment la reste à jamais... Je ne veux pas retourner bosser et pourtant, je désire coincer le salop qui menace mes proches. Personne ne touchera à mon amant et mon confident... personne ne touchera à mes pères...

Je romps le baiser doucement et pose mon front contre le sien.

- On a pas demandé pour ta main... Je vais prendre mes dispositions pour demain et tu passeras une radio... en attendant... fais attention toi aussi. S'il t'arrivait quelque chose je ne suis pas sûr que je m'en remettrais.

Je lui offre un sourire et m'éloigne doucement après avoir levé ma tête et déposé un baiser sur son front. Je le protégerais, quitte à détruire ma vie, quitte à donner ma vie, mais personne ne lui fera du mal en toute impunité.
Je viens saisir la tasse de café entre mes doigts et en bois une gorgée en poussant un soupir de soulagement.

- Dis moi Reita... après ton année sabbatique, tu comptes reprendre tes études ?

J'avais besoin et envie de le connaître un peu mieux. Je connaissais si peu de chose sur la vie de mon amant que ça m'en était insupportable.
Faisant tourner le liquide dans ma tasse, je viens retirer mon pantalon pour mettre ma jambe plus à l'aise et ne pas avoir le frottement du tissus sur le pansement. Machinalement à cette suite je passe mes doigts sur mon ventre. Ca tient bien mieux que ce que j'aurais pensé.

- Je pourrais t'aider... pas que j'aime spécialement l'école, je n'y ai pas que des bons souvenirs mais... je pourrais te forcer à travailler moyennant récompenses...

Je lui adresse un sourire charmeur qui lui laisserait le loisir de bien comprendre mon sous-entendu.

- Ho, j'aimerais savoir, est-ce que aime la cuisine italienne ?


J'avais envie qu'on se fasse livrer pour ce soir. Lui avec sa main et moi avec ma jambe, il fallait qu'on pense un peu à nous non ? Ca me rappelle que je n'ai toujours pas toucher à son sandwich mais peu importe, il n'est pas perdu.
J'étire mes bras en l'air une seconde avant d'en passer un autour des épaules de Reita pour l'attirer contre moi doucement. Sa présence me faisait du bien. C'était bien différent de la sensation que j'éprouvais avec mes parents, bien différent aussi de la sensation que j'éprouvais en compagnie de Joshua. Alors... est-ce que c'est ça qui se rapporte à l'amour ? Ce sentiment de plénitude ?
Je ferme mes yeux et savoure simplement ce contact.
Partage ma vie

_________________

¤ Theme ¤ Mind ¤ Defeat ¤ Love ¤
¤ Akimitsu's theme ¤
Je charme en : #993300
Akimitsu Lightwood exaspère en Anglais, en Japonais et dans d'autres langues en : #009900
William Ligthwood effraie en : #6600ff

bande de curieux !:
 

♥ merci Hamish pour le poisson ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 141
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mai - 12:56
Je serai toujours là pour toi

L'embrasser... Cette simple attention a le don de me faire partir vers un autre monde... Le paradis. Je me sens tellement alors qu'il prend mon visage dans ses mains. Ce contact est si doux que je fonds et soupire de plaisir.

- On a pas demandé pour ta main... Je vais prendre mes dispositions pour demain et tu passeras une radio... en attendant... fais attention toi aussi. S'il t'arrivait quelque chose je ne suis pas sûr que je m'en remettrais.

Je souris en le regardant.

♠️ Ce n'est pas grave ma blessure est moindre comparée aux tiennes, c'est surtout à toi qu'il faut dire ça petit rebelle !

Je me mets à rire alors que j'ai toujours mon front posé contre le sien. Il m'embrasse le front et se recule pour boire un peu de son café, je fais de même avec mon thé qui est à présent à bonne température pour le déguster.

- Dis moi Reita... après ton année sabbatique, tu comptes reprendre tes études ?

Je hoche la tête en guise d'approbation.

♠️ Les études que je fais sont longues donc oui à la fin de mon année sabbatique je les reprendrai. C'est juste que les gens de ma promo étaient des cancres, je n'arrivais pas à bosser avec eux, donc j'ai pris mes dispositions. Je bosse tout de même chez moi.

Je le vois retirer son pantalon, sûrement pour être plus à l'aise. C'est vrai que la sensation d'un jean's sur un pansement ne doit pas être des meilleures. Mais bon, j'en profite pour me rincer un peu l’œil en même temps.

- Je pourrais t'aider... pas que j'aime spécialement l'école, je n'y ai pas que des bons souvenirs mais... je pourrais te forcer à travailler moyennant récompenses...

Je le regarde et rigole avant de boire un peu et de la reposer sur le plateau.

♠️ Je suis un bon élève mais si j'ai une récompense quand tu me forces je vais peut être devenir un mauvais élève....

Je lui fais un clin d’œil et viens l''embrasser de nouveau.

- Ho, j'aimerais savoir, est-ce que aime la cuisine italienne ?

Je réfléchis un instant, la cuisine italienne ? À part les lasagnes je n'en connais pas grand chose.

♠️ Hm... Je suppose que oui ? Ça ne me dérange pas si on mange ça ce soir.

C'est vrai qu'entre ses blessures et la mienne, nous ne pouvions pas vraiment cuisiner enfin, surtout lui vu qu'il a une béquille... Je reprends ma tasse de thé dans mes mains et prends la parole.

♠️ Médecine... Je suis en étude de médecine devenir psychiatre, ça aurait été ma septième année si je n'avais pas fait cette pause.

Je lui souris et bois un peu.
© 2981 12289 0

_________________



Je parle: français

Je parle : japonais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers


Who am I /// Links
Here my voice
Akimitsu's voice
Messages : 187
Métier : Profileur
Pouvoir : Matérialisation des peurs/cauchemards
Humeur : Sensible

Double(s) compte(s) : Izanami Minamoto
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Mai - 23:37

Lorsqu'il me gratifia de « petit rebelle » je ne pu empêcher mon sourire de s'étendre jusqu'à mes oreilles. C'était la première fois qu'on me répondait de la sorte, même mes parents ne me taquinaient pas autant. Leur jeu était plus... vicieux que ça, mais au final on riait toujours tous les trois.
Mon café est encore trop chaud, mais c'est ainsi que je l'aime et alors qu'il brûle lentement ma gorge, mon amant me répond. De longues études. Ca me rappel vaguement mes années à la fac. Je lui adresse un regard distrait, rêveur.
Lorsque mon pantalon touche enfin le sol, je me sens mieux et viens relever les jambes vers moi sur le canapé. C'est une position qui me rassure, une position que j'ai l'habitude de prendre depuis tout petit déjà. Après tout, comme ça, il est plus facile d'enfouir sa tête pour la cacher ou de se laisser tomber sur le côté sans tordre son corps dans tous les sens.

J’apprends qu'il est un homme assidu mais que ma proposition pourrait le faire aller du mauvais côté. Il vient m'embrasser furtivement, juste assez pour me laisser son goût et son odeur sur mes lèvres. J'enjoins ensuite volontiers son rire et me penche doucement jusqu'à ce que ma tête repose contre son épaule. Je suis bien contre lui, réellement. C'est comme se sentir en sécurité. Comme si plus rien ne pouvait nous arriver ensemble. Comme si la vie et le temps n'avait plus aucune emprise sur nous. Oh Reita dis moi, quel est ce sentiment ? Laisse moi comprendre ce que tout ça signifie... apprends-moi.

Mon compagnon me laisse entendre qu'il n'était pas contre l'italien et je souris en fermant mes yeux. C'est apaisant et son épaule est tout ce qu'il me faut en cet instant. J'oublie jusqu'à la douleur de mon corps et de mon âme. J'arrive à oublier ces mains hideuses et ce rire effrayant.

Ses mots ne cessent pas, pour mon plus grand plaisir. J'ouvre pourtant une seconde mes yeux, dans le vide, lorsqu'il m'annonce la teneur de ses études. Un sourire franc vient étirer mes lèvres alors que je pose une main sur sa cuisse.

- He bien, mon tendre Reita... ça nous promet de bonne soirée de bavardage...et... peut-être que je pourrais t'aider réellement au vue de la teneur de mon métier.


Je glisse mes doigts sur sa cuisse, doucement.

- C'est dommage que tu ais fait une pause... mais c'est sans doute ce qui nous a permis de nous rencontrer.


Ma main s'avance tout doucement à l'intérieur de sa cuisse puis revient sur le dessus, appliquant des caresses douces et distraites. Je ne bouge pas, c'est contre lui que je veux être.

- Reita... quand... enfin...


Je me sens tellement vulnérable quand je tente d'aborder ce sujet avec lui que je m'énerve après moi. C'est pas moi ça bon sang !

- Quand j'arriverais à...

Une nouvelle-fois une pause et je raffermis la prise de ma main sur sa cuisse.

- … Hm... quand je parviendrais à moins bafouiller sur mes sentiments envers toi... je te présenterais mes parents. Ils auront sûrement une tonne de questions pour toi et ils tiendront à ce que tu y réponde sans en oublier... même s'ils risquent de ne pas te laisser le temps d'en placer une. Après... ils risquent de devenir taquin et protecteurs envers toi s'ils estiment que tu fais partit de la famille.

Je sens ma tête partir à des moments. La fatigue de toutes ces émotions me prend, je ne serais pas contre une sieste... mais il faut commander à l'italien pas trop tard pour être certain d'avoir ce qu'on désirait.

- Je...

Ferais bien une sieste ne parvint pas à franchir la barrière de mes lèvres. Je me sentais déjà presque partit dans les bras de Morphée. Pardon mon beau brun, je n'ai pas su résister.

Partage ma vie

_________________

¤ Theme ¤ Mind ¤ Defeat ¤ Love ¤
¤ Akimitsu's theme ¤
Je charme en : #993300
Akimitsu Lightwood exaspère en Anglais, en Japonais et dans d'autres langues en : #009900
William Ligthwood effraie en : #6600ff

bande de curieux !:
 

♥ merci Hamish pour le poisson ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


Messages : 141
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Mai - 11:02
Je serai toujours là pour toiYou're so gorgeous i'll do anything I'll kiss you from your feet To where your head begins You're so perfect your're so right as rain You make me Make me hungry again

- He bien, mon tendre Reita... ça nous promet de bonne soirée de bavardage...et... peut-être que je pourrais t'aider réellement au vue de la teneur de mon métier. 

Je hoche la tête.

♠️ Oui je le pense aussi ! Et puis je pourrai peut être t'aider.

Je lui fais un clin d’œil et me remets à rire. Comment pourrai-je l'aider alors que ce n'est que ma septième année ? Quoique ça fait pas mal quand même, je ne m'en suis même pas rendu compte. Je souris de plus belle.

♠️ Dis tu aurais une place dans ta maison pour faire un second bureau ? Ou au moins me placer une bibliothèque pour tous mes livres ? Je dois avouer que j'en ai pas mal...

Je rougis à ses mots, je ne voulais pas le pousser à m'accueillir pour de bon même s'il m'aime. Je m'en voudrait qu'il se sente obligé.

♠️ Enfin je veux dire... Si ça te dérange pas hein... J'aimerai pas prendre trop de place dans ta vie...

- C'est dommage que tu ais fait une pause... mais c'est sans doute ce qui nous a permis de nous rencontrer.

Je souris.

♠️ Pour ma part je crois au destin... Si nous devions nous aimer nous nous serions trouver de toute façon... Non ? Oui... J'avoue c'est bête pardon.

Je me gratte l'arrière de la tête en fermant les yeux avec un sourire gêné. Il va me prendre pour un débile maintenant.

- Reita... quand... enfin...

J'arrête de me gratter la tête et le regarde en inclinant la tête sur le côté. Quand il arrivera à quoi ? Il serre un peu plus fort ma cuisse qu'il était en train de caresser juste un peu plus tôt.

- … Hm... quand je parviendrais à moins bafouiller sur mes sentiments envers toi... je te présenterais mes parents. Ils auront sûrement une tonne de questions pour toi et ils tiendront à ce que tu y réponde sans en oublier... même s'ils risquent de ne pas te laisser le temps d'en placer une. Après... ils risquent de devenir taquin et protecteurs envers toi s'ils estiment que tu fais partit de la famille.

Je rougis violemment mais lui dis que ce serait avec le plus grand des plaisir c'est alors que je le vois fermer les yeux et s'endormir doucement. Je le cale bien sur mes cuisses et commence à lui caresser les cheveux doucement. Il est tellement beau !



© 2981 12289 0

_________________



Je parle: français

Je parle : japonais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre Ville :: Habitations :: Villas :: Villa de Méphisto Lightwood-
Sauter vers: