RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Quartiers Extérieurs :: Rue Piétonne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Not You again! [pv Will]

Louka speaks in Italic SlateBlue (His theme)

Jack swears in Italic Teal (His theme)
Messages : 87
Localisation : Toujours au milieu de la foule
Métier : Coach sportif, pour vous aider!
Pouvoir : Don't have any.
Humeur : Alternatif

Double(s) compte(s) : Edward Arcanès
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Louka Heider
Human
Mar 12 Sep - 22:39
Louka n'était pas fier de l'avouer... mais il avait fui. Il avait fui après sa deuxième confrontation avec ce maudit détective, qui en prime avait réussi à obtenir ce qu'il voulait : un face à face avec le vrai coupable, Jack. Et autant dire que son alter ego - bien que ça le répugnait de le désigner ainsi... - avait apprécié de pouvoir enfin le frapper, même si le départ précipité de sa nouvelle cible l'avait mis en colère. Il était directement rentré chez lui et n'en était plus sorti durant plusieurs jours, se contentant de quelques appels à sa mère. Il continuait sa recherche de travail, évidemment. Mais aucune offre ne s'était proposée à lui... En un sens, c'était pratique, il n'avait pas à sortir et pouvait ainsi éviter de nouvelles victimes... Bien que quelque chose lui disait que Jack ne voulait personne d'autre que ce fouineur.

Mais il avait été bien obligé de sortir, car un potentiel employeur l'avait contacté, intéressé par son curriculum vitae. Il s'était donc rendu sur le lieu du rendez-vous, prenant soin d'écouter l'enregistrement de la voix de sa mère tout le long du trajet afin d'être certain que Jack ne tente pas un coup en douce entre temps. Il ne retira ses écouteurs qu'une fois arrivé, se disant qu'il pourrait tenter de ne pas les remettre au retour. L'entretien fut assez rapide, l'employeur ayant été plutôt convaincu par ses nombreuses expériences ainsi que par une petite démonstration de ses capacités sportives.

Une fois sorti, Louka regarda l'heure et constata qu'il était assez tôt, pas loin des onze heures. Il pouvait bien se permettre de marcher un peu, au lieu de directement retourner chez lui. C'était rare qu'il se laisse aller à flâner, surtout depuis le début des problèmes causés par Jack... Mais cette fois, non seulement il était assez loin de la zone, mais en plus, il s'était assuré que son doppelgänger se tienne tranquille. En théorie, tout devrait aller pour le mieux. Oui, sauf qu'entre la théorie et la pratique, il y avait tout un décalage.

Et alors qu'il marchait tranquillement, il aperçut au loin une silhouette qui lui parut familière, avant qu'il ne se souvienne. Ce maudit détective. Celui que Jack avait baptisé Sherlock... Il décida de passer le plus discrètement possible, espérant juste qu'il ne le remarque pas. Mais ce fut quelqu'un d'autre qui remarqua.

That's Sherlock~! Let's go say hello to my best nemesis~

Louka retint son souffle un instant. Jack venait de se réveiller... Pourquoi fallait-il que ce fichu détective soit toujours capable de le réveiller si facilement?! C'était presque à croire que cet être abject s'était réincarné en lui après sa mort... Non, c'était une idée absurde. Il serra les dents sous une migraine soudaine, causée bien évidemment par son double qui voulait le forcer à poursuivre ce qu'il avait commencé.

I wanna make him pay!

Serrant les poings, il tenta de rester le plus discret possible, malgré ce mal de tête qui empirait. Mais Jack insistait encore et encore... Il se tint la tête et ne put retenir un cri de colère, bien qu'il s'était dit qu'il devait être discret.

"Sors! Fiche le camp! Laisse-moi tranquille!!"

Il entendit Jack ricaner pour toute réponse. A croire que tout ceci l'amusait...

_________________


Merci à Shiro pour ce kit magnifique o/

Louka's theme
Jack's theme


So let mercy come,
And wash away,
What I've done
.


Messages : 98
Métier : Agent du MI6
Pouvoir : Mémoire absolue
Double(s) compte(s) : Cýrus A. Andersen
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




William Scott
R:Psychic
Sam 16 Sep - 22:40
Not you again !

ft. Louka HEIDER

1149 mots
dialogue en Lavender
(Mais change si c'est trop clair ♪)

Le nez plongé sur un bouquin aux pages légèrement abîmées, les yeux captivés par toutes ces vagues de mots encrés fermement sur le papier jauni par le temps, tu savourais chaque minute passée à lire. Ce livre, tu étais tombé dessus totalement par hasard lors de ton précédent passage à la bibliothèque du centre-ville. Tu avais rapidement parcouru le résumé avant de te décider à le prendre, et tu ne regrettais absolument pas ton choix. L'écrivain avait réussi à te captiver – assez pour que tu lises au moins la moitié –, et c'était tout ce qu'il te fallait pour le classer parmi tes auteurs préférés.

Les pages du livre claquèrent lorsque tu le refermas avant de clore les yeux et de laisser pencher ta tête en arrière. Il t'avait peut-être captivé pendant tout le temps que tu avais passé au parc – tu avais décidé de sortir de chez toi, pour une fois – mais le banc avait eu raison de ton dos qui commençait légèrement à manifester une douleur qui ne te plaisait pas.

Cependant, même si la douleur et l'ennui commençaient à te torturer, tu n'avais pas réellement envie de partir. Tu trouvais cela dommage de déserter un parc où le soleil se posait délicatement sur tes joues et l'air emplissait tes poumons, chassant loin une potentiellement envie de les remplir d'une fumée toxique et que tu ne voulais que trop éviter ces temps-ci.

Malgré ces derniers instants de chaleur – ils n'allaient définitivement pas durer avec l'arrivée de l'automne – il n'y avait que peu de monde se promenant dans cet espace naturel. Tu pouvais voir quelques couples suivre le chemin – et tu regrettais même un peu de ne pas avoir demandé à Hamish de venir avec toi – ainsi qu'une poignée d'enfants qui semblaient profiter un peu de leur temps libre – et qui, par chance, n'étaient pas bruyants.  

Glissant la main dans la poche de ton manteau, tu en sortis maladroitement ton téléphone avant de vérifier rapidement l'heure. Il était encore assez tôt. Tu allais pouvoir te rendre dans certains magasins pour y faire quelques emplettes. Tu remis ton appareil correctement dans ta poche avant de te relever en prenant appui sur le banc.

La légère douleur dans ton dos te fit grimacer, mais elle disparut bien vite alors que tu commençais à marcher en direction de la rue piétonne située en dehors du centre-ville. Tu n'y avais mis les pieds qu'une fois – contrairement à la rue principale qui se situait près de ton appartement – et tu avais eu le temps de repérer quelques boutiques qui avaient l'air intéressantes.

D'un pas pressé, tu te rendis dans cette fameuse rue piétonne. Elle n'était pas si loin du parc par lequel tu t'étais arrêté pour lire, alors tu arrivas assez rapidement dans le premier magasin qui te paraissait sympathique. L'intérieur était rustique, mais le vendeur était assez accueillant, et tu avais pu lui poser quelques questions sur ses produits. Après quelques minutes, tu finis par sortir de cette boutique, un sac plastique accroché à ton poignet.

Empruntant le trottoir en face, tu fis le tour de quelques boutiques. Tu avais acheté certains objets lorsque tu pensais en avoir besoin, mais tu n'avais pas non plus dépensé tout ce que tu avais dans ton porte-monnaie – et heureusement, à vrai dire. Tu ne pouvais pas non plus te permettre d'acheter tout un magasin juste par envie –.

Tu t'apprêtais à rebrousser chemin et à rentrer chez toi lorsqu'une voix que tu avais appris à reconnaître – tu l'avais entendue à maintes reprises après tout – se fit entendre près de toi. Par réflexe, tu te retournas avant d'apercevoir la source de cette nuisance sonore qui n'était autre que cet homme. Celui que tu évitais depuis qu'il avait révélé sa véritable force et cette violence haineuse qui l'habitait.

Depuis votre dernière altercation, tu n'avais pas envie de le voir à nouveau. Oh, tu aurais juste pu le dénoncer aux autorités ou le faire passer pour un dangereux criminel auprès de tes collègues – le gouvernement aurait pris au sérieux n'importe laquelle de tes alertes sans se poser de questions, à partir du moment où tu pouvais montrer quelques preuves et que tu mettais ta parole en jeu –; mais tu ne l'avais pas fait. Tu ne savais pas réellement pourquoi, mais tu ne souhaitais pas non plus que cet homme finisse en prison. Ce n'était qu'une brute, mais quelque chose chez lui t'empêchait de penser qu'il méritait son sort.

Ah, tu savais ce qui te perturbait. Tu n'avais jamais eu de cas similaire au sien, alors tu ne savais pas comment tu devais gérer la situation en sachant qu'une partie de lui était coupable, tandis que l'autre semblait tout à fait banale et inoffensive.

Tu ne savais que faire. Soit tu faisais comme si de rien n'était, et tu t'éloignais de cet homme pour rentrer sain et sauf à l'appartement – oh, Hamish n'allait sûrement pas aimer que tu te prennes encore un coup, alors ce n'était pas une mauvaise idée après tout –, soit tu allais examiner son cas de plus près. À vrai dire, c'était la première fois que tu voyais quelqu'un avec un trouble de la personnalité d'aussi près, et il était de nouveau là, devant tes yeux.

Soupirant face à ta cruelle curiosité, tu finis par avancer vers lui. Tu ne savais pas à quelle personnalité tu allais te heurter cette fois, mais il fallait que tu saches pourquoi cet homme s'en prenait à certaines personnes répondant à des critères que lui seul connaissait – et que, visiblement, tu semblais aussi appartenir à cette catégorie qu'il ciblait.

« Décidément. Vous êtes partout. » Le ton dans ta voix était neutre, tu n'avais aucune émotion à lui accorder – tu n'étais pas heureux de le voir, mais sa présence ne t'effrayait plus. Tu avais vu pire que cela au cours de ta vie, après tout. « Je vais croire que vous me suivez, surtout quand vous tentez d'être discret. »

Plongeant les mains dans tes poches, tu faisais attention à ne toucher personne lorsque tu t'approchais de lui – tu ne voulais pas vraiment rentrer dans un passant et devoir t'excuser alors que le jeune homme te regardait.

«   Enfin, j'espère que ce n'est pas le cas. »

Arrivant près de lui, tu gardas tout de même une sorte de distance de sécurité pour être sûr qu'il ne puisse t'atteindre – quelques fois où son poing voudrait encore atteindre ta mâchoire, et ce, sans crier garde.

«   Votre nez va mieux ? » Non, tu ne te moquais pas cette fois. Tu étais légèrement fatigué de devoir jouer l'imbécile avec cet homme, alors tu voulais simplement ne pas paraître trop désagréable – tu ne voulais clairement plus te prendre de coup –. Après tout, se rapprocher lentement était la meilleure façon de procéder pour comprendre son problème.

Louka speaks in Italic SlateBlue (His theme)

Jack swears in Italic Teal (His theme)
Messages : 87
Localisation : Toujours au milieu de la foule
Métier : Coach sportif, pour vous aider!
Pouvoir : Don't have any.
Humeur : Alternatif

Double(s) compte(s) : Edward Arcanès
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Louka Heider
Human
Dim 17 Sep - 21:32
Pourquoi Jack l'avait surnommé Sherlock? Pourquoi est-ce qu'il s'en était pris à lui? Pourquoi est-ce qu'il refusait de le laisser en paix? Trop de questions, beaucoup trop, sans aucune réponse à y apporter... Jack avait ces réponses, mais refusait de les communiquer. Et vu qu'il n'avait aucun moyen de faire pression sur son alter ego... Tout ceci l'ennuyait. Dire qu'il avait voulu se faire discret, passer à côté de ce maudit fouineur sans se faire remarquer... Par la faute de Jack, c'était raté. Et l'autre l'avait à présent remarqué. La seule chose que Louka souhaitait, qu'il espérait, c'était que ce maudit détective lui fiche la paix, qu'il ne retente pas le diable. Sauf que ce dernier s'approcha de lui. La dernière fois ne lui avait pas suffi? Il cherchait encore à confronter Jack, sachant très bien sa violence?

« Décidément. Vous êtes partout. Je vais croire que vous me suivez, surtout quand vous tentez d'être discret. »

Louka avait l'impression que c'était l'inverse... Sachant qu'il n'était pas sorti ces derniers jours, comment aurait-il pu le suivre? Non, c'était lui qui l'avait guetté, épié... Suivi, qui sait..? Non, non, il ne pouvait pas penser cela. C'était absurde. Au moins aussi absurde que l'idée que son beau-père s'était réincarné en cet individu. Et pourtant, ça paraissait en un sens logique. Horriblement possible.

«  Enfin, j'espère que ce n'est pas le cas. »

Malgré la distance que le détective avait mis entre eux deux, Louka ne se sentait pas à l'aise. Il se savait rapide, et il savait Jack particulièrement vicieux. Et surtout, il ne savait pas ce que l'autre lui voulait. Voulait-il provoquer Jack une fois de plus? Voulait-il jouer à celui qui savait tout et allait le menacer? Voulait-il le pousser à fuir une fois de plus?

« Votre nez va mieux ? »

Il n'était pas moqueur..? Voilà qui était perturbant... Louka le regarda, légèrement incrédule, mais toujours méfiant. Méfiant car il ne savait pas ce que l'autre avait en tête. Méfiant car il savait Jack capable du pire. Incrédule car il n'aurait jamais cru que ce détective puisse s'inquiéter de son état.

"Je... Ça va mieux, oui..."

What game are you trying to play, Sherlock~?

Nouvelle vague migraineuse causée par Jack. Louka serra les dents et recula d'un pas, juste afin d'être certain de laisser assez de distance entre eux deux. Mieux valait doubler les précautions quand il s'agissait de Jack...

"Et je ne vous suivais pas... Je sortais tout juste d'un entretien professionnel à quelques rues d'ici. J'ignorais que vous étiez dans les parages jusqu'à ce que..."

Jusqu'à ce que Jack se réveille. Il se massa les tempes face à la migraine constante, harcelante. Heureusement qu'il avait pris soin d'écouter la voix de sa mère sur tout le trajet aller, sinon il aurait été incapable de retenir Jack une seule seconde... Et il refusait que ce qui s'était passé la dernière fois se reproduise. Il en était hors de question.

_________________


Merci à Shiro pour ce kit magnifique o/

Louka's theme
Jack's theme


So let mercy come,
And wash away,
What I've done
.


Messages : 98
Métier : Agent du MI6
Pouvoir : Mémoire absolue
Double(s) compte(s) : Cýrus A. Andersen
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




William Scott
R:Psychic
Sam 23 Sep - 21:23
Not you again !

ft. Louka HEIDER

521 mots
dialogue en Lavender

Le regard posé sur la silhouette à peine plus haute que toi, ton expression demeurait neutre. Tu ne savais toujours pas comment il allait interpréter ta soudaine venue, ni la façon dont il allait réagir alors que tu tentais d'établir un dialogue où la véhémence n'était que peu nécessaire.

Il avait eu l'air légèrement déstabilisé alors qu'il commençait à te répondre ; mais ce n'était pas réellement étonnant. Votre dernière rencontre s'était soldée sur  un début d'agression, et tu n'avais pas été spécialement aimable avec lui auparavant. Alors, oui, c'était compréhensible qu'il s'étonne que tu puisses potentiellement prendre de ses nouvelles alors que tu ne connaissais pratiquement rien de lui – à part la taille exacte de son poing.

Tu l'observais alors qu'il prenait un peu de distance. Il trouvait sûrement ta présence gênante, ou il ne voulait tout simplement pas rester à proximité. Oh, dans un sens, cela te rassurait. Tu préférais largement qu'il s'éloigne de quelques pas, plutôt qu'il ne se rapproche brusquement pour tenter quoi que ce soit alors que vous étiez en plein milieu des passants.

« Jusqu'à ce que... ? » Il s'était arrêté de parler avant même de finir sa phrase, et une curiosité naissante dans ton esprit, t'avait poussé à lui demander de poursuivre. Tu voulais toujours plus d'informations à son sujet, et tu sentais qu'il était prêt à les donner si tu le poussais un peu à se confier. Cependant, tu finis par froncer les sourcils, pensant à la stupidité qui te poussait à vouloir forcer sa confiance, au lieu de la gagner progressivement – mais sûrement.

Réfléchissant rapidement à ce que tu allais faire, tu t'éclaircis la voix avant de changer de sujet, et de rebondir sur ce qu'il avait dit précédemment.

«   Ah, si vous ne me suivez pas, c'est que le monde est vraiment petit pour qu'on se croise aussi souvent ces derniers temps. »

Les mains dans les poches, tu torturais et massacrais tout ce que tu pouvais y trouver. Ce n'était franchement pas volontaire, et tu aurais préféré pouvoir t'arrêter avant de nerveusement bousiller ton paquet de clope – bon, il était vide, mais tout de même – ainsi que certains papiers qui traînaient dedans depuis des semaines. Tu avais toujours eu l'habitude d'exprimer tes émotions en les gueulant dans ton oreiller ou en brisant des objets, et là, tu t'empêchais d'être trop curieux et de tout ruiner. Tu voulais éviter de paraître trop arrogant ; mais te connaissant, c'était difficile.

«   Votre entretien s'est bien déroulé ? » Tu finis par ajouter, avant de relâcher ce qu'il restait du pauvre carton vide dans ta poche. «   Enfin, vous n'êtes pas obligé de m'en parler ; je m'en irai si vous me le demandez. » Tu le proposais par politesse, mais tu allais sûrement être très déçu si, effectivement, il te demandait de le laisser tranquille.

Depuis que tu étais sûr et certain qu'il était bien l'agresseur que tu recherchais – soit depuis le moment où il était devenu violent –, tu voulais lui parler tranquillement, sans prise de tête ; et surtout sans que la conversation ne dégénère.  

Louka speaks in Italic SlateBlue (His theme)

Jack swears in Italic Teal (His theme)
Messages : 87
Localisation : Toujours au milieu de la foule
Métier : Coach sportif, pour vous aider!
Pouvoir : Don't have any.
Humeur : Alternatif

Double(s) compte(s) : Edward Arcanès
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Louka Heider
Human
Sam 23 Sep - 22:29
La situation était complexe. D'un côté, il tentait de maintenir Jack muselé, ne sachant que trop bien ce qui se passerait à la seconde où il perdrait contrôle. De l'autre, il ne savait pas trop comment réagir face à la tentative de dialogue du détective. Evidemment, il était surpris... Mais devait-il entrer dans le jeu? Devait-il se méfier d'un coup en traître? Si Jack lui trouvait un point commun avec les autres victimes, il devait faire attention. Car la seule chose capable de contenir son alter ego était la voix de sa mère, et il n'avait pas très envie de retenter l'écoute du fichier audio si c'était pour revenir au même résultat que la dernière fois... Non, il ne voulait pas.

Maintenant qu'il y prêtait attention, ils faisaient presque la même taille, tous les deux. Il devait y avoir quoi, un ou deux centimètres de différence? En faveur de l'Afghan, bien sûr. Et sa nature sportive lui donnait un net avantage, aussi bien à la course qu'en boxe, même s'il n'aimait pas se battre... Autant dire que son alter ego profitait largement de cet avantage.


« Jusqu'à ce que... ? »

Ce n'était pas évident? Louka choisit de ne pas répondre, plus pour montrer l'absurdité de sa question - dont la réponse était pourtant évidente, qui aurait pu le remarquer sinon Jack? - que parce qu'il ne voulait pas répondre. Son interlocuteur sembla réfléchir un instant, avant de s'éclaircir la voix pour changer de sujet. Le monde est souvent trop petit lorsque deux personnes cherchent à s'éviter... Son père lui disait parfois ça, en parlant de l'autre enfoiré, du temps où il était encore en vie. Et sincèrement, il aurait aimé l'éviter. Pas seulement par rapport à Jack et aux migraines qu'il lui causait, mais aussi car il trouvait cette situation quelque peu... embarrassante. C'était presque comme s'ils cherchaient à meubler le silence.

« Votre entretien s'est bien déroulé ? Enfin, vous n'êtes pas obligé de m'en parler ; je m'en irai si vous me le demandez. »

Une partie de lui voulait qu'il parte, qu'il lui fiche la paix une bonne fois pour toutes. Une autre - Jack - voulait le faire souffrir, lui faire payer un crime qu'il n'avait pas commis, une ressemblance involontaire... Mais au fond, il était assez indécis. Le détective semblait faire des efforts pour ne pas se montrer arrogant comme la dernière fois, Louka pouvait donc faire lui aussi un effort et accepter ce semblant de dialogue. Non?

"Eh bien, je préfère ne pas trop en parler... Pas que ça me dérange, mais disons que je préfère que les choses soient effectives avant de parler de mon travail."

Ça pouvait sembler un peu idiot, mais il n'aimait pas mettre la charrue avant les bœufs. Simple principe de précaution. Et puis, tant qu'à faire des efforts, il pouvait bien se permettre de lui répondre, non..? Même s'il jugeait sa question absurde...

"Je vous avais à peine aperçu. C'est Jack qui vous a franchement remarqué et qui..."

Il s'interrompit pour se masser les tempes en grimaçant. Fichues migraines...

"Qui m'a poussé à me faire ainsi remarquer."

Il voulait que Jack s'en aille, mais il semblait décidé à rester... Pour quel motif?

_________________


Merci à Shiro pour ce kit magnifique o/

Louka's theme
Jack's theme


So let mercy come,
And wash away,
What I've done
.


Messages : 98
Métier : Agent du MI6
Pouvoir : Mémoire absolue
Double(s) compte(s) : Cýrus A. Andersen
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




William Scott
R:Psychic
Ven 6 Oct - 21:52
Not you again !

ft. Louka HEIDER

537 mots
dialogue en Lavender

Une légère déception te fit souffler silencieusement. Ah, tu voulais qu'il te partage son avis sur l'entretien, pas celui que son potentiel patron allait lui donner – ou non, tu ne savais pas réellement si ce patron était le genre de personne à ne jamais recontacter une personne lorsqu'il trouve qu'elle ne correspond pas assez à ses attentes. Tu voulais savoir s'il avait une quelconque chance de trouver un autre passe-temps que celui de frapper sur les autres.

Tu avais ravalé ton mécontentement avant de le noyer dans une neutralité que tu peinais à garder, malgré toutes les précautions que tu prenais.

« Je comprends. J'espère que vous aurez bientôt de bonnes nouvelles quant à ce travail. »

Ah, il ne t'avait fallu guère plus d'amabilité pour maudire ta propre hypocrisie. Tu avais l'habitude de dire clairement ce que tu pensais des autres, et la seule nuance de simulacre que tu connaissais, tu ne t'en servais que pour te moquer de ceux dont le cerveau n'était jamais assez poussé pour comprendre toute l'ironie de ton double-jeu.

«   Ah, il me déteste toujours autant s'il réagit de façon tellement violente que vous en pâtissez. »

Ce n'était pas un jugement de valeur, mais une constatation. Tu avais appris depuis bien longtemps à faire abstraction à la haine que ton comportement pouvait engendrer chez les autres. Et puis, qu'il t'apprécie ou que la simple vue de ton visage le répugne au point de vouloir t'encastrer dans le mur, cela ne faisait aucune réelle différence à tes yeux.

Tes pensées s'orientaient vers un nouveau sujet de réflexion alors que tes yeux se posaient furtivement sur les différents passants qui animaient la ruelle. Ah, depuis tout à l'heure, vous gêniez le passage en discutant en plein milieu du chemin, et l'agacement avait gagné la plupart de ceux qui devaient vous contourner. Autant tu n'accordais aucune valeur à ce qu'ils auraient pu penser alors que vous occupiez la majorité du trottoir, autant tu connaissais très bien cette émotion qui te poussait à vouloir tuer toutes les personnes qui avaient la bonne idée de s'arrêter pile devant toi, ou pile dans l'encadrement d'une porte, bloquant ainsi l'accès.

« Nous devrions nous décaler. » Avais-tu lancé au jeune homme, avant de finalement traverser la foule pour rejoindre la vitrine d'un magasin, un peu plus à l'écart, et qui vous permettrait de ne plus gêner les autres – sauf ceux qui semblaient vouer un culte au fait de coller les bâtiments lorsqu'ils se déplacent.

Tu avais pris appui sur la vitrine, le pied gauche planté dans le sol tandis que le droit se collait au muret, faisant ainsi face à la foule. Ton regard s'était de nouveau perdu dans le ciel, avant de rapidement revenir sur ton interlocuteur.


«   Concrètement, ça fait quoi de partager son propre corps avec une seconde personnalité ? » Tu étais juste curieux, tu voulais juste avoir une impression, un avis ou même n'importe quoi qui pouvait satisfaire ta curiosité. «   Enfin, je conçois que cela peut être très ennuyant et fatigant, bien-sûr...  Vous êtes encore conscient quand Jack prend le contrôle ? J'ai du mal à m'imaginer être parfaitement conscient et pourtant n'avoir aucune emprise sur mon corps. »   

Louka speaks in Italic SlateBlue (His theme)

Jack swears in Italic Teal (His theme)
Messages : 87
Localisation : Toujours au milieu de la foule
Métier : Coach sportif, pour vous aider!
Pouvoir : Don't have any.
Humeur : Alternatif

Double(s) compte(s) : Edward Arcanès
avatar
Human
Voir le profil de l'utilisateur




Louka Heider
Human
Sam 7 Oct - 21:55
« Je comprends. J'espère que vous aurez bientôt de bonnes nouvelles quant à ce travail. »

Cesse ce petit jeu inutile et viens-en directement au fait. Louka n'était pas dupe, il avait bien compris que cette phrase était pleine d'hypocrisie. Durant un instant, il fut tenté de lâcher prise, de laisser Jack reprendre le contrôle... avant de se rappeler que cette fois, il y avait bien trop de témoins pour que son père ou son autre lui puisse parvenir à leur faire garder le silence.

«   Ah, il me déteste toujours autant s'il réagit de façon tellement violente que vous en pâtissez. »

Ça oui, Jack le détestait. Il lui vouait une telle haine, alors qu'il l'avait à peine rencontré une fois auparavant. Il semblait reconnaître dans ce détective quelqu'un, mais qui? A qui pouvait-il bien ressembler à ce point? Inutile de songer à l'un ou l'autre. Son interlocuteur l'ignorait tout autant que Louka, et son autre lui refuserait certainement de répondre... Souffrant toujours de ces atroces migraines, le noiraud tenta de porter son attention sur n'importe quoi, n'importe qui... remarquant que certains passants qui les contournaient semblaient passablement agacés. Ah.

« Nous devrions nous décaler. »

Il le regarda traverser la foule, hésitant un instant. S'il fuyait, il n'aurait plus à supporter ces migraines, mais le détective reviendrait le harceler. S'il le suivait, il encourait le risque de perdre le contrôle sur Jack... mais l'autre aurait une partie de ses réponses. Il se décida à le rejoindre, mais non sans souffler un instant, gardant la même distance de sécurité que tout à l'heure. Il continua de masser ses tempes, Jack refusant nettement de se calmer. Tant qu'il gardait assez de distance pour empêcher Jack de l'atteindre directement, tout irait bien... Tout irait bien.

« Concrètement, ça fait quoi de partager son propre corps avec une seconde personnalité ? Enfin, je conçois que cela peut être très ennuyant et fatigant, bien-sûr...  Vous êtes encore conscient quand Jack prend le contrôle ? J'ai du mal à m'imaginer être parfaitement conscient et pourtant n'avoir aucune emprise sur mon corps. »

Enfin il en venait au point principal... Ce n'était pas de la sympathie, juste une curiosité morbide. Ce que ça faisait? Ça dépendait des jours. Des fois, c'était comme une simple absence. D'autres fois, c'était une migraine atroce.

"Je ne suis pas conscient lors du changement la majeure partie du temps. Ça me fait comme des absences... et je n'ai pas ou peu de souvenirs de ce que Jack a pu faire."

C'était la stricte vérité. Bien qu'il se doutait au bout d'un moment, ou alors quand il revenait avec les mains endolories sans souvenir de s'être défoulé sur un sac de sport. Les rares souvenirs qu'il pouvait avoir ne consistaient qu'en de brefs flashs d'images sans le moindre son, comme s'il avait fait un rêve ou comme s'il avait une hallucination.

"La seule fois où j'étais encore conscient quand Jack a pris le contrôle... C'était la dernière fois qu'on s'est vus."

La fois où Jack avait frappé le détective, avec l'intention de le laisser dans un état comparable aux autres victimes. Et ça avait été horrible. Le voir ainsi agir, sans pouvoir rien faire, supplier en vain de l'épargner... Il refusait de revivre ça. Il en venait à se poser la question, s'il avait été conscient le jour où Jack avait tué son beau-père, aurait-il su réussir à vivre avec le poids de cette mémoire?

_________________


Merci à Shiro pour ce kit magnifique o/

Louka's theme
Jack's theme





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers Extérieurs :: Rue Piétonne-