RSS
RSS



 

 :: Centre Ville :: Habitations :: Maisons :: Maison de Liam Rosebury et de Newén Flores Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

what if • feat. Eden Clancy

avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Fév - 21:25

for some reason this night is making my heart pound
Ce soir, Eden vient à la maison. Cela faisait un moment que tu n'avais pas invité quelqu'un, depuis le mois de décembre surtout. Personne ne s'était pointé à l'improviste non plus. Tu avais passé ces dernières semaines seul avec tes chiens chez toi et le sale état du salon le prouve plutôt bien. Tu as abandonné le rangement pendant plus d'un mois et tout s'est entassé très facilement sur les étagères et la table à manger. Il y a des dessins dans tous les sens, des crayons, des photos polaroids qui attendent d'être accrochées au mur. Le canapé est recouvert de plaids en désordre et tu n'arrives pas à savoir si ce sont tes animaux de compagnie ou toi qui en étiez la cause. C'est sûrement vous tous en même temps, lorsque tu te réfugies sous toutes ces couches pour rester au chaud devant Netflix et il n'est pas rare que Norca ou les deux bergers australiens viennent te rejoindre pour s'allonger sur tes jambes. Au moins, tu as acheté un lave-vaisselle et cela te facilite beaucoup la vie depuis. Malgré tout, tu t'es vraiment laissé couler ces dernières semaines, cela ne te ressemble pas. Ta famille te manque, mais tu n'as pas pu rentrer en Floride pour les fêtes de fin d'année. Tu es un peu au bout du rouleau pour cette nouvelle année et tu as préféré économiser plutôt que de payer un allé-retour en avion -et c'était hors de question de laisser tes parents payer le voyage-. Tu as alors proposé à Eden de passer à la maison pour avoir un peu de compagnie. Seulement, maintenant que tu fais face au ménage. Tu n'es plus aussi motivé de vouloir une soirée "chill". À l'instant, tu as juste envie d'aller dormir et ne te réveiller que le lendemain.

Tu as trop traîné. Tu as d'abord souhaité te rendre présentable en prenant un bain, mais au lieu d'y rester une petite vingtaine de minutes, tu es resté dans l'eau chaude plus d'une heure. Maintenant, ton ami devrait arriver dans un peu plus de deux heures et tu n'avais toujours rien rangé. En plus de ça, tes chiens te tournaient autour pour jouer, mais ce n'était vraiment pas le moment. C'est à contrecœur que tu te forces à ne pas céder à leurs yeux doux et tu te fais violence pour ne pas t'allonger sur le canapé quand tu remets les plaids en place. Tu prends ensuite le temps de coller tes photos prises dernièrement sur les murs. Tu arroses ensuite tes plantes qui avaient bien besoin de ça et tu ranges tout ton matériel de dessin dans ton bureau. Tu fais ensuite un peu de ménage pour retirer la poussière qui s'est accumulée en laissant tout ça en vrac. Tu arrives à tes fins au bout d'une heure trente. Tu n'as plus qu'à te préparer et attendre qu'Eden arrive. Tu as hâte de le revoir. Tu l'as rencontré peu de temps après ton arrivée à Niflheim, vous aviez un ami en commun et vous vous êtes tout de suite très bien entendus lors d'une petite soirée dans un bar. Tu tiens beaucoup à lui et ça a été le premier que tu as appelé l'autre jour pour passer du temps ensemble. Tu files dans ta chambre pour retirer ton vieux t-shirt et ton jogging pour des vêtements plus appropriés pour accueillir quelqu'un. Tu sais qu'Eden n'aurait sûrement rien dit par rapport à ta tenue, mais c'était la moindre des choses, juste une question de politesse. Tu en profites même pour coiffer un peu tes cheveux qui avaient fini de sécher après le bain.

Tu as fini de ranger et de te préparer. Tu n'attends plus que l'arrivée de ton invité. Tu vérifies dans ton frigo que tu n'as rien oublié. Tu avais tout préparé à l'avance en achetant des bières et en faisant des pizzas faites maisons qui n'avaient plus qu'à être cuites. Tu vas ensuite allumer la télé pour avoir un petit bruit de fond pour patienter. Puis au bout de quelques minutes, tu commences à tourner en rond dans ton salon. Tu caresses un peu Jango qui vient se coller à tes jambes lorsque soudain, la sonnette retentit dans toute la maison. Tu sursautes lorsque tes chiens commencent à aboyer vers la porte d'entrée encore fermée.

« Chhhhht ! J'arrive ! » Tu t'approches rapidement de la porte pour ouvrir au nouveau venu et tu lui offres un grand sourire lorsque vos regards se croisent. « Viens entre donc, il fait froid dehors »

Tu te décales un peu pour le laisser rentrer et tu refermes directement la porte ensuite avant qu'un des chiens ne daigne sortir dehors en pleine nuit. Tu laisses Eden se mettre à l'aise. Ce n'est pas la première fois qu'il vient alors tu le laisses faire sa vie. De toute façon, tu disais toujours la même chose à tes invités, de faire comme chez soi. En attendant, tu t'éclipses dans la cuisine pour prendre deux bières dans le frigo pour ensuite les ouvrir rapidement. Tu rejoins directement ton ami dans le salon, tu lui files une des bières dans les mains et tu t'installes confortablement dans le canapé avec la tienne.

« Alors, comment est-ce que tu vas ? Ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas vu, on a des choses à se raconter ! » demandes-tu accompagné d'un petit sourire, avant de boire une première gorgée. Tu sais que tu dois faire attention avec l'alcool mais une petite exception n'allait pas faire de mal.
+ featEden Clancy
+ notes♥️
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serial killer de la cb




Fiche - Relations - RP's

aesthetic

Merci Juliette pour les vava ♥️

Messages : 94
Localisation : Ca et là, un peu partout et nulle part en même temps
Métier : Conseiller/Vendeur de CDs
Humeur : Evasive

Double(s) compte(s) : Destiny Gagnon
Serial killer de la cb
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Fév - 23:54

fifty shades

What if

of blue






Eden souriait.

A vrai dire, il n’avait retrouvé le sourire que depuis quelque temps seulement. Depuis son aventure plutôt brève à la gare, son sourire, qui pourtant ne le quittait jamais d’ordinaire, s’était effacé. Seules quelques rares personnes pouvaient encore lui remonter le moral ; pour le reste, il se sentait au fond du trou. En toute honnêteté, il ne s’était pas senti aussi mal depuis son départ précipité de Norvège. Pour environ les mêmes raisons, d’ailleurs ; une passion ardente de plusieurs mois, coupée net à cause du nom de ce virus qui continuait, aujourd’hui encore, d’inspirer dégoût, mépris et terreur. La preuve étant ; il s’était confié, et le voilà à la rue avec cette boule au ventre.

Mais pourtant ce soir, Eden souriait. Il se rendait chez l’une des rares personnes qui arrivait encore à le faire sourire, malgré la situation. Et il marchait joyeusement dans les rues de Niflheim, son casque rose pétant sur les oreilles, avec les morceaux de son groupe favori, Linkin Park, qui résonnaient si fort que si l’on s’approchait trop de lui, les mélodies étaient audibles, tant le son était élevé.

Et Eden marchait. Non, il ne courait pas. Il ne courait plus. Ces derniers temps, il avait été contraint de constater que son corps ne répondait plus à ses courses effrénées. De plus en plus rapidement, son souffle se mourait, ses jambes s’alourdissaient, sa tête tournait, son corps entier se réchauffait. Eden avait bien vite fait le lien, bien vite compris que le mécanisme était enclanché, qu’il n’en avait plus pour très longtemps. Alors le Norvégien avait pris la résolution d’être moins agressif avec lui-même, au moins le temps d’aller mieux moralement. Il ne voulait pas quitter ce monde avec une si profonde peine en lui, et s’accordait le temps qu’il lui fallait pour s’en remettre.

Et rendre visite à l’un de ses plus proches amis faisait partie de ses remèdes. Liam était un garçon qu’Eden pouvait sans rougir qualifier de parfait. Il était beau, gentil et attentif, intelligent, il aimait les animaux, et emprunt d’une douceur rarement égalée. Eden avait parfaitement conscience de la chance inouïe qu’il avait, de compter un garçon pareil dans ses amis les plus proches. Merci au hasard, et à leur ami commun, qui les avait fait se rencontrer dans un bar, et qui n’avait absolument pas été surpris de voir le courant passer aussi bien aussi vite entre eux. Preuve étant qu’il se trouvait maintenant devant la maison de Liam, où il était déjà venu plusieurs fois, et sonna à la porte.

Comme d’habitude il fut premièrement accueilli par les aboiements des chiens, si bien qu’il n’était même plus surpris ; à dire vrai, il s’y était même préparé. Mais rapidement les cris canins cessèrent, et à la place ce fut l’adorable frimousse de Liam qui se présenta à lui derrière la porte ouverte. Alors Eden retrouva son légendaire sourire, et se précipita pour entrer. Une fois la porte fermée et les chiens en sécurité à l’intérieur, Eden ne se priva pas pour se montrer tactile envers son ami, qu’il enlaça chaleureusement.

- Ça fait un bail !

Lança-t-il de sa voix la plus enjouée, avant de finalement reculer pour aller déposer sa veste et son casque dans un coin à l’abris des crocs des chiens. Après quoi il se vautra sur le canapé, se plaça comme d’habitude en tailleurs, et attrapa la bière que son ami lui tendait pour l’ouvrir et en boire une gorgée, dissimulant une légère grimace ; il aimait la bière, mais en buvait beaucoup trop. Adorateur d’alcool, il n’avait que rarement les moyens de se payer autre chose que des bières bons marchés, et il commençait à saturer de ce goût. Mais il n’en dit rien à son ami et se contentait de lui sourire avec ses yeux pétillants, ces yeux qu’il vous faisait sans même s’en rendre compte, quand il était profondément heureux de vous voir.

- Écoute, disons que je vais pas trop mal ! Et toi alors ? Raconte moi, il t’est arrivé des trucs hyper croustillants ces derniers temps ?

Il plaisantait, mais au fond, il était véritablement intéressé par ce qu’il pouvait bien se passer dans la petite vie de son ami qui semblait si tranquille et réglée. Et tandis qu’il attendait sa réponse, il sirotait sa boisson, et laissait son regard promener sur le mur pour y découvrir les photos qui n’étaient pas là à sa dernière visite. Ce cher Liam avait vraiment un sens de l’observation inouï.

feat. Liam

©

_________________

Eden parle anglais et norvégien

Team & autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Mar - 18:09

for some reason this night is making my heart pound
Tu avais laissé Eden t'enlacer dans ses bras en rendant doucement son étreinte en le serrant un peu plus contre toi pendant une ou deux secondes. Tu te souviens encore des premières fois où ton ami osait s'immiscer entre tes bras. Tu n'y étais franchement pas habitué. Les seuls élans d'affection que tu pouvais offrir étaient à ta famille, à celui que tu aimes -encore faut-il que tu retombes amoureux un jour- ou encore tes chiens qui en demandaient toujours plus. Au fur et à mesure, tu t'étais habitué à ces tendresses et il n'y avait aucun sursaut lorsque son corps se pressait contre le tien. Tu avais fini par apprécier cette douceur.

Tu t'étais ensuite rapidement éclipsé dans la cuisine pour aller chercher de quoi se rafraîchir un peu. Tu avais acheté des bières pour l'occasion. Il y avait des bouteilles de soda encore pleines également dans le frigo mais tu ne voulais pas gâcher ce pack de six canettes que tu ne toucherais plus si tu n'en profitais pas maintenant. Tu as refermé le frigo d'un coup de coude et tu retournes aussitôt dans le salon avec deux canettes dans chaque main. Enfin, tu as ouvert la tienne après t'être assis aux côtés d'Eden. Ensuite, tu as mis quelques secondes à la fixer silencieusement avant de commencer à boire le liquide qu'elle contient. Cela faisait déjà un long moment que tu n'avais plus bu d'alcool et tu aurais presque pu oublier le goût. C'est amer. Tu n'arrives plus à apprécier l'alcool comme avant, avant que cet étrange don n'arrive l'année dernière. De plus, tu tenais très mal l'alcool et tu n'allais pas en abuser, les comas éthyliques n'étaient jamais très loin. Tu cales ta jambe sous tes fesses et tu te tournes un peu plus du côté de ton ami pour lui demander comment ça allait. Puis tu poses ton coude sur le haut du canapé pour te mettre à l'aise. Tu es chez toi après tout. Tu souris un peu plus quand il te renvoie la balle. Tu réponds doucement :

« Ça va aussi ! J'ai pas fait grand chose d'hyper croustillant, comme tu dis, depuis qu'on ne s'est pas vu. J'ai surtout travaillé et je ne suis pas trop sorti, à part pour les courses... Je me suis dit qu'il fallait quand même que je vois du monde et j'ai pensé à toi. »

Tu ponctues ta phrase en plantant tes yeux bleus dans les siens. Au final, personne ne pourrait se douter d'une amitié entre vous. Physiquement, vous êtes bien différents. Contrairement à la tienne, sa peau est comparable à de la porcelaine. Son visage doux se dessine sous de jolis cheveux bleu électrique et assez longs, pour un homme en tout cas. Tu les aimes bien en tout cas, cela lui donne un certain charme et une part de féminité que tu ne peux négliger. À côté de lui, une personne si particulier, tu sembles bien ordinaire. Tu as quelques années de plus que lui et tu as toujours une envie singulière de le protéger. Tu ne sais pas tout de lui, il y a certainement des choses qu'il te cache peut-être mais pour tout ce que tu sais, tu n'as aucune envie qu'il soit blessé par quiconque ou quelque chose.

Tu bois encore un peu avant de reposer ta canette à moitié vide sur la table basse en te penchant machinalement vers celle-ci. Tu reviens directement t'appuyer contre le canapé. Tu reprends vivement votre conversation, tu as horreur des blancs qui durent un peu trop longtemps. Des fois, tu te forces à lancer des sujets qui ne sont pas toujours très intéressants, un peu trop simplistes ou inutiles.

« Ton magasin de disque marche bien sinon ? Il faudra que je retourne te voir là bas. Je dois t'avouer que je te trompe énormément avec Spotify ces temps-ci, je me suis même acheté un abonnement... J'ai un peu honte. »

Tu remarques ensuite que les yeux d'Eden parcourent tes murs placardés de photos polaroids. Tu tournes la tête pour suivre son regard pour observer les photos que tu avais accrochées un peu plus tôt dans la journée. Il y avait un peu de tout, des souvenirs de tes voyages, des photos de tes chiens, mais très peu de photos de toi, plus souvent en compagnie de tes amis que seul. Tu ne voyais pas l'importance de se prendre en photo, de prendre des "selfies". La plupart du temps, on te force un peu la main pour prendre de telles photos mais tu finis par les apprécier et tu les accroches au mur pour remplir les espaces vides. Tu ne fais aucun commentaire et te concentres plutôt sur la télé qui tournait en fond depuis tout à l'heure. Tu avais mis une chaîne au hasard et des pubs défilaient pendant de longues minutes. Tu attrapes la télécommande qui est dos à toi pour la tendre à ton ami avant de lui proposer :

« Tiens, comme tu les l'invité, je te laisse choisir le programme de ce soir. J'ai quelques films dans le petit meuble là bas mais tu peux toujours mettre Netflix aussi. En attendant, je vais aller mettre les pizzas au four ! » Tu as montré du doigt le meuble sous la télé qui renferme tout un tas de dvds et tu te lèves du canapé pour t'apprêter à retourner dans la cuisine, avant de renchérir : « J'ai préféré les préparer tout seul plutôt que de les commander. J'espère que tu aimeras ! »

Puis tu te diriges enfin vers la cuisine un peu plus loin. Tu le laisses tout seul avec Norca qui récupère en quelques secondes ta place sur le canapé pour demander des caresses à Eden tandis que Jango te suit derrière en pensant que tu allais lui donner à manger. Malgré tout ce temps, il n'avait toujours pas compris que tu faisais le plein de croquettes seulement le matin en te levant du lit.
+ featEden Clancy
+ notes♥️
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serial killer de la cb




Fiche - Relations - RP's

aesthetic

Merci Juliette pour les vava ♥️

Messages : 94
Localisation : Ca et là, un peu partout et nulle part en même temps
Métier : Conseiller/Vendeur de CDs
Humeur : Evasive

Double(s) compte(s) : Destiny Gagnon
Serial killer de la cb
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 22:14

fifty shades

What if

of blue

Eden était ravi.

Il se souvenait parfaitement de la première fois qu’il avait osé prendre Liam dans ses bras. Le plus âgé avait eu une sorte de mouvement de recul, comme une certaine réticence, et Eden avait beaucoup culpabilisé face à une telle réaction. Il avait souvent tendance à oublier que si lui était extrêmement tactile, qu’il adorait et avait même le plus grand besoin de contacts physiques permanents, tout le monde n’était pas comme lui. Ça lui semblait parfois étrange, à lui l’adorateur et le distributeur de câlins, mais ce genre de réflexe le ramenait bien souvent assez durement à la réalité. Alors face au souvenir de cette première étreinte plutôt ratée, Eden ne pouvait que se sentir enchanté chaque fois que, dorénavant, Liam lui rendait ses accolades, avec toute la douceur qui allait à merveille avec tout le reste de sa personne. Parfois, Eden se faisait cette réflexion à lui-même, quand il regardait son ami ; « cet homme a inventé la douceur ». Et quand on le voyait étreinte, sourire et parler de cette manière, il n’y avait aucun doute permis à ce sujet. Et Eden savourait le privilège d’avoir droit aux câlins d’un homme aussi doux et tendre que Liam.

Même sa grimace était douce, mais Eden n’eut aucun mal à comprendre qu’il avait lui aussi du mal avec la bière. Amusé, et quelque peu attendri aussi devant cette moue mécontente qui faisait face à l’amertume naturelle de la boisson, le norvégien ne put retenir un petit rire attendri. Lui aussi avait de plus en plus de mal avec le goût anisé de la boisson, qui lui déplaisait un peu plus à chaque gorgée qu’il prenait. Encore que, son ami avait au moins l’intelligence d’en acheter de meilleure qualité que les premiers prix que lui achetait par pur principe d’avoir de l’alcool dans son frigo. Pourtant sa gorge oubliait le goût désagréable du contenu de sa canette, quand, à ses oreilles, vint se poser la mélodieuse voix de Liam qui lui certifiait que sa vie n’était pas si croustillante qu’il l’avait annoncé précédemment, alors Eden éclata de rire. Un rire franc, qui venait du plus profond de ses tripes, quoi qu’à la voix encore un peu fluette. Sans doute son côté efféminé qui ressortait toujours un peu trop.

Néanmoins il cessa immédiatement de rire quand Liam lui affirma avoir pensé à lui pour voir des gens. Le bleuté se surpris à faire un sourire un peu béat, totalement ému par ces paroles. Il avait quelques amis, mais très peu qui le faisaient passer en priorité, et Eden s’en sentait véritablement honoré. Non pas qu’il s’en gonflait d’orgueil, mais il sentait que Liam tenait à lui, lui faisait confiance, et c’était quelque chose de précieux à ses yeux. A lui qui se sentait sans cesse en sursis, indigne de confiance à sans cesse cacher la dure réalité sur lui. Il chérissant ces amitiés profondes qu’il liait, comme ses plus précieux trésors.

- Ça me fait vraiment plaisir... Moi aussi j’avais envie de te voir.

Bafoua-t-il, d’une voix à peine avouée. Il ignorait pourquoi mais il se sentait embarrassé d’avouer quelque chose de telle, et fuit le regard du plus âgé pourtant ancré dans le sien, pour le laisser promener sur les photos, sûrement prises au polaroïd comme d’habitude. Eden était toujours admiratif devant le talent incontestable de Liam pour la photographie.

Il ne lui fallut pas plus d’une minute pour se débarrasser de cette étrange gêne et retrouva bien vite son sourire naturel et son regard plein de vie et d’affection qu’il reposa aussitôt sur celui de Liam, quand celui-ci lui demanda comment tournait sa boutique. Eden n’aimait pas particulièrement parler de son travail, sans doute à cause des conditions, alors il se contente d’hausser les épaules et d’affirmer que ça marchait « comme d’habitude ». Suite à quoi, il se remit à rire quand son ami lui confia un quelconque adultère avec Spotify.

- Mais t’as bien raison ! En vrai, c’est cool que je puisse bosser dans la musique, mais j’comprends pas comment on peut encore acheter des CDs. Niveau qualité du son, c’est pas bien meilleur que du mp3 compressé… Encore si j’vendais des vinyles je comprendrais, mais bon. ‘Puis faut vivre avec son temps, aussi !

Eden avait conscience qu’il avait l’air d’un vieux gars sénile à parler comme ça, mais il fallait avouer que le numérique l’emporterait bientôt totalement sur le matériel. Finalement Liam se leva pour aller enfourner les pizzas, et le regard d’Eden s’illumina brusquement quand il lui confia les avoir faites maison. Eden adorait la cuisine artisanale, mais surtout, il se sentait touché que Liam se soit donné cette peine pour lui.

- T’as cuisiné pour moi ? T’es trop adorable, merci !

Incapable de contenir son enthousiasme et son impatience de goûter les petits plats du cordon bleu du jour, il sautilla quelque peu sur le canapé, puis fini par s’en lever pour aller farfouiller dans le meuble en question à la recherche d’un film à mettre ce soir. Au pire, s’il ne trouvait rien, il brancherait Netflix. Déposant en chemin des caresses sur les crânes poilus des chiens qui l’avaient suivi, il plongea toute son attention à la lecture des tranches des boites à DVD, et se demandant s’il allait bien trouver son bonheur… Lui et Liam étaient radicalement différents, il était assez peu probable qu’ils aient les mêmes goûts cinématographiques Et pourtant…

- Haaaan mec, t’as ce film ! J’veux trop le voir depuis grave longtemps ! J’peux, dis, dis ?

Il arracha presque le boitier du meuble comme le roi Arthur aurait extirpé Excalibur de son rocher, et sans attendre la réponse qu’il devinait positive, il referma le tiroir et s’empressa d’aller enclancher le DVD. Une fois arrivé sur le menu, il posa la télécommande, préférant tout de même attendre son ami pour le lancer, c’était la moindre des choses. Alors à la place, il se concentra sur le chien qui l’avait à nouveau rejoint sur la canapé pour se coucher à côté de lui, les pattes déposées sur ses cuisses ; Eden ne se priva donc pas pour le couvrir de gratouilles et de caresses, non sans quelques niaiseries du genre « ouh quel gentil toutou ». Avec un vain espoir que Liam ne l’entende pas, car au fond, il se trouvait un peu ridicule à gagatiser comme ça devant l’animal qui lui rendait affectueusement ses câlins.

feat. Liam

©

_________________

Eden parle anglais et norvégien

Team & autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 13:27

for some reason this night is making my heart pound
Une fois rentré dans la cuisine, tu laisses la porte ouverte au cas où Eden voudrait te demander quelque chose. Ton berger allemand tournait autour de tes jambes en tirant la langue. Tu soupires doucement et l'ignores en ouvrant le frigo. Tu as fini par arriver à ne plus céder face à ses petites faims. Au départ, tu lui donnais ses croquettes quand il le souhaitait, mais tu as très vite mis un régime alimentaire en place avant que tes chiens ne prennent trop de poids. Ils sont tous en très bonne forme, tu ne voudrais pas que cela cesse seulement par ta faute. Alors tu sors les pizzas du frigo pour les déposer sur le plan de travail et tu vas ensuite allumer ton four pour le préchauffer. Tu souris doucement dans ton coin quand ton ami te fait un petit compliment sur le fait que tu aies préparé à manger rien que pour lui. Cuisiner un plan n'avait pour toi rien d'adorable. Tu es assez éloigné du centre-ville et même de la ville tout simplement, tu ne voudrais pas imposer tout le trajet pour un pauvre livreur de pizza qui devrait affronter le froid d'une nuit d'hiver. En plus, tu tiens à ce que tu manges équilibré et tu limites de plus en plus tout ce qui est viande et tu espères bientôt arrêter le poisson. Alors tu as préféré tout préparer toi même, au moins tu sais ce qu'il y a dedans, ce ne sera pas trop gras au moins. Tu hausses un peu la voix pour qu'Eden puisse t'entendre de là où tu étais :

« Des pizzas quatre fromages ça t'ira ? »

En attendant que le four soit préchauffé, tu sors un saladier pour y mettre des chips, de quoi avoir à grignoter en attendant les pizzas. Il y a quelque temps, tu aurais préféré avoir des cacahuètes comme apéritif mais cela fait bien longtemps maintenant que tu n'en as plus achetées. Tu t'es étouffé une fois avec, pas deux. Tu attrapes rapidement les chips et tu reviens dans le salon pour poser le saladier sur la table basse à côté de ta canette de bière toujours à moitié vide. Tu regardes distraitement Eden regarder les DVDs que tu as à sa disposition, puis tu demandes :

« Tu veux encore une bière ou autre cho-... » Ton ami te coupe en sortant un DVD de l'armoire, te le montrant triomphant. Tu ricanes un peu avant d'acquiescer : « Oui on peut le regarder, je l'ai toujours pas regardé non plus, j'ai pas pris le temps... Tu peux le mettre si tu veux. »

Tu entends au loin le four sonner pour prévenir qu'il avait fini de préchauffer et tu retournes dans la cuisine pour mettre les pizzas à l'intérieur. Tu attrapes ensuite deux verres et une bouteille d'eau pour les ramener sur la table basse. En revenant, tu as entendu ton ami chouchouter le Golden Retriever et tu te retiens difficilement de rire. Tu te rends compte que tu trouves ton ami vraiment attendrissant parfois. Tu pousses un peu Norca sur le côté pour t'installer entre ton ami et elle. La chienne couine un peu, voulant toujours plus d'attentions et tu grattes machinalement son cou plein de poils, en attrapant ta bière de l'autre main. Tu jettes ensuite un petit regard vers Eden.

« Je suis prêt, tu peux lancer le film. J'irais chercher les pizzas après quand elles seront cuites ! »

Puis tu le laisses faire avec la télécommande en te calant confortablement au fond du canapé. Tu avais laissé la lumière de la cuisine allumée mais tu iras l'éteindre seulement quand les pizzas seront prêtes, dans une petite dizaine de minutes plus ou moins. Tu pioches quelques fois des chips et tu termines ta bière très lentement, tout en restant concentré sur les premières minutes du film. Tu n'es pas vraiment du genre à faire des commentaires inutiles ou non tout au long du film alors tu restes silencieux. Tu te lèves cependant très vite en entendant de nouveau le four sonner plus longtemps cette fois-ci.

« Mets pas en pause, c'est pas grave, je reviens tout de suite ! »

Tu passes au dessus de ses jambes en faisant presque attention à ne pas trébucher pour retourner dans la cuisine. Tu éteins le four et tu sors deux grandes assiettes de tes placards. Tu attrapes ensuite une serviette pour récupérer les serviettes sans te brûler. Tu les poses chacune sur une assiette pour les découper afin de faciliter la dégustation. Tu éteins comme prévu la lumière d'un coup de coude et tu retrouves Eden. Tu déposes les deux assiettes sur la table basse en poussant un peu le saladier à l'autre bout et tu retournes à ta place pour continuer de regarder le film après avoir souhaité un bon appétit.
+ featEden Clancy
+ notes♥️
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serial killer de la cb




Fiche - Relations - RP's

aesthetic

Merci Juliette pour les vava ♥️

Messages : 94
Localisation : Ca et là, un peu partout et nulle part en même temps
Métier : Conseiller/Vendeur de CDs
Humeur : Evasive

Double(s) compte(s) : Destiny Gagnon
Serial killer de la cb
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 0:44

fifty shades

What if

of blue

Eden patientait.

Il avait l’habitude, à force. Chaque fois qu’il venait ici, Liam s’affairait à courir partout pour s’assurer qu’il passait une bonne soirée, pour s’occuper de son alimentation, de ses distractions, que ses chiens ne l’embêtaient pas, qu’il passait un bon moment. Si au début Eden avait été embarrassé par tant d’attentions qu’il ne jugeait pas forcements utiles puisqu’il venait simplement passer du temps avec son ami, il avait fini par trouver ça attendrissant. Alors il se contentait d’attendre avec un sourire un peu amusé aux lèvres, patientant en regardant les photos ou en câlinant les chiens.

Quand Liam lui annonça le menu de ce soir, Eden crut bondir du canapé ; à vrai dire c’est ce qu’il fit, s’étant retourné brutalement pour s’appuyer contre le dossier du canapé avec un gigantesque sourire illuminant son visage, ses grands yeux pétillants d’un millier d’étoiles. Liam savait exactement comment lui parler.

- Tu rigoles ?! C’est mes préférées !

Il avait sans doute crié un peu trop fort sous l’enthousiasme, mais en tout cas maintenant son ventre criait famine et d’impatience rien qu’à l’idée de manger des pizzas quatre fromages, et il valait mieux pour Liam qu’il en ait fait plusieurs, car Eden en raffolait tant qu’il était capable d’en engloutir une entière à lui tout seul. Alors il se mit à sautiller sur le canapé sur lequel il était maintenant à genoux, les bras recourbés et croisés contre le dossier, et attendit que son ami ne revienne en gesticulant. Il était de toute façon incapable de rester en place.

Quand Liam revint finalement, Eden repris sa position initiale, à savoir en tailleurs sur le canapé. Liam s’installa tout près de lui, contraint de se coller un peu à cause du golden retriever qui prenant une place considérable. Mais le bleuté était loin d’en être gêné, et en profita au contraire pour savourer ce contact ; il adorait toujours les câlins et profitait de chaque occasion pour en faire, surtout avec les personnes à qui il tenait le plus. Et Liam en faisait indéniablement partie, dans les hautes sphères de son entourage, ceux qu’il vous citera en premier si vous lui demandiez qui étaient les personnes les plus chères pour lui. Liam avait quelque chose d’attachant, d’attendrissant, et Eden n’y était pas indifférent.

Finalement ce petit câlin fut de courte durée puisque son ami fila une nouvelle fois en cuisine chercher les pizzas, en lui indiquant de laisser le film tourner, ce que fit Eden à contre cœur. S’il ne l’avait pas vu, il allait sans doute manquer quelques minutes, mais puisqu’il en avait décidé ainsi… Sans doute pour ne pas l’incommoder. Alors Eden prit son mal en patience et se dit que s’il se passait quelque chose d’important pendant qu’il n’était pas là, il lui raconterait.

Liam revint finalement de la cuisine avec deux assiettes, et Eden ne se priva pas pour saisir la sienne qu’il déposa contre ses cuisses afin d’avoir tout à portée de main dès qu’il voudrait. Sa première bouchée lui arracha un « C’est super bon ! » si fort que Norca en tourna la tête vers lui de stupeur. S’en suivit toute la dégustation, les yeux rivés sur le film qu’il suivait avec le plus grand intérêt. Il voulait tant le voir depuis si longtemps qu’il ne laissa rien le déconcentrer, ni les ronflements des chiens qui dormaient ensemble plus loin dans la pièce, ni les bruits dehors, ni rien d’autre. A la limite, il pouvait se concentrer sur la respiration de Liam près de son oreille, qu’il trouvait largement apaisante, et apprécia aussi le fait que ce dernier n’était pas comme certains de ses potes lourdingues avec la fâcheuse habitude de tout commenter ou de lancer des blagues puériles et souvent salaces sur ce qui pouvait bien se dérouler à l’écran. Eden était attaché à savourer un film dans le silence.

La tension et l’action du déroulé du récit devinrent rapidement palpables, et étant très sensible à ce genre d’image, Eden se rapprocha par réflexe de Liam, comme pour y chercher une sorte de réconfort inqualifiable. Du même temps, Norca n’avait pas manqué de s’étirer longuement, et avait évidemment en même temps poussé un peu plus son maître contre le petit norvégien assis à ses côtés.

D’abord surpris par une si soudaine proximité, Eden n’en était pourtant pas mécontent. Il en profita d’ailleurs, ne se privant pas pour bouger un peu afin de se blottir un peu plus contre le corps de son ami, et s’autorisa même à lentement laisser glissa sa tête pour venir la poser sur son épaule, au creux de son cou. Il lui jeta un coup d’œil pour s’assurer que ça ne le dérangeait pas ; puis se reconcentra sur le film.

Ou du moins, il essayait, parce que son cœur lui s’était tout à coup emballé, et il n’avait pas remarqué que ses joues avaient pris une jolie teinte rougeâtre. Il déglutit un peu, gardant les yeux rivés sur l’écran, où des images un peu plus chaudes et coquines commençaient à être diffusées. Habitué à voir ce genre de chose dans les films, Eden sentit malgré tout une bouffée de chaleur remonter dans son ventre, ce qui lui fit se pincer lentement les lèvres. Il jeta un nouveau coup d’œil à Liam pour voir si la scène le mettait dans le même état, mais cette fois, son regard resta scotché sur le visage de son ami.

« Calme-toi mon vieux, tu délires », lui soufflait sa raison. Pourtant il décida exceptionnellement de l’ignorer, sans savoir pourquoi. Sans doute pour s’assurer qu’il n’était pas le seul dans son état.

feat. Liam

©

_________________

Eden parle anglais et norvégien

Team & autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Mar - 10:39

for some reason this night is making my heart pound
Tu es maintenant confortablement installé en plein milieu du canapé, entre Eden et ta chienne, Norca. Tu as laissé ton assiette sur la table basse, contrairement à ton ami à côté de toi. Tu ne veux pas que ton golden retriever fourre son museau dans ta pizza pour goûter. Tous tes chiens sont bien dressés et savent qu'on ne touche pas à tout ce qui est sur la table mais tu te doutes qu'ils ne puissent pas résister très longtemps si tu laisses de la nourriture juste à côté. Alors tu te penches parfois pour attraper une nouvelle part de pizza et ta bière que tu aurais pu oublier et laisser se réchauffer tristement jusqu'au lendemain quand tu auras le courage de ranger.

Le salon est plongé dans l'obscurité et seule la lumière de l'écran de la télévision éclaire par moment vos deux visages. Le film couvre les ronflements des chiens couchés dans un coin et ni Eden ni toi ne parle ou ne fait un commentaire sur le film. Cela te repose et tu te laisses un peu glisser contre le canapé pour être à l'aise. Tu finis par ressembler à un coussin quand Norca s'étend de tout son long jusqu'à laisser reposer ses pattes arrières et sa queue sur tes cuisses et à l'opposé, tu as Eden qui se colle à toi en posant sa tête contre ton épaule. Tu les laisses tous les deux faire sans discuter, bien au chaud entre eux deux et tu restes concentré sur le film que vous regardez, oubliant même de reprendre une part de pizza. De toute façon, tu n'as plus trop la possibilité de te pencher en avant pour en attraper une autre maintenant. Pour qu'Eden se mette un peu plus à l'aise, tu passes un bras derrière sa tête pour qu'il puisse se caler confortablement contre ton corps et machinalement, tu glisses tes doigts dans ses longs cheveux bleus. Tu les démêles, tu joues avec en les enroulant autour de tes doigts et tout un tas de petites attentions. Quelques-unes de ses mèches te chatouillent la mâchoire mais tu ne dis toujours rien. Tu es bien, là, et tu ne vois pas pourquoi tu devrais dire un seul petit mot. Ta respiration est calme, posée et si le film ne t’intéressait pas, tu aurais peut-être fini par t'endormir d'un seul coup.

Ce petit moment de tendresse continua pendant une longue partie du film. Tu n'as pas bougé depuis le début et tu n'as pas arrêté de toucher aux cheveux d'Eden. Tu ne lui jettes cependant aucun petit coup d’œil, complètement captivé par l'écran de la télé. Seulement, l'ambiance du film change du tout au tout en une seule scène. Les deux personnages commencent à se rapprocher et on sent facilement une passion palpable entre eux. Tes doigts se sont arrêté d'un seul coup dans les mèches bleus de ton ami, un peu surpris par le changement brutal mais tu ne mets pas longtemps à reprendre tes petits gestes anodins. À côté, tu sens Eden bouger un peu et tu as comme l'impression que sa respiration a changé ou s'est accélérée, peut-être que tu te trompes ou que tu confonds avec celles des chiens derrière mais tu décides enfin de décrocher ton regard du film pour le poser sur le visage de ton ami, assez rouge. Ses deux yeux bleus te fixent déjà et tu te demandes depuis quand.

« Eden ? Tu vas bien ? » murmures-tu, assez proche de son oreille pour qu'il puisse t'entendre à travers le son de la télé.

Tu jettes un nouveau regard vers l'écran et tu baisses un peu le volume avec la télécommande qui s'était coincée un peu plus tôt sous le ventre de Norca. Ta chienne dérangée par ton geste, quitta le canapé pour aller rejoindre les autres. Tu reportes ton attention sur Eden pour vérifier que tu ne t'es pas trompé sur ses joues teintées de rouge. Tu pinces tes lèvres entre elles, ne sachant pas trop quoi dire ou quoi faire. Soudain, tu glisses ta main contre sa joue que tu caresses doucement avec ton pouce. En plus d'être rouges, ses joues sont toutes chaudes et tu te laisses sourire face à cette remarque.

« Il y a quelque chose qui ne va pas ? Le film… Te gêne ? Je peux l'arrêter si tu le souhaites, hein. »

Eden est quand même plus jeune que toi de quelques années et inconsciemment, tu le trouves peut-être un peu plus innocent. C'est sûrement bête mais tu ne veux en aucun cas qu'il soit mal à l'aise avec toi alors tu es prêt à faire ce qu'il peut te demander même si tu as du mal à te cacher le fait que tu le trouves adorable avec ces petites rougeurs qui tranchent avec sa peau blanche malgré l'obscurité.
+ featEden Clancy
+ notes♥️
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serial killer de la cb




Fiche - Relations - RP's

aesthetic

Merci Juliette pour les vava ♥️

Messages : 94
Localisation : Ca et là, un peu partout et nulle part en même temps
Métier : Conseiller/Vendeur de CDs
Humeur : Evasive

Double(s) compte(s) : Destiny Gagnon
Serial killer de la cb
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Mar - 22:31

fifty shades

What if

of blue

Eden était calme.

Les caresses de Liam dans ses cheveux avaient eu le don de l’apaiser au possible, il respirait calmement et profondément, les yeux et la concentration rivés sur le film. A priori imperturbable à ce stade. Son sourire était léger, ses yeux mi-clos. Il aurait sans problème pu s’endormir comme ça, lové contre Liam sous une couverture. C’était le genre de moment simple qu’il appréciait par-dessus tout, ces moments où plus rien n’existe, à part eux deux, les chiens, la télé. Eden portait une importance capitale à s’accorder ce genre de simplicité, où tout était naturel. Rien n’était forcé. Rien n’avait jamais été forcé, avec Liam.

Pourtant cette tranquillité se brisa en un instant quand le film passa cette fameuse scène, et Eden eu l’impression qu’elle s’éternisait un peu trop. Il se sentait mal à l’aise, déjà parce qu’il n’était pas commun pour lui de voir ce genre d’image – il préférait pratiquer que regarder ça sur un écran, mais aussi parce que, pour une raison obscure, tout son corps s’était réchauffé d’un seul coup. Et bien que les images et les bruitages y participaient, Eden savait au fond de lui que la cause principale de cette soudaine gêne, c’était les deux grands yeux bleus de Liam qui le scrutaient avec une tendresse indéfinissable.

Eden s’apprêta à répondre, mais quand la main de Liam se glissa sur sa joue pour la caresser délicatement, il ne put contrôler un léger sursaut. Ses lèvres s’’étaient entrouvertes de surprise, ses yeux s’étaient un peu plus écarquillés. Il avait même lâché un petit bruit impossible à décrire, comme une sorte de hoquet, mêlé à un couinement étrange. Il resta immobile un instant, silencieux, à noyer son regard dans celui de son ami. Sans savoir combien de temps passa ainsi. Puis ses esprits lui revinrent quand Liam brisa leur contact visuel pour attraper la télécommande et baisser le son, faisant ainsi baisser le regard du norvégien qui senti tout son embarras remonter.

- N-Non, c’est pas… Enfin… Ça me… Ça me gêne pas… Je… Je crois ?

Eden était choqué par lui-même ; il n’avait pas souvenir d’avoir un jour bégayé d’une telle sorte. Sa tête lui tournait, il avait les idées confuses, et ne comprenait pas pourquoi son corps tremblait autant. Amour, désir ? Non, il avait déjà ressenti tout ça, connaissait leurs effets sur son corps et sur son esprit, et rien de tout ça ne ressemblait à ce qui s’y passait actuellement. C’était autre chose, un je-ne-sais-quoi, une petite étincelle, en plus, en moins, ou totalement différente, impossible à dire. Mais c’était bien là, et Eden en était malade. Il ne savait plus ce qu’il voulait, où il était, qui il était. Tout son esprit était brouillé.

C’est donc avec le cerveau en bouillie qu’il reporta une nouvelle fois son regard sur son ami, son visage n’ayant toujours pas repris une couleur normale ; c’était même de pire en pire. Eden en arriva à se dire que c’était à cause de la pornographie diffusée sur l’écran, puisqu’il n’en avait jamais vraiment regardé, c’était tout nouveau pour lui alors il était normal que son corps réagisse bizarrement, non ?

En parlant de réagir bizarrement, Eden ne lâchait pas Liam des yeux. Il l’admira ainsi durant un long moment, encore une fois. Quand soudainement, un étrange élan le frappa. Il se pencha en avant, tendit le cou, et dans une délicatesse extrême mêlée à de la confusion et une certaine lueur de désir, il s’autorisa à lentement embrasser son ami.

Ses paupières s’étaient closes toutes seules. Il pressa ses lèvres aux siennes durant de longues secondes, profitant sans vraiment le réaliser de ce tout nouvel échange. C’était d’une tendresse qu’il n’avait encore jamais connue, totalement à l’image de ce qu’il aurait pu attendre venant d’un garçon comme Liam. Il embrassait comme il était, et au fond de lui, Eden s’en réjouissait d’une certaine manière. Mais quand finalement sa raison le frappa de plein fouet, il rouvrit brusquement les yeux, et brisa l’échange pour reculer. Sous le choc de sa propre bêtise, il l’observa avec une mine subjuguée par le malaise.

- D-Désolé… Je… Je sais pas ce qui m’a pris…

Confus, Eden baissa le visage et rentra la tête dans ses épaules. Son cœur battait à tout rompre, à tel point qu’il s’entendait à peine parler. Il n’avait aucun moyen de comprendre ce qui lui était arrivé, ce qui lui était passé par la tête. Et maintenant, il redoutait la réaction de son ami, et les conséquences de son acte sur le reste de la soirée. Il n’avait pas tout gâché, quand même… Si ?

feat. Liam

©

_________________

Eden parle anglais et norvégien

Team & autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Avr - 15:20

for some reason this night is making my heart pound
Tu souris doucement en l'entendant pousser un hoquet de surprise, semblant à un couinement. Le son aurait pu te faire rire, mais tu te retiens. Tu ne veux surtout pas qu'Eden soit encore plus gêné et embarrassé qu'il ne l'est déjà sous tes gentilles moqueries. Alors tu laisses ta main se glisser contre sa joue après avoir baissé le son de la télé. Tu veux qu'il te parle, qu'il te dise ce qui ne va pas. Tu souhaites qu'il se sente bien chez toi, qu'il se confie un peu à toi. Tout doucement, tu caresses sa peau avec ton pouce en ne le quittant plus des yeux. Tu finis par oublier le film à côté de vous, Norca qui s'est enfuie du canapé pour aller rejoindre les autres chiens un peu plus loin dans le salon. Tu clignes parfois des yeux, mais cela reste rare, comme si tu avais peur qu'Eden ne soit plus là une fois que tu ouvres les yeux. Il finit par rompre le contact visuel en baissant les yeux, sous l'embarras et il te répond et tu dois rester attentif pour comprendre ses bafouilles. Ton sourire s'agrandit un peu plus et tu chuchotes une nouvelle fois :

« Tu crois...? »

Tu ne dis rien de plus, tu restes bref. Tu attends qu'il soit un peu plus clair, bien que tu deviennes de plus en plus inquiet. Tu observes son corps trembler sans comprendre la raison de ces secousses. Tu poses ta main libre sur son épaule comme si tu étais capable de calmer ses tremblements et ta main sur sa joue remonte délicatement vers son front, relevant par la même occasion quelques mèches bleues. Tu renchéris :

« Tu ne te sens pas bien ? Tu as de la fièvre...? »

Tu viens à inventer toutes sortes d'excuses, de solutions à son comportement soudainement étrange sans jamais trouver la vraie raison de toute ça. Ce que tu pouvais être naïf parfois, Liam. Il ne te répond plus et se contente de te fixer une nouvelle fois. Tu ne bouges plus, immobile. Le temps s'arrête, il n'y a plus que lui et toi, tu ne sais plus, tu ne sais pas. C'est comme si tu oublies de respirer. Tu oublies le film, les pizzas, la bière ? Trop tard, lentement et tranquillement, Eden a posé ses lèvres contre les tiennes. D'abord surpris, tu ne t'attends pas à rendre son baiser en fermant à ton tour les yeux. Tes mains glissent contre sa peau, se faufilent contre son cou et se perdent dans ses cheveux longs. Tu presses ta bouche contre la sienne, prolongeant l'échange. Tu ne sais pas ce qu'il te prend et sur le coup, tu t'en fiches. Tu rejettes la faute sur la seule bière que tu as bue, sur le film qui a tourné de bord trop brusquement et sur Eden, cet être doux et pur.

Rapidement, Eden te repousse en reculant sans que tu n'aies pu avoir ton mot à dire. Il bredouille des excuses et un léger malaise s'installe entre vous. Tu ressens également une légère frustration qui se coince dans ta gorge et qui fait froncer tes sourcils. Tu souffles, reprenant finalement ta respiration et tu secoues la tête négativement. Bizarrement, tu ne veux pas que cela s'arrête là, tu ne veux plus. Eden a sûrement fait un pas de trop vers toi, il a peut-être fait une erreur qui sait. Maintenant, le retour en arrière était impossible. La ligne avait été franchie.

« Chht. »

Tu n'as pas réussi à dire autre chose, quelque chose de plus. Pour ponctuer ta phrase, tu tournes la tête vers la télécommande que tu as laissée sur la table basse à côté de ta pizza et tu appuies sur le bouton pause. Le film s'arrête sur une image que tu ne regardes même pas, le salon devient silencieux, plus aucun son ne pourrait perturber tes pensées, mais Eden est toujours là. Tu ne réfléchis plus et tu reviens hâtivement retrouver ses lèvres, un peu trop sèchement. Vos lèvres s'entrechoquent et tu as manqué de peu de cogner ton front contre le sien. C'était trop tard, tu es perdu parmi les tremblements d'Eden, les pensées troublées par son désir, mais aussi le tien qui grimpe rapidement, bien trop vite pour que tu suives. Ensuite, il entremêle ses doigts avec sa longue chevelure, embrassant ses lèvres plusieurs fois avec tendresse et délicatesse. Tu le pousses ensuite un peu pour le forcer à s'allonger sur le canapé. Tu reviens embrasser ses lèvres sucrées et en profites pour passer ta langue afin de rencontrer la sienne. D'abord à califourchon au dessus de lui, tu finis par te coller à lui, corps contre corps.

Tu laisses ensuite une main tentatrice se glisser sous son haut pour découvrir chaque parcelle de sa peau avec envie. Tu fais attention à ne pas l'écraser de tout ton poids et tes lèvres goûtent d'abord sa mâchoire et descendent doucement vers son cou. Vos entrejambes se frottent entre elles et cela provoque de ton côté un déclic. C'est à ton tour de reculer, te redressant avec l'aide de tes bras. Vous vous regardez pendant quelques secondes et tu finis par lui offrir un sourire éclatant. Tu te relèves difficilement du canapé et tu lui tends la main une fois debout. Ta voix, rauque, semble enrouillée par le désir qui chauffe ton corps et accélère les battements de ton cœur.

« Tu... Tu viens ? Le canapé n'est pas hyper confortable, tu trouves pas... ? »

Puis sans trop lui laisser le temps de répondre, tu attrapes sa main en entrelaçant tes doigts avec les tiens et tu l'embarques avec toi dans ta chambre, à quelques pas d'ici. Tu refermes la porte avec un coup de pied et tu forces Eden à s'asseoir sur le lit. Tu as chaud, beaucoup trop chaud alors tu n'hésites pas une seule seconde à retirer ton haut pour le laisser tomber sur le parquet.

La nuit risque d'être longue.
+ featEden Clancy
+ notes♥️
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serial killer de la cb




Fiche - Relations - RP's

aesthetic

Merci Juliette pour les vava ♥️

Messages : 94
Localisation : Ca et là, un peu partout et nulle part en même temps
Métier : Conseiller/Vendeur de CDs
Humeur : Evasive

Double(s) compte(s) : Destiny Gagnon
Serial killer de la cb
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 23:30

fifty shades

What if

of blue

Eden voulait disparaître.

Il n’avait absolument aucune explication à fournir quant à son comportement, à ce baiser totalement sorti de nulle part qu’il n’avait ni vu venir ni contrôlé, et que maintenant il se mettait à regretter. Liam et lui n’étaient que de simples amis, et avant ce soir, Eden n’avait jamais envisagé leur relation autrement, ni descellé le moindre signe chez son ami démontrant qu’il espérait plus. C’était arrivé comme ça, sans prévenir, sans transition, sans préalable, juste à cause d’une scène chaude d’un simple film.

Enfin… Vraiment uniquement pour ça ? Il fallait avouer qu’Eden avait toujours senti un petit quelque chose entre Liam et lui, quelque chose d’indiscernable et d’indéfinissable, qu’il ne saurait ni nommer ni situer, mais pourtant, qui était bien là. Sûrement était-ce cette petite chose qui avait poussé Eden à l’embrasser. Terriblement embarrassé, il redoutait la réaction de Liam, malgré que celui-ci lui avait rendu son baiser, il fallait lui faire face maintenant… Et contre toute attente, il lui somma de se taire, stoppa le film sur une image qu’il ne se donna même pas la peine d’observer, et l’embrassa de plus belle.

Eden sentit son cœur bondir dans sa poitrine quand il sentit les lèvres du latino se presser contre les siennes avec une virulence telle qu’il manqua de cogner son front contre le sien. Il resta abasourdi, les yeux grands ouverts, et papillonna des paupières quelques secondes, histoire de s’assurer que c’était bien réel. Et une fois qu’il en fut totalement certain, il referma les yeux, et entoura de ses bras le cou de son ami pour se laisser totalement aller dans ses bras. D’abord quelques baisers brefs et furtifs, avant que son corps ne bascule purement et simplement en arrière, rencontrant le canapé encore chaud de la présence de Norca avant qu’elle ne s’en aille. Ses lèvres s’étaient entrouvertes d’elles-mêmes, offrant à Liam une invitation qu’il accepta aussitôt, entamant un ballet endiablé et pourtant d’une douceur si intense qu’Eden en avait le corps entier parcouru de frissons. Il n’avait pas souvenir qu’on ait un jour été si tendre avec lui.

Lentement, il replia les genoux pour mieux pouvoir écarter les cuisses, accueillant ainsi tout le corps de Liam au plus près du sien. Quelques soupires de satisfaction lui échappaient tandis qu’il pressait leurs corps si fort qu’ils auraient pu fondre l’un dans l’autre. Et quand finalement son entre-jambe se frotta au sien, il réagit par frisson qui le fit se cambrer, non sans un léger gémissement écrasé contre ses lèvres, réclamant un contact à cet endroit plus prononcé. Son désir bouillonnait en lui, et il se sentait bien trop à l’étroit dans son jean déjà bien serré.

Liam mit fin à ce baiser d’une intense fièvre, pour aller taquiner son cou un long moment. Mais il finit par se reculer, et Eden s’en retrouva presque déçu. Oh non, il ne pouvait pas s’arrêter là. Il en voulait plus, bien plus, et ça se lisait sans mal dans le regard brûlant d’envie qu’il offrait à son ami, qui lui répondit par cet éclatant sourire. Et quand il le convia à changer d’endroit continuer, Eden ne s’en trouva que plus comblé encore.

- Je te suis…

Sa voix était tremblante et incertaine. Il n’était pas serein à l’idée de pousser sa relation avec Liam aussi loin, craignant de le perdre après, alors qu’il chérissait tant son amitié. Mais ses doigts qui entrelaçaient les siens et la force de son bras lui firent oublier touts ses craintes, et il se plut à le suivre jusqu’à sa chambre, qu’il découvrait d’ailleurs pour la première fois.

Cependant, il ne pris pas le temps d’observer la pièce, se contentant du corps divinement sculpté de son ami qui se présentait face à lui tandis qu’il se dénudait. Eden sentit la chaleur monter encore d’un cran, tandis qu’il retira également son sweat qu’il envoya balader dans un coin. Après quoi, il se redressa du lit où Liam l’avait poussé, pour revenir l’embrasser et l’attirer sur le lit, son corps au plus près du sien. Il colla la peau de leurs torses entre elles, recherchant sa chaleur, sa douceur, et qu’émendant toujours plus. Ses mains curieuses avaient descendu le long de son dos, et s’étaient finalement faites impatientes, décidant d’aller précipitamment lui défaire son pantalon. Une fois l’accès libre, ses doigts se glissèrent sur ses fesses puis le long de ses cuisses pour retirer le vêtement, pendant que ses lèvres avaient quitté les siennes pour aller découvrir son cou et ses clavicules.

Il brûlait, il bouillonnait, il se trémoussait d’impatience. Et il le voulait, tout entier, et lui seul, là, tout de suite.

feat. Liam

©

_________________

Eden parle anglais et norvégien

Team & autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R:Element


TC • Administratrice
fiche de présentation
liens
rps + chronologie
a e s t h e t i c
playlist

Messages : 73
Localisation : Dans le lit
Métier : Éleveur de chiens
Pouvoir : Aquakinésie
Humeur : (─‿─)

Double(s) compte(s) : Oliver Winchester ; Yasuo Rae
R:Element
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 18:31

for some reason this night is making my heart pound
La température grimpait considérablement. Tu avais emmené Eden précipitamment dans ta chambre et tu l'avais poussé sur ton lit, le faisant rebondir sur le matelas où tu t'endormais la plupart de tes nuits, quand tu avais la force d'aller te glisser sous les draps. Ce soir, tu rejoignais ce doux tissu pour tout autre chose. Tu retires hâtivement et simplement ton haut, le laissant se reposer sur le sol. Tu ancres ton regard dans celui d'Eden, ton ami maintenant amant. Dans l'obscurité, seulement éclairés par la lumière de la Lune qui filtre à travers les rideaux de la fenêtre, les cheveux si bleus électrique habituellement deviennent fades, presque gris mais cela n'enlève rien au charme d'Eden. Tu as l'envie irrépressible de retirer ses vêtements, de contempler son corps et sa peau tantôt illuminée par la Lune, tantôt assombrie par la nuit noire. Ton torse soulève en rythme avec ta respiration, étrangement calme. Pourtant, ton cœur bat bien trop vite et résonne dans tes oreilles, tu as chaud et tu sens une perle de sueur couler le long de ta colonne vertébrale, te lâchant un terrible frisson. Le temps semblait s'être arrêté, pendant quelques secondes. Il n'existait plus que vous deux, jusqu'à ce que ton nouvel amant se redresse de ton lit pour t'attraper et coller ses lèvres contre les tiennes. Tous tes sens s'éveillèrent et cet instant de plénitude se brisa pour laisser place à quelque chose de plus séduisant, bien plus grisant.

Eden te tire vers lui pour que vos torses se frôlent puis se collent. Vos formes s'épousent parfaitement, le bas-dos de ton amant se frotte contre les draps, les défaisant par la même occasion. Vos lèvres s'embrassent, vos langues se cherchent. Tes mains se perdent dans sa longue chevelure soyeuse et celles d'Eden viennent plutôt s'intéresser à tes hanches afin de retirer ton jean. Tu ne refuses pas et bouges un peu pour l'aider à retirer le pantalon sans trop de difficultés. Rapidement, le vêtement retrouve ton haut sur le parquet et il ne te reste plus qu'un unique bout de tissu avant d'être totalement dénudé. Tu ronchonnes un peu contre la bouche du plus jeune, car lui, est encore tout habillé. Sans lâcher ses lèvres, tu viens poser tes doigts contre son ventre, cherchant à tâtons comment pouvoir attraper son haut pour le lui retirer. En le remontant, tu en profites pour effleurer sa peau et le fait de la sentir frissonner sous la tienne provoque en toi un peu plus de plaisir. Tu retires, à contre cœur, tes lèvres des siennes pour pouvoir faire passer son haut par dessus sa tête. Le vêtement est lancé derrière lui et retrouve rapidement les autres. Tes yeux rencontrent les siens. Les tiens brillent d'une lueur d'envie envers Eden et tu n'attends pas plus longtemps pour revenir attaquer son cou, le poussant une nouvelle fois en arrière pour qu'il s'allonge sous toi sur le lit.

Vos mains découvrent le corps de l'autre. Chaque parcelle de vos peaux était caressée, touchée et parfois embrassées ou même léchées quand l'excitation reprenait le dessus sur la raison. Les doigts d'Eden se faisaient quelques fois baladeurs, passant sur tes fesses et descendant le long de tes cuisses. Tu ne retenais aucun soupir de plaisir, tu ne lui cachais absolument rien. À certains moments, les positions s'inversèrent, ton amant passait au dessus de toi quand tu t'allongeais sur le dos, frottant ton dos contre le drap blanc. Tu en profites aussi pour baisser son pantalon brusquement. Tu le laisses cependant le retirer tout seul car ses lèvres contre ta clavicule t'empêchent de contrôler correctement tes mouvements. Ton souffle se fait haletant et chaud, ta respiration s'échoue contre sa peau, plus claire que la tienne. Elle est même semblable à de la porcelaine et il t'arrive à quelques moments de croire que tu pourrais le briser avec un mouvement trop brute. Tu essayes donc d'être le plus doux possible et de ne pas le rudoyer, le presser ou même le forcer. Vous êtes maintenant tous les deux en sous-vêtements et tu reprends le dessus en posant tes mains sur ses épaules et en le poussant de l'autre côté. D'une main, tu écartes ses jambes pour te faufiler entre elles. Tu te baisses vers lui, vos lèvres sont proches mais avant de l'embrasser une nouvelle fois, tu le regardes droit dans les yeux pour obtenir son dernier accord. Tu lui adresses ensuite un doux sourire, tu poses tendrement tes lèvres contre les siennes et tu t'abandonnes à lui, à Eden qui n'est censé qu'être un bon ami. Tu n'as pas compris où il y a eu une faute, mais tu n'y as pas réfléchi trop longtemps. Ses lèvres qui se hâtaient contre les tiennes avaient capté toute ton attention.

Spoiler:
 
+ featEden Clancy
+ notesj'ai osé le spoiler
BY MITZI


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre Ville :: Habitations :: Maisons :: Maison de Liam Rosebury et de Newén Flores-
Sauter vers: