RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Centre Ville :: Bars et Boîtes de nuit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Just a liar ~ Renzo Lawrence



Messages : 23
Localisation : Dans la rue peut-être bien
Métier : Serveur
Pouvoir : Voleur de Voix
Humeur : Excellente

Double(s) compte(s) : Natt Salmeron
avatar
R:Physic
Voir le profil de l'utilisateur




Thomas Lavender
R:Physic
Sam 23 Sep - 16:51



ϟ Just a liar ϟ



I played alone in the dark,
Without feeling the slightest desire to see you again
And tonight again,
I get a little closer to her.

I heard that you had spoken of me,
You keep lying to others,
Taking you for my shadow,
Maybe one day I'll see you again,

How many years we have not spoken?
How long have you been trying to get closer to me?
You're like the devil hidden in my mind,
And yet you still miss me.

Tes paroles, tes mensonges, ta personne. Tu n'étais rien, une création stupide. Timide ou idiot, tu ne savais pas aborder les gens que tu ne connaissais pas. Alors, tu t'inventais derrière un écran, une nouvelle personnalité, un nouveau nom. Hier, tu étais un Gabriel, demain peut-être seras-tu un Oliver. Aux yeux des autres, tu n'es qu'une illusion virtuelle, qui de si loin semblait si réelle.

Tu étais partout, un virus qui s’immisçait dans la vie des autres. Tu choisissais de nouvelles victimes quand l'ennuie te prenait. Quand la solitude te dévorait. Tu comptais rarement les jours heureux, les faux comptes remplissaient le reste. Plus le temps passait, plus tes mensonges se multipliaient et la tristesse s'installait dans ton cœur. Qui pouvait être fier de devoir mentir pour avoir des amis, ou un instant d'amour ?

Tes quelques derniers jours tu les avais passé allongé dans l'obscurité, enfermé chez toi, profitant de tes jours de congés, seul. Il n'y avait personne qui voulait bien t'inviter à boire un verre, pas un amant à recroiser dans la rue, il ne manquait pourtant pas des visages qui te fuyaient, des hommes qui t'avaient oublié. Une vie dans l'oublie. Alors, tu voulais paraître, sur internet au moins. Professionnel dans l'usurpation d’identité, tu avais volé quelques photos sur un profil Facebook abandonné. Quelques comptes crées plus tard, tu avais un nouvel ami. 

À partir de maintenant, tu étais Alex. Un beau blond, aux yeux dorés et à la peau blanche. Aujourd'hui, tu étais grand, le corps musclé, tu étais tout ton contraire, parfait. De cette nouvelle image, tu cachais la réalité. Tu te laissais berner par tes propres mensonges. Tu étais fort et populaire. Nouvel élève le jour, guitariste le soir. Tu ne t'arrêtais plus, laissant cette nouvelle personne prendre part de toi, un peu plus chaque jour. Pendant ce temps, les heures, interminables et innombrables, te faisaient t'oublier encore un peu plus.

Alex était souriant, aimable et charmeur. Tout ton contraire, il se disait honnête, tu te disais être honnête. L'irréel, tu te nourrissais de ça pour ne pas sombrer dans la déprime... Dans cet amour inaccessible, complètement stupide que tu ressentais depuis des jours pour un sombre inconnu. Tu es idiot, fou, à quel moment t'en rendras-tu compte ?

Tu t'étais intéressé à un étudiant, de quelques années plus jeune que toi. Alex s'était dit avoir le même âge. Il n'y avait pas à grand chose à savoir sur lui, en réalité tu n'avais pas découvert énormément de choses sur ce « Renzo », malgré tes longues journées à épier les réseaux sociaux. Il était dans l'équipe de basketball de la Fac locale et il passait une bonne partie de ses journées à manger. C'était tout, simple et court.

Pourtant, tu t'intoxiquais à nouveau en inventant une vie à cet étudiant. Il devait être si populaire, si fort... Si demandé par les autres hommes. Pour toi, pouvoir échanger des messages avec lui, savoir qu'il te connaissait, te rendait à ton tour populaire. Tu devais en faire jalouser certains, tu étais si loin de lui, mais tu t'imaginais déjà être à ses côtés. Tu devais te sentir si important à ce moment-là.

Être l'ami de quelqu'un comme ça ne pouvait qu'améliorer tes jours. Pourtant, il restait un obstacle entre toi et lui. Toi et ton imagination. C'était Alex. Alors ce soir, tu allais profiter du premier rendez-vous entre Alex et Renzo, pour sortir et tuer le mensonge.

« On se rejoint à 20 h. Ne m'oublie pas ! », c'était le dernier message d'Alex avant qu'il disparaisse pour toujours.

Tu traînais face au bar depuis plus d'une heure, tu l'avais vu rentrer et tu t'étais tellement retenu pour ne pas lui sauter dessus. La puce rechargeable qui était la dernière preuve d'existence d'Alex avait prit un allé simple jusqu'au caniveau. Il n'y avait plus aucune trace, plus aucun message. Plus rien. C'était à ton tour, Thomas.

Une quinzaine de minutes après l'arrivée de Renzo, tu trouvais enfin le courage de passer le pas et d'entrer enfin dans ce fichu bar. Tu hésitais toujours, à avancer dans tes mensonges. Ce n'était pas la première fois que tu faisais ça, certaines fois, tu fais aussi vite demi-tour et d'autres fois l'alcool t'aidait à vaincre ta peur. Après tout, tu n'avais rien à voir avec Alex. Tu n'étais pas blond, ta peau était beaucoup trop foncée, ta petite taille et ton visage rond, tout te rendait imparfait. 

Pouvais-tu vraiment plaire à quelqu'un ?

Comme si de rien était, tu t'installais au bar, près de l'inconnu qui n'en était pas vraiment un. Tu commandais un verre, te noyer dans l'alcool pourrait peut-être t'aider à lui parler. Le temps n'était pas ton allié, plus les minutes s'allongeaient, plus les chances de son départ étaient grandes. Un regard en sa direction, une petite moue stupide au visage et c'était reparti.

Toi aussi tu es tout seul ce soir ? J'attendais quelqu'un, mais je crois qu'il n'est pas venu... Ta moue se transformait en un léger sourire, C'est dommage de passer sa soirée tout seul, surtout dans un bar, non ? 

Tu continuais à mentir. Insupportable.

Fiche par Millaby sur Kitten-LS • Ne pas retirer les crédits

_________________



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre Ville :: Bars et Boîtes de nuit-