RSS
RSS


 

 :: Centre Ville :: Habitations :: Villas :: Villa de Nathaniel Okigaara Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

a recipe for happiness. ft Nath

avatar



Messages : 144
Localisation : Aux côtés d'un certain agent du MI6.
Pouvoir : Détecteur de mensonges.
Humeur : ლ(ಠ益ಠლ)

Double(s) compte(s) : Bartholomew A. O'Brien
Membre du mois
Voir le profil de l'utilisateur




Hamish Brackens
Membre du mois
Dim 27 Aoû - 16:01
Spoiler:
 

« what if I fall? »
oh but my darling, what if you fly?
Tu n'avais pas énormément dormi – ce n'était pas rare que tu dormes mal, mais cette nuit avait été différente. Autant tu t'ennuyais et tu pensais trop lors de tes insomnies, autant là, tu étais stressé. Presque effrayé. Tu avais peur que Nathaniel fasse une bêtise dans sa chambre, que tu ne sois pas capable de le sauver à temps (alors que tu étais resté pour la nuit justement pour éviter ça). Ça t'avait travaillé toute la nuit, et tu avais à peine réussi à fermer l'œil – tu étais resté attentif au moindre bruit.

La chambre dans laquelle tu avais dormi était silencieuse. Trop silencieuse pour toi. Tu avais toujours un bruit en fond sonore dans ta propre chambre – souvent, c'était le simple « tic-tac » de ton réveil, mais tu appréciais beaucoup lorsqu'il pleuvait et que les gouttes frappaient contre la fenêtre. Parfois, il t'arrivait de tapoter tes doigts contre le bois du sommier de ton lit pour faire un léger bruit, même si ça restait rare. Mais là, c'était vraiment trop silencieux. (Tu avais presque prié pour qu'il se mette à pleuvoir.)

Et lorsque tu avais enfin réussi à t'endormir, tu avais fini par te réveiller en sursaut. Sur le coup, tu avais été un peu confus, tes pensées étaient un peu embrouillées – puis tu t'étais finalement rendu compte que tu avais rêvé de ton suicide. Ça faisait vraiment longtemps que ça ne t'était pas arrivé – et tu avais été assez surpris. Un peu perdu aussi. Tu avais mis un instant à reprendre tes esprits, à reconnaître la chambre où tu avais passé la nuit et à te souvenir de la soirée que tu avais passé. Tu avais beaucoup pensé à des choses que tu ne voulais pas penser lors de cette soirée, et tu te disais que ça avait peut-être un peu de sens que tu aies rêvé de ton suicide. Tu étais resté un long moment allongé dans le lit à fixer le plafond, le temps que tu t'en remettes (ce n'était jamais agréable, et tu te rendais compte que ça devenait de plus en plus difficile de te réveiller de ce genre de rêve).

Tu avais enfin fini par te redresser, attrapant ton portable pour regarder l'heure – tu avais soupiré en voyant l'heure assez matinale. Si ça ne tenait qu'à toi, tu serais resté toute la matinée – et sûrement une bonne partie de l'après-midi – dans le lit, pour au moins essayer de te rendormir. Mais tu n'étais pas chez toi, tu ne devais pas l'oublier. Tu pourras retrouver ton lit plus tard, mais pas maintenant. Tu devinais que ta journée était loin d'être finie, et tu devais t'y préparer psychologiquement (et sûrement moralement aussi… cette soirée t'avait vraiment mis le moral à zéro ; et tu étais presque impatient de pouvoir rentrer chez toi, retrouver ton ami, passer le restant de la journée à bavarder avec lui et rattraper le peu de sommeil que tu avais eu cette nuit).

Tu avais senti le poids du couteau de Nathaniel dans ta veste lorsque tu l'avais attrapé. Tu avais tenté de l'ignorer, et tu t'étais finalement levé après avoir enfilé ta veste. Tu t'étais arrêté à la porte de la chambre, la main sur la poignée, et tu avais hésité un instant. En fait, tu ne savais pas vraiment quoi faire – tu voulais encore parler à Nathaniel, continuer votre conversation de la veille, entendre sa version des faits maintenant qu'il était totalement sobre. Mais tu n'étais pas sûr de toi – peut-être qu'il allait prendre peur ou qu'il n'allait plus vouloir se confier à toi ? Devais-tu partir, comme si de rien n'était ? Tu ne voulais pas vraiment faire ça – tu ne pouvais pas.

Alors, tu avais tout simplement arrêté de penser, et tu avais ouvert cette foutue porte. Tu t'étais arrêté un instant devant la porte de la chambre de Nathaniel, puis tu avais continué ta route jusqu'à la salle de bain. Tu t'y étais enfermé dedans et tu avais soufflé un instant avant de te diriger vers le lavabo. Lorsque tu avais vu ton reflet dans le miroir, tu t'étais rendu compte que ta mauvaise nuit avait laissé des marques ; tes cheveux étaient plus ébouriffés que d'habitude, tes cernes étaient plus visibles et tu avais le teint pâle. Tu avais aspergé ton visage d'eau froide pour bien te réveiller, et tu avais passé la main dans tes cheveux pour te coiffer un peu.

Sans vraiment réfléchir, tu avais sorti le couteau de Nathaniel de ta poche. Tu l'avais observé un instant avant de l'ouvrir, et tu avais grimacé en voyant le sang qui tâchait la lame. Tu l'avais passé sous l'eau et tu avais tenté de le nettoyer avec un mouchoir – même si tu savais pertinemment que les taches de sang étaient particulièrement compliquées à retirer. Tu avais plus ou moins réussi à nettoyer la lame, et après l'avoir séché avec un autre mouchoir, tu avais replié le couteau et tu l'avais de nouveau enfoncé dans ta poche. Tu étais resté immobile un instant, avant de sortir de la salle de bain et de retourner devant la porte de la chambre de Nathaniel.

Tu avais hésité un long moment, puis tu avais frappé à la porte. Tu avais attendu un petit instant avant de frapper à nouveau, un peu plus fort.

« Nathaniel ? Tu es réveillé ? »

_________________

♥️♥️♥️



Spoiler:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 463
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Lun 28 Aoû - 11:22
Musique
 
A RECIPE FOR HAPPINESS



ft. Hamish
Ʃkaemp はは ™




I live in a world where anythin' is certain !
Each morning, I weep facing my fate.
I live in a world where I no longer believe in Something
Somewhere in time... lost in moments - so who I am ?



Je ne sais pas quelle heure est-il, je sais juste que je me sens mal, extrêmement mal. Pourquoi lui ai-je envoyé ce message?Je ne le sais toujours pas. Je me contente seulement de pleurer dans cette nuit sans espoir. Tous mes espoir sont partis en fumée le jour où nous nous sommes battus.

J'avais espéré l'amour, à présent je l'avais anéanti. A tout jamais...Et ça rien ne pourrait le changer. J'avais perdu la personne qui me donnait tant d'espoir dans ma vie, point. Je suis perdu depuis ce jour là, j'erre sans but. Je travaille sans être là, je me contente de faire le pantin, dictant mes dialogues mais au fond ? Je suis mort de l'intérieur. Je pensais que j'avais touché le fond lorsque mon petit frère de cœur n'avait pas accepté mes sentiments mais là ? Là c'était pire.

Je tombais encore et encore, un puis sans fond où je ne cessais de tomber. Je tentais vainement de m'agripper à des prises qui cédaient sous mon poids. Alors ça allait être ça ma vie à présent ? Ma vie n'allait être qu'une chute perpétuelle ? Non je m'y refusais.

Je fixe le plafond, impossible de dormir, pleurant en silence pour que mon ami ne m’entende pas. Je ne compte pas me faire du mal à présent. Je n'en ai pas la force, je suis comme cloué à mon lit. Comme une sorte de paralysie. Malgré tout au bout d'un moment j'arrive à bouger et me recroqueville en boule sur moi-même. Gardant l’œil sur ma main meurtrie.

Ô que j'aurai aimé faire plus... Mais il y avait Hamish avec moi et je m’interdisais le droit de mourir en sa présence. En cet instant il était ma bouée de sauvetage et je ne lui en remercierai jamais assez. Il aurait très bien pu me laisser dans ma merde mais non, il était venu. Sans m'en rendre compte j'avais « gagné » un ami. Mais je le plaignais tellement.... Avoir un ami comme moi. Quelle plaie !

Je soupire et ferme les yeux pour essayer de ne pas penser mais je n'y arrive pas. Le sang qui pulse dans ma plaie m'en y empêche. Je soupire et explore toutes les positions possible et imaginable pour trouver un semblant de sommeil. Impossible. Je me remets donc sur le dos passant mon bras sur mes yeux en continuant à pleurer. J'inspire et expire doucement mais rien à faire, les larmes coulent toujours.

Je me tourne et vois mon portable sur la table de nuit près de la lampe. Je le prends et regarde mes messages en souriant lorsque je lis ceux de mon beau bijoutier puis je pleure encore plus. Quel con ! Je me suis encore fait avoir par ces deux sentiments : l'amour et la jalousie. Je dois vraiment arrêter. Ne plus m'attacher, à personne ! Construire une coquille autour de mon cœur, in-brisable. Pour être sûr de ne plus jamais avoir mal.

Enfin je ferme ma messagerie et regarde l'heure. Il est très tôt, Hamish doit dormir, je n'entends rien provenant de sa chambre. Tant mieux s'il s'est endormi, je l'ai tellement sollicité cette nuit que je pense qu'une bonne nuit de sommeil lui fera du bien.

Quant à moi je serai bien marqué tout à l'heure mais bon ce n'est pasabien grave. Je repense à tout ça une nouvelle fois. Quel bordel ! Pourquoi je suis comme ça ? I'm only scared of myself. Oui et cela ne date pas d'hier. Je crois que tout ça à commencer le jour de la mort de ma mère. Ma mère... Voilà que je recommence à penser à elle. Non pas maintenant, surtout pas, s'il vous plaît...

Je me laisse tomber sur le lit, la tête étouffée contre le coussin et hurle de rage. Ma mère, Caleb, Lindsey et maintenant Gareth. Non je n'en peux vraiment plus. Il faut que tout ça cesse. Je dois tout faire cesser.

Oui... Et pour ça je dois y laisser ma vie. Dire une bonne fois pour toute au revoir aux gens que j'aime et m'éteindre dans ma demeure. La presse à scandale aura de quoi parler pendant quelques semaines. Ça fait toujours cet effet là lorsqu'une étoile montante, tombe, justement.

Je ne cesse de penser à toi, encore et encore. Ça fait toujours mal. Par ma faute. Quel idiot ! Je gâche toujours tout. Pourquoi ? Pourquoi je suis aussi bête ? Il va me fuir à présent. Nous n'aurons plus de nouvelles l'un de l'autre. C'est peut être mieux pour lui non ?

Pris dans les bras du vent
L'amour se perd dans les distances
Le ciel que je prenais d'un coup d’œil était trop brillant
Quand s'est emporté lentement par le coup de vent
La nostalgie trouble mon cœur


Je repense à la toute première fois où nous nous sommes rencontrés. Tout s'était enchaîné tellement vite. Je ne savais pas dans quoi je m'embarquais mais ça me semblait être une si belle brise. Je ne pouvais pas la laisser passer.

Et puis tellement de nuits se sont enchaînées, tellement brûlantes de passion. Tellement magique. Mes larmes coulent de nouveau. Je le veux. Ce sentiment est tellement présent en moi. Je le veux, lui et personne d'autre. À présent il n'y a plus que lui qui compte et j'en suis persuadé seulement, comment le reconquérir ?

Si seulement c'était le mot. Peut être et sûrement qu'il ne partage pas mes sentiments. Je dois me faire une raison mais comment quand ce sentiment et autant présent ?

Pris dans les bras du vent
L'amour se perd dans les distances
Le ciel auquel je jette un coup d'oeil cruel
Se referme et t'emporte


Je n'en peux plus. Je ne peux plus vivre sans lui. Comment ne m'en ai-je pas rendu compte plus tôt ? Comment ai-je pu être si aveugle ? Peut-être parce que ce n'était qu'un plan cul à la base. Et cela avait marché quelques semaines, quelques mois ?

« Nathaniel ? Tu es réveillé ? »

Je sors de mes pensées lorsque j'entends la voix de Hamish. Je me lève en vitesse et me mets un pantalon de maison avant d'ouvrir la porte à mon ami,les yeux rougis par les pleurs de cette nuit.

Je n'ai pas dormi... Et vu ta tête tu n'as pas dû dormir beaucoup toi aussi... Pardon, tu veux que je te raccompagne chez toi ?

Je passe devant lui et descends les escaliers pour me diriger vers la cuisine. Je prends le flacon sur la table et prends quelques anxiolytiques. Je me retourne alors vers mon ami.

Tu veux manger quelque chose ? Pour une fois mon frigo est plein.


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 144
Localisation : Aux côtés d'un certain agent du MI6.
Pouvoir : Détecteur de mensonges.
Humeur : ლ(ಠ益ಠლ)

Double(s) compte(s) : Bartholomew A. O'Brien
Membre du mois
Voir le profil de l'utilisateur




Hamish Brackens
Membre du mois
Mer 30 Aoû - 23:36
« what if I fall? »
oh but my darling, what if you fly?
Tu n'avais pas vraiment envie de réveiller Nathaniel – tu devinais qu'il avait dû passer une mauvaise nuit à cause de l'alcool et de ses pensées, et tu ne voulais pas le priver de quelques minutes de repos en plus. Tu voulais juste t'assurer qu'il était toujours vivant, qui n'avait pas franchi le pas pendant la nuit. Et, à part ça, tu n'avais aucune raison de le réveiller – alors tu te trouvais un peu malpoli (mais tu savais bien que vérifier son état valait toutes les excuses au monde – et, de toute façon, tu n'aurais même pas été capable d'attendre qu'il se réveille ou qu'il sorte de sa chambre de lui-même).

Tu avais retenu un soupir de soulagement en voyant la porte s'ouvrir – tu ne savais pas vraiment pourquoi, tu n'aimais pas vraiment quand on pouvait voir à quel point tu t'étais inquiété. Et tu avais un peu peur que Nathaniel ne comprenne pas le sens de ton soupir et qu'il l'interprète autrement. Mais bon, ça ne changeait rien au fait que tu étais si soulagé de le voir vivant – même s'il avait une mauvaise mine. Tu devinais à son visage – et surtout à ses yeux que tu n'osais pas croiser – qu'il avait pleuré (ah, ça pouvait tout aussi bien être parce qu'il n'avait pas dormi, comme il venait tout juste de te le dire…). Tout ça t'attristait vraiment – et tu espérais qu'il allait se sentir mieux aujourd'hui, même si c'était mal parti.

(Sans vraiment savoir pourquoi, tu ne voulais pas qu'il sache que tu avais mal dormi. Mais comme toujours, ton visage en témoignait et tu n'aimais pas ça – tu n'aimais pas quand quelqu'un pouvait deviner à ton visage si ça allait ou non.)

Tu avais secoué la tête – tu ne voulais pas devenir une gêne, mais tu voulais rester encore un peu. Juste pour t'assurer qu'il n'allait pas franchir le pas une fois que tu étais sorti de chez lui. Ou pour encore en parler un peu ; maintenant qu'il était sobre, peut-être qu'il allait se confier plus facilement (tu espérais qu'il n'était pas comme toi qui avais besoin de boire pour réussir à se confier un minimum…). Peut-être que vous alliez réussir à trouver une solution à deux, que son problème allait s'arranger un peu. Tu espérais beaucoup de choses et tu savais que tu en demandais trop – mais tant pis. Tu en demandais toujours trop.

« Ne t'excuse pas » tu ne voulais pas qu'il soit désolé. « Ça va aller, je pense que je peux rentrer tout seul » (tu te souvenais de la route du retour – ça t'étonnait même un peu, toi qui avais tendance à toujours tout oublier).

Il était passé devant toi, et tu l'avais suivi jusque dans la cuisine. C'était seulement lorsqu'il t'avait demandé si tu voulais manger quelque chose que tu avais remarqué à quel point tu avais faim. D'habitude, tu grignotais souvent quelques biscuits jusqu'à tard le soir, et la première chose que tu faisais en te levant le matin, c'était prendre un petit-déjeuner copieux. Mais là, tu avais passé toute la soirée avec Nathaniel, et tu n'avais rien mangé. Et tout ce stress que tu avais ressenti t'avait encore plus creusé sans que tu ne t'en rendes compte (comme si tu n'avais pas eu le temps de penser à toi-même depuis la veille). Tu avais hoché la tête.

« Je veux bien, si ça ne te dérange pas » (tu te trouvais un peu idiot ; s'il t'avait proposé, c'est que ça ne le dérangeait pas). « N'importe quoi me suffit, je ne suis pas difficile. »

(Tu avais soigneusement ignoré le fait que, si tu avais dit ça, c'était juste parce que tu n'allais pas être capable de choisir s'il te proposait quelque chose. Et puis, de toute façon, c'était la vérité ; tu n'étais pas très difficile en terme de nourriture.)

Tu l'avais fixé un petit instant, avant que ton regard ne tombe à tes pieds. Tu voulais reparler de ce qu'il s'était passé hier soir, mais tu ne savais pas si c'était une bonne idée. Peut-être devrais-tu attendre un peu ? Tu ne savais pas si c'était une bonne idée, tu savais que ça allait être gênant et tu ne pensais pas que c'était une bonne chose de faire traîner et de tourner autour du pot. Tu n'aimais pas être aussi direct, mais… avais-tu vraiment le choix ? Tu ne pouvais pas non plus faire comme s'il ne s'était rien passé – Nathaniel était à deux doigts de mettre fin à ses jours, et tu ne pouvais pas juste l'ignorer. Ça te rendait malade.

Oubliant tes pensées, tu avais pris une grande inspiration et tu avais finalement fouillé dans la poche de ta veste. Tu avais sorti le couteau et tu l'avais tendu à Nathaniel, évitant soigneusement son regard.

« Je te le rends, comme promis » un petit sourire avait étiré tes lèvres, mais il s'était effacé juste après. Tu étais resté silencieux un petit moment avant d'ajouter : « Tu veux qu'on reparle de ce qu'on s'est dit hier soir ? »

Tu avais un peu envie de voir ce qu'il te dirait maintenant qu'il était sobre. Il pouvait tout aussi bien dire exactement la même chose, tout comme il pouvait dire l'exact contraire – et tu appréhendais un peu ses paroles. Tu ne savais pas vraiment pourquoi, ça te faisait un peu peur (peut-être que le stress de le perdre au milieu de la nuit faisait encore effet sur toi ? Tu n'en avais aucune idée).

« Enfin, c'est comme tu veux, hein » tu ne voulais pas l'obliger à faire quoi que ce soit.

_________________

♥️♥️♥️



Spoiler:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 463
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Ven 1 Sep - 8:56

Musique
 
A RECIPE FOR HAPPINESS



ft. Hamish
Ʃkaemp はは ™



Gareth, la petite écorchure qu’on a sur le palais et qui ne peut cicatriser que si on ne cesse de la lécher. Mais on ne peut pas.

Je n'ai presque pas dormi cette nuit. Faisant des va et vient dans ma chambre, pleurant, ayant envie de tout casser dans cette chambre qui avait été témoins des ébats de mon beau bijoutier et moi. Je devrai sûrement arrêter d'y dormir un peu ? Aller dans l'autre chambre ? Je peux encore sentir son parfum alors que je sais qu'il a déjà disparu. C'est seulement une hallucination olfactive je le sais mais ça me semble tellement réel...

Je mets un pantalon de pyjama lorsque que j'entends mon ami qui tapote le dehors de la porte. Je m'en veux tellement qu'il ait assisté à cette scène. Je n'aurai jamais dû lui envoyer ce message. Je l'avais dérangé c'était sûr et lorsque j'ouvre la porte je vois son visage. Les traits marqués, des cernes, il n'a pas dû beaucoup dormir. Moi aussi je dois être à peu prêt pareil mais je m'en fous...

Les plaies de mon cœur malade me font mal, dans les ténèbres.
Les souvenirs de ce moment où nous étions ensemble disparaissent.
J'ai fait le cauchemar d'une passion refoulée,
Et je n'entends pas la voix qui vient à la fin.

Et pourtant c’est bien toi mais, je t'ai perdu ce fameux soir. Il y a un mois jour pour jour. Je ne me suis même pas excusé. Je suis un bon à rien. J'aurai dû le faire, au moins ça. Malheureusement ma jalousie me l'avait empêché, mon ego aussi. Depuis je ne savais pas ce qu'il devenait. Ô mon beau Gareth que fais-tu en ce moment ? Là, tout de suite ? Tu dois dormir paisiblement.

Je soupir au même moment que Hamish et se me masse les tempes, yeux fermés. Il faut que j'arrête d'y penser au moins cinq minutes, mais, je n'y arrive pas. Il est omniprésent dans ma tête. Il tambourine ses poings contre les os de mon crâne. Ça fait mal, tellement mal. Je m'en veux. Tellement.

Je vais lui envoyer un message . Oui. Quand je n'aurai plus peur. Quand Hamish ne sera plus là je prendrai mon courage à deux mains. Je ne veux pas le contacter maintenant parce que je sais que selon la réponse qu'il m'enverra je suis capable de me remettre à pleurer devant mon ami. Il a déjà assez donné hier le pauvre. Quel con !

Je sors un petit laps de temps de mes pensées et passe devant mon ami pour descendre les escalier lentement, j'ai la tête qui tourne, et me retrouve dans la cuisine. Qu'est ce qui peut bien lui faire plaisir de manger ? Après tout je ne sais pas s'il a mangé la veille. Quant à moi je n'ai pas manger mais c'était devenu une habitude depuis un mois. J'ai d'ailleurs perdu quelques kilos qui se voit légèrement.

Mais je vais me forcer à manger un peu, je ne suis pas seul et je ne veux pas inquiéter le blond encore plus que ce que je ne l'ai déjà inquiété. Je sors alors des confitures du pain de mie des céréales et du lait ainsi que deux bols. Je passe les tranches de pain de mie dans le toasters puis les ressors.

Sers toi je t'en prie ! Tu veux du café ou du thé ?

Quand t à moi je me prend un bol de céréales et m’assoies près de lui. Je perds ensuite mon regard dans le vide, ne bougeant plus. Absorbé par quelque chose invisible.

On tourne en rond
Sans s'affoler jamais
Mais il faut qu'on s'affole
Il faut qu'on s'affole
On s'élance à corps perdu
Dans des bribes d'aventure
Qui ternissent la vue
Jusqu'au point de rupture


On ne changera rien
Si on s'attache les mains


Je reprends mes esprits et avale difficilement alors que je vois mon ami me faire glisser mon couteau papillon sur le comptoir. Ne me regardant pas il me dit juste que c'est parce qu'il me l'avait promis. Et là il s'accroche. Reparler d'hier ? Est-ce la meilleure des conversations après ce que je lui ai fait subir ? Tout ce stress, toute cette tension. Il ne me connaît que depuis peu et j'ai l'impression qu'il me connaît déjà par cœur.

À quoi cela sert-il que je lui en parle de nouveau dans le fond ? Il n'en a pas eu assez hier ? Je ne lui en veux pas du fait qu'il veuille en savoir plus ,au contraire cela me prouve qu'il veut vraiment me comprendre. Vraiment comprendre le pourquoi de mon envie de me suicider. J'en ai tellement envie, et voilà que ma main tremble.

Je repose la cuillère sur le comptoir et soupire lentement et doucement. J'ai fini mon bol à présent je vais aller fumer. Mais je n'oublie pas sa question. Mes mains tremblent. Je ne me sens pas bien. Mes mains tremblent parce que j'ai de nouveau envie de me faire du mal. Ce que je lui avoue sans m'en rendre compte.je me tais suite à cette révélation et prends mon paquet de cigarette sur la table basse alors que je m'assois sur le canapé en cuir.

Tournant ma tête sur le côté pour regarder Hamish, sans vraiment le regarder dans les yeux, j'ai trop honte de ce que je viens de lui avouer. Il va encore rester par ma faute. Je m'en veux encore plus et mes mains bougent toutes seules.

Can't you see that you're smothering me
Holding too tightly afraid to lose control
Cause everything that you thought I would be
Has fallen apart right in front of you



J'allume ma cigarette avec peine et difficulté, une fois cela je la porte à mes lèvres et tire une grosse latte. Je reporte alors mon attention sur mon cendrier fait par H.R. Giger en personne, un vieil ami décédé à présent mais qui m'aura marqué pour toute ma vie.

Que puis-je lui dire de plus ? J'ai envie de lui parler mais je lui ai tout dit hier. Veut-il que j'aille plus en profondeur dans mes réponses ? Je ne sais pas trop par où commencer. J'aspire une nouvelle fois sur ma clope et la tapote pour que la cendre tombe dans le cendrier.

Mes mains tremblent encore et j'aperçois les stéri-straps sur ma main droite, quel con ! J'ai de nouveau envie de pleurer mais je ne le ferai pas. Il ne saura pas comment me consoler. C'est dur de consoler quelqu'un et je le sais. Je soupire et de la fumée sort par mon nez.

Par quoi veux-tu que je commence ? Pose moi toutes les questions que tu veux et j'y répondrai...

Je dis ça sur un ton doux avec un petit sourire faible alors que je continue de fumer tranquillement.






_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 144
Localisation : Aux côtés d'un certain agent du MI6.
Pouvoir : Détecteur de mensonges.
Humeur : ლ(ಠ益ಠლ)

Double(s) compte(s) : Bartholomew A. O'Brien
Membre du mois
Voir le profil de l'utilisateur




Hamish Brackens
Membre du mois
Sam 2 Sep - 20:17
« what if I fall? »
oh but my darling, what if you fly?
Tu n'avais pas vraiment envie de donner l'impression que tu étais curieux, ou fouineur, ou quoi que ce soit d'autre. Tu te disais que c'était normal de savoir son avis maintenant qu'il était sobre – car il pouvait ne pas avoir le même que la veille. Enfin, c'était le cas pour toi – tu pouvais changer d'avis en fonction du taux d'alcool dans ton sang (et il y avait certaines choses que tu pouvais affirmer en étant saoul… et les nier totalement après avoir décuvé). Tu savais que ce n'était pas le cas de tout le monde, mais tu voulais juste être sûr que son état mental était un peu mieux que la veille. Que là, il n'allait pas menacer de se suicider. Tu mentirais si tu disais que tu n'avais plus peur qu'il franchisse le pas – en fait, tu te demandais si tu n'allais pas encore avoir peur dans les jours à venir. Ah, tu avais son numéro donc tu pouvais lui envoyer un message de temps en temps, mais tu n'y pensais pas systématiquement et tu avais parfois du mal à envoyer un premier message. C'était idiot.

Tu t'étais installé à table, et tu avais hésité un instant en voyant ce que Nathaniel déposait sur la table. Tu avais secoué la tête et soupiré devant ton indécision avant de te servir des céréales, comme lui, et de commencer à manger lentement. Même si tu avais faim, tu avais un peu du mal à manger – tu n'étais pas vraiment dans ton assiette ce matin.

« Du café, s'il te plaît » tu préférais le thé, d'habitude – mais tu avais besoin de café pour bien te réveiller et oublier ta fatigue pendant un instant.

Nathaniel n'avait pas répondu à ta demande d'en reparler – au fond, tu t'en fichais un peu ; il faisait ce qu'il voulait, et tu lui avais bien assuré qu'il n'était pas obligé. Mais tu avais quand même un peu peur qu'il l'ait mal pris et qu'il pense que tu voulais fouiller dans sa vie privée. Tu n'étais pas comme ça ; tu voulais juste t'assurer qu'il n'aurait plus besoin de toi pour le reste de la journée (tu avais encore des frissons lorsque tu repensais au moment où il t'avait dit qu'il se serait suicidé si tu n'étais pas venu…). Peut-être qu'il aurait encore besoin d'un soutien émotionnel plus tard, aussi bien dans deux jours que dans quelques mois, mais tu voulais juste qu'il aille bien au moins pour la journée.

Mais c'était mal parti ; tu voyais ses mains trembler et il t'avait avoué pourquoi – et tu n'avais pas su quoi lui répondre. Tu t'étais mordu la lèvre et tu l'avais regardé se lever. Tu l'avais suivi des yeux alors qu'il s'installait dans le canapé et qu'il allumait une cigarette. Tu avais de nouveau envie de lui demander de ne pas fumer – surtout dès le matin, l'odeur avait parfois tendance à te donner mal au crâne et tu n'avais franchement pas envie de te retrouver avec une migraine. Un silence s'était abattu, et tu sentais presque le poids sur tes épaules – mais tu ne savais pas quoi dire. Tu ne pouvais pas juste lui dire « oh, ça va passer » ou une idiotie dans le genre – et tes pensées fonctionnaient encore au ralenti. Ça t'énervait un peu de ne pas savoir quoi dire – tu avais l'impression d'être inutile.

Tu avais manqué de sursauter lorsque Nathaniel avait brisé le silence (tu avais presque envie de le remercier d'avoir parlé, tant le silence commençait à te mettre mal à l'aise). Tu avais réfléchi un long moment (ah, il fallait vraiment rien te demander, tant tu étais indécis – et ça t'énervait), alors de finalement lui répondre.

« Je me demandais ce que tu comptais faire maintenant » tu avais passé une main derrière ta nuque. « Si tu allais reprendre contact avec l'homme dont tu me parlais hier soir, ou si tu allais faire autre chose… »

_________________

♥️♥️♥️



Spoiler:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 463
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Jeu 7 Sep - 10:59
Musique
 
A RECIPE FOR HAPPINESS



sous-titre
ft. Hamish
Ʃkaemp はは ™



Je lui demande ce qu'il veut boire et il me répond un café. Ça tombe bien j'allais m'en faire un, seulement je ne sais pas s'il veut un long ou serré. J'opte alors pour un café serré, mettant les deux tasses sous la machine à café. Cela nous réveillera un peu plus.

Une fois le café ayant fini de couler je pose sa tasse près de son bol de céréales et fais de même pour moi. Je mange tranquillement et bois mon café en même temps. Une fois tout cela fini je vais me mettre sur le canapé pour fumer ma cigarette du matin, seulement, lorsque je vois la tête dégoûtée d'Hamish je l'écrase dans mon cendrier personnalisé.

J'avais oublié qu'il ne fume pas et je sais que pour un non-fumeur la fumée de clope de bon matin ne fait pas bon ménage. Et s'il vomissait à cause de ça ? Non je ne vais pas prendre le risque alors je l'éteins. Après tout je peux bien m'en passer non ? Je regarde alors mon ami et lui souris faiblement.

Un lourd silence s'installe et je n'aime pas ça, ça me mets mal à l'aise et je me racle la gorge avant de rompre ce silence par la première chose qui me vient à l'esprit. Lui dire la vérité, je me le devais après ce qu'il a fait pour moi. Je ne peux pas ne rien dire à un ami. Après tout les amis sont là pour aider. Quand ça va tout comme lorsque ça ne va pas. Et il me l'a prouvé. Il aurait très bien pu ne pas venir.

Je soupir et fini par lui dire que je répondrai sincèrement à toutes ses questions. Même les plus embarrassantes. Je lui doit vraiment la vérité, même si, hier je lui en avais beaucoup dit et que ça n'avait pas changé. Il prend alors la parole pour me demander si je vais reprendre contact avec mon beau bijoutier. Les larmes commencent à me monter aux yeux mais je ne le laisse pas voir.

Après les conseils qu'il m'a donné bien sûr que je vais reprendre contact avec lui, même si cela me fait extrêmement peur. Je sais très bien qu'après ce que je lui avais fait il m'en voudrait toujours surtout après un mois sans donner de nouvelles. Après tout je l'ai insulté en disant qu'il était une pute et je lui ai aussi dit que je le haïssais, même si ce n'était pas vrai.

Je voulais clairement qu'il me haïsse. Mais pourquoi au juste ? Parce que j'avais trop peur que notre liaison avance trop vite ? Sûrement. Mais je ne peux rien y faire, je m'attache toujours trop vite et là, en trois mois seulement j'étais tombé amoureux de lui.

En fait je ne suis qu'un simple trouillard. Trouillard en ce qui concerne l'amour parce que j'avais été trop déçu dans mes précédentes relations. Je sors alors de mes pensées en secouant la tête de droite à gauche, me rendant compte que j'avais de nouveau installé un silence assez pesant pour moi et pour Hamish, et j'avais peur qu'il prenne ça comme s'il était un fouineur alors que pas du tout.

J'ai juste peur qu'il se sente inutile alors que ce n'est pas le cas. En fait c'est tout le contraire . Il m'aide, vraiment. Sa présence m'apaise. All I've got... all I've got is insane... sauf en sa présence. Vraiment, j'aime le fait qu'il soit avec moi. J'ai peur du moment où il partira. Et si je faisais l'erreur d'en finir réellement ? Non il ne faut pas que je pense à ça. Je me décide donc à lui répondre.

Je pense que je vais t'écouter... Je vais essayer de le recontacté mais... Ça me fait tellement peur...

I push my fingers into my eyes
It's the only thing that slowly stops the ache
But it's made of all the thing I have to take
Jesus, it never ends, it works it's way inside
If the pain goes on, I'm not gonna make it !


J'ai tellement peur, tellement mal au cœur que j'ai l'impression qu'il va exploser et sortir de ma cage thoracique. J'ai l'impression que je vais devenir fou. Mon Dieu j'ai tellement peur ! Et s'il m'envoie bouler, Oui il va sûrement faire ça, j'en suis persuadé.

Et s'il ne me pardonne pas? Et s'il m'a oublié après ce que je lui ai fait ?

Je regarde mon ami et détourne le regarde pour plonger ma tête dans mes mains. J'ai cette envie de pleurer qui revient et je ravale mes sanglots, j'ai assez pleuré devant lui. Et puis c'est tellement dur de réconforter quelqu'un qui pleure que je veux lui épargner ça de nouveau.

Je me lève et me dirige vers la baie vitrée que j'ouvre pour fumer, recrachant la fumée bien à l'extérieur. Je sais que Hamish n'aime pas quand je fume mais j'en ai besoin. Pour me calmer et ne pas fondre en larmes.

Je tremble toujours et d'une voix mal assurée je lui demande s'il a déjà eu à faire à ça. Peut être que lui aussi est déjà passé par là et qu'il peut m'aider ? Je ne sais pas, après tout, s'il devenait violent lorsqu'il était bourré.

Je regarde de nouveau dehors pensif. Je l'aime tellement. Je veux qu'il revienne, mais comment faire après avoir autant fauté ? J'aspire sur ma cigarette et recrache la fumée. Je prends ensuite mon courage à deux mains pour lui demander ce qu'il pense de ce que j'ai fait. Je sais qu'il sera sincère avec moi, même si j'ai un peur de sa réponse.

Je perds mes repères
Je ne trouve même plus mes mots
Mais une seule chose
Reste, et reste encore
Ta voix


Je ne sais plus où j'en suis, réellement. Le soir de ce mois dernier j'avais tout perdu. La seule chose qui me reste c'est son visage dont les traits commencent à s'effacer tellement je ne les ai plus vus. Pourtant sa voix résonne en moi. Oui elle est toujours intact même sa voix enragée, c'est celle qui me rend le plus triste parce que tout est de ma faute.


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 144
Localisation : Aux côtés d'un certain agent du MI6.
Pouvoir : Détecteur de mensonges.
Humeur : ლ(ಠ益ಠლ)

Double(s) compte(s) : Bartholomew A. O'Brien
Membre du mois
Voir le profil de l'utilisateur




Hamish Brackens
Membre du mois
Mar 12 Sep - 20:10
« what if I fall? »
oh but my darling, what if you fly?
Tu avais peut-être un peu peur de revenir sur votre conversation de la veille – même si tu voulais que ce soit le cas. Tu ne savais pas vraiment pourquoi ; tu appréhendais peut-être une mauvaise réaction de la part de Nathaniel, ou qu'il te dise le contraire de ce qu'il t'avait raconté la veille – et que tu n'arrives plus à te faire un avis sur la situation. (C'était déjà assez compliqué comme ça de réussir à te faire un avis sur quoi que ce soit, mais si les faits changeaient, c'était encore plus complexe…) Si tu avais tant de mal à te faire un avis, c'était surtout parce que tu ne voulais pas blesser les autres – parfois, tu préférais mentir plutôt que d'avouer une vérité blessante. Mais là, ce n'était pas rien – Nathaniel avait menacé de se suicider, et tu ne pouvais juste lui mentir comme ça pour qu'il se sente mieux. Peut-être que tu trouvais la vérité dure, parfois injuste, mais ce n'était pas une très bonne idée de lui mentir aujourd'hui (tu pensais que ce serait de ta faute s'il avait de faux espoirs ou qu'il finissait bien plus blessé qu'avant).

Sans vraiment savoir pourquoi, tu préférais presque qu'il ne suive pas tes conseils. Toi, tu n'avais aucune expérience dans ce genre de problèmes (et, de toute façon, si tu avais eu la malchance de te retrouver dans une telle situation, tu aurais fui comme tu le faisais si bien), et tu avais l'impression de ne donner que des mauvais conseils. Tu ne voulais pas qu'il t'en veuille parce qu'il avait fait quelque chose que tu lui avais dit de faire, et que la situation se serait empirée par la suite. Tu ne voulais pas que ce soit de ta faute – c'était un peu égoïste de ta part, mais tu n'avais rien demandé non plus. Nathaniel avait eu juste besoin de toi, alors tu étais venu l'aider et c'est tout. Tu ne voulais pas être embarqué dans quelque chose que tu ne comprenais pas vraiment (tu avais déjà assez de problèmes comme ça, et ça te suffisait). Perdu dans tes pensées, tu avais sursauté alors que Nathaniel continuait de parler – tu t'étais tourné vers lui après un petit instant d'hésitation.

« Ce sont des choses qui arrivent, et tu n'y peux rien » (tu ne voulais vraiment pas lui mentir en lui disant que ses frayeurs n'étaient pas fondées ; il y avait un risque que ça arrive, et tu le savais très bien). « Je sais que ça peut être dur à entendre, mais s'il ne prend même pas la peine d'écouter tes excuses ou tes explications, il vaut mieux le laisser tomber. »

(Tu avais l'impression d'être un peu dur, un peu trop direct. Mais tu ne pouvais pas lui mentir et lui dire que tout allait bien se passer – car tu savais que ça allait être compliqué.)

Tu avais bien remarqué que Nathaniel semblait être sur le point de fondre en larmes. Tu voulais lui dire qu'il avait le droit de pleurer, de faire comme si tu n'étais pas là et de juste s'exprimer comme il le voulait. Mais les mots étaient restés coincés dans ta gorge alors que tu le suivais du regard jusqu'à la baie vitrée. Tu te mordais la lèvre, et tu avais détourné les yeux après qu'il se soit allumé une nouvelle cigarette, et qu'il t'ait demandé si tout ça t'était déjà arrivé (tu avais presque eu envie de rire, tant tu n'avais aucune expérience dans ce genre de chose). Tu n'étais pas particulièrement violent lorsque tu étais saoul – tout dépendait de ton état d'esprit et de la quantité d'alcool que tu avais ingéré, mais tu étais plus souvent têtu et intenable plutôt que violent (et, lorsque tu passais ta soirée saoul avec William, tu veillais toujours à lui demander, dès que tu avais décuvé, si tu avais dit ou fait quelque chose qui aurait pu le blesser. La réponse était toujours « non », et tu savais que ce n'était pas un mensonge). Et, la dernière fois que tu avais été jaloux, tu avais fini par jeter une rose par la fenêtre de ton appartement – alors non, la situation de Nathaniel ne t'était jamais arrivée. Tu avais secoué la tête pour lui dire que ce n'était pas le cas – et tu espérais que ce ne soit jamais le cas.

Et tu le savais très bien ; tu ne te le pardonnerais jamais si tu devenais violent avec qui que ce soit (peu importe qui – que tu sois saoul ou non). Tu refusais d'avoir l'audace de porter la main sur quelqu'un, quelle que soit la raison – tu détestais la violence, et tu préférais utiliser les mots plutôt que les poings. C'était aussi simple que ça – tu te demandais même si tu étais capable de rendre les coups si on te frappait. (Parfois, tu te disais que c'était parce que la violence te répugnait – mais au fond, tu savais que c'était juste parce que tu ne voulais pas finir comme ton père.)

Lorsque Nathaniel t'avait demandé ce que tu pensais de tout ça, tu avais réfléchi un long moment. Peut-être un peu trop longtemps. Tu ne voulais pas prendre parti pour l'un des deux, ou donner l'impression que tu rejetais la faute sur Nathaniel – tu voulais juste rester neutre et sincère (tu te demandais vaguement dans quoi tu t'étais encore embarqué… tu avais juste voulu être sympa, et voilà que tu avais l'impression d'être le juge d'un quelconque tribunal. Tu avais un peu peur que ça te retombe dessus). Tu avais retenu un soupir, alors que tu évitais soigneusement de croiser le regard de Nathaniel.

« Je pense que tu as réagi de façon un peu excessive » (tu n'aimais pas tes mots, tu avais l'impression qu'ils sonnaient mal, que tu l'accusais de toutes sortes de choses). « Car, si j'ai bien compris, vous n'êtes pas ensemble donc il a un peu le droit de faire ce qu'il veut, mais ce n'est pas non plus une raison… Bon, tu étais saoul, et même si ça n'excuse pas tout, tu n'étais pas toi-même et tu ne savais pas vraiment ce que tu faisais. Je pense que vous vous devez tous les deux des excuses et des explications. »

Tu évitais toujours le regard de Nathaniel, et tu avais fini par lâcher un long soupir. Tu espérais que toute cette histoire allait bien se finir.

« Tu devrais peut-être reprendre contact avec lui, ça ne sert à rien de faire traîner les choses. »

_________________

♥️♥️♥️



Spoiler:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre Ville :: Habitations :: Villas :: Villa de Nathaniel Okigaara-
Sauter vers: