RSS
RSS



 

 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nolan Redfield - Don't miss the wave

avatar
R:Divers
Messages : 40
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Mar - 20:59

 

   
Nolan Redfield

   

My wheels are catching fire !

 

 
Nom : Redfield
Prénom : Nolan
Surnom : Aucun trouvez-lui en un, il déteste!
Âge : 21 ans
Plutôt : Seke

Origine(s) : Américaine
Métier : Ancien Skater professionnel, élève de Tonio Hawk, célèbre de la profession - Maintenant vendeur au Niflhouse Skateboards, un magasin d’équipement et de vêtements pour skater, réalisant des vidéos en rapport avec le skate pour les promouvoir.
Groupe : Reload - Divers

Pouvoir et description : Ami des bêtes - Nolan peut simplement parler à tous les animaux.
Malus : Malheureusement plus il parle à un animal, plus il oublie le langage humain. S’il ignore un animal lui adressant la parole, il ne perdra rien. La perte de celui-ci dépend du temps de la communication :
- A partir de 10 minutes il oubliera certains mots et fera des fautes de grammaire et de conjugaison principalement (y compris s’il doit écrire).
- A partir de 20 minutes il commencera à bégayer, aura du mal à faire des phrases construites et se contentera des peu de mots qui lui resteront à l’esprit.
- Au-delà de 30 minutes ce sera comme si Nolan n’avait jamais appris à parler et n’était qu’un bambin de quelques mois.
- Nolan aura besoin du même nombre de temps que sa conversation avant de retrouver un langage normal. Les paliers retombent à zéro s’il n’a discuté avec aucun animal durant une heure entière.
Position de la marque et description : Quatre lignes noires en forme de griffures sur l’omoplate droite.
Âge de la mort : 21 ans
Cause(s) de la mort : Nuque brisée

►►


Mon pseudo sur le net : Gareth Yawn Cette fois c’est la bonne J'tassure !
Âge : 21 ans

Présence sur le forum : 7/ 7 jours, différent pour les rp xD
Que pensez-vous du forum : C’est d’un laid, nan mais franchement, tellement que je reviens pour voir ça de plus près J'tassure !

Le personnage sur mon avatar est : Misaki Yata de K 
Le code est :


Caractère
Si vous n’aimez pas les personnes un tantinet possessive, ne soyez pas proche de Nolan. Sauf si son côté boudeur et obstiné vous attendrissait. Le brun n’était pas du genre prise de tête, même sa jalousie n’était jamais bien sérieuse, il aimait juste montrer lorsqu’il tenait à quelqu’un et s’assurer que le concerné le voyais bien. Les taquineries étaient aussi monnaie courant avec le skater, n’hésitez pas à lui dire si vous le trouver chiant, quoi que non, ne lui dites pas, il s’assurera juste d’être encore pire.

Malgré ces quelques traits qui agaceraient ou amuseraient certains, il y en avaient dont il était assez fier, sa franchise tout d’abord : Ne pas compter sur lui pour garder ce qu’il a sur le coeur, cela ne ferait que repousser plus tard son explosion. Gueulard entrait également dans sa description, Nolan ne connaissait pas la discrétion dès lors qu’il voyait rouge. Puis son perfectionnisme, le vendeur donnait toujours le meilleur de lui-même, jusqu’au moindre détail.

Il n’était pas uniquement qu’une boule d’énergie impulsive qui ne demandait qu’à se dépenser. En grand amoureux des animaux, c’était avec eux qu’il révélait une vraie tendresse. En revanche avec quelqu’un, elle était toujours saupoudrée d’un peu de fermeté, le brun était souvent gêné d’en faire preuve et le dissimulait ainsi.

Physique
Un bonnet toujours vissé sur le haut du crâne, gris, rouge, blanc, Nolan avait toutes les gammes. Combien de fois s’était-il envolé alors qu’il quittait le sol. Cela n’enlevait rien à son grand sourire qui fendait toujours ses lèvres. Malgré son âge, le skater gardait une bouille un tantinet enfantine, bien que les traits de sa mâchoire, légèrement marquée, montraient qu’il n’était plus un adolescent. Ses jambes finement musclées se repliaient sous son torse qui n’en détonnait pas, camouflé par un sweet à capuche. De sa main hâlée il maintenait la planche sous ses baskets. Ce n’était pas bien difficile pour lui d’être à l’aise avec ses 65kg et son mètre soixante-seize. Depuis tout petit il s’était rendu compte d’avoir une mémoire très photographique, cette faculté l’avait beaucoup aidé jusqu’à maintenant pour son sport préféré.

Le vent provoqué par sa figure s’engouffrait dans ses cheveux bruns, cachant partiellement ses oreilles et sa nuque, faisant quitter son perchoir au tissus de laine les maintenant jusqu’à présent en place. Il avait réussi et retombait souplement sur le bord de la rampe pour finir de l’autre côté sur le plateau. Heureux, ses yeux dorés pétillaient, il tendit les bras en l’air en joignant ses doigts pour se détendre, dévoilant le V naissant de ses hanches.
Histoire
Année 2012 - 15 ans

Une rambarde striée de filament blanchâtre, un muret qui n’en mène pas large face aux roues agressives qui écorchent sa surface. Nolan, 15 ans, fait partie de ce groupuscule, ennemi des environnements urbains de Minneapolis, les skaters. Ses roulettes laissent des traces un peu partout à chacun de ses passages et aujourd’hui n’est pas différent. L’asphalte déformé par le temps fait trembler les muscles de ses jambes, fléchies, solides, intrépides. Un pied quitte le navire pour incruster son empreinte, une impulsion de plus et il file à travers les passants. Les visages défilent devant ses yeux, mais ils ne sont pour lui que les obstacles du quotidien qui travaillent ses réflexes. Slamome à droite, slalome à gauche, une protestation. T’avais qu’à rester à ta place vieux débris!

Un sourire béat aux lèvres chaque fois que le vent fait virevolter ses mèches, il ignore la plainte et continue sa route. Le châtain au bonnet connaît ce coin de la ville comme sa poche, maintenant des années qu’il l’arpente en long et en large. Il voit déjà au loin les rampes où s’envolent les anges des rues, virevoltant, atterrissant, chutant parfois. Une bouffée d’adrénaline envahit ses veines, lui aussi veut sentir ce frisson de quitter le sol et oublier la gravité, c’est l’une des choses qu’il aime le plus dans ce sport, la liberté qu’il offre. L’américain ne remercierai jamais assez l’ami de son père de lui avoir offert un skateboard à ses quatre ans, quand ce dernier le maudissait amicalement d’avoir fait entrer cette planche roulante dans sa vie.

Richard Redfield ne parvenait pas à décrocher son jeune fils de son perchoir et plutôt qu’aller en cours il y passait son temps. Il arrivait au reporter animalier de se demander s’il savait toujours marcher sur ses deux jambes. Le quadragénaire était tombé des nues lorsque son rejeton lui avait lâché, la mine déterminée, qu’il voulait en faire son métier et gagner des compétitions. La bombe avait explosé il y a deux ans et l’onde de choc parcourait toujours la maisonnée. L’adolescent avait commencé les compétitions à cet âge. Père et fils avaient néanmoins trouvé un compromis. Nolan obtenait au moins son diplôme de fin d’études secondaires, et il le laissait réaliser pleinement son rêve.

Sauf que le jeunot a cédé aujourd’hui, le cours de math de Monsieur Spitz se déroule sans lui. Si papa me voyais...Il me ferait avaler mon skate... Un frisson le parcours et il se prend à regarder autour de lui, comme si son paternel pouvait surgir à un coin de rue suspect.

« Hey Nolan, dépêche, Killian veut faire un 900, rate pas la chute de c’taré ! »

La voix grave de Jordan le sort de sa torpeur et un ricanement la remplace. Un 900, deux tours et demi sur soi-même, figure faite pour la première fois dans l’histoire du skateboard par son prof, Tonio Hawk. Aucune chance que cet abruti y arrive, j’veux pas rater ça! Il accélère, la banane aux lèvres, le téméraire se lance et... Glisse dans un fracas, les fesses vissées à la rampe, dépité.

« Putain j’y étais presque ! Vous me déconcentrez ! »

« Ouais, encore deux tours et t’y étais ! »

« J’temmerde Nolan ! »

Il s’esclaffe, suivit par toute la bande, Killian fait mine de bouder mais sourit bien assez vite, son échec était prévisible. L’après-midi fut parfait, le skater professionnel à mi-temps s’en sortit avec quelques bleus superficiels et quittait à présent sa bande d’amis. Chemin inverse jusqu’à la maison, la voiture de son père garée dans l’allée, déjà rentré. Quand il franchit le pas de la porte, son père l’attend de pied ferme.

« Je ne te demande pas où tu étais, on avait un deal je crois! »

« Je sais... »

Mais je hais les maths aussi...

« Donne-moi ça. »

Les yeux noisettes de son père fusillent la planche de toutes leurs forces. Nolan tend le skate, il sait que la discussion est close. Seulement, pendant combien de temps il lui confisquait ? Il y avait une compétition dans un mois et demi... Il lui en parlerait demain, l’homme est capable de la découper en morceau à l’heure actuelle. Trois jours plus tard, négociations, nouvelles promesses, regard de chien battu et le châtain avait récupéré son trésor. Richard Redfield c’était encore laissé amadouer, ou plutôt, avait voulu faire cesser les supplications de son fils.

Ce dernier prend les compétitions très au sérieux, ce n’est pas qu’une simple participation, il veut être reconnu, à l’image de son professeur qui a percé dans le domaine. Il avait fini 12e à sa première compétition, le Summer X Games. Il se savait prometteur mais se mettait de plus en plus la pression au fil des événements. Chaque concurrent devient un adversaire à dépasser, refourguer au second plan dès lors qu’il frôle le bois de la rampe. C’est moi qu’on doit voir! Pendant un mois, une fois ses devoirs terminés comme promis, il s’était épuisé à reproduire inlassablement chaque trick, visant la perfection, manquant de se casser un poignet. Mais Nolan s’en fichait, il voulait être prêt!

Malgré tout ses efforts il ne parvient à se hisser qu’à la 7e place, il est entré dans le Top 10 mais la frustration déforme son visage sous les applaudissements. Son père faisait toujours en sorte d’être présent et le voir si mal lui broyait le coeur. Il ne commence à réaliser que maintenant, à quel point c’est important pour l’adolescent. Le retour à la maison se fait dans un silence de mort, les yeux olives de Nolan brillent de larmes de colère envers lui-même. J’ai fais de la merde, juste de la grosse merde !

« Ne te met pas dans cet état, tu ne pourras que faire mieux la prochaine fois. »

« Qu’est-ce que t’y comprends toi de toute manière ? Tu voudrais juste que j’arrête, ça te fais plaisir de me voir échouer, tu dois te dire que comme ça je finirais bien par abandonner ! Ca n’arrivera pas! »

Nolan voit rouge, ne supporte pas la pitié que son père a envers lui, il a honte de s’être donné autant pour rien. Il se sent comme un incapable que même l’entraînement acharné ne rend pas meilleur, ne réalisant même pas qu’aussi jeune son parcours était déjà impressionnant. Richard lui jette un coup d’oeil peiné, jamais il ne voudrait voir son enfant échouer, il est fier de lui, de la détermination dont il fait preuve.

« Je suis ton père. Jamais je ne me réjouirai de te voir échouer quelque soit ce que tu entreprends, ne pense jamais ça. Mais tu prend tout ça trop au sérieux, tu es 7e Nolan, sur des centaines de jeunes, est-ce que tu réalises ? Tu n’as que 15 ans! »

« Tonio était premier à 15 ans... »

« Tonio est une exception, ça ne veut pas dire que tu es mauvais pour autant, au contraire! »

Il ne répond rien, trop énervé pour être rationnel, trop fier pour admettre que son paternel a raison. Non pour lui, ce n’est pas assez bon et la prochaine fois, il sera au sommet. Celle-ci est encore espacée de plusieurs mois.

Les grandes vacances débutent et un des meilleurs amis de son père vient les passer dans le Minnesota, il avait deux jumeaux de son âge, Stefan et Cecylia. Il les voit depuis pratiquement toujours, et le blond ne le laisse pas vraiment indifférent. Ils sont assez proches et les hormones en ébullitions, en ont profité pour faire leur première fois ensemble. Certainement les meilleures vacances que Nolan avait passé, tout se déroulait si bien entre eux, après tout ils se connaissaient depuis longtemps. Les séparations à la fin du moins d’août furent douloureuses, mais durant toute l’année ils avaient gardé contact. Du moins autant que le décalage horaire le permettait, cela avait finit par fragiliser leur nouvelle relation.

Aux vacances suivantes, Nolan ne vit pas Stefan... Sa soeur, Cecylia, était malade et était bien sûr devenue la priorité. L’apprendre avait réellement mis un coup au moral du skater, elle était comme sa soeur pour lui. Une ou deux fois il s’était rendu en Angleterre pour lui rendre visite, mais Nolan ne supportant pas de la voir aussi affaiblie, finit par s’éloigner, par se concentrer sur ses compétitions pour ne pas y penser. C’était sa façon à lui d’évacuer sa peine, mais Stefan ne l’avait pas compris ainsi et une dispute avait éclaté entre les deux garçons. Le blond lui reprochait de ne pas être assez là pour le soutenir, et Nolan n’avait pas beaucoup d’arguments pour se défendre, il le savait... Pendant quelques temps il fit des efforts mais quelque chose était cassé à présent. Les deux finirent par s’éloigner pour de bon lorsque le plus tragique arriva trois ans plus tard.


Année 2016 - 19 ans

Moment de vérité. L’année dernière Nolan s’était servit de toute sa rage pour gagner le Summer X Games. J’ai gagné au prix de quoi... Une victoire amère qu’il n’avait pu ni apprécier, ni crier sur tous les toits. Mais il continue, s’enfermant dans ce sport qu’il l’aide à s’évader, mais le plaisir n’y est plus, c’est comme une obligation, un simple échappatoire. Parce que le skater s’en veut d’avoir abandonné Stefan quand il avait besoin de lui. Parce que maintenant il n’a pas droit à l’erreur où tout ça n’aurait servit à rien.

La foule acclame le vainqueur qu’il est devenu, sa jambe tremble sur la planche de bois. Rester au sommet ou tomber de haut. Ses roues avant suspendues face au vide qu’il veut éviter, sa respiration s’accélère, il se sent lourd, la pression l’écrase peu à peu. Il ne peut pas perdre ici, il ne doit pas, il refuse d’être oublié si vite! Aller tu peux le faire, tu l’as déjà fait...! Il enfonce son bonnet sur sa tête pour la énième fois, signe de sa nervosité, ses mains sont moites, il les essuies d’un geste sur son pantalon, en vain. Puis le signal est donné et il quitte son seul rempart de sécurité, maintenant aux prises avec la jungle urbaine qui se referme sur lui. Une rampe rouge métallisée qui semble le narguer, le croire incapable de la dompter. Nolan y pose avec agilité sa marque, la faisant taire dans un cri de métal grinçant.

Une bouffée d’air dans ses poumons, il se reprend sur ce premier passage et continue son parcours. Prochain obstacle, une pente courbe qui le sous-estime, encore une fois. Nolan ne voit que des ennemis dans cet environnement qui le porte depuis son enfance. La pression. Elle le brûle à chaque mètre, même lorsqu’il gravit la montagne de bois et l’évite au sommet. Un tour, deux, puis, la chute. Sa concentration s’effrite, allongé au centre, le skater relève la tête, ne se laisse pas abattre, toujours se remettre sur ses pieds, peu importe les bruits de foule. Mais rien ne va, il enchaîne les échecs. Merde, merde, j’arrive plus...!

Ses yeux s’affolent, il perd toutes ses armes et finit par s’effondrer sur un muret, la tête dans les mains, c’était la première fois que le brun avait aussi honte. Il avait tellement voulu briller, à présent il n’espère qu’une chose, disparaître, qu’on l’oublie, lui et sa défaite désastreuse. Sous les applaudissements de ses vrais supporters et les hués des plus idiots, Nolan quitte le park en vaincu, la tête baissée, les larmes menaçant de dévaler ses joues. Il tiens son skate du bout des doigts, comme s’il voulait y mettre de la distance. Lui d’habitude s’y attaché à sa planche, s’en sent détaché.

Son père n’a rien raté de sa prestation, chaque chute lui avait fait l’effet d’un coup de poing. Bien sûr Richard avait remarqué que son fils s’était mit une énorme pression, mais jamais il n’aurait cru le voir craquer ainsi, lui d’habitude si solide. A-il raté quelque chose ? Comme tout parent le reporter sent la culpabilité naître, lui broyer les entrailles. D’un pas incertain il rejoint Nolan, recroquevillé sur un banc, la tête dans les genoux. Ce dernier entend des pas et relève subtilement la tête.

« Laisse-moi... »

Sa voix est enrouée, il a pleuré, les traces sont visibles sur ses joues légèrement hâlées. Il a crié sur ses amis de le laisser seuls et ces derniers n’ont pas insisté, ils le connaissent assez pour savoir que sa douleur parle à sa place. Cependant face à son père, le brun a si honte, il n’ose pas le regarder, n’a pas la force de crier. Etre le père d’un perdant, lui aussi devait avoir honte. Nolan est incapable de dédramatiser la situation, parce que pour lui, c’est la seule chose dans laquelle il est relativement doué, le skater ne se voyait pas faire autre chose. Son jeune âge ne l’aide pas à comprendre que l’échec n’est pas une fatalité. Richard eu beaucoup de peine à le voir dans cet état, il s’accroupit devant lui, retirant son bonnet pour poser sa grande main sur ses cheveux en bataille.

« Je suis certain que tu as déjà entendu ça, mais pour être un vrai champion il faut connaître la défaite. Tu t’es mis la pression par peur de la chute, plus tu crains une chose plus elle t’arrive en pleine figure. Maintenant tu sais ce que ça fait, tu vas te reprendre en retrouvant le plaisir de skater. »

« J’ai toujours le plaisir d’en faire, pourquoi tu dis ça ? »

« C’est quand la dernière fois que tu es monté sur ton skate avec le sourire ? Que tu ne m’as pas dit "je vais faire du skate" mais "je dois m’entraîner" ?»

Nolan le fixe dans les yeux, il ne réalise que maintenant l’ampleur qu’ont pris ces compétitions sur sa vie. C’était vrai, des mois qu’il ne pensait plus à ce que lui procurait une balade sur sa planche mais au meilleur angle pour le meilleur trick... Voilà pourquoi il avait échoué... Le jeune homme se triture les doigts. Je ne m’en était pas rendu compte, pourtant ça crève les yeux... Je suis vraiment con... Et puis Stefan... J’ai vraiment été un abruti, il doit me détester... Le brun pose enfin ses pieds au sol, prend une inspiration.

« Je... En fait c’est peut-être pas pour moi... Je vais faire une pause, ou arrêter, j’en sais rien... »
« Eh, tu as le temps d’y réfléchir, détends-toi un peu d’abord, aller vient, on va manger un bout! »

Pour une fois depuis son passage, Nolan sourit. Quelques mois plus tard, il devient vendeur dans un des magasins de la marque House Skateboards, créée par nul autre que son professeur, Tonio Hawk il y a quelques années. Il s’y plaît, respire de nouveau, et son père n’en est que plus heureux.


Année 2018 - 21 ans

Niflheim. Une ville pleine de charme où son père avait décroché un nouveau contrat suite aux problèmes économiques de la chaîne Animal Planet. Un an qu’ils se sont installés, un an qu’il a revu Stefan, avec qui le courant...Passe tout en ambiguïté... Nolan veut se faire pardonner, que tout redevienne comme avant, mais le blond garde encore de l’amertume envers lui. En plus de tous ces changements, voilà deux mois que le père de ce dernier lui a offert un petit chiot. Depuis plusieurs mois il manifestait cette envie. Dario, un beau rottweiller de 3 semaines rejoint leur petite famille, il en était totalement gaga. Avant même qu’il soit assez grand, Nolan s’était inscrit à des cours de dressage sous les conseils de son paternel, on ne dressait pas une telle race facilement. Aussi mignon pouvait-il être petit, il deviendrait vite un vrai colosse.

Nolan avait eu du mal à se faire aux changements, habitué aux grandes villes disproportionnées, et surtout à la présence de son entourage. Mais étant sociable il n’eut pas trop de mal à se faire d’autres amis. Niflheim regorgeait d’endroits intéressants, aussi bien pour s’amuser que pour rider. Il avait même retrouvé un travail dans un environnement qu’il ne connaissait que trop bien, Niflhouse Skateboards, de la même filiale!

Tout reprend doucement sa place et en se rendant au magasin pour commencer sa journée, Nolan voit une affiche qui pourrait bien tout chambouler. Le prochain Summer X Games se fera à Brighton, ce n’est pas si loin d’ici. Il trésaille, ressentir l’adrénaline dans ses veines lui manque, le brun reste plusieurs secondes à fixer l’affiche, se poser des questions, les retourner dans tous les sens. Est-ce que je tente ? J’ai mûri depuis, enfin, je pense...Je ne veux pas regretter, c’est si près! Il y pense durant toute la journée, et dès son retour chez lui et celui de son père, il amorce la conversation. Les deux hommes avaient choisit de rester habiter ensemble, il n’avait qu’eux deux après tout.  

« Tu sais que la prochaine compét’ est à Brighton ? J’ai envie d’en refaire. »

Richard déchante, l’idée ne lui disait rien qui vaille. Il se racle la gorge, cherchant ses mots pour ne pas vexer son fils.

« Tu es sûr ? Je pensais que tu étais passé à autre chose, trouvé ce qui te plaisait. »

« Oui, mais l’ambiance compétitive me manque vraiment, le temps est passé et j’ai envie de me mesurer aux autres. Ce sera différent, je ne craquerai plus ! »

Le reporter soupira, inquiet pour son fils, il n’avait pas oublié sa détresse lors de sa dernière compétition et il ne voulait pas revoir cette scène. Mais il était tout de même forcé d’admettre que Nolan avait changé en deux ans, il saurait gérer le stresse, et n’avait rien à prouver de toute manière.

« Tu as l’air sûr de toi alors fonce, mais que ça reste pris à la légère.»

Content d’avoir le soutien de son père, Nolan hoche vivement la tête. Fidèle à lui-même, dès l’arriver du week-end il commence à réviser ses tricks, mais dans une atmosphère détendue, avec un de ses nouveaux amis britannique. Les jours s’enchaînent et on ne pouvait que constater ses progrès en ses deux dernières années. En tout cas, Dario admirait son maître de son regard de chiot, virevoltant à droite, puis à gauche. Il aurait bien tenté de le rejoindre à voir sa petite patte levée dans sa direction, mais son instinct craintif reprenait vite le dessus.

Nolan venait jouer avec lui toutes les dix minutes puis repartait de plus bel. Allez, cette fois un Gymnast Plant! Il s’engouffre dans le creux de la rampe, prend de la vitesse, fléchie les jambes avant d’arriver au niveau du rebord. Sa main droite s’y agrippe fermement, son corps commence à se redresser comme un i pour tenir la position, mais son appui n’est pas assez marqué et Nolan sent son corps se renverse, tête la première.

Un craquement est suivit par le glissement de son corps inerte au bas de la rampe. Dario se précipite vers lui en couinant alors que d’autres skaters présents se rapprochent également. Le monde s’affole devant la mort brutale de Nolan, un téléphone est brandit et les secours sont appelés.

Le temps ne s’écoule plus pour le brun, il se sent flotter, vidé de tout et ne voit que deux yeux brillants appartenant à un corps squelettique, tout est blanc autour de lui. L’espèce de créature lui demande s’il veut revenir à la vie. Bien sûr que j’en ai envie quelle question! Sa pensée n’a pas traversé sa bouche mais c’est tout comme. À peine cette dimension étrange quittée, un courant électrique traverse sa nuque, le fait souffrir. Il reprend conscience, la vue brouillée, plusieurs visages au-dessus de lui, dont celui de Samy, son ami aux rollers, l’empêchent de respirer. Dario lui mouille le visage d’affection avant d’être gentiment écarté par un pompier. On lui pose des questions, il répond la bouche pâteuse, il a trop mal au crâne. On l’embarque dans le camion où il s’endort en quelques minutes.

Une heure plus tard, Nolan est allongé dans un lit, le cou coincé dans une minerve désagréable. Ça gratte putain, j’en veux pas d’leur collerette ! Il tente rageusement de l’enlever mais une main familière l’arrête.

« N’y touche pas, tu t’es fais mal aux cervicales en tombant. Nolan tu m’as fait peur, qu’est-ce qui s’est passé ?»

Son père le serre doucement dans ses bras, décidément rien ne se passe comme il le souhaite.

« J’ai raté une figure papa, mais ça va, je vais bien... »

« Je ne pense pas que tu devrais participer... »

« Ca va, filmer des animaux sauvages dans une Jeep c’est tout aussi dangereux... »

« Hum...Certes. »

Il ne peut pas lui dire qu’en réalité il ne devrait même pas être là. On lui fit passer quelques examens de routine, puis on lui annonça qu’il pouvait rentrer. C’est en se rhabillant et en voyant son reflet de profil dans le miroir, qu’il remarqua les griffes noires gravées sur son omoplate. Qu’est-ce que ça fout là, ça ? C’est ça mon cadeau ? C’est naze ouais... Il regretta un peu ses mots, et si la mort revenait le reprendre et qu’il mourrait de nouveau ? Il déglutit puis quitte la salle de bain. Dario était resté avec Samy, l’ami avec qui il s’entraînait au moment de sa chute. Il lui fit littéralement la fête, couinant et dandinant contre lui, Nolan ne résista pas à prendre la boule de poils dans ses bras.

Le lendemain, des coups de pattes sur le torse tentent de le réveiller. Allongé sur le dos il met vite la main sur le coupable et sourit. Il se redresse lentement et se transforme en papa poule, prenant sa tête dans ses mains pour lui faire des papouilles, comme s’il parlait à un bébé.

« Ca va toi ? Mais oui t’as eu peur mais je suis là... »

« Parfois j’aimerai te dire que t’es ridicule quand tu parles comme ça...»

Il stoppa net. Le temps que ça monte au cerveau, son chien venait de lui répondre, et il l’avait compris.

« Tu..Tu..TU PARLES ?! »
« Ben oui...QUOI MAIS... Je pensais pas ce que j’ai dit hein...»

Il amorce une fuite du lit mais est vite rattrapé par Nolan, qui le soulève devant son visage, l’air inquisiteur.

« Qui tu trouves ridicule ?! »
« Je rigolais, je t’adore. »

Il lui lèche le nez et le brun grimace, il comprend son chien, il peine à y croire. Pendant plusieurs minutes il s’enthousiasme de ce pouvoir qu’il possède. Son père entendant du raffut, il ne tarde pas à rappliquer.

« Vous en faites du bruit, je vois que tu es en forme! »
« Pa’, oui, je...bien...»

Wow...quoi ? Visiblement la Mort aimait les farces. Les journées avaient radicalement changé maintenant qu’il comprenait les animaux. C’était assez drôle, il aimait ce pouvoir, mais pas sa contrepartie qui l’avait plusieurs fois fait passer pour un pauvre débile. Sans compter que Dario faisait tout pour le faire parler exprès afin qu’il oublie sa langue, quel chiot indigne.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Human


Ma fiche ~ Mes liens ~ Mes rps
Messages : 532
Métier : L3 de droit (et ouais, il repique son année)
Humeur : Orageuse

Double(s) compte(s) : Ginger Briggs ; Natsuo Wilde
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 9:26
MISAKIIIIIIIII

Re-bienvenue parmi nous ! Tu es trop mignon, petit skateur qui parle fort et qui veut rouler partout ! Ouvre le bouche ! *le nourrit de cookies*

La fin de l'histoire avec le chiot qui se fout de sa gueule m'a fait trop rire xD j'ai hâte de voir ce que ça va donner plus tard !

Bonne validation et à bientôt irp

_________________


Merci à Yasuo Jésus pour cette belle signa et cette merveille de vava ♥️♥️♥️♥️♥️
Stefan parle anglais et italien !

Cartes de membre, cadeaux et joies:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Je s'appelle Groot.



Messages : 558
Métier : Livreur à domicile
Pouvoir : Phytokinésie
Humeur : Bipolar

Double(s) compte(s) : Kyle A. Ethelred
Je s'appelle Groot.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 12:30
*veut donner un surnom, mais se dit que la chanson de Nono le petit robot, l'ami d'Ulysse c'est trop cruel*

REBIENVENUE. Sérieusement c'est la classe. J'ai pas encore eu l'occasion de vraiment lire, mais faudra que je trouve quelque chose niveau lien avec toi parce que bon sang le temps que j'ai passé toute jeune à jouer à Tony Hawk sur PS2 (à défaut de pouvoir tenir plus de 20 secondes sur un skate sans me faire une entorse) ça fait partie de mes meilleurs souvenirs tellement c'était le feu. En plus le pouvoir est bien fun et me permet de me sentir moins seule quand j'ai de longues discussions avec mes chats Yaaas

Je ne sais pas si tu as fini, du coup je te dis quand même courage si tu peaufines encore tout ça Elmo

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Divers
Messages : 40
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 15:58
Merci beau blond j'espère avoir l'occasion de te bousculer avec mon skate ! Yawn

Mooh merchi beaucoup parraiiiin Oui moi aussi ce jeu m'a tellement fait rager ! XDD

Je remercie ma Nathou qui m'a donné l'idée pour l'utiliser *wink wink*

Et oui j'ai finis pardon je suis une mauvaise élève gngngn
Revenir en haut Aller en bas
avatar
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?


*:・゚✧
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
fb & twitter
aesthetic
playlist
galerie

Messages : 797
Localisation : Ailleurs
Métier : Kinésithérapeute
Pouvoir : Empathie accrue
Humeur : (◡‿◡✿)

Double(s) compte(s) : Yasuo Rae ; Liam Rosebury ; Timothy McCormick ; Tino Silveira
salt squad, salt squad, watcha gonna do when they come for you ?
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 18:19


 
Tu es validé ! Bravo !

 
« Re-bienvenue ici, j'espère que tu te plairas toujours parmi nous. Yawn Comme avant le reboot, je serais ton parrain pour ce petit DC, tu connais déjà la chanson alors je ne vais pas la refaire, sache que je suis toujours à ta disposition de toute façon. ~ Comme promis, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche. Yaaas Ça fait toujours bien de lire des petites fiches comme la tienne où tout se passe à peu près bien, à quelques exceptions près ! On s'attache très vite à Nolan et ça me donne envie d'en savoir plus sur lui comme j'ai pas arrêté de me demander où était passé le deuxième parent, si c'était une maman ou un papa ! WAZAA Seulement, c'est bien de se garder des petits secrets comme celui-là, ça donne des choses à raconter inrp héhé. J'aime beaucoup le pouvoir, il est cool, même si j'avoue que j'ai hésité tout le long de la lecture à te demander de rajouter un malus en plus mais c'est très bien comme ça, je calme mes pulsions... Plus qu'à te donner un peu de couleurs maintenant, à bientôt pour tes rps ! ♥️ »

 
• Tu peux dans un premier temps recenser ton avatar (et ton pouvoir si tu en as un), c'est très important ;
 • Tu peux faire une demande d'habitation et/ou de lieu spécial si tu souhaites que ton personnage possède un endroit bien à lui;
 • Et tu peux maintenant t'occuper de tes Rps, liens et autres carnets de bord dans cette section du forum !

 Et surtout n'oublie pas de venir passer un coucou sur la ChatBox !
 Amuses-toi bien parmi nous, au plaisir de te voir sur le forum ! ♥️


_________________



♥♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Petits Papiers :: Cartes d'Identité :: Fiches Validées :: Les Reloads-
Sauter vers: