RSS
RSS

Bestiae autem gemens

Tout autour de Niflheim, du centre ville aux alentours boiseux, des créatures étranges ont été aperçues semant la terreur et le désordre. Des couleurs vives, des comportements douteux et par-dessus tout un rapport presque logique avec La Mort pour les Reloads, elles semblent pour certaines perdues, prêtes à attaquer pour d’autres. Qui sont-elles ? Que veulent-elles ? En tout cas, il serait bon de ne pas trop les chercher… Prenez garde, faites attention ; et si vous avez un tant soit peu d’intelligence, courez.


 

 :: Centre Ville :: Bars et Boîtes de nuit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plaisir et déplaisir



Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Lun 21 Aoû - 17:06
Plaisir et déplaisir
La queue devant la boîte de nuit avançait lentement. Les videurs étaient devenus plus stricts sur les entrées ou quoi ? Bon en réalité Nathaniel et moi n’y étions que depuis cinq minutes mais coincés là comme ça, le temps paraissait plus long. Voilà deux mois que je le fréquentais et je ne m’étais jamais ennuyé une seule fois avec lui. Notre relation était un peu ambiguë, je pouvais le qualifier de sexfriend mais au fond c’était comme si quelque chose voulait se faire sa place, et que je le repoussais. C’était un peu plus que ça mais j’étais un peu perdu. Il nous arrivait de plus en plus souvent de se voir sans pour autant se sauter dessus comme les toutes premières semaines, c’était plaisant. En dehors de Yasuo je ne sortais pas avec grand monde, mais avec ce dernier il n’y avait rien d’indescriptible comme le roux, c’était un bon ami.

Agacé par toutes les questions qui souhaitaient à tout prix fuser dans ma tête, je me contentais d’enlacer l’acteur par derrière et d’enfouir ma tête dans son cou et laisser son parfum m’enivrer les narines. Une fragrance fruitée puissante et virile que j’aimais beaucoup, elle lui allait parfaitement. J’embrassais tendrement sa nuque et narguai du regard un petit curieux de la file qui nous observait, étrangement il me sourit.

Les hommes devant nous finirent par avancer calmement, j’entendis quelques râlements devant, visiblement un petit groupe s’était fait recalé. Je murmurai au rouquin que ça ne risquait pas de nous arriver avant de rire légèrement dans son cou. Notre tour arriva enfin et les deux videurs nous sondèrent de la tête aux pieds, comme un radar. Je portais une chemise trois-quarts bordeaux qui moulait mon torse, un jean gris foncé et des chaussures de ville blanches ; j’avais également une chaîne et un bracelet d’argent autour du cou et du poignet droit. D’un signe de la main l’un des videurs nous fit signe de pénétrer dans la boîte, dont la musique se faisait doucement entendre rien que devant les portes.

Ma main emprisonnant celle de Nathaniel, nous nous avancions et nous retrouvions dans une semi-obscurité. Des lumières scintillaient dans tous les sens, donnant une ambiance festive à laquelle j’avais envie de participer. La musique emplissait la grande salle et les corps se balançaient sur son rythme. Mais nous avions le temps pour cela, je rapprochai ma bouche de l’oreille du métis pour lui parler.  

« Allons boire quelque chose ! »

Je l’entraînai avec moi en direction d’un des bars, me faufilant entre les fêtards. Certains me lançaient des œillades peu innocentes et je leur souriais simplement tout en continuant mon chemin. Une fois devant le comptoir je commandais un petit whisky-coca et m’y appuyai pendant que Nathaniel se faisait servir à son tour. Mon verre en main je le faisais heurter celui du roux en lui faisant un clin d’œil. Je posais ensuite ma boisson après quelques gorgées et commençais progressivement à bouger en rythme avec la musique sans le lâcher des yeux. J’aimais quand il me regardait avec intérêt comme ça et ourlais mes lèvres d’un sourire espiègle.

Lentement je me rapprochais de mon nippon et plaçais mes bras sur ses épaules, ondulant des hanches et l’incitant à danser avec moi. Quelques fois je me saisissais de mon verre jusqu’à le finir complètement. Je reculai ensuite au fur et à mesure vers la piste et nous nous retrouvions finalement dans la foule. Difficile de ne pas se frotter aux autres qui dansaient également, mais j’appréciai cette euphorie.

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Lun 21 Aoû - 17:49
Musique
 
Plaisir et déplaisir
musique
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


L'attente se faisait longue enfin, nous n'étions là que depuis peu. Il nous faudrait surrement une petite dizaine de minutes pour rentrer. Aujourd'hui j'avais opté pour une chemise blanche et un jean noir ainsi que des doc marten's très classes. Je sentais mon beau bijoutier compressé contre moi, ça me faisait un bien fou !

Son souffle, j'adorai le sentir contre mon cou, ça faisait déjà un bbon moment que nous trainions ensemble et plus seulement pour des rencontres en tant que potes de baise. Pour être honnête cela m'allait très bien. Car... Car au fond mes sentiments évoluaient ? Non, TOUT mais pas CA. Je secoue la tête alors que nous pénétrons dans la discothèque. Les stroboscopes réchauffaient les mirettes comme on pouvait appeler ça !

« Allons boire quelque chose ! »

je le regarde et souris en le faisant passer devant moi alors qu'il se commande un whisky coca. Quelle honte ! Mais bon je le suis, je ne sais pas si ce whisky est bon ou non. Il en boit une première gorgée et je fais de même. Rha j'aime pas ça ! Bon pour le prochain coup ça sera du champagne dans un coin VIP, nous pourrons danser avec un peu moins de monde autour !

Il finit son verre et je fais de même alors qu'il passe ses bras sur mes épaules en souriant, je l'attrape alors par les fesses et le fait reculer comme il le fait avec moi. Frottant mon bassin contre le sien j'ai un petit sourire obscène.

J'omets la foule qui nous bouscule même si je n'aime pas ça. Je le ramène vers moi et passe ma main dans sa nuque pour l'embrasser fougueusement. Rien à faire du regard des autres, nous ne sommes pas bourrés. Et alors ? Notre attraction est tellement forte. Nous nous complétons. Mais merde à quoi je pense ! C'est un sexfriend, pas plus !

Je vois un homme se rapprocher de lui et je lui laisse la place en lâchant la main de mon beau bijoutier en montrant le coin VIP ou je fais servir une bouteille de champagne ainsi que deux verres au cas où nous voulions nous détendre entre deux danses. J'étais transpirant à cause de la foule et déboutonnais quelque boutons de ma chemise


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Mar 22 Aoû - 2:05
Plaisir et déplaisir
J’avais déjà bu des whisky coca bien meilleur que celui-là... Bon déjà je préférais le pur mais j’avais eu envie d’un goût plus sucré avec, c’était buvable quand même. Enfin, un certain roux n’était pas de cet avis si j’en croyais sa grimace. Je roulais des yeux en le fixant, un sourire amusé sur les lèvres. Pour le faire oublier sa mauvaise petite expérience, je me mis à danser en me rapprochant de lui sur le rythme entraînant de la musique. Subitement je sentis ses mains sur mes fesses et ce fut comme me prendre un petit choc électrique dans la nuque. Je mordillais ma lèvre lorsqu’il fit onduler son bassin contre le miens, nous entraînant dans une danse sensuelle jusqu’à la piste.

Une fois sur celle-ci, le son était assez fort pour que la communication soit presque impossible, c’était comme rentrer dans une bulle où il n’était permis que de danser. J’ouvrai grand les yeux en sentant les lèvres de Nathaniel dévorer les miennes avec ardeur, mais les fermai bien vite pour y répondre. Dans ce moment-là je ne pensais plus à rien mais uniquement à sa présence dans mes bras... Il serait mieux que je me reconcentre sur la soirée... J’avais trop peur de ces petites émotions qui s’insinuaient en moi alors qu’elles n’existaient pas avant. Ces choses en apparence sans importance, comme un cœur qui bat un peu trop vite pour un simple - mais fougueux - baiser, ou le fait que je m’attardais un peu trop à détailler les moindres traits de son visage que les lumières me permettaient de voir...

Je poussais un soupir vite dissimulé sous un sourire serein et continuai de m’amuser avec lui sans faire attention aux autres, se bousculer était normal ici après tout. Puis un homme se rapprocha de nous sur la gauche, à peu près ma taille, large d’épaules et une barbe de trois jours lui recouvrant les joues. Ses yeux sombres me fixaient avec intérêt, visiblement il avait envie de prendre la place de Nathaniel. Ce dernier voulait justement faire une petite pause et me montra un coin plus calme dans le fond de la boîte le côté VIP. Je hochai la tête, le regardai se faufiler à travers la foule, alors que mon nouveau partenaire de soirée se mettait à danser en m’entraînant avec lui. On pouvait dire qu’il avait le rythme dans la peau, j’avais même du mal à le suivre par moment, à un instant il me fit même tournoyer rapidement, avant de rire sans retenue. J’aimais faire ce genre de rencontre un peu loufoque et tout simplement amusante. La musique prit fin puis je le remerciai pour cette petite folie avant d’aller voir ce que faisait mon cher acteur.

Il était assis sur un banc circulaire aux coussins en cuir moelleux, dont la couleur violette ressortait parfaitement grâce aux lumières tamisées. À cette endroit la musique n’était ni trop forte ni pas assez, et je m’asseyais près de lui un sourire charmeur aux lèvres.

« Tu as pu admirer mon talent inné ? Je haussai les sourcils, l’ai arrogant, avant de reprendre. – Non en vrai il m’aurait tué avec une danse de plus ! »

Je ris franchement à ma remarque et me servais un peu de champagne, il était bon, aucun doute là-dessus. Mes yeux se baissèrent sur les boutons retirés de sa chemise, ça lui donnait un côté sexy et j’y passais mon doigt, dessinant le trait de ses pectoraux qui apparaissait. Je lui demandais s’il passait un bon moment puis nous continuions à discuter tranquillement en faisant descendre la bouteille de champagne. Au bout de quelques minutes nous nous levions pour danser de nouveau, cette fois en restant à l’écart de l’agitation, c’était tout aussi agréable. Plusieurs styles de musique passaient, il y avait de quoi se ridiculiser sur certaines où personnellement, je me laissais guider par Nathaniel. Mais malgré le fait que j’appréciai énormément cette tranquillité, le bain de foule m’appelait. J’avais compris que mon roux n’aimait pas trop cela.  

D’un pas nonchalant j’y retournais, danser seul ne me dérangeais pas, et je me doutais que je ne le resterais pas très longtemps. La fin d’un son et le début d’un nouveau, puis je sentis une main se frayer un chemin sur ma taille. Son propriétaire avait une belle peau mate, le crâne rasé et ce qui sembla être un motif sur le côté mais impossible de voir ce qu’il en était. Son air entreprenant me plut tout de suite et je lui offris un sourire malicieux. Le DJ lança une musique qui se voulait sensuelle alors autant jouer le jeu, non ? Nos corps entrèrent en contact et je profitai de l’instant, devenant joueur et charmeur à la fois, il me le rendait bien.

J’eu envie à un moment d’aller voir Nathaniel mais il me convainquit de rester encore un peu, réduisant toujours plus le peu de distance entre nous. J’avais besoin de me sortir ces émotions naissantes de la tête, retrouver une partie de moi, celle qui ne s’attachait à personne, qui était inaccessible. Oui c’était bien ainsi. Mon partenaire me murmura quelque chose à l’oreille et je ris en posant ma tête sur son épaule, là pas de prise de tête...

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Mar 22 Aoû - 6:51
Musique
 
Plaisir et déplaisir
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


Je demande un carré VIP et commande une bouteille de champagne puis un mojito. Gardant un œil sur mon beau bijoutier. Je sais très bien  qu'il doit en attirer plus d'uns mais c'est plus fort que moi je regarde d''un œil mauvais ceux qui l'approchent . Quoi? Non ! Ce n'est pas vrai je ne peux pas, ce n'est pas ça !

Je bois la moitié de mon mojito alors que Gareth revient tout sourire. Au moins il s'amuse et c'est l'essentiel. Nous buvons et dansons un peu à l'écart mais mon châtain se redirige vite vers la  salle bondée de mâle. Je n'aime pas la foule mais je veux montrer à Gareth que j'aime tout de même m'amuser, ce qui en soit,  est vrai.

J'ai vu que tu t'es bien amusé ne t'en fais pas.

Oh oui j'avais vu et j'étais quelque peu jaloux mais je lui souris tout de même avant de servir nos verres.

Tiens ça te fera du bien!

Il boit un peu de champagne mais me lâche très vite pour retourner danser, ce qui me rend un peu jaloux. Pourquoi au juste? Peut-être parce que je sais qu'il est désirable.  Rha bordel!
Je sors une cigarette n'ayant pas le droit de fumer à l'intérieur et fais un signe au serveur que je vais juste fumer. Je sors en effleurant Gareth qui danse tranquillement. J’aplatis mon dos contre un mur et fat jouer mon zippo avant d'allumer ma cigarette et commence à fumer. Puis je reviens tranquillement dans le carré VIP. Je n'avais pas beaucoup danser mais ça n'allait pas durer bien longtemps


I wanna be your illusion, be your illusion
To make you happy tonight,
Enjoy this trip with me
I wanna be your emotion, be your emotion
Why don't you turn off the light,
Imagine how we could be leavin


Aaaah cette chanson... Mon adolescence. J'adore. Je vois toujours Gaeth danser avec un nouvel homme et à la fin de la chanson je me mords la lèvres inférieurs et me dirige d'un pas de prédateur vers lui, les gens s'écartant en me voyant.

Je dépose mes mains sur ses hanches alors qu'il est de dos et commence à bouger en rythme, me serrant contre lui et l'embrassant dans le cou. Avec la transpiration mon parfum c'était presque effacé mais on pouvait tout de même sentir la fragrance qui était devenue douce.

Je le fais ensuite se retourner vers moi et le plaque contre un mur, rien à faire de si on nous voyait et avec tous ces stroboscopes... je lui caressais les flancs mettant mon genou entre ses cuisses pour le remonter vers ses parties intimes. Le mordant au passage. Je ne voulais qu'il n’ai d’yeux que pour moins, je voulais qu’il ne regarde pas les autres.

Mais putain pourquoi ?! C'était juste un plan cul ! Je m'arrêtais soudainement et reparti dans le carré VIP en lui chuchotant à l'oreille tout simplement « ce soir tu es à moi ». oh que oui, je ne voulais pas qu'il finisse dans le lit de quelqu'un d'autre, c'était égoïste mais c'est  ce que je souhaitais.






_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Dim 27 Aoû - 17:13
Plaisir et déplaisir
J’avais sentis son effleurement et regardé Nathaniel sortir de la boîte une cigarette à la main. Là je l’aurai bien rejoint mais mon danseur en décida autrement. Bah, il reviendrait de toute manière, je savais qu’il avait besoin de fumer. Mon attention se retourna sur le basané et je repris le rythme de la musique. Il me lança que si mon roux voulait nous rejoindre ça ne le dérangeait pas et je me mis à rire. Je doutais que l’acteur en ait envie, il aimait trop m’avoir pour lui tout seul, j’avais remarqué qu’il se montrait possessif par moment, aimant savoir ce que je faisais de mes journées quand je ne le voyais pas. Au début je prenais cela pour de la simple curiosité, mais à la longue je m’étais rendu compte qu’il n’y avait pas que ça.

La musique prit fin et j’allai au bar commander deux whiskys purs cette fois, histoire de faire une pause. Une fois terminé je remarquai un beau blond assis sur un tabouret et me dirigeai vers pour lui demander de danser avec moi, avec une assurance pouvant déborder sur de l’arrogance. Il ne manqua pas de me faire la remarque et accepta tout sourire. Ma chemise me collait à la peau, mais la musique était trop entraînante pour penser à la chaleur. Le blondinet ondulait des hanches d’une façon aguicheuse et je sentais le poids de ses bras sur mes épaules. Les miens placés dans son dos je suivais ses mouvements souples et fluides. Progressivement la chanson se faisait remplacée par une autre, je m’écartais légèrement du blond, le rythme changeant, puis deux mains vinrent se poser sur mes hanches.

Surpris, je tournais un peu ma tête sur le côté pour voir qui avait eu l’audace d’être aussi entreprenant, et un sourire en coin déforma mes lèvres en reconnaissant mon cher acteur. J’échangeai un rapide regard avec le blond qui me fit un clin d’œil entendu avant de se trouver un autre partenaire. Je passais ma main dans ses cheveux, il avait toujours cette odeur fruitée bien que plus effacée, c’était même plus agréable. Fermant les yeux j’appréciai le moment, mes mouvements se synchronisant sur les siens, ses lèvres dans mon cou me firent frissonner, puis je retrouvais rapidement plongé dans ses yeux gris. Je me retrouvais plaqué contre le mur froid et le dévisageai d’un regard mêlant étonnement et amusement. Je ne m’attendais pas à voir son côté un peu sauvage en pleine discothèque. Mon souffle chaud alla se perdre dans sa nuque lorsque ses mains remontèrent mes flancs et un gémissement m’échappa en le sentant me mordre et faire remonter son genou entre mes jambes. Qu’est-ce qui lui prenait d’un coup ? Non pas que je n’aimais pas au contraire, mon bas-ventre commençait à se tordre doucement, mais pour le coup il me surprenait. Je lui rendis sa morsure dans le creux du cou en goûtant sa peau douce sous ma langue avant de l’entendre me chuchoter que j’étais à lui ce soir.

Je ne pus retenir un ricanement puis l’observais s’éloigner vers le coin VIP. Il n’aurait jamais dû dire ça... L’alcool me montait lentement à la tête et me débridait chaque fois un peu plus. Je savais avec qui j’étais venu ici et avec qui je repartirais, lui. Mais il n’était pas obligé d’en être au courant, parce que je n’étais à personne. Le roux m’avait l’air très échauffé, j’avais envie de voir ce que ça donnerait si j’étais un peu trop proche d’un bel inconnu. Avant que je lui fasse comprendre qu’il ne risquait rien, par principe je ne comptais pas le laisser en plan. Cependant une partie de moi avait horreur de se sentir comme enchaînée, voulait lui montrer que j’étais seul maître de moi-même, c’était stupide, je savais que ce n’était pas dans ce sens, mais je n’y pouvais rien. Un air confiant et le regard perçant je me baladais à travers la foule, me persuadant de son regard gris sur moi. Un jeune homme à la silhouette fine presque frêle dansait timidement dans un coin. Je passais ma main sur son bras et lui souriait. Il était gêné mais ne rechigna pas à danser avec moi, je me collais dans son dos et enfouissais ma tête dans son cou. Il sentait la cannelle, un parfum doux se mariant parfaitement avec sa gestuelle.

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Lun 28 Aoû - 8:54
Musique
 
Plaisir et déplaisir
musique
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


J'étais rentré dans la boîte et m'étais tout de suite dirigé vers mon beau bijoutier qui dansait avec un blond qui, au passage, était très mignon. Il nous délaisse et je plaque Gareth contre le mur pour le chauffer.

Push me
And then just touch me
Do I can get my satisfaction?



Une fois cela fait je retourne au bar pour me prendre un double whisky que je paye et bois cul sec avant de laisser le verre sur le comptoir et de retourner à notre coin VIP. Il était en retrait et un peu moins assaillit par les stroboscopes ce qui donnait une belle vue sur les gens de la salle.

Je me sers un autre verre de champagne. Voilà je commence à être bourré à force d'avoir bu trop vite. Je suis endurant, mais boire l'alcool trop vite plus la clope ça donnait un mélange détonnant. J'ai la tête qui tourne à moitié et ne lâche pas mon châtain des yeux.

Il s'amuse ça se voit, et ça me rend jaloux. Quel con... Je suis pas en train de tomber amoureux quand même ? Non c'est impossible ! Je me suis promis de ne plus le faire. Pourtant, lui,il était.... Rha mais merde à la fin !

Je me lève et vais au milieu de la foule, trouvant un mec assez mignon avec qui je danse de façon passionné sur la musique enivrante. Gareth me voit-il ? Bon, on va dire que je m'en fous, il faut que je me défoule. Je prends le jeune homme par la nuque et lui roule un gros patin. Ne disant pas non l'homme dépose ses bras sur mes épaules et se laisse faire.

Pourtant je m'arrête bien vite. Je ne me sens pas bien. J'ai l'impression que je fais quelque chose de mal vis à vis de mon bijoutier. Lui n'a fait qu'aguicher. Mais merde ! C'est juste un plan cul je fais ce que je veux !

Pourtant c'est plus fort que moi, pris d'une certaine colère je lâche le type et vais voir Gareth en lui disant de me suivre. Ce qu'il se passerait ensuite ? Je n'en savais strictement rien, rien de bon je pense mais il fallait que je lui dise ce que j'avais sur le cœur.

Je me retrouve dehors, m'assurant que le beau châtain me suit. Il commence à pleuvoir et je galère à allumer ma cigarette et pas que sous l'effet de la pluie. La colère y joue pour beaucoup aussi. Je tremble de frustration, de l'inconnu de tous ces sentiments qui se rattachent à la colère.

Je veux qu'il m’appartienne. Non je suis trop égoïste. Il ne doit pas,je n'ai pas le droit. S'il ne veut pas je ne peux pas le forcer. Pourtant... Pourtant, non je le sais à présent.

C'est tellement dur à accepter. Alors j'ai... Des sentiments pour lui ? Alors que nous ne nous connaissons que depuis peu. Lui je sais qu'il n'en a pas, pour lui je ne suis qu'un plan cul. Je dois lui faire croire moi aussi, sinon il m'abandonnera.

Le voyant sortir je sais très bien qu'il voulait finir avec moi ce soir car je l'avais invité mais moi et ma connerie avions décidé de jouer la carte de la jalousie en voyant à quel point il dansait coller serrer avec les autres et ça, je n'arrivais pas à le supporter. Putain de sentiment à la con.

Dark love, I don't even know
Darkness is falling


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Lun 28 Aoû - 13:02
Plaisir et déplaisir
Je profitais du moment avec le jeune homme dans mes bras, sa timidité le rendait d’autant plus mignon. Vous aviez déjà ressenti ce sixième sens s’activer ? La sensation d’avoir un regard qui pèse sur vous ? J’avais la même en ce moment, et un sourire moqueur étirait mes lèvres dans le cou de mon partenaire. Nathaniel me fixait j’en étais sûr. Je retournais le châtain pour le resserrer de nouveau contre moi. Mon impression disparue progressivement et je levais la tête en direction du coin VIP, pour voir que mon roux s’était levé. Ah, il avait fini par se dire que lui aussi pouvait s’amuser, oui parce que c’était la raison de notre présence. Absolument rien ne nous empêchait de danser avec d’autres, nous n’étions pas ensemble, et commencions tout juste à se considérer comme des amis.

Et pourtant mes mains se crispèrent sur la taille du timide en voyant Nathaniel carrément roulé une pelle à un autre mec. Pourquoi, je n’en avais aucune idée, ou non plutôt, que je ne voulais pas admettre que ça me gênait. Mais j’avais le droit de ne pas apprécier, là où je ne faisais que danser lui roulait des patins alors qu’il m’avait chauffé, ok. Je ne comprenais même pas ma réaction, de la jalousie ? Je n’avais aucune raison d’être jaloux, je l’appréciai mais c’était tout, rien de plus ! Mais même en me disant mon envie de m’amuser s’atténuait un peu, et le châtain ne rata rien de la scène entière.

« C’est ton mec ? »

Hébété, je le fixais pendant quelques secondes, puis répondis d’une voix légèrement froide, frustrée.

« Non. »

Il haussa un sourcil puis plissa ses yeux en plongeant dans les miens.

« Tu l’aimes ? »
« Non. »

Une réponse un peu trop rapide pour être parfaitement vraie. Je n’étais pas amoureux, ça j’en étais certain, mais j’étais proche de lui.

« Je l’ai vu te plaquer au mur tout à l’heure... »
« On s’en fout... »

Dans un soupir je lui demandais d’oublier ça et nous continuons à danser même si dans ma tête tout était flou. Puis je sentis une petite tape sur mon épaule pour m’interpeller, je tournai la tête pour me retrouver face à face avec le métis, quoi il s’était déjà lassé ? Ou alors il avait voulu que je vienne lui faire une scène devant tout le monde ? C’était raté. Soufflant du nez, je saluais mon partenaire et suivait le roux dehors. La pluie avertissait déjà de sa venue et l’acteur peinait à allumer sa cigarette. Cependant ce n’étais pas à cause des gouttes qui tombaient mollement, ses mains tremblaient. Les mains dans les poches, je le fixais. Un rictus tâché d’une nuance mauvaise mais recouvert plus par une moquerie mal placée pris place sur mes lèvres. Ma voix était distante, cassante et montrait mon agacement lorsque je choisis de briser le silence.

« Qu’est-ce qui a, tu trembles encore du patin que t’as roulé ? »

Finalement ça m’avait touché plus que je le pensais, contrarié surtout, parce que je ne me serais pas abaissé à faire la même chose. S’il s’était mis à danser de la même façon que moi j’aurais pris ça pour un jeu, à celui qui mettrait sa fierté de côté en premier, mais pas dans cette situation.

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Lun 28 Aoû - 14:16
Musique
 
Plaisir et déplaisir
musique
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


On n’a pas de but ni de vraie place. On n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression c’est nos vies.

Pourquoi j'avais embrassé ce type au juste ? Non je n'avais aucun but à faire cela. Je voulais juste faire réagir Gareth mais il n'avait sûrement pas dû le voir. Quel con je fais ! Je me dirige vers mon beau bijoutier qui dansait avec cet espèce de blond mal peigné et lui tapote l'épaule pour lui demander de me suivre.

Je devais lui parler. De quoi ? J'en sais rien,j'avais besoin de lui parler, peut-être, qui sait, lui dire « je t'aime » mais... En étais-je réellement amoureux ? J'avais peur de me tromper. Même si mes sentiments ne me trompaient jamais cela dit, donc autant lui dire ? Non ? Même si lui ne ressentait pas la même chose.

J'étais à présent dehors et galérais à allumer ma clope alors que mon beau châtain arrivait à ma suite. Je prends une grande aspiration, tremblant des mains et recrache la fumée. C'est alors qu'il me parle d'une voix cassante qui me fit mal à la tête et, je dois bien l'avouer, à mon ego.

« Qu’est-ce qui a, tu trembles encore du patin que t’as roulé ? » 

Sur le coup de la colère je lui répondis du tac au tac que s'il en avait pas eu assez de se trémousser comme une pute depuis tout à l'heure je serai peut être pas allé visiter la glotte de l'autre inconnu. Des mots blessants que je n'aurai jamais dit si j'étais sobre et non pas sous les effets de l'alcool.

Je ne savais même pas si cette question allait lui faire un certain effet. Sûrement qu'il s'en foutrait après tout nous n'avions pas de lien particulier si ce n'est amical. Et encore, si cette relation allait rester intact après cette soirée, ce dont je doutais réellement.

Ma clope s'était consumée de  moitié alors que mes poings se serraient et que je m'avançais dangereusement de mon beau Gareth. La pluie commençait à battre un peu plus fort et tout le monde était rentré.

Unchain the colours before my eyes,
Yesterday's sorrows, tomorrow's white lies.
Scan the horizon, the clouds take me higher


Ma vue commençait à être troublée par la pluie mais pas que. Je me rendis vite compte que je pleurais. L'aimais-je autant ? Je devais détruire ce lien ? Oui, après ce qui c'était avec mon petit frère de cœur je n'avais plus le droit d'éprouver ce sentiment.

Je lâche ma clope et grogne avant de lui balancer un violent coup de poing dans le ventre, le regard noir. Pourquoi avais-je fait ça ? Je ne devais sous aucuns prétextes lui prouver que je l'aimais. Lui montrer qu'à présent il n'était plus seulement un plan cul me fendait le crâne et je voulais qu'il ait mal comme j'avais mal....

Tu me fais mal alors à ton tour, t'as pas à comprendre!

J'avais dis ça de toutee ma rage et les sanglots commençaient à s'entendre


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Lun 28 Aoû - 18:46
Plaisir et déplaisir
Une pute. Ça faisait mal venant de lui. J’avais autant fauté que ça ? Non je ne pensais pas, nous n’étions pas en couple que je sache. J’ignorai qui j’avais devant moi à l’instant mais ce n’était pas Nathaniel, ou alors si, peut-être que l’alcool révélait qui il était vraiment. Il empestait le whisky et le champagne. Je me serais bien énervé contre lui, j’aurai bien encastré mon poing dans sa joue que j’avais tant embrassé ; mais le roux m’avait pris au dépourvu, je m’attendais à ce qu’il me renvoie la pareille de ma réplique, mais pas de cette façon. Je déglutis difficilement avant de murmurer, ma voix ne voulait même pas sortir davantage.

« J’espère que c’est l’alcool qui te fais parler comme ça... »

La pluie ne semblait pas d’humeur non plus, tombant un peu plus forte, assez pour faire passer un frisson glacé le long de ma colonne vertébrale. J’observais l’acteur serrer les poings, sa cigarette déjà arrivée à la moitié. Il se tourna vers moi et commença à se rapprocher, mais son regard ne me disait rien qui vaille. Je sortais mes mains bien au chaud dans mes poches et faisais un pas en arrière par réflexe, trop surpris pour agir autrement. Les nuages déversaient plus violemment leur essence, mes mèches me tombaient un peu devant les yeux. Il avançait toujours.

« Qu’est-ce que tu fous ? »

Un grognement puis une douleur vive explosa dans mon ventre. Les yeux écarquillés je me pliais en deux, mes fesses s’appuyant sur le mur derrière moi. J’avais le souffle coupé, et relevais doucement la tête pour croiser un regard noir que je n’avais jamais vu chez le rouquin. Mais merde c’était quoi son problème ?! Mon incompréhension commençait doucement à se laisser remplacer par de la rage. Je lui faisais mal, de quoi il parlait ? Je ne comprenais rien qui justifiait qu’il devienne violent. Malgré la douleur je me relevais brusquement, mon poing alla finir sa course dans son menton, puis je l’agrippai par le col de sa chemise. Je le plaquai contre une voiture garée le long du trottoir, la mâchoire serrée, le souffle saccadé.

« T’as intérêt à t’expliquer tout de suite parce que ça va mal finir ! »

Comment on en était arrivé là, on était joueurs tous les deux, mais on savait aussi qu’on était irrémédiablement attirés l’un par l’autre alors c’était quoi cette crise démesurée ? Tout s’emballait trop vite, en réfléchissant, tout allait trop vite ! De notre rencontre à maintenant. J’avais été trop pris dans cette routine, le voir plus régulièrement m’avait fait m’attacher plus que ce que je voulais. On ne pouvait pas être ami avec une personne en couchant avec, j’étais con ! Sa voix avait tremblé elle aussi, aussi proche je pouvais voir qu’il pleurait, mais là maintenant j’étais trop en rogne pour m’amadouer devant ses larmes. Là je voulais qu’il l’ouvre pour s’expliquer !

♠ Lâche moi j'ai rien à te dire !
« Te fous pas de ma gueule Nath ! »

J’avais crié assez fort pour qu’il m’entende malgré cette foutu pluie. Ma prise sur sa chemise se renforça, son dos avait de nouveau heurté la voiture tellement cette situation m’énervait. Je sentais que rien n’irait en s’arrangeant s’il s’obstinait à ne rien dire.

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Mar 29 Aoû - 7:23
Musique
 
Plaisir et déplaisir
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


Hold me up…
I do need your help, I'll not stand my ground
Don't let me down, down, down !



« J’espère que c’est l’alcool qui te fais parler comme ça... » 

Bien sûr que c'était l'alcool ! Je ne me permettrai jamais de lui dire ça alors que ça faisait partie des règles de notre jeu que nous avions établie sans nous en rendre vraiment compte. Nous n'avions pas besoin de mots pour nous comprendre. Peut-être parce qu'au fond nous n’étions plus de simples plan cul l'un pour l'autre ? Même si nous ne nous sortions pas ensemble.

Il me demande ce que je fais alors que je m'avance d'un pas menaçant vers lui, je ne sais même plus pourquoi je fais ça... Je lui enfonce alors mon poing dans le ventre avec force. Immédiatement après ça je m'en veux mais je lui hurle qu'il n'a pas à comprendre. Si, je devrais lui dire mais je suis trop lâche pour lui avouer. Ma violence sous les effets de l'alcool montrent mon amour. C'est tellement con.

Je ressens ensuite une violente douleur dans le menton et je me mords la joue ce qui me fait cracher du sang.  Ça faisait mal... Mais peut être en avais-je besoin? Je lui hurle que je n'ai rien à lui dire alors qu'en fait si mais je ne veux pas, parce que ce serait admettre mes sentiments et ça, ça faisait plus mal que les coups.

Notre bagarre n'était plus un simple jeu comme la dernière fois au parc. Celle-ci était sérieuse et nous ne nous retenions plus. Il me choppe par le col et me plaque contre une voiture garée sur le trottoir.

Son emprise est sévère mais je ne lâche rien, je ne lui dirai pas. Les mots m'écorcheraient la bouche. J'ai trop peur de lui dire. Trop peur qu'il m'abandonne de peur de voir que je me suis trop fais prendre à notre jeu de séduction.

Je baisse les yeux, mes cheveux dégoulinant devant mon visage. Je ne bouge pas, comme si j'étais paralysé mais pourtant il ne tient que mon col et il ne me bat pas, je pourrai très bien lui faire du mal. Pour être honnête j'hésite... j'ai besoin de cette violence mais dans un autre sens j'ai envie que cela cesse.

Finalement je lui attrape le poignet et le maintiens de toute la force que j'ai pour lui tordre et lui faire une clé de bras, le collant à présent à la voiture qui m'avait accueilli il y a quelques minutes auparavant.

Je monte son bras du plus haut que je le peux, entendant un geignement de sa part. J'arrête. Je ne veux pas lui casser le bras, juste lui faire mal. Mes larmes redoublent et ma voix se fait encore plus tremblante.

J'ai des sentiments pour toi Gareth voilà tu peux le comprendre ! Non ?!

Je le relâche et le regarde se mettre de nouveau face à moi. Je ne saurai lire l'expression de son visage. A quoi pense-t-il ? Je secoue la tête pour me remettre les idées en place. J'ai failli lui avouer, non je ne peux pas ! Je fais un grand mouvement de bras en reculant et en hurlant.

Je te hais bordel !!!

J'avais dit ça avec rage mais ce n'était pas une phrase convaincu,on pouvait très bien voir que je mentais.

I can't escape this hell
So many times i've tried
But i'm still caged inside
Somebody get me through this nightmare
I can't control myself!
Help me believe, it's not the real me


Mon dieu faite qu’il m’aide, qu'il me donne un grand coup sur la tête pour que je reprenne mes esprits. Ce n'est pas moi, je hais cette addiction qui me rend fou, qui me transforme, je n'en peux plus. Pourquoi je me sens obligé de lui faire du mal ? Au contraire je devrai lui faire l'amour, lier nos corps comme au premier soir mais non.

Je me tire les cheveux et titube jusqu'à me rapprocher une nouvelle fois de mon beau bijoutier et de lui mettre un coup dans la joue. Quel con ! Il fallait vraiment que je m'arrête. Je ne voulais pas lui faire de mal. Mais merde !


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Mar 29 Aoû - 20:30
Plaisir et déplaisir
Aucune réponse venant de lui, juste cette rage et cette douleur dont je ne comprenais même pas la provenance. Mais plutôt que de me désemparé, son mutisme ne faisait que m’enrager de plus en plus ! Mon poing s’encastra dans sa joue, je ressentis une douleur dans mes phalanges mais en fit abstraction. Sous l’emprise de la colère je l’avais plaqué contre une voiture, trempée maintenant par la pluie qui ne cessait pas. J’avais beau lui demandé de s’expliquer, rien n’y fit, le roux continuait de s’obstiner à ne rien dire. Bien sûr qu’il devait parler, on ne frappait pas les gens sans raison merde !

Du sang coulait sur ses lèvres, je n’y étais pas allé de main morte mais c’était au moins équivalent au coup qu’il m’avait donné. J’en avais encore mal à chaque inspiration, et mon souffle devenait de plus en plus saccadée par la frustration. Moi j’étais complètement perdu par ce revirement de situation, et lui, cet imbécile, restait là sans rien déballer ! Tout ce que Nathaniel faisait était baisser la tête, les bras ballant, comme si ce n’était pas à lui que je parlais, sur lui que je criais.

Et une fois qu’il se décida enfin à réagir ce fut juste pour me faire encore plus mal. Pourquoi, pourquoi fallait-il toujours qu’une personne de qui j’étais proche finisse par être contre moi, ou juste, par ne plus agir comme avant ? Au collège on me faisait miroiter une amitié, tu veux rester avec nous, fait ci, tu veux avoir ton mot à dire, fait ça, et lorsque je refusais je m’en prenais plein la gueule. Ah il y avait aussi eu ce faux ami dont je n’avais plus attendu parler lorsque The Glow arrêta de donner régulièrement des coupons de réductions. Pourtant il n’avait pas donné l’impression d’être intéressé juste par ça. Mais c’était ça mon problème, ou je repoussais tout le monde ou je devenais trop naïf, parce qu’il y avait des périodes où ma solitude me pesait. En fait je comprenais que la Mort se foutait bien du monde, un trèfle à quatre feuilles ? Pour un mec respirant la poisse comme moi.

Je pensais connaître Nathaniel, mais en fait pas du tout, non je ne savais même pas qui était le vrai. Jamais je n’aurai pu penser qu’il serait en train de me tordre le poignet avant de me faire une clé de bras. La tête reposant quasiment sur le toit de la voiture basse, des larmes de rage commençaient à rouler sur mes joues en se mêlant à la pluie. Un gémissement de douleur traversa mes lèvres. Elles tremblaient, et ma voix aussi.

« Tu me fais mal... ! »

Des sentiments ?! Le comprendre ? Je ramenais lentement mon bras endolori contre mon torse, me retournant pour lui faire face. Tout ce qu’il vit fut un regard colérique et à la fois perdu, je ne savais plus. Lui ressentait quelque chose pour moi, après ce qu’il venait de faire ? Depuis quand est-ce qu’on s’en prenait à une personne pour qui on éprouvait ça ? Il se foutait de moi, pensait m’avoir avec ça ? Qui parlait là, l’alcool ou lui, est-ce que c’était vraiment important, les faits étaient là ! Je serrais les poings, je ne voulais qu’une chose, le frapper de toutes mes forces pour avoir osé tout gâcher ainsi. Un sursaut me pris en l’entendant crier qu’il me haïssait. Ça sonnait faux, comme s’il était aussi perdu que moi, mais je n’arrivais pas à enfouir la colère que j’avais contre lui. Les passionnels agressifs je les évitais comme la peste, s’il en était un je ne voulais pas en avoir affaire ! J’avais assez prit, et ça ne recommencerait pas.

Mon corps voulait se venger mais ma tête ne suivait pas. Je n’étais pas un violent, autre que pour me défendre directement je n’arrivais pas à infliger ce qu’on m’avait infligé durant des années par acharnement. Alors je restais là appuyé contre cette voiture, à le regarder se tirer les cheveux et péter les plombs, le regard ébahi comme un lapin devant des phares, attendant de se faire faucher... Comme lui je ne réalisais pas le poing qui venait s’écraser sur ma joue. Je titubais et me retenais au capot de la cage de métal, la douleur envahissait tout le côté gauche de mon visage. Je toussais, crachais le sang qui remplissait ma bouche. Rendre ce qu’on me donnait, c’était tout ce dont j’étais capable. Je me retournais brutalement en envoyant mon poing dans son visage une seconde fois.

« Si c’est ce genre de sentiments que t’as, tu peux te les foutre où je pense ! Si c’était vrai, on n’en serait pas là ! Personne ne veut d’un mec qui pète les plombs au moindre problème ! »

Moi-même je savais qu’il n’était plus uniquement question de physique avec lui, mais j’étais au fond partagé entre la peur de me tromper et l’envie de me laisser porter. Peut-être que je devrais abandonner l’idée d’avoir quelqu’un un jour, je n’avais définitivement pas de chance avec les autres, là c’était clair et net. J’essuyai mes larmes d’un mouvement de bras rageur, qui ne servait à rien avec cette pluie.

Nathaniel vint vers moi, me frappant encore, mes bras me servaient de garde mais il passait à travers ou touchait mon torse, je répliquais, moi aussi je voulais lui faire mal. Peu importait mes mots j’avais l’impression qu’aucun d’eux ne l’atteignaient. De plus, je n’avais pas l’entraînement qu’il possédait. L’acteur finit par prendre le dessus sur moi et je me laissais glisser contre un mur. Le visage et les côtes en feu, je finis par difficilement me relever en prenant appui sur ce dernier et m’éloignait lentement du rouquin que je ne reconnaissais pas.

« Je ne veux plus jamais te voir ! »

J’avais une arcade sourcilière en sang, ma lèvre également, je ne voulais même pas voir les bleus. Au bout de quelques mètres j’arrivais finalement à retrouver un semblant de démarche normale, j’aurai juste l’air d’un type un peu bourré. Ma main sur mon visage, je cherchais mon téléphone de l’autre, bien sûr l’écran était pété, mais il fonctionnait toujours assez pour que j’appelle un taxi, j’étais venu avec Nathaniel. Une voiture noire arriva au bout d’une dizaine de minutes, quand une voix familière m’interpella. Je tournais légèrement la tête pour reconnaître Stefan, merde il ne fallait pas qu’il voit ma tête ! Il se rapprochait, me demandant si j’allais bien mais je l’envoyais un peu bouler à la hâte avant de monter dans le taxi. Le conducteur se tourna vers moi et écarquilla les yeux.

« Oulah jeune homme qu’est-ce qui vous est arrivé ? »
« C’est rien, je veux juste rentrer chez moi... »
« L’hôpital serait mieux je pense ! »
« Vous êtes médecin ou taxi ?! »
« Ok ok pas besoin de gueuler... »
« Pardon... »

Ma voix était étouffée, je collais ma tête à la vitre, heureusement du côté propre, et regardais les rues défiler le regard vide et les pensées embrouillées.

Codage par Libella sur Graphiorum


Fiche | Profil
Thème 1
Thème 2
Messages : 543
Localisation : Chez moi, en tournage ou dans un bar
Métier : acteur
Pouvoir : Connaissance illimité
Double(s) compte(s) : akemi William's
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniel Okigaara
R:Psychic
Mer 30 Aoû - 15:57
Musique
 
Plaisir et déplaisir
musique
ft. Gareth
Ʃkaemp はは ™


« Si c’est ce genre de sentiments que t’as, tu peux te les foutre où je pense ! Si c’était vrai, on n’en serait pas là ! Personne ne veut d’un mec qui pète les plombs au moindre problème ! »

Les sentiments que j'ai ? C'est de l'amour mais je n'oserai jamais lui dire. Je ne voulais pas lui dire de peur d'être une nouvelle fois abandonné.

C'est quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce qu'on veut...

Je l'avais perdu... J'étais prêt pour mourir à présent. Pourquoi ? Pourquoi devais-je toujours tout gâcher avec les gens que j'aimais ? Peut-être parce que je n’étais pas près pour ce sentiment ?

Is anybody listening ?
Can they hear me when I call ?
I'm shooting signals in the air
'Cause I need somebody's help
Reaching out
Holding on to everything I love
Crying out
Dying now
Need some help



je n'en pouvais plus et pourtant je continuais de le frapper de toutes mes forces alors que lui était à bout. Lorsque je fini je le vis se laisser tomber contre le mur. Je l'avais bien amoché et dans le fond je m'en voulais parce que laa seule chose à laquelle je pensais était nos corps entrelacés, faisant l'amour sous un ciel d'été...

« Je ne veux plus jamais te voir ! »

Ces mots résonnèrent dans ma tête, je l'avais bien perdu... Moi qui n'aurai jamais voulu ça... j'avais besoin de son aide pour passer outre tout cela mais je l'avais réduit à néant... Je le regardais une dernière fois et me retournais, ne bougeant plus quelques secondes pour allumer ma cigarette.

La pluie avait cessé, comme si elle avait voulut être témoin de notre bagarre...je pose ma clope sur ma lèvre et grogne alors que je suis assez loin de Gareth. Il m'avait bien fait mal lui aussi mais je l'avais cherché.

Je pleurai à chaude larmes lorsque je m'engouffrais dans ma voiture et allumais le contact pour partir en trombe chez moi. Le trajet ne fut pas bien loin, j'avais roulé assez vite.

Une fois la cage de fer garé je rentrai chez moi me déchaussais et allais dderrière le bar pour prendre du whisky et me mettre sur le transat avec de la boisson que je buvais directement à la bouteille, et mes clopes.

Je dû m'endormir aux alentours de six heures du matin chauffé par les rayons de soleil. Cette soirée j'aurai du la passer au lit avec mon beau bijoutier... Que je ne reverrai plus jamais...


_________________

They say before you start a war,

You better know what you're fighting for.

Well, baby, you are all that I adore.

If love is what you need, a soldier I will be.


Spoiler:
 


Fiche
Messages : 154
Localisation : Bijouterie - The Glow
Métier : Bijoutier
Pouvoir : Manipulation des peurs
avatar
R:Psychic
Voir le profil de l'utilisateur




Gareth Nightingal
R:Psychic
Mer 6 Sep - 21:49
Plaisir et déplaisir
Chaque respiration me faisait mal, j’avais l’impression d’avoir les côtes cassées, même si je ne pensais pas que ce soit le cas, il fallait y aller encore plus fort pour ça n’empêche... Ma tête bourdonnait, le peu d’alcool que j’avais bu y était monté et s’ajoutait aux tiraillements de mes joues endolories. Elle tournait aussi, je choisis de fermer les yeux, fixer la route défilante allait me donnait la nausée. J’ignorai combien de temps s’était écoulé durant le trajet, seule une voix ferme et à la fois inquiète et étonnamment bienveillante me sortit des limbes du sommeil.

« Jeune homme on est arrivé !... Eh oh vous êtes toujours avec moi ?! »

Une petite secousse sur mon genou et des appels incessants finirent par me faire lentement ouvrir les yeux. Tout était flou. Je clignais plusieurs fois des paupières, un marteau s’obstinait à fracasser mon crâne de l’intérieur, génial... Je plongeai mes yeux embués dans ceux du chauffeur, du moins le peu que je parvenais à voir dans la pénombre.

« Ah quand même ! J’ai cru que vous étiez tombé dans les pommes ! »
« Désolé... Combien je vous dois... ? »

Un faible sourire sur mes lèvres légèrement maculées de sang séché, je prenais difficilement mon portefeuille. Ce mouvement simple déclencha une douleur lancinante dans mon ventre, fais chier... Après que le taxi m’ait donné le tarif, je lui tendis un billet proche de la somme et commençait déjà à ouvrir la portière.

« Eh mais, votre monnaie ! »
« Gardez-là... »

Clairement je n’avais qu’une envie, plonger sous la douche puis dans mon lit, seul. Doucement je refermais la porte et tournait le dos au véhicule. Toujours dans une lenteur à faire pâlir un zombie, je me dirigeais vers le hall de mon immeuble. Mon badge ouvrit la porte fenêtre puis je montais les escaliers jusqu’au deuxième étage. Quelle soirée merdique... Elle aurait dû être aussi belle que toutes les autres que j’avais passé avec Nathaniel, mais non, c’était bien trop beau pour qu’il n’y ait aucun problème n’est-ce-pas ? Dire que je commençais à prendre goût à sa présence régulière, à l’accepter autrement que dans le cadre d’une histoire physique, mais non. J’étais dans le vrai depuis le début, ça ne servait à rien d’essayer, la fin était toujours la même, ce n’était pas pour moi et c’est tout. J’allais retourner à mes bonnes vieilles habitudes, je finirais bien par ne plus penser à lui, il ne me manquerait plus d’ici quelques temps et ce serait comme si rien ne s’était passé.

Ma clé déverrouilla la serrure de mon appartement, je n’allumais même pas la lumière du vestibule. J’enlevais ma veste, la laissant tomber au sol. Quelques secondes je réfléchissais... Puis ma chemise alla rejoindre sa cousine, mes chaussures valsèrent dans un coin, les chaussettes avec. Tout était trempé... J’allais dans la salle de bain, retirait le seul vêtement qu’il me restait et rentrait sa ma douche italienne sans même un regard vers mon miroir au-dessus du lavabo, je ne voulais pas voir mon état. Pas tout de suite.

L’eau tiède coulait sur mon corps, mes cheveux me collaient au front alors que j’observais machinalement des nuances rouges s’écouler dans le siphon. Je m’emparais de mon savon, je me fichais que ça me piquerait en contact avec mes plaies au visage, je voulais effacer ses coups, enfin dans ma tête. Mes mains glissaient sur mes flans et une grimace déforma mes traits. Je le détestais, je le détestais de me faire revivre ça.

La vapeur chaude commença à devenir irrespirable, j’arrêtai l’eau et sortait, attrapant ma serviette et épongeant mon corps. Dans un tiroir je saisis un boxer et l’enfilai, la tête toujours baissée, fuyant mon propre reflet. Mais il faudrait bien que je pense tout ça... J’appuyai mes mains sur le rebord du lavabo en poussant un soupir. Lentement mon regard remontait, mon torse aux muscles finement dessinés n’était plus que parsemé de tâches violettes tendant vers le vert, ou le jaune peut-être... Je revoyais les mêmes marques sur un corps frêle de pré-ado se superposer à l’image, comme si rien n’avait changé. Sans pouvoir rien n’y faire les larmes me montaient aux yeux, pourquoi ça me faisait cet effet stupide ! Elles montaient encore, mes deux orbes azurés piégés par une étendue rougie.

Une fine ligne rosée barrait mon arcade gauche, la coupure à droite de ma lèvre inférieure pulsait douloureusement, mes joues ressemblaient trait pour trait à mes côtes. Un sillon salé finit par les dévaler sans un bruit, sur ce visage un peu plus jeune, un peu joufflu et surtout fragile. Continuer de regarder mon reflet était comme faire un bond en arrière, c’était une sensation horrible, l’impression d’être toujours coincé dans cette époque, je divaguais complètement. Fermer les yeux c’était comme réentendre ces railleries qui m’avaient suivi pendant des années : « T’es vraiment qu’une tapette ! », « Personne veut être ami avec pédale qui se laisse faire ! », « Il dit rien, ça le dérange pas en fait ! », « Tu sers à rien, pourquoi t’existe ? »

Dans un grognement mon poing alla s’écraser sur la glace, qui ne bougea pas d’un pouce, ce n’était pas comme dans les films. La douleur dans mes phalanges me sortit de ma torpeur, la main tremblante j’ouvrais un autre tiroir pour en sortir une trousse de soin. J’aurai pu me la casser bêtement, mais il fallait croire que mes forces m’avaient quitté pour ce soir, au moins une bonne nouvelle. J’allais m’installer sur mon lit et désinfectais mes plaies à l’aveugle, quelques pansements, de la pommade sur mon torse, et je m’effondrais sur mon lit, fixant le plafond. Qu’est-ce que tu faisais de ton côté toi ? Tu t’en fichais sûrement, des sentiments ? Menteur...

Codage par Libella sur Graphiorum





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre Ville :: Bars et Boîtes de nuit-